Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au plus profond de mon âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ignis
Déterreuse de cadavres
Déterreuse de cadavres
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 38
Date d'inscription : 15/10/2007

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Euhh Eau ...
Level:

MessageSujet: Au plus profond de mon âme   Lun 25 Oct 2010 - 23:23

Aussi loin que je peux me trouver de notre campement, je ressens les étoiles, aussi loin que je peux me trouver du tourment, je l’attends, encore, et toujours, inlassablement, Aube de mes dérives, qu’elles transportent à l’orée du ciel, une vague de douleurs, qu’elles s’inscrivent ainsi dans ma chair.

Encore …

Jusqu’à ce que je décide que cela suffise pour le moment…

Et c’est à Melrath Zorac que je me trouve, à ce qu’il paraît, des bouts d’âmes se terrent ça et là. J’y suis monté pour quelques peaux de lapins, quelques peaux d’écureuils, Pour me retrouver à chasser quelques pulpe, essence ou copeaux d’âme.

Ne peut-il donc point rester ainsi démantibuler ? Il en serait bien plus simple !

Je suis agacée, et le jour ne va point tarder à se lever. Le ciel est dégagé, le vent se diffuse malicieusement sur ma chair, il fait frais pour la saison, et si j’abandonne mon regard dans le ciel, alors, je peux y déceler tout de même quelques nuages qui s’avancent. Ils sont annonciateurs de pluie. J’esquisse un sourire en direction des Constellations. Et avant même que je ne franchisse la porte de la Taverne, la pluie se met à tomber, fraîche, frivole et joueuse. Tout comme je sais l’être parfois.

Bien du monde en cette fin de nuit. Il y en a qui dorment à même le sol, d’autres rigoles, boivent plus que de raison. C’est une ambiance ma foi fort appréciable quand l’ont est point importunée par quelques manants tout juste bon à me lécher les pieds. Cette image me fait sourire, je descends les marches lentement, observant à gauche, à droite …

Quelques étoiles semblent s’entretenir autour d’une tablée. Je m’approche et les rejoins. Soudainement, une odeur particulière vient me chatouiller le bout du nez. Je reconnais là, cette saveur. Mes yeux le cherchent alors, puis fini par le percevoir un peu plus loin. Mon poing se serre et mes ongles s’inscrivent avec force dans ma paume, laissant s’échapper un mince filet de sang s’égouttant délicatement sur le sol.

Même en ce lieu, je ressens ce trouble. Je ferme les yeux rien qu’un instant, puis les ré ouvrent. J’ai fait appel à une force dissimulée au plus profonds de mon âme pour parvenir à retenir cette mystérieuse attraction se nourrissant de haine profonde et d’autre chose. Je ne peux abhorrer une étoile, je dois juste subir. Ce que je fais avec les moyens que je peux me donner.

Pour fragmenter cette étonnante pulsion, Je vais me chercher un verre de liqueur, passant tout proche de lui, le regardant avec effronterie. Chemin faisant, Je fini par détourner le regard, pour le retour, je préfère l’éviter et m’attable enfin. Je vide mon verre d’une traite, et je suis dérangée par la fleuriste rose rouge en main.

Rouge comme le sang…

Je regarde alors ma paume rien qu’un instant avant de relever la tête. Elle me tend cette fleur puis attends que j’accepte ou refuse. Sans même sourciller, je la lui prends, et d’un signe elle me désigne celui d’où vient ce présent.

C’en est trop !

Je me lève lentement, un sourire sarcastique prend forme sur ma bouche. Puis je quitte l’Auberge. Je m’en retourne en notre campement. Qu’il fasse jour ou nuit, peu importe, parce que dès que j’aurai mis le pied dehors, alors, l’orage éclatera, avalant ainsi le soleil terrassé par les nuages s’obscurcissant de plus en plus …

A présent, j’arpente le sable, traverse les dunes, entrave l’oasis de mes pieds, puis remonte encore, encore, la pluie s’abat à présent avec force incommensurable. Battant la terre, foudroyant les hautes herbes, éteignant les feux oubliés, et rendant violente grâce au vent.

Dans ma hâte j’avale les kilomètres ne m’apercevant qu’au dernier moment que déjà je suis à la barrière végétale. Je reprends mon souffle, la rose gît encore entre mes doigts, intacte, comme si rien ne pouvait l’atteindre. Je relève la tête, et entre au sein de notre campement. C’est vers un amas de lierre que je me rends. D’innombrables feuilles dissimulent la Pierre qui jadis était encore visible.

Je me laisse tomber à terre et reste assise silencieusement les yeux perdus sur cette porte d’entrée si bien cachée. Ensuite, j’use de sorcellerie pour faire voler la rose, la faisant tournoyer de plus en plus vite, encore jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une ombre rougeâtre se fondant dans le gris de l’horizon…






********************************************************************



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au plus profond de mon âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shpère des bois Profond
» Au plus profond de mon âme
» Merci du plus profond de mon coeur a vous Ilgrif , Ista , et Diøx!
» Vies de monstres
» Sphere des bois profonds, puissante ou totalement naze ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Salle de réceptions-
Sauter vers: