Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre pleine de surprises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Une rencontre pleine de surprises   Mer 27 Avr 2011 - 0:03

C’était une sortie comme il y en avait eu tant d’autres. Kronan et Suyvel sortaient chasser ensemble, comme à leur habitude. Rien de neuf, rien de dangereux non plus. A priori.
Car tout change, même sans le vouloir. D’abord, les deux compères se séparèrent quelques minutes, chacun s’attelant à un objectif personnel. Autrement dit, d’un groupe de deux, ils firent deux groupes de un. Ça sentait l’erreur stratégique, même s’ils n’étaient guère éloignés.

Suyvel se concentra sur l’affrontement de monstres, qu’elle avait spécialement choisis pour la crainte qu’ils lui causaient. Ce soir, elle voulait travailler à maîtriser sa peur face au danger. Cette peur qui lui avait coûté cher… Lors d’un récent affrontement avec un nuisible, elle avait paniqué. Laissé sa peur lui dicter des choix irraisonnés. Et offert la victoire – et sa vie en prime – à son adversaire. Elle grimaça à ce souvenir. Pas question de revivre cela. Elle méprisait cette faiblesse en elle, et ferait ce qu’il faudrait pour l’extirper.

Alors qu’elle luttait avec ces créatures, elle entendit un grand cri dans le lointain. Il lui sembla reconnaître la voix…

Kronan ? Qu’est-ce que.. ?

Cela avait sonné comme un cri d’agonie. Rompant le combat, Suyvel s’éloigna des monstres et se concentra. Depuis le temps qu’elle côtoyait Kronan, elle avait appris à ressentir son aura. Elle était capable désormais de détecter sa présence s’il se trouvait dans les parages. Elle sonda les environs… et ne sentit rien.

L’inquiétude fulgura en elle.

Fiévreusement, elle étendit son champ de conscience, s’obligeant à regarder plus loin qu’elle n’avait jamais tenté de le faire. Elle tremblait sous l’effort de concentration qu’elle s’imposait.

Ce n’est pas possible, Kronan est sûrement en vie, il s’est sans doute éloigné, oui il a dû fuir un danger, un agresseur quelconque, et il est parti mais il va bien, oh par Eolia, pourvu qu’il aille bien…

Les pensées se bousculaient dans sa tête, menaçant à tout instant de rompre sa concentration mais elle parvint à garder un semblant d’ordre. L’investigation psychique ne lui révéla cependant rien. Aucune trace de Kronan.
Soit il était parti très loin, soit il était… elle n’eut pas le courage de conclure cette triste pensée.
Elle songea à aller fureter au dernier endroit où il était censé se trouver. Puis une intuition l’arrêta. Si Kronan était tombé sur un assassin, son agresseur était peut-être encore dans les parages. Et se montrer serait se mettre en danger, elle. Si Kronan était mort, à quoi bon aller à son secours ? D’un autre côté, elle n’arrivait pas à imaginer qu’il fut mort si vite, sans réussir à la rejoindre. Ils n’étaient pas bien éloignés l’un de l’autre… Un fol espoir lui soufflait qu’il était encore en vie, mais il était mince, si mince…

Dans son indécision, Suyvel resta immobile une longue minute… jusqu’à ce qu’apparaisse une haute silhouette. Elle aurait voulu crier Kronan ! mais elle sut au premier coup d’œil que ce n’était pas son fidèle coéquipier. C’était un guerrier également, d’un gabarit sensiblement identique… mais c’était un Igné. Et d’une puissance hors du commun. Suyvel sentit la densité de son aura, évoquant un volcan qui va se réveiller. Et il l’avait vue.

Sa réaction ne se fit pas attendre. Levant son arme, il fonça sur la magicienne, avec la subtilité du buffle qui charge. Suyvel comprit aussitôt la criticité de sa position. Non seulement il était d’une force affolante, mais en plus il était rapide. Et elle se trouvait dans un cul-de-sac. Impossible de fuir sans avoir à passer à côté de lui, si elle réussissait seulement à le déborder.
Son sort semblait scellé.

C’est ce moment précis, alors que la panique allait une nouvelle fois la submerger, qu’une nouvelle voix, froide et méprisante, choisit pour s’élever sous son crâne.

Réagis ! Bats-toi si tu veux rester en vie !

Se battre ? Contre ça ?! Mais que pouvait-elle faire ? Elle n’était pas assez puissante pour prétendre lui infliger des dégâts sérieux avec ses sorts. Quant à l’aveugler, sa technique de défense favorite, elle impliquait de le laisser approcher assez près… suffisamment pour que lui puisse frapper. Et elle ignorait si elle survivrait à un seul de ses coups. Elle ne trouvait pas de solution et lui approchait à grandes enjambées.

Il paraît que la musique adoucit les mœurs, même des pires bêtes féroces.

Sa flûte de phénix ! Fébrilement, elle s’en empara, manquant de la laisser tomber dans sa précipitation, et tenta sa chance, malgré des doigts trop tremblants pour jouer correctement…
La mélodie du désœuvrement retentit sur les cimes enneigées.
La charge s’arrêta.
Son adversaire la considéra d’un air surpris, puis la colère et la frustration déformèrent les traits de son visage.
Contre toute attente, elle avait réussi !
Ses jambes décidèrent d’elles-mêmes de la suite à donner à ce succès imprévu. À toute allure, elle entreprit de redescendre des hauteurs enneigées. Toutefois, son adversaire n’avait pas abdiqué. Il la suivit dans sa folle course. Suyvel comprit vite qu’elle ne le sèmerait pas. Il était vraiment rapide, l’animal. À peine gagnait-elle deux mètres d’avance qu’elle le retrouvait à nouveau sur ses talons. Au moins était-il dans l’impossibilité d’en profiter pour la frapper.

De virage en descente, Suyvel vit enfin se profiler l’auberge de la mine devant elle. Jamais elle n’avait parcouru le chemin en si peu de temps. Plus tard, elle se dirait qu’elle avait battu son record personnel. Dérisoire victoire. Elle déboula dans l’entrée, fonça vers Gertrude… et c’est alors qu’au prix d’un ultime effort, son poursuivant parvint à lui passer devant et à s’interposer entre elle et sa seule chance de salut. Elle freina brutalement, manquant de le percuter de plein fouet, et vira à droite pour contourner le comptoir et atteindre l’aubergiste d’un autre côté. C’est alors que la douleur explosa dans son dos. Il avait frappé.
L’effet de la mélodie s’était dissipé.
Il lui avait porté un coup, et parvint à en enchaîner un deuxième en une seconde. Elle aurait dû s’écrouler. Elle aurait dû mourir. Mais elle avait senti une présence… celle, douce, bienveillante et toute-puissante, de sa déesse, Eolia. Offusquée de l’écart incommensurable de puissance entre les deux protagonistes, elle lui offrait sa divine protection, certes relative, mais décisive. Les coups reçus furent grandement atténués. Suyvel parvint à rester debout sur ses jambes, retenant un hurlement de toute façon trop vaste pour franchir sa gorge fine.
Elle acheva de franchir les derniers mètres en vociférant :
« Donnez-moi une chambre !!! »

Gertrude, impassible, brandit une feuille de papier et asséna :
« Tu as une dette de 10 PO. Si tu veux une chambre, pense d’abord à la régler. »

Quoi ? Suyvel était en train de se faire massacrer et Gertrude la retardait, juste pour quelques pièces ? Mais quelle genre de femme était-elle ? Suyvel doutait fortement de son humanité. Elle devait être une caisse enregistreuse amenée à la vie par quelque magicien fou. Mais pas le temps de penser à cela.

« Tiens ! Et étouffe-toi avec !!! »
Suyvel lui jeta une poignée de pièces, que Gertrude attrapa au vol avec une dextérité étonnante.

« Bien, fit-elle. Ta dette est effacée. Voici la clé de ta chambre. Elle est juste en haut de l’escalier, tu m’as l’air pressée… »

Suyvel avala la volée de marches en un éclair, ouvrit la porte de sa chambre, s’y engouffra et claqua la porte dans le même geste. Elle s’y adossa et se laissa doucement glisser jusqu’au sol…

Sauvée. Elle était sauvée.

On pouvait penser ce qu’on voulait de l’auberge, critiquer ses tarifs à la tête du client… mais elle présentait quelques avantages. Le plus décisif, aux yeux de Suyvel en cet instant, c’était la solidité des portes des chambres. Elle ignorait qui les fabriquait et comment… mais personne ne semblait devoir réussir à en forcer une. Elle-même avait une fois tenté d’user de sorts de destruction sur l’une d’entre elles, sans parvenir à autre chose qu’à la roussir en surface.
Elle entendit un juron étouffé provenant de l’autre côté. Son adversaire avait compris que sa proie venait de lui échapper.
La sensation de son sang coulant le long de son dos la ramena à des considérations plus pratiques. Elle s’affaiblissait à vue d’œil et l’effet de l’adrénaline s’estompait. Elle se sentait mal. Elle fouilla dans son sac, en tira une potion de guérison et la vida avidement. Elle ne se sentait pas capable de lancer correctement un sort de soin. Puis elle se dit qu’un peu d’air lui ferait du bien et lui éviterait une syncope. Elle se leva péniblement et ouvrit les battants. La caresse du vent l’en récompensa.

Je suis en vie. Merci à toi, Grande Eolia.

Des bruits de pas précipités la tirèrent de ses pensées. Un garde de l’auberge passa sous l’aplomb de sa fenêtre, tout en lançant à voix basse à l’un de ses collègues, en poste un peu plus loin :
« Tirons-nous de là, c’est Onizuka ! »

C’est alors que Suyvel remarqua la haute silhouette qui s’éloignait lentement de l’auberge, comme à contrecœur. Son agresseur s’en allait. Et ça serait…

« Onizuka ?! »

Le cri de Suyvel retentit dans le silence de l’instant. Le guerrier s’arrêta d’un coup et tourna la tête vers elle.

« C’est toi, Onizuka ? C’est vraiment toi ? »

Même à cette distance, elle vit l’incompréhension dans son regard.
Il ne l’identifiait pas.
Et pourtant, ils avaient correspondu. Après la disparition de sa marraine Arwya, Suyvel s’était trouvé un parrain de substitution en la personne d’Onizuka. Ils ne s’étaient jamais rencontrés, mais avaient échangé des messages. Et voilà que…
Elle cria de nouveau.
« Je m’appelle Suyvel, ça ne te dit rien ? »

Au changement d’expression de son visage, elle sut qu’il venait de comprendre toute l’incongruité de leur situation.

Elle eut un léger rictus.
« Nous n’avions pas encore eu l’opportunité de nous voir mais, pour une première rencontre, celle-là sort de l’ordinaire. Et en ce qui me concerne, je ne suis pas près de l’oublier… »

----------------------------------------------------
Ce récit est la mise en scène d’une séquence authentique que j’ai vécue sur le jeu. Tous les faits sont réels, y compris la dette à l'aubergiste (ça ne s'invente pas...).
Pour ceux qui penseraient que j’ai une imagination débordante, voici le log correspondant :

Vous venez d'entrer dans une chambre. 2011-04-25 22:17:38
Les Dieux ont eu pitié et ont absorbé 260PV 2011-04-25 22:17:32
Attaqué(e) par Onizuka avec la technique 'Fente perçante' (521pts de dégâts) 2011-04-25 22:17:32
Les Dieux ont eu pitié et ont absorbé 285PV 2011-04-25 22:17:31
Attaqué(e) par Onizuka avec la technique 'Attaque tranchante' (570pts de dégâts) 2011-04-25 22:17:31
Avec 'Mélodie du désoeuvrement', vous influencez Onizuka a perdu toute prise d'initiative, il ne sait pas quoi faire. 2011-04-25 22:16:27


Dernière édition par Suyvel le Dim 22 Mai 2011 - 1:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onizuka
Armoire à glace
Armoire à glace
avatar

Nombre de messages : 2826
Age : 29
Localisation : BelGieK
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Elément: Feu
Level: 400

MessageSujet: Re: Une rencontre pleine de surprises   Mer 27 Avr 2011 - 18:26

L'arrivé d'une nouvelle épée est toujours un grand événement pour un guerrier, surtout quand c'est l'heure de l'a testé.

C'était l'heure de partir, deux trois pommes dans le sac, quelques potions pour les éventuelles combats, petit réglage de l'armure et un lourd effort pour soulager cette flamberge "kriss" .

Vu que je suis de passage sur Melrath Zorac, mon ami Malicius m'avait demander de lui ramener, quelques fers pour sa futur production. Toujours sur mes gardes c'est en armant mon épée que je me déplaçais vers le nord .

Les Cîmes , toujours aussi glaciale, toujours aussi blanc, on ne voyait pas plus de deux mêtres devant soi.

Soudain ...


Tient donc des traces de pas, hum !? une vers le nord, une vers l'ouest. J'irais en premier vers l'ouest.

Mais on ne voit strictement rien ... ah Une ombre ... plus j'avançais plus l'ombre s'approchait ... ne sachant pas ce qui allait arriver, j'utilisais ma compétence pour l'attaque à distance et bingo la cible a été anéantie.

Hum un humain, son visage est trop ensanglanté pour reconnaitre cette personne.

Vite vers le nord.


Arrivé sur place, une présence m'envahit, je ne pouvais rien faire, j'étais figé sur place. Je voyais une silhouette courir à coté de moi. Se moquait-elle de moi? De toute mes forces, j'ai pu anéantir le sortilége, j'ai commencé à poursuivre cet individus pour le punir de m'avoir offensé. J'étais trop lourd, arrivé à la porte de l'auberge, une seule possibilité . "Fente perçante"

Tient prend sa dans la tronche. .. ... toucher mais pas couler

Mince j'ai loupé ma cible !

Cette course m'avait fatigué, direction ma chambre. Un peu de repos n'est pas de refus, j'irais demain extraire les ressources pour notre bon forgeron.
Au pied de ma chambre, une missive de la part de Suyvel


Une lecture s'impose ...

Ah ben ça alors, comment ne l'ai-je pas reconnu , il faut que je lui répondre directement.

Aussitôt dit, aussitôt fait!


Cher Suyvel, je ne sais pas si mes excuses sont valable, mais sache que je ne t'ai pas reconnu, dans un brouillard si épais, je n'ai pas différencié, cela prouve que avoir la tête dur, ne fait pas toujours d'elle, une tête bien remplie. Nous sommes dans la même auberge, vient donc prendre un verre sur mon compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Une rencontre pleine de surprises   Ven 29 Avr 2011 - 20:58

Un léger bruit. Quelqu’un à la porte. Suyvel se dirigea d’un pas lent vers l’entrée de sa chambre et ouvrit l'huis sur un coursier qui lui tendit un message. Curieuse, elle se saisit du morceau de parchemin.

Une lettre d’Onizuka.

À sa lecture, ses sourcils s’élevèrent, ses yeux s’arrondirent, sa bouche s’entrouvrit. Bon, il disait ne pas l’avoir reconnue, et elle le croyait. Entre la neige et la course-poursuite, aucun n’avait reconnu l’autre. Il s’excusait, sa rancœur en diminuait d’autant. Il l’invitait à le rejoindre à la taverne, c’était plutôt culotté vu les circonstances mais après tout, ils ne s’étaient jamais croisés jusqu’alors. Mais là n’était pas la cause de sa surprise.

Il sait écrire… ?!



Elle en restait incrédule. Certes, il lui avait écrit par le passé, mais elle avait toujours été persuadée qu’il était passé par les services d’une tierce personne pour ce faire. Mais là, en si peu de temps, où aurait-il déniché un scribe... ? Ce n’était pas Gertrude, elle connaissait son écriture.

Un guerrier lettré. Allons bon. Où va le monde ?

« Donnez-moi un instant, je vous prie. »

Elle se dirigea vers la table, prit sa plume et coucha une brève réponse en bas de la missive.

Onizuka,

Tes excuses sont actuellement soumises à une étude bienveillante. Pour te permettre de me convaincre de leur sincérité, j’accepte l’invitation. J’ai encore quelques petits détails à régler – que tu devineras sans peine vu les circonstances. Attends-moi, je te rejoins à la taverne dès que je puis.

Suyvel.

Elle n’avait guère hésité. Certes, au fond de son cœur, une vague colère lui avait suggéré de déchirer le message et d’envoyer paître son auteur. Mais c’était son parrain, et il s’excusait. Et l’opportunité de le rencontrer en personne était trop tentante.

Suyvel renvoya le messager avec sa réponse, puis se concentra sur ce qu’elle avait à faire avant de rejoindre Onizuka. D’abord, finir de se soigner, évidemment. Réparer sa tunique, lacérée par les coups d’épée, ensuite, mais cela pouvait attendre : elle n’avait qu’à changer de tenue. Mais surtout, elle avait envie d’un bon bain. Entre le sang de des blessures qui lui avait coulé dans le dos et la sueur résultant de sa folle course, la nécessité s’en faisait cruellement sentir.

Elle commanda donc un bon bain chaud, dans lequel elle se glissa avec bonheur. La chaleur l’aidant à se détendre, elle eut envie d’en profiter un peu. Mais Onizuka l’attendait.

Et alors… ? Qu’il attende donc.

Elle eut un léger sourire. Après tout, pourquoi ne pas le faire poireauter un peu ? Une vengeance insignifiante mais, dans son état d’esprit actuel, Suyvel était d’humeur à apprécier ce genre de plaisir mesquin. Elle s’étendit dans la baignoire et le sommeil finit par l’emporter.

Ce fut donc trois bonnes heures plus tard qu’elle fit son entrée dans la taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onizuka
Armoire à glace
Armoire à glace
avatar

Nombre de messages : 2826
Age : 29
Localisation : BelGieK
Date d'inscription : 29/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Elément: Feu
Level: 400

MessageSujet: Re: Une rencontre pleine de surprises   Dim 1 Mai 2011 - 13:27

Un bon bain, changement de tunique, un petit coup de parfum de rose. Me voila enfin prêt
Direction la taverne, comme d'habitude, une table m'est réservé, étant un bon client, c'est normal ... Je m'assois, j'attends l'arrivée de Suyvel pour commencer l'apéro mais pour ne pas changer les femmes sont toujours en retard. Se faire jolie pour me voir, rien de t'elle qu'elle prenne son temps. Elle ne sait pas ce qu'elle rate.


Serveuse ! Le meilleure vin s'il vous plait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Une rencontre pleine de surprises   Lun 2 Mai 2011 - 19:54

Suyvel repéra sans peine celui qu’elle cherchait. Même assis derrière une table, il ne passait pas inaperçu. Passant machinalement sa main sur sa robe, comme pour en chasser un faux pli, elle s’avança vers lui.

Elle avait hésité sur la tenue à adopter. Devant son armoire, elle avait un moment détaillé certains ensembles, dont quelques uns assez provocants. Mais elle connaissait si peu Onizuka, qu’elle ignorait tout de ses goûts et de ses possibles réactions. Et pour une première rencontre, elle s’était arrêtée sur une option plus classique.

Elle avait opté pour une étroite robe, soulignant sa mince silhouette elfique. Le tissu en était d’un blanc qui rappelait celui étincelant des cimes si proches. Suyvel savait que le blanc mettait en valeur le sombre éclat de sa peau. La robe en question était composée d’un corsage dépourvu de bretelles, laissant à nu ses épaules et ses bras, et d’une jupe longue, lui arrivant aux chevilles, et fendue de chaque côté jusqu’à la hanche. Outre le fait qu’elle n’entravait en rien ses mouvements, Suyvel appréciait cette robe car elle ne voilait que très modérément ses jambes, qu’elle aimait bien. Et pour achever de les mettre en valeur, elle portait une paire de sandales montantes, ornées de petits brillants.

Afin d’apporter une touche de couleur à cette tenue blanche, elle portait une parure de bijoux. Une bague à son majeur gauche, un bracelet à son poignet doit, un pendentif à son cou et des boucles d’oreille, en argent. Ces cinq éléments étaient tous sertis d’une unique améthyste, dont la couleur renvoyait immanquablement l’observateur à ses yeux, d’un violet profond.

Suyvel avait souvent constaté l’effet que pouvait produire son regard sur les humains. Si certains, fascinés par son étrangeté, ne pouvaient s’en décrocher, la plupart détournaient rapidement les yeux dès que son regard croisait le leur. Au début, cela ne lui avait guère posé de problèmes, farouche et quasi asociale qu’elle était. Elle préférait alors tenir les autres à distance. Puis elle avait évolué, commencé à créer des liens, et constaté la gêne que son regard causait à ses interlocuteurs. Très ennuyeux dans un tête-à-tête. La meilleure astuce qu’elle eut trouvée demeurait cette parure d’améthyste.

Arrivée devant la table d’Onizuka, elle chassa de son visage une mèche de sa blanche chevelure, qu’elle avait laissée libre et qui lui tombait en cascade sur les épaules et jusqu’au creux de ses reins. Elle s’adressa alors à lui, à mi-voix.

« Bonsoir, Onizuka. »

Elle resta volontairement debout un instant, profitant de ce qu’ils avaient mis un terme à leur course-poursuite pour voir enfin à quoi son parrain ressemblait réellement. Elle le détailla à loisir, sans vergogne. Là d’où elle venait, les femmes ne connaissaient pas ce genre de pudeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre pleine de surprises   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre pleine de surprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abordage en pleine mer ! La Ligue contre les pirates !
» Gizmo en pleine forme!!!
» Jour 3 : la pleine lune, çà fait mal même chez les Miss !
» [ Appel aux Gueulards ] Appel en pleine mer!
» Pleine lune et maux de tête [PV Remus Lupin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Salle de réceptions-
Sauter vers: