Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pretexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Pretexte   Sam 14 Mai 2011 - 18:05

Étendue à même la pierre. Froide et lisse. Sur le plus haut point du manoir. Il savait m'offrir de multiple perchoirs, mais celui-ci était le plus éloigné de l'entrée, loin de toute vie qui désirait pénétrer chez nous. Cela faisait quelques heures que j'étais montée, après être rentrée d'une de mes nombreuses chasses, un de mes rare retour. Je me perdais dans la beauté de la voute, noyée dans la sphère qu'est la Lune. Délicat astre de lumière accompagné de millions d'étoiles.

Les étoiles … Plus je les regardais et moins je comprenais comment elles pouvaient parler. Sans doute fallait-il être initier à cela. Un jour sans doute, ma curiosité me poussera à aller déranger Nadhir pour qu'il m'explique. Car au fond, pour moi, elles brillaient toutes, d'une façon différente. Une plus que sa voisine ou moins. Certaines formaient des arabesques agréables à l'œil. Sans doute était-ce une histoire d'apparence cachée. Voir au-delà des choses. Mais cela restait obscur tout de même. Harceler Nadhir de questions me semblait plus simple.

Enfin, pas complètement … Je n'éprouvais pas une grande envie de retourner au domaine Étoilé et de croiser Helevorn. De croiser leur nouvelle recrue. Un sourire s'étira sur mon visage à la vision du sien lorsqu'ils lui ont appris que nous étions alliés. Sans doute avait-elle espéré nous revoir que de loin, dans ses cauchemars. Mais au final, elle n'avait rien fait pour mériter toute ma colère, pour subir ma rage. Ce n'était pas sa faute et pourtant j'avais tout de même agi. A ce moment là, son karma n'avait été qu'une excuse voilant mes profondes raisons. Ma tristesse … C'était tout de même arrivé, les choses ne changeraient surement pas. Tant pis, elle aurait pu être intéressante.
Non, je n'avais pas envie de les voir ensemble.

« Je déteste l'amour » soupirais-je au vent en fermant les yeux.

Tout était plus facile sans. Je n'étais pas faible et pas tourmentée sans. Je ne voulais pas de cela. Je ne voulais pas l'aimer. Ni lui, ni personne. Jamais. Au fond, avais-je vraiment le choix. Une petite voix me murmurait que non, que c'était impossible. Et je n'aimais encore moins l'idée que je m'en faisais. Mais elle avait surement raison. Toute cette colère et cette amertume canalisées depuis des jours n'avaient finalement abouti à rien.

Peut-être à renforcer ma déclaration alors que je ne le désirais pas … Mais cela n'était pas ce que j'espérais. Il n'y avait, fatalement, aucun doute sur la sincérité de mes propos et peut-être était-cela qui m'exacerbait le plus et que je voulais éloigner. Mais c'était trop tard, je ne pouvais qu'assumer et me retrouver, telle que je l'étais avant de prendre conscience de cet amour. En effet, j'avais passé plusieurs jours ou semaines, je l'ignorais, à rebâtir ma raison. Mes barrières, ma force, ma froideur. Et pourtant, même avec ça, je redoutais de l'affronter à nouveau. Il les avait fait tomber une fois, pourquoi pas deux. Je soupirais. Je n'aimais pas être lâche et fuir et c'était ce que je faisais. Si ridicule …

A présent, j'éprouvais presque un certain regret de lui avoir laisser ma dague. Un objet bien trop précieux dont je ne pouvais me séparer trop longtemps. Et qui me manquait … Lui aussi il me manquait … Forcément, le contraire ne pouvait être exact, à présent qu'il avait trouvé un semblant d'équilibre. Au fond, je n'en savais rien. Je ne l'avais pas revu une fois, pas même ici. Avoir déserté les lieux n'ayant pas aidé.

Mais j'avais eu besoin de me retrouver seule. Loin de tous.

Je lui avais laissé ma dague pour m'en servir de prétexte afin de le revoir. Mais il pourrait tout aussi bien me la rapporter, lors d'une de ses journées au manoir. Je sais qu'il respecterait ma décision de ne pas le retrouver. Mais je m'en voudrais de l'avoir évité.

Je descendis de mon perchoir, récupérant mon orbe et ma cape au sol et regagnais ma chambre. Affronter mes souvenirs.

Ce fut plus aisé que prévu, je récupérais quelques potions pour le voyage, ayant vidées celles que j'avais sur moi avant de rentrer.

Je jetais un œil en direction de l'armoire en approchant la porte. Me rappelant la présence de sa chemise à l'intérieur. J'hésitais un instant à la prendre avec moi afin de lui rendre mais n'en fit rien. Je lui rendrais si cela s'avérer nécessaire. Tout dépendrait de comment se dérouler notre entrevu.

Il était déjà tard, sans doute trois heures lorsque je sortis sceller et brider Kasha afin de gagner le domaine Constellation. Je ne doutais pas que mon arrivée se ferait à la naissance du jour.

En effet, lorsque j'arrivais l'aube pointait à peine et les portes du domaine habituellement ouvertes étaient closes. J'aurais du prévenir de ma venue. Ou ralentir la cadence de voyage de Kasha, qui était déjà bien lente. L'ayant retardée le plus possible, mais ne pouvant éviter l'inévitable. Emprise aux doutes, aux nouvelles conséquences que cela allait impliqué.

Je descendis du dos de ma jument afin de la laisser voguer près d'un tronc lourdement fourni en herbes. Et je m'asseyais pas très loin. Patientant que les habitants des lieux se réveillent, les yeux vers le ciel magnifiquement coloré d'une palette orangée. Tout en réfléchissant à ce que je pourrais lui dire pour expliquer mon retour …


Dernière édition par Exoriel le Mar 17 Mai 2011 - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Sam 14 Mai 2011 - 19:24

Veiller sur elle la nuit durant, les yeux clos afin de goûter à l'illusion du sommeil.

Rester près d'une femme, quiet, savourant la douceur de sa peau, la chaleur de son corps pesant contre le miens, sans être entravé par la fulgurante envie de m'enfuir.

Au fil des heures, chacun de mes muscles s'est détendu, et notre étreinte nocturne bercée de torpeur entraîne un mélange de plaisir et d'étrangeté. De crainte que ça ne puisse durer. Que quelque chose survienne. Que cette possibilité qui s'offre à moi soit la funeste annonciatrice de quelque chose.

Que le prix à payer soit lourd...

Peut être si Morphée était du beau sexe serais-je plus enclin à me laisser aller entre ses bras...

Les murmures de Rhapsody se perdent dans la chambre ensommeillée. Ne pas bouger. Ne pas lever le doux voile sur l'illusion qui s'est ébauchée.

La nuit se dilue dans l'aube. La jeune nécromante dors profondément, et il est temps pour moi de m’esquiver. Point n'est encore l'heure des matins partagés.

Discret comme une ombre, je sors de sa chambre et gagne la mienne pour m'y rhabiller. Mon regard se pose machinalement sur le bureau et y trouve l'éclat de sa dague. Sa dague à elle, gravée de son nom. Je la saisis, le visage grave, et en effleure la pointe. Réminiscences douloureuses.
Mes sourcils se froncent. Une larme de sang naît sur mon pouce.

Piquante...comme elle, Exoriel...

Comme pour la marquer d'une trace que j'aimerais au fond indélébile, j'en peint la lame jusqu'à la garde. Fine rayure écarlate, couleur de la plus rouge des roses.

Quand reviendra-t-elle, si elle revient ? Le prétexte de son arme blanche plantée dans sa cape contre la palissade. Voilà des jours qu'elle n'a donné signe de vie. J'espère juste qu'elle va bien...Mais me préoccuper de son état est un luxe que je dois laisser à d'autres désormais, si je ne veux la rendre plus malheureuse qu'elle n'est sans doute déjà. Par ma faute.

Dans l'armoire, je trouve le tissu doux de sa cape que je froisse tendrement dans ma main. Elle dégage encore de son parfum. Une griffure au cœur, mille souvenirs me heurtent.

Sa présence...

Un soupire.

Il faut l'oublier, tout oublier, si jamais ma mémoire m'accordait un peu de répit. Tout serait tellement plus simple. Mais j'ai bien peur qu'Exoriel traîne dans mon âme abîmée comme un fantôme, ravivant le souvenir de notre amour avorté, et de ce qui aurait put exister...Si...si j'avais été autre et elle aussi...

Je quitte les dortoirs pour me réfugier dehors, pour fuir son souvenir qui me mord.

Le matin applique ses mains fraîches sur mes joues, la brise me purifie d'une inspiration quand je m'aperçois que j'ai sa dague dans mon poing. Je le serre avec force, mêlé de colère et d'impuissance. Je ne veux pas retourner dans ma chambre. Tant pis.

L'arme rangée dans ma ceinture je hâte le pas jusqu'aux portes, requérant plus que jamais le calme matinale du sous-bois. Une balade apaisante dans le chant engourdit des oiseaux, dans l'odeur de la terre et du vert des arbres et des fougères. Je veux entendre bruisser les plantes contre mes mains, fermer les yeux et me perdre un instant dans autre chose.

Le lourd rondin de bois tombe, dégageant un nuage de poussière. Le battant s'ouvre lentement découvrant la forêt salvatrice, asile de mes déraisons.

Déterminé, j'avance, quand une aura me gifle m'obligeant à tourner le visage vers sa source inattendue.

Mes yeux s'écarquillent en découvrant la silhouette d'Exoriel qui se redresse. Nos regards s'interceptent. Or-Émeraude.

Elle paraît exsangue dans sa fatale élégance, d'un épuisement psychologique plus que physique, bien que je ressente le sang versé récemment autour d'elle...un halo de mort et de tristesse l'entoure.

Kasha est à ses côtés, les naseaux fumants dans l'air frais. Sans doute est-elle arrivée il y a peu.

Je ne bouge pas, attendant qu'elle esquisse le premier geste, ou entame le premier mot de nos retrouvailles...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Sam 14 Mai 2011 - 23:44

Des pas venaient troubler ma réflexion. Mes yeux se portaient vers l'entrée, cherchant qui était le premier réveillé, qui venait ouvrir. Je me relevais, avec stupéfaction, plantant mon regard dans le sien. Retrouvant avec douleur et joie ses traits. Je ne pouvais les quitter, c'était plus fort que moi. J'avais voulu garder mon visage neutre mais ne pus m'empêcher de lui adresser un sourire.

C'est à ce moment là que je comprenais toute la portée de ne pouvoir empêcher l'amour. Mais je ne l'en détester pas moins, cette souffrance, cette faiblesse, tout ce que j'avais travaillé à faire disparaître.

Il n'avait pas bougé pas, tout comme moi. Chacun attendant quelque chose de l'autre. A nouveau, m'étant rendu ici, je me devais d'ouvrir le bal. Malgré que ma réflexion fut courte, malgré qu'au fond, cela n'aurait servi à rien. Tous mes beaux discours avaient disparu au profit d'une envie irritante de briser cet écart, de laisser aller mes mains sur son corps, mes lèvres goûter à nouveau les siennes.

Un pas vers lui, un rapprochement, vers le danger, vers la tentation.

« Bonjour. »

Maigre préambule. Il me fallait enchainer, mais sans réellement savoir quoi dire. Sans doute qu'aller droit au but s'avérait préférable.

« Je suis venue récupérer ma dague. » lui expliquais-je, sans avoir quitter ses yeux.

Je n'avais pas mentionné ma cape, je n'éprouvais pas le besoin de la reprendre et l'idée de lui laisser, si il la voulait, me plaisait.

Je me demandais ce qu'il se passerait si il me rendait. Si nous nous quitterions, une dernière fois … A contre cœur … Je ne désirais pas m'en aller et ne plus le revoir. Cette idée voila un instant mon regard d'amertume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Dim 15 Mai 2011 - 12:02

Elle m'offre un sourire. Sa voix teintée d'une angoisse difficilement dissimulée.

Un pas vers moi. Nous sommes encore suffisamment loin l'un de l'autre. Mon dos se contracte en un imperceptible mouvement arrière.

Le parfum d'une autre sur moi. Elle le sentira sans nul doute si elle s'approchait davantage.

Un furtif regard circulaire comme pour trouver un échappatoire avant de retrouver ses prunelles.

Elle veut sa dague.

Ma main se pose instinctivement sur sa garde.

Je suis piégé.

Que faire ? La laisser venir pour la prendre et qu'elle sente cette odeur mêlée à la mienne ? La lui jeter au sol pour qu'elle la récupère comme si je la dédaignais, pour lui éviter cette découverte ? Ma bouche grimace à cette idée même si elle est sans doute la plus raisonnable.

L'éloigner de moi pour de bon. Faire glisser le masque impassible de l'indifférence sur mes traits. Pour la protéger. Parce que c'est la meilleur chose que je puisse faire pour elle même si je ne le veux pas. Lui donner le coup de grâce pour ne jamais pu lui donner de raison de revenir. Pour que son amour devienne dégoût, haine, regret de s'être épris d'un tel être.
La plus belle preuve d'amour que je pourrais lui donner même s'il n'en parait rien...

Ses yeux rencontrent l'éclat de son arme dans ma ceinture.

Je ne peux plus reculer, il me faut prendre une décision. Déchirante décision.

Elle glisse lentement contre le cuir, son fil marqué de la trace de mon sang.

La lame dans ma paume, je lui cède un regard de velours qui en dit long et d'un geste sec projette l'arme à ses pieds dans un sifflement d'air. Plantée profondément dans le sol, elle n'a plus qu'a se baisser pour la reprendre.

"Au revoir Exoriel..."

Adieu était trop lourd à prononcer, j'ai fais le maximum qu'il m'était possible. Serrant les poings je dévie de ma route, partant à son opposé pour gagner la forêt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Dim 15 Mai 2011 - 13:55

Quelques minutes de silence s'installèrent entre nous. Lourde, oppressante. Je fixais son regard fuyant, les traits de son visage. Ceci m'arrachant un triste sourire à sa grimace. Avant de suivre ses gestes. Suivre la ligne de son cou, sa clavicule, descendre le long de son bras pour finir à sa main qui cachait légèrement ma dague. Il la portait. Je lui adressais un regard interrogateur. Auquel il ne répondit pas …

Je me harcelais moi-même de questions, ne pouvant y répondre. J'attendis, je n'avais rien d'autre à faire. Luttant pour garder mon calme, rester silencieuse, ne pas briser l'écart qui nous séparer pour retrouver la chaleur de ses bras. Mon poing se serra de frustration.

Il sort ma dague, je voulus m'approcher mais à peine eu-je esquisser un pas que ma lame se retrouvait à mes pieds. Je le regardais, les pupilles dilataient. Une interdiction de m'approcher. Et le coup final.

"Au revoir Exoriel..."

Il se retournait, les poins serraient. Il s'éloignait. Si il avait voulu me dire qu'il ne voulait plus me voir, il n'aurait pas pu s'y prendre d'une meilleure façon. Et je restais là, alors qu'il me fuyait. J'hésitais à le suivre, le retenir. Comprendre. Ou partir... A tout jamais. Cette idée m'arracha une larme.

Le plus cruel, était sans doute qu'il ne disparut même pas de mon regard, qu'il ferait tout pour me faire comprendre que je devais partir … Je finis par me rabaisser, attrapant ma dague. Me rappelant à son souvenir. Je caressais son froid métal. Goutait à son fil aiguisé. Fil souillé. Je jetais un œil à Helevorn qui n'avait pas encore disparu et retournait à ma dague. Fixant le trait rougeoyant qui la maculait. Encore frais …

Le siens.

Je fronçais les sourcils et entrepris de le rejoindre. Glissant ma lame dans son fourreau qu'elle avait depuis trop longtemps quitté.

« Helevorn … »

Aucune réaction, j'étais encore relativement loin. J'accélérais le pas. Il était déjà dans la forêt, là bas, il pourrait me perdre aisément.

J'haussais le ton.

« Helevorn ! Pourquoi ton sang recouvre ma dague ? Pourquoi réagis-tu ainsi ? Est-ce vraiment ce que tu désires … Ne plus me voir, jamais …  »

J'avais essayé de garder le ton, de parler clairement. Mais plus les mots s'enchainaient plus ils sonnaient comme une complainte.

Je voulais l'entendre de sa voix. Pas interpréter ses gestes, pourtant douloureusement clairs. Mais j'étais bien placée pour savoir que nos actes ne reflétaient pas toujours nos désirs. Tout comme je l'étais pour savoir souvent trop espérer …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Dim 15 Mai 2011 - 14:43

Sa voix résonne au matin faiblement, portée par le souffle du vent.

Mon prénom qu'elle prononce plante ses griffes dans mon dos comme pour me retenir. Je continue d'avancer, mon cœur s'arrachant à chaque pas de plus, déchiré entre la résolution que j'ai prise et la tristesse qui m'étreint de la repousser de la sorte.

La forêt m'offre son couvert quand j'entends ses pas se rapprocher, et ses questions affluer dans mon sillage, me happer. Je lutte. Je suis a deux doigts de disparaître à sa vue enveloppé d'invisibilité quand son aura m'agrippe, fouettant mes veines d'une chaleur ardente.
Sans prévenir, je fais volte-face et me trouve nez à nez avec elle. Un sursaut de surprise. Mon regard la transperce, j'aperçois la trace d'une larme le long de sa joue. Je serre les dents et me concentre sur ma raison, sur ce que je dois lui dire. Ne pas se laisser attendrir. Ne pas céder à l'empathie, être froid, dur, inflexible. Pour la sauver de moi.

Brutal, je la saisis par le bras, les sourcils froncés.

Ce contact violent de ma main contre sa peau pour assurer les mots qui pointent derrière mes dents. Pour me convaincre que c'est la meilleur chose à faire.

Une fraction de seconde file, une fraction de trop, nos corps sont trop proche pour qu'aucun souvenir charnel ne ressurgisse, pour qu'aucune émotion ne transparaisse.

J'essaye de me tenir, m'aidant d'un masque froid. Les idées se bousculent, quoi lui dire ? Comment justifier au mieux une séparation définitive ? Comment m'y tenir alors que je la désire encore...La sensation de sa peau contre la mienne m'électrise et la tristesse qui accompagne son regard l'orne d'un irrésistible charme à mes yeux.
La faiblesse qu'elle met à jour...si singulière vision qu'Exoriel m'offre d'elle. Inédite. L'amour qu'elle éprouve me fascine...

Mes lèvres esquissent un mot qui ne vient pas, elle me trouble.

Prenant conscience du peu de crédibilité que je lui montre, je lâche son bras comme si je venais de brûler ma main au feu. Feignant un geste de répulsion.

J'élude sa question. Je n'ai qu'une arme, frapper où je peux lui faire mal.

"J'ai passé la nuit avec la Terran."

Peut-être cela la persuaderait-elle que je suis passé à autre chose, qu'en m'unissant à cette juste je suis tombé amoureux, que notre histoire à prit fin pour de bon en découvrant des sentiments que je n'ai put voir s'épanouir avec elle.

Ou peut-être n'accorderait-elle pas plus d'importance à cette infidélité qu'aux autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Dim 15 Mai 2011 - 16:08

Si proche de lui, je pourrais tendre la main et l'attraper, le retenir, le forcer à répondre. Je n'en fis rien. Il se retournait, un face à face qu'il n'avait pas prévu. Je cherchais des réponses dans son regard, sur son visage, ses réactions. Rien de réellement concret, seulement sa mâchoire serrée retenant avec force quelque chose.

Le contact de sa main sur mon bras déclencha un frisson, malgré sa brutalité, il était si proche … Et les souvenirs de nos rencontres affluaient dans mon esprit. Vives et précises. Me faisant puiser au plus profond de mon être pour garder tout mon calme. Rester là, face à lui. Appréciant le faible contact qu'il m'avait offert.

Sa réponse n'en est pas vraiment une. Il a simplement éludé mes questions, préférant me parler de sa nouvelle conquête. Se fut douloureux mais pas étonnant. La souffrance venant surtout du fait qu'il cherchait à en venir là. Mais je gardais ma contenance et répondis sur un ton égal.

« Pourtant, tu es dehors, dès l'aube. Rhapsody doit sans doute encore dormir. »

Il était évident qu'il passerait une nuit et bien d'autres avec elle ou d'autres. Mais elle d'autant plus, elle lui offrait des choses inconnues … Des choses qu'avec moi il ne gouterait jamais, bridé par sa nature et mon aura … Seulement un profond amour pour la chair nous unissait, au delà, ce n'était qu'une utopie …
Elle vivait avec eux à présent, il n'aurait pu en être autrement. Il n'y avait aucune raison tangible qu'il ne le fasse pas.

Je souris à son regard stupéfait suite à ma prononciation de son nom.

« Elle est venue, il y a quelques temps au manoir. Et sa récente entrée chez vous n'est pas anodine. »

Je lui cachais volontairement notre entrevue, ce qu'elle avait subi. Si elle ne lui avait rien dit, je n'en dirais rien non plus.

Je glissais ma main dans la sienne, nous rapprochant à nouveau. Mon corps brulant d'envie de se coller au siens, d'aller plus loin que le simple contact de sa main. Je voulais plus de lui... Si il le désirait à son tour.

« Répond à ma question, Helevorn. Désires-tu ne plus jamais me revoir ? »

J'avais peur qu'il finisse par me répondre positivement. Qu'il m'apprenne jusqu'à quel point il le voulait ... Et celle-ci se répercutait dans sa main, que je ne pus m'empêcher de serrer plus fort. Mon cœur cognant dans sa cage avec férocité, me faisant presque mal. Ce n'était pas ce que je désirais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Dim 15 Mai 2011 - 19:16

Stupéfait.

Son prénom dans sa bouche...Comment le connait-elle ? La réponse ne se fait pas attendre, après qu'elle se soit délecté du trouble qu'elle a jeté en moi.

Rhapsody au manoir Sapere...qu'est-elle allé faire là-bas, se jeter dans la gueule du loup. Ma peau se hérisse d'inquiétude. Pourtant je sais qu'elle est au Domaine, qu'elle dort paisiblement dans sa chambre, qu'elle est en bonne santé, mais je ne peux réfréner mon angoisse.
Elle a dû rencontrer Exoriel sans imaginer qui elle peut être. La pointe aiguë d'un remord s'enfonce dans ma poitrine. Et si il lui était arrivé quelque chose ? Je l'ai mise en danger...

Ses doigts glissent entre les miens m'arrachant à mes pensées. Elle se rapproche.

Mes muscles se tendent. Je serre les dents, sachant pertinemment que le danger croît et qu'elle prendra tous les risques pour s'engouffrer dans la moindre faille.

Je soutiens son regard d'or.

"Tu sais très bien que non, Exoriel. C'est plus compliqué que ça. Je ne serais jamais tiens quoi que nous fassions. Je ne fais que te protéger en m'éloignant de toi...Quant à ma présence ici à cette heure, elle n'est due qu'a mes vieilles habitudes...peut-être changerons t-elle un jour."

Garder ma maîtrise..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 16 Mai 2011 - 1:21

Sa réponse me fit froncer les sourcils de mécontentement. Que croyait-il au juste ? Que parce que j'appréciais nos moments au delà de la chair, aimais me souvenir de sa présence, sentais mon cœur s'emballer à son contact. Que je chercherais à le faire prisonnier de ce que je ressentais … Alors que j'avais haï ce sentiment de possession ces dernières années …

« Ce n'est pas ce que je veux. Parce que je sais que le vouloir serait irréalisable, mais que te vouloir te condamnerait à trop de choses que je déteste. Cesses de croire ce genre de choses. Cesse de vouloir me protéger de ce dont je n'ai pas besoin de l'être. Je suis capable de le faire lorsque ce sera nécessaire. »

Orgueil.

Mes yeux plongeaient dans les siens, avec intensité telle que je sentais presque leur iris dorées se diluer.

« Ouvre les yeux … Ce que je ressens pour toi n'est certainement pas plus facile à vivre pour moi. C'était tellement plus simple avant ... »


Je quittais son regard pour la première fois, baissant la tête avec nostalgie. Celle-ci heurtant tendrement son torse. Un frisson à ce nouveau contact, qui me parcouru tout le corps. Il m'était si agréable, si désirable … Je relevais la tête plantant à nouveau mes iris dans ses émeraudes. Cette fois-ci, je ne pus pas empêcher mon autre main de venir se poser sur sa joue. Satisfaire mon désir de savourer à nouveau sa peau, plonger mes lèvres sur celle-ci. Me rapprochant de lui, brisant les quelques centimètres qui nous séparer dans un doux frôlement de nos vêtements.

Je laissais mes doigts caressaient ses lèvres, réprimant une puissante envie de les remplacer par les miennes dans un baiser sulfureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 16 Mai 2011 - 14:10

Ses doigts tremblants contre mes lèvres. Son désir s'exprime à travers tout son être, transperce son regard pour couler dans le miens et s'y répandre comme une offrande.

Le plaisir physique ne sera jamais assez rassasiant.

Il contentera nos corps un moment pour frustrer son cœur davantage, et le miens également...au fond.

Céder à ses avances maintenant, si près du Domaine, si près de Rhapsody qui dort paisiblement dans sa chambre et ne se doute de rien.

Si Exoriel supporte de toute sa force mes infidélités, la jeunesse de la Terran, son inexpérience de l'Amour souffrirait de les découvrir.

Je ne peux pas rester ici. Pas avec Exoriel.

Je saisis le poignet qui caresse ma joue et plonge mes yeux dans les siens.

Un prétexte pour s'éloigner.

"Je me rend à la Forteresse d'Esgandiar."

Une invitation implicite à me suivre qu'elle saisit à la seconde.

"J'ai quelques adeptes de Fargol à assassiner, et un golem de feu à réduire en cendres."

Son aide sera précieuse, même si le subterfuge est aisément décelable.

Un œil vers Kasha à la lisière de la fôret.
La monter me renvoi au souvenir encore récent du duel avec Ashbert. Exoriel se serre contre moi, la jument hennit et part à vive allure à travers les arbres.

La route est longue mais le voyage se fait en silence. Ses mains chaudes se serrent contre mon torse, sa tête repose tendrement contre mon omoplate. C'est seulement aux portes de la forteresse que j'esquisse un geste vers elle, glissant ma main contre sa cuisse avant de descendre.
Je la prend par la taille pour l'aider à mettre pieds à terre, même si je sais qu'elle se débrouille parfaitement sans mon aide. Mon besoin de contact se fait plus pressant bien que je le refrène avec application. Je ne peux me priver de certaines attentions à son égard. La volonté me manque.

J'attache les rênes de Kasha au rondin de bois destiné à cet usage, près de la haute tente jouxtant le fort. Une auberge nomade pour les voyageurs égarés et les aventuriers assoiffés d'explorations. Une tape bienveillante sur le pelage poussiéreux du destrier qui lape avidement dans l'abreuvoir une eau des plus trouble.
Le lieu est inhospitalier et la morsure du soleil ici s'intensifie. Il est près de midi si j'en crois la position de l'astre.

Sans échanger le moindre mot, nous pénétrons la Citadelle d'Esgandiar. Le son métallique de ma colichemarde tinte le long de mon fourreau, Exoriel en retrait admire le spectacle sanglant que je lui offre.
Les adeptes de Fargol gisent par dizaines dans une mare pourpre, mélangée de sable et de poussière.

J'essuie ma lame dans la cape du dernier cadavre avant de lever les yeux vers elle, assise contre un rempart, caressant d'un air distrait son orbe de tempêtes.

J'attends qu'elle me rejoigne pour l'acte final.

De l'autre côté, une lueur enflammée lèche les murailles et se déplace avec lenteur, faisant trembler le sol sous ses pieds de braises. Une odeur de brûlé vient incommoder mon odorat.

Le Golem est là, tout près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 16 Mai 2011 - 17:28

Il m'éloigna de lui, retirant le contact que j'avais sur son visage. Me faisant par là même baisser les yeux un instant, avant de m'y replonger lorsqu'il m'invita à partir. A m'éloigner, à nouveau, mais du Domaine, pour la protéger, elle, de ses secrets … Un jour elle finirait par savoir. Un jour …

Je le suivais sans un mot, l'écoutant m'expliquer ce qu'il avait à faire là bas. Sans doute cela aurait pu attendre.

Enlacée dans son dos, baignée par sa chaleur et son odeur si particulière, mon corps s'assoupit. Pour ce qui me paru quelques secondes alors que cela dura toute la matinée, toute la durée du trajet. Malgré l'inconfort du dos de ma jument, celui-ci ayant bien trop besoin d'un maigre repos. Quelques minutes avant notre arrivée, je relevais la tête, cherchant autour de moi où nous étions. Proche de la forteresse apparemment. Je remontais ma capuche sur ma tête afin de me protéger du soleil qui me mordait le crâne à cette heure-ci de la journée.

Alors qu'il arrêta ma jument devant un campement de bucheron, sa main glissa sur ma cuisse, entamant un nouveau frisson sur ma peau. Je le fixais ardemment lors de sa descente, la mienne suivant de près, ses mains sur ma taille. Docile. Je détestais cette torture qu'il m'infligeait. Un dernier regard vers Kasha et je le suivis, me posant dans un coin, à l'ombre. Sortant mon arme, au cas où il aurait besoin que j'intervienne. Je le regardais faire couler le sang … Une danse mortuaire agréable. Sa lame dans leur chair, glissant habillement entre leur armure. Ils n'avaient aucune chance de survivre. Cruellement belle était leur mort, sans doute n'auraient-ils pas pu espérer une meilleure.

Je me relevais, lui adressant un sourire, esquivant les corps éparpillés qui nous séparer. Afin de rejoindre l'impasse où était enfermé le Golem de feu. Plus nous approchions, plus la chaleur était oppressante. Dérangeante. Mais face à lui, ce fut comme se retrouver face à un soleil. Aveuglant, brûlant. Je mourrais de chaud sous ma cape et pourtant, ne pouvais me permettre de la retirer. La chaleur étant préférable aux brûlures.

Je lui lançais un regard et enclenchais le combat. Le criblant de la plus part de mes sorts afin de le faire tomber au plus vite. Des éclats de noirceurs se peignant sur son corps incandescent. Dans un premier temps, il avait essayé de jouer avec moi, cherchant à me blesser, mais forcer de se rendre compte qu'il n'y parvenait pas, il finit par porter son dévolu sur le guerrier à mes côtés. Ce golem était résistant, beaucoup trop, mais faible du moins pour moi. Esquiver ses attaques étaient aisées. Mais l'attaquer de près ne rendait pas les choses plus facile pour Helevorn. Qui voyait son armure subir les crocs du feu, et parfois plus que son armure. Cette vision me déplaisait et me entacha mon visage d'une grimace.

Un dernier coup et il était à terre. Je m'éloignais de quelques pas, le regardant faire avec anxiété. Lorsque le monstre s'écroula lourdement au sol, perdant rapidement les flammes qui le composaient.

Je voulus lui dire, lorsqu'il se rapprochait, que je détestais quand il prenait autant de risque. Mais n'en dis pas un mot, il le savait, mais ne m'avait jamais écouté et le contraire était tout autant valable.

« As-tu fini ? » lui demandais-je simplement.

Posant ma main sur son avant bras, qui comportait la seule blessure visible à mes yeux. Sans doute en possédait-il d'autres. Le soignant faiblement. Pendant qu'il me répondit par la positive. Partiellement soigné, je retirais ma main de son bras, la glissant entre ses doigts, ne retenant pas l'oppressante envie d'aller l'embrasser. Plaquant mon corps simplement vêtu du tissu de ma robe, contre sa cuirasse encore brûlante. Enflammant mes pulsions qui à présent, n'avait plus aucune raison valable d'être bridées.


Dernière édition par Exoriel le Mar 17 Mai 2011 - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 16 Mai 2011 - 22:12

Fournaise.

Ma lame rougeoie dans son corps d'incendie, se retire en flammèches folles. Je recule. Nul moyen de discerner sa douleur, ni la faiblesse qui le gagne à mesure de nos assauts conjugués. Frustrant.

Ces créatures magiques invoquées par les sorciers les plus anciens ne me donnent aucun plaisir à combattre. Inexpressifs, immenses et lourds. Rien ne vaut un cri, une giclée de sang et la grimace douloureuse sur un visage humanoïde pour donner du relief à l'affrontement.

Ses râles s'expriment par un vrombissement de flammes qu'il expulse de sa gueule brûlante, noircissant l'azur d'une fumée toxique.

Irrespirable.

La chaleur est intenable sous mon harnachement, et l'effondrement du golem sur lui-même sonne comme la délivrance la plus totale.

Le monstre de feu s'écroule dans un tas de cendre.

Je rejoins Exoriel qui se presse à soigner mes brûlures. Mon corps est un tel brasier que leur morsure ne parvient pas à me focaliser sur un endroit particulier.

Je retire mon heaume et essuie la sueur contre mon front.

Il est temps de quitter cet enfer avant que mes entrailles ne fondent. Alors que je ne demande qu'à en partir, elle me retient de sa main dans la mienne et se plaque contre mon armure à la recherche d'un baiser.
Instinctivement je me recule craignant qu'elle se brûle. Le métal qui me couvre rougeoie encore faiblement. Je tiens fermement sa main pour la tenir à distance, plantant un regard mi-protecteur mi-autoritaire dans le siens.

"Partons d'ici. Je dois retirer ce plastron."

Mon regard s'aventure sur ma peau, noircie par la cendre de l'atronach.

Je ne prête pas attention au regard contrarié d'Exoriel et l'entraîne rapidement à l'extérieur d'Esgandiar. Non loin de la tente, dans les lignes imprécises de la chaleur au lointain, une oasis s'étend au sud. Priant intérieurement pour que ce ne soit pas un mirage, je lâche sa main et m'y hâte. Excédé par la chaleur étouffante qui m'oppresse, je défais les attaches bouillantes de mon armure qui chute dans la dune suivis du reste de mon équipement qui suit ma course.

Je jette mon pantalon sur la rive et plonge tête la première dans l'eau limpide.

Fraîcheur bienfaitrice sur ma peau étouffée. Fluide salvateur dont je chéri la présence inespérée. Une prière à Posicillon. Mon corps recouvre une température normale.
Quelques brasses dans le fond remuent le sable, troublant rapidement la nappe. Je reste immergé jusqu'à ce que mes poumons me tiraillent, et d'un coup de talon surgit à la surface, plaquant de mes deux mains mes cheveux en arrière.

Ma vue brouillée quelques instants par le liquide retrouve sa netteté.

Exoriel à rejoins le bord et s'est débarrassée de sa cape qui gît sur l'erg, mollement caressée par le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 17 Mai 2011 - 11:56

J'enrageais. Je brûlais de colère. Qu'il m'ait éloigné, refusé ce baiser et qu'il me traine dans son sillage. Oppressant ma main de ses doigts, ferme. Je le fusillais du regard alors qu'il m'ignorait superbement. Que croyait-il. Qu'il pouvait me trainer où il le désirait pour n'importe quelle raison et que je suivrais sagement. Que le danger d'un métal encore brulant était une raison suffisante pour encore s'esquiver.

Je fulminais tout en essayant de calmer mon aura qui s'éparpillait autour sous l'effet de la colère. Me retenant de lui ordonner mentalement de me lâcher. Alors que je reprenais un contrôle total sur moi-même, il lâcha ma main et parti à toute allure vers ce qui semblait un point d'eau. Un soupire et j'entrepris de le suivre, fixant sa silhouette pressée, faisant tomber une à une les couches de protections qui composait sur son corps. Pour finir par plongé dans l'eau, à quelques pas de moi. Je ne pus m'empêcher de sourire en voyant mon élément devenir vapeur à son contact. Revenir au sien. Intéressante fusion.

Je le regardais remonter, décrochant ma cape, la posant au sol. Le soleil était moins fort ici, moins gênant, et la fraicheur de l'eau embaumait l'air. Je dessanglais les attaches de mon orbe, de ma dague et posaient le tout près de ma cape avant de retirer mes chaussures suivi de mon bustier. Ne gardant que ma robe pourpre qui me tombait jusqu'aux genoux.

Je rejoignis la rive, relevant ma robe jusqu'à mes hanches en un nœud afin de m'assoir sur celui-ci. Profitant du faible niveau de l'eau. J'étendis mes jambes, laissant la fraicheur de l'eau lécher ma peau jusqu'aux cuisses alors que mes pieds jouaient dans le sable afin de troubler l'eau, ravivant mes souvenirs d'enfances, si peu furent joyeux mais certains existaient. Encore quelques secondes à regarder les offrandes de mon dieu avant de mes iris dorés sur Helevorn. Au centre du lieu, agréablement trempé, des gouttelettes voyant de sa nuque à son torse, dessinant les courbes qui composaient ses muscles.

Relevant légèrement mes jambes, de manière à sortir mes genoux de l'eau et de pouvoir appuyer mes coudes dessus, laissant choir ma tête sur mes mains. Ainsi posté face à moi, il m'offrait une vision insoutenable de lui. Je ne pouvais m'empêcher de le fixer, puisant dans toutes mes ressources pour ne pas le rejoindre, retirer ma robe dans l'instant et plonger. Alors que l'envie ne m'en manquait pas.

Le fait d'avoir bougé m'avait fait glisser dans l'eau, qui à présent entourait mon bassin. Plaquant ma robe sur ma peau sur tout mon ventre, l'eau remontant malicieusement tout le tissu qu'elle pouvait. Sans doute ne tarderait-elle pas à venir se nourrir sur celui qui formait mon décolleté.

Involontairement provocante afin de résister, encore un peu. Je me mordais la lèvre inférieur, m'infligeant une délectable douleur afin d'occuper vaguement mon esprit à autre chose que le désir de le dévorer qui me taraudait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 17 Mai 2011 - 14:28

Je l'observe un sourire en coin s'assoir sur la rive, laissant ses jambes jouer dans l'eau avec une innocence de façade.

Nous nous jaugeons un moment en silence. Je la sens qui s'applique à faire taire ses pulsions.

Je la rejoins, me penche vers elle, glisse une main fraîche d'eau contre sa nuque et lui murmure un remerciement pour son aide à l'oreille. Mon pouce glisse contre sa lèvre, mes prunelles accrochent les siennes quand je me redresse.
Je la dépasse et me rhabille. Mon pantalon et ma chemise que je laisse ouverte, mon armure et mes bottes dans mes bras.

Un regard derrière mon épaule.

Exoriel me fixe avec intensité. Je lui souris et prend la direction de la tente. La torture que je lui inflige frise le sadisme, pourtant l'idée que j'ai en tête pourrait bien la ravir. Pour l'heure, elle ignore tout de mes intentions, et mes fuites répétées pourraient bien finir par l'exaspérer à un point tel qu'elle décidrait de partir.

Je prend le risque.

Le sable brûlant mord mes pieds qui s'enfoncent mollement dans la dune. Je prend suffisamment d'avance pour atteindre la tente nomade quelques minutes avant elle. Le temps de passer une commande toute particulière et d'y laisser une somme d'or indécente.

Elle me rejoint sans mot dire, arborant un visage glacial qui n'arrive pas a troubler ma bonne humeur, ce qui sans doute contribue à son agacement. Je glisse une main dans son dos et l'invite sous le auvent à s'assoir à une table. On nous y sert un thé brûlant jaillit d'une théière exotique dans de petits verres décorés finement.

Je cale mon dos au siège et profite de la vue, caressant le sable ombragé sous mes talons. Frais grains coulant entre mes orteils. Je ferme les paupières, savourant la brise s’insinuant entre les pans de ma chemise. Mes cheveux voletant tendrement contre mes épaules.

Le début d'après midi est magnifique.

Une gorgée de thé avant de me tourner vers Exoriel.

"Le lieu te plaît ?" sur un ton innocent.

Peut-être la question qui la ferait sortir de ses gonds...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 17 Mai 2011 - 18:18

Je me relevais, dans le but de le suivre. Encore une fois. Je refrénais un soupire d'exaspération à son intention et j'attrapais mes affaires. Je pris seulement soin de remettre ma cape sur mes épaules et ma tête. Par habitude et car je n'appréciais pas plus que ça la chaleur mordante du soleil. Malgré que ma robe fut largement trempée. La chaleur ambiante ferait très bien l'affaire.

Arrivé avant moi au campement, il m'attendait, un sourire radieux aux lèvres face à mon impassibilité. Il savait comment jouer avec moi, et savait s'en amuser. Torturer mes désirs. Se faire languir jusqu'au point de rupture. Au fond, j'aimais cela aussi, mais quand cela lui arrivait. Bien que peu souvent.

Mon regard ne décrochait pas du siens alors que je m'asseyais en face avec nonchalance. Faisant tomber sur le dossier ma cape et choir au sol mes affaires. La chaleur avait rendu ma robe humide, créant une fraicheur agréable sur mon corps, contrastant parfaitement avec la chaleur nous entourant.

Ce n'est que lorsqu'il daigna à nouveau me parler que je ne le regardais plus, occupée à gouter au thé qui venait de nous être servi. Je pris mon temps pour répondre, reposant mon verre sur la table avant de l'observer à nouveau, un sourire taquin aux lèvres.

« La vue m'est agréable. » sur un ton que j'avais voulu sérieux mais qui ne pus s'empêcher d'être rieur.

Nos jambes si proches, je laissais aller mon pied contre l'intérieur de son genou, me glissant le long de sa cuisse sans aller trop loin, m'arrêtant au trois quart de celle-ci. Le narguant ostensiblement. Me jouant de l'effet que je provoquais sur tout son être avec un regard angélique.

Je pris à nouveau mon verre, le portant à mes lèvres dans le but de terminer le thé qui commençait à refroidir. Alors que mon pied se trouvait sur son mollet opposé, descendant lentement jusqu'au sol. Me permettant ainsi d'échanger les rôles, user de mon autre pied, réchauffé par le sable chaud sur son mollet, son genou, sa cuisse qui n'avaient pas encore goûté au plaisir de mes caresses. Sans aller plus loin …

Parcourir ainsi son corps accroissait mes propres désirs, ils en étaient presque palpables. Mais le tenter ainsi était bien plus divertissant après s'être jouer de moi avec sadisme.

Je reposais mon verre et dans un même temps, je cessais mes activités, comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 17 Mai 2011 - 23:05

Elle me provoque en toute innocence, comme elle sait si bien le faire.

Le jeu semble s'inverser un instant.

Mon regard se pose sur son pieds qui se fait aguichant, remonte le long de sa jambe, de sa robe mouillée, son décolleté, pour s'arrêter sur son visage. Dans ses yeux qui m'ignorent avec calcul. Iris de sable nimbées de cils noirs. Le zéphyr porte délicatement ses mèches ébène. L'élégance de sa tenue désormais défaite lui donne un air bohème. Si sa peau était bronze plutôt qu'opale, il aurait été difficile de ne pas la confondre avec une fille du désert. Nomade, diseuse de bonne aventure, aussi sauvage que délicieuse. Fière de ses origines vagabondes.

Elle retire sa cheville aventureuse de ma cuisse, inclinant son visage en arrière, m'offrant la vue de sa gorge claire. Je la scrute, mon index le long de ma tempe, coude sur l'accoudoir.

On nous ressers deux fois du thé avant que le marchand ne me fasse signe discrètement.

Exoriel a prit son mal en patience, croisant et décroisant ses jambes, portant à ses lèvres le breuvage fumant, me jetant de furtifs coups d’œils, laissant parfois égarer ses yeux sur la peau découverte de mon torse.

Je me lève. Elle paraît presque surprise que notre jeu s'arrête.

Je lui caresse la joue l'invitant d'un regard à me suivre, ce qu'elle fait sans se faire prier, tout en gardant une allure qui ne veut rien laisser paraître de son impatience.

Je l'emmène à sa chambre. Cette auberge n'offre que la maigre séparation du tissus en guise de murs. J'écarte le pans qui fais office de porte et la laisse entrer.

Instinctivement, son attention se porte sur moi, et non dans la pièce. C'est au craquement et au relief inhabituel du sol qu'elle y regarde de plus près.

Un par-terre de roses fraîches recouvre la surface jusqu'à noyer le lit.

Vision rougeoyante, parfum enivrant.

J'ai pris soin de demander à ce qu'on leur laisse les épines. Entières, piquantes, sublimes. Exoriel s'avance, contemplative, avant de se retourner. Je reste sur le seuil dans une position nonchalante, le bras appuyé contre l'encadrement de toile, un sourire aux lèvres.

"Cela ne valait-il pas la peine d'attendre ?"

Un cadeau que je lui fais, dont j'aurais bien pu me passer si j'avais voulu continuer à l'éloigner de moi. Mais je ne peux renier l'attirance et les sentiments persistants qui m'étreignent à son contact. Je ne peux rejeter l'amour qu'elle me porte, les attentions qu'elle à depuis notre rencontre à mon égard. Je ne le peux décemment pas sans me flouer moi-même.
Si séparation entre nous il doit y avoir, elle ne pourra s'opérer comme une brisure sèche et nette...Il faudra du temps...et pour l'heure, je ne me sens pas prêt à quitter une telle femme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Mer 18 Mai 2011 - 23:43

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 23 Mai 2011 - 12:06

Retour au Domaine.

Le poids de mon armure, le frottement du tissus et du cuir sur ma peau meurtrie me contractent la mâchoire tout au long du voyage.

Les mains d'Exoriel enserrent mon torse. Griffées. Comme ses bras et le reste de son corps. Elle pose sa tête contre mon dos, silencieuse. Je sens à la façon dont elle me serre qu'elle ne désire pas me quitter, qu'elle redoute même cet instant et ce qu'il adviendra ensuite.

Peut être notre dernière fois...

L'incertitude nous embaume avec la tiédeur d'un soir en forêt. La chaleur du soleil a été retenue par les arbres et persiste mollement dans une fragrance terreuse et végétale.
Le chant des oiseaux devient cotonneux au crépuscule et s'échappe entre un feuillage mordoré.

Le mord s'enfonce entre les dents de Kasha. Nous approchons du Domaine, la forêt se densifie. Je met pieds à terre dans un bruit métallique. Un regard vers Exoriel.

"Je te laisse ici..."

Désormais, elle passe du statut d'amante à celui plus dangereux de maîtresse. Au fond de moi, je ne veux admettre cette idée car elle véhicule trop d'engagement et de mensonges...Je sais que la situation ne pourra pas durer sans qu'il n'arrive malheur, pourtant...

Je ne veux pas lui dire "au revoir" ou "a bientôt" même si ces promesses me chatouillent la langue. J'aimerais pouvoir me séparer d'elle plus simplement, sans que l'atmosphère se fasse lourde de sens, triste comme un adieu.

Elle tente d'effacer l'ébauche mélancolique d'un sourire esseulé. Elle s'empare des rênes. Je pose ma main sur la sienne et la serre tendrement, diffusant la chaleur d'un soin sur ses blessures, lui glissant un regard de velours.

Un bruit de branche se brise derrière moi, son sourire se déchire, le regard braqué sur quelque chose. Mon cœur frappe ma cage thoracique, je tourne la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhapsody
Louve glaciale
Louve glaciale
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 26
Date d'inscription : 18/04/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Terra
Level: 56

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 23 Mai 2011 - 20:28

Réveil solitaire dans une matinée bien avancée. Le soleil pénètre ma chambre de puissants rayons aptes à me rappeler l’heure tardive. La fatigue pourtant n’a pas quitté mon corps, et je tente de me lover contre mon amant pour replonger encore un peu dans les limbes de l’inconscience… Personne. Mon esprit lutte un instant contre cette conception étrange qui finit pourtant par s’imposer à moi. Il est parti.

Pincement au cœur que je ne parviens à réfréner. J’ignore comment je dois comprendre cet abandon. Un instant, l’espoir qu’il soit parti récupérer un petit déjeuner comme la première fois m’étreint mais je le repousse prestement. Il n’est nulle raison de me nourrir de futiles attentes peu à même de se produire. Ne pas trop ruminer sa désertion.

Impossible d’avaler quoi que ce soit. Une étrange angoisse s’est nichée dans mon estomac et semble remonter le long de ma gorge. Son absence a un goût amer que je n’apprécie guère. Ne pas y penser pour l’instant. Se concentrer sur autre chose.

Balade dans les bois. La chaleur du soleil est étouffée par les ramures. J’erre entre les rideaux de lumière, cherchant un but que je ne trouve pas. Pieds nus dans la terre meuble, je sens ma peau caressée de mousse. Agréable sensation qui me procure un doux délassement. Mon esprit pourtant reste accaparé. Que faire désormais ? Le revoir comme si de rien n’était ? J’ai mal vécu son départ du matin. Assurément, un message y résidait prompt à détruire les promesses entraperçues la veille… Lui en vouloir alors ? Un peu puéril comme attitude.

Je me perds et me noie dans les possibilités. Aucune ne me sied… Combien de temps ai-je erré ainsi ? La journée probablement. Capacité d’abstraction complète sur la réalité pour me plonger dans l’univers des possibles. J’ai parcouru chaque voie, tenté d’imaginer chaque avenir, chaque conséquence. Je n’avais toujours pas trouvé de réponse quand un bruit m’a brusquement figée.

Je ne suis plus seule. Une monture quelque part dans la forêt. Voilà de quoi me distraire agréablement de mes mornes réflexions. Dans le plus grand silence, je parcours les sous bois, retrouvant avec plaisir l’attrait de mon élément. Les branches les plus gênantes s’écartent délicatement sur mon passage. Sentiment de bien être qui se dégage de ces lieux. Mes pieds nus s’enfoncent dans le sol délicieux. Ma robe brune se fond dans la lumière déclinante. J’ai passé des heures ici.

A l’horizon enfin, un cheval se découpe en ombres. Deux cavaliers sur son dos, mais je suis encore trop loin pour en discerner plus. Toujours sans bruit, je m’approche encore. Une chevelure argentée que je connais bien. Quelle joie si seulement… si seulement la femme derrière lui ne s’accrochait pas avec tant de vigueur… Si seulement je n’avais pas la certitude absolue de connaître cette silhouette, cette masse de cheveux ébène. Exoriel.

Je me fige instantanément. Des souvenirs, des images, des sensations me reviennent, m’oppressent. Statue de marbre en proie aux réminiscences de sa mort. Effigie immobile spectatrice passive d’une horreur qui se déroule sous ses yeux. Tant de complicité en si peu de geste. Des regards échangés qui plongent au plus profond de mon cœur leurs serres griffues. L’impression d’être lacérée de l’intérieur. La sensation de manquer de souffle.

Comment ai-je pu être si bête ?

Retrouvant la maitrise de mon corps, je tente de m’éloigner. Rendue maladroite par l’émotion, je piétine une branche dont le craquement résonne dans l’air du soir. Immédiatement, un regard mordoré se fixe sur moi, me plongeant dans un profond malaise… qui s’accentue encore quand deux émeraudes le rejoignent… Incapable de choisir la meilleure attitude, je demeure figée, en quête d’une échappatoire, désirant pour un temps n’avoir rien vu.

Tout plutôt qu’une confrontation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Lun 23 Mai 2011 - 22:57

Pendant tout le chemin, la douleur que ressentait mon corps m'avait tenu éveillée. Je me serrais avec force contre le sien, anxieuse à l'idée de ce qui arrivait. Moment fatidique que j'avais espéré ne pas voir pointé.

Mon esprit fut occupé à chercher un moyen de faire durer encore, même un peu, nos retrouvailles. Fugace désirs. Au fond de moi, je savais que je ne pourrais pas le retenir...

Pour finir par finalement arrivée à la lisière de la forêt du Domaine. Je pourrais trouver une excuse pour entrer. Voir quelqu'un … Mon âme paniquait. Je sentais mon cœur s'affolait alors que j'essayais de le brider. Mais je n'en dis rien, pas un mot. Ni quand il descendit du dos de ma jument, ni quand il mentionna son intention. Rien. Je ne faisais que le regardais avec tristesse.

En prenant les rênes de Kasha, afin de rentrer au Manoir, il mêla sa main à la mienne, m'offrant un léger soin, doux réconfort après cette lancinante douleur. Je gardais sa main le plus longtemps possible. Mes yeux légèrement voilés par la tristesse dans les siens. Lui décochant un sourire que j'avais voulu joyeux mais qui n'avait été qu'amertume.

Lorsqu'un bruit interpella mes sens, alerte. Mon regard vrilla en cette direction. Cette aura, perdue entre les arbres. Si faible et pourtant si prometteuse. Je posais mes yeux sur Helevorn, il avait compris lui aussi. Il venait de comprendre que ce qu'il avait cherché à éloigner ce matin s'était rapproché ce soir. Il n'aurait pu, au fond, ne pas lui cacher ses secrets à tout jamais. Lui faire croire à un idylle parfait.

La savoir là m'amuser. Elle n'osait pas approcher. C'était presque une délectation de jouer avec sa peur. Je fixais l'endroit où elle se terrait avec envie. Je pourrais descendre et la rejoindre, mais il m'empêcherait de l'approcher. Par crainte.

Étant hors de question que mes faiblesses transparaissent à ses yeux, j'affichais à nouveau le masque froid et hautain que j'aimais.

« Bonsoir Rhapsody. » Finis-je par dire clairement, accentuant chacune des syllabes de son prénom.

Dévoilant ainsi sa présence. Elle n'avait plus le choix. Elle devait se montrer. Ou fuir. Mais je n'avais pas envie qu'elle parte. Sadique. Je voulais qu'elle approche.

« Désires-tu que l'on te raccompagne au Domaine ? » lui proposais-je de manière provocante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhapsody
Louve glaciale
Louve glaciale
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 26
Date d'inscription : 18/04/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Terra
Level: 56

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 24 Mai 2011 - 21:54

Incapable de bouger. Alors que je souhaiterais fuir par-dessus tout, m’éloigner de cet endroit désormais honni, mes muscles semblent pétrifiés, m’obligeant à contempler ce que je redoute. Sa voix s’élève, cassante, amusée. Je la hais autant qu’elle m’abhorre… Comment homme peut-il choisir tels opposés ?

Sa présence réveille la douleur consécutive à ma mort fictive dans la pièce étrange en son domaine. La peur fait jour en moi à l’évocation de ce souvenir, la crainte de connaître ici et maintenant sort semblable. Par-dessus tout pourtant, c’est l’amertume de la trahison qui domine. La sensation d’avoir été flouée, de n’avoir été qu’un jeu fait remonter en moi des angoisses passées, des rancunes que je croyais éteintes.

J’avais raison de me méfier des hommes. Aucun autre que l’un des leurs n’aurait pu causer pareille douleur au creux de ma poitrine. Je m’étais attachée finalement malgré mes tentatives de préservation… Prémices de sentiments lacérés par mon orgueil. Impossible d’accepter pareil traitement.

La colère enfle, se nourrit d’années de rancœur, consume chaque parcelle de mon attachement. En cet instant, seule la haine me guide. Exoriel a cette étrange capacité de me faire perdre la mesure de mes gestes, le contrôle de mes sentiments. En sa présence, une farouche partie de mon caractère se révèle, pire encore qu’à mon habitude. Savoir qu’elle est peut être l’amante de mon amant…

Je tente de conserver une façade neutre, alors qu’une tempête fait jour en moi. Les derniers bastions de mon affection pour Helevorn se hérissent contre l’attaque de mon ire dévastatrice qui s’échoue sur les remparts. Pardonner ou condamner ? Détruire ou fuir ?

Les paradoxes me tiraillent, m’oppressent, me déchirent. La sensation que mon être vole en éclats sous le couperet d’une déception face à laquelle je ne m’étais en rien préparée. Le désir de mettre fin à cet amoncellement de regrets qui s’apposent sur moi. Avoir voulu m’ouvrir au monde n’aura fait que me conduire à ma perte. Fuir l’humanité est finalement une solution bien plus enviable probablement pour ma sensibilité.

Ma décision est prise.

Ma voix tremble un peu, mais je n’en ai que faire. L’opinion de la nécromancienne ne m’importe en rien. Quant à Helevorn… j’ai besoin de m’éloigner de lui suffisamment pour rebâtir mes convictions, pour rétablir les protections qu’il a si facilement mises en pièces.

« Je vous remercie, je connais la route. Veuillez m’excuser de vous avoir importunés. »

Fuir pour ne pas laisser éclater la colère qui m’oppresse. Fuir pour ne pas dévoiler les sanglots qui me rongent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 24 Mai 2011 - 22:47

Mon regard se fige sur sa silhouette, remonte à son visage marqué d'un malaise palpable. La lame acérée de l'horreur me poignarde en plein cœur.

Non !

Que fait-elle ici et maintenant ? A l'endroit exact où je suis revenu, éloigné sciemment du Domaine pour éviter de la croiser. Pour contourner ce risque...Pourquoi maintenant ? Comme ça ? Je voulais prendre le temps de le lui dire, essayer de lui expliquer...Mais le destin me rattrape et lui jette la vérité sous les yeux. La vérité nue, brute. Celle qui coupe les jambes d’effarement. Celle qui viole la confiance sans vergogne. Celle qui renverse le cœur. Déchire l'âme, arrache les larmes jusqu'au fond des entrailles.
Poison...

Exoriel l’interpelle. L'oblige à affronter l'évidence. Acide. Intraitable. La traîne mentalement à terre alors qu'elle est blessée.

La voix de Rhapsody s’esquinte dans sa gorge, étranglée par la trahison.

J'assiste à la scène tel un spectateur impuissant, terrassé de remords. Elle se retourne et prend la fuite à travers les bois.

Ma poitrine s'arrache à son départ.

Sans réfléchir je me lance à sa poursuite, laissant Exoriel derrière moi.

C'est au moment où ma main agrippe son bras et qu'elle se retourne, des larmes plein les yeux, que l'incertitude me balaye. J'ignore totalement quoi lui dire, si ce n'est tenter un "Je vais t'expliquer" pathétique.

J'ai trahis la confiance si fragile qui venait de se construire...Ma bouche s'entre-ouvre sans réussir à prononcer le moindre mot. Sa tristesse me déchire. Je prends la mesure de mon erreur, du fait que j'ai cédé et que le prix à payer sera lourd. Plus que perdre son corps, c'est le lien si particulier qui s'est tissé entre nous qui se brise, sa confiance en moi, bafouée de la plus exécrable des façons...C'est son âme que j'ai foulé au pieds.

Mes doigts se desserrent autour de son bras. Conscient plus que jamais que je n'ai pas le droit de la retenir...

Mon regard d'émeraude se perd dans l'eau troublée du siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhapsody
Louve glaciale
Louve glaciale
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 26
Date d'inscription : 18/04/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Terra
Level: 56

MessageSujet: Re: Pretexte   Mar 24 Mai 2011 - 23:47

A peine leur ai-je tourné le dos que les larmes s’échappent à mes yeux. Rage et peine se mêlent en un dangereux mélange qu’il ne serait pas bon de laisser échapper. Jamais je n’ai été plus inquiétante qu’en cet instant, animal blessé qui tente de fuir ses chasseurs. Il ne serait guère sage de l’acculer pour l’obliger à prendre ses responsabilités…

Une main se referme sur mon poignet, m’obligeant à m’arrêter. Sans même réfléchir, j’agrippe ma neigeuse avant de desserrer mon étreinte en m’apercevant que ce n’est qu’Helevorn. Un instant, j’ai cru devoir me défendre contre la furie…

Mes yeux trahissent seuls les émotions contradictoires qui m’animent. Les larmes m’ont échappé, exprimant plus pourtant ma colère contre moi-même qu’une véritable tristesse… Je ne suis pas femme à me replier sur mon malheur. D’un geste violent, j’arrache mon poignet à ses doigts. D’acides réflexions me brûlent les lèvres que je réprime pourtant. Son regard émeraude laisse paraître une fragilité que j’avais déjà soupçonnée en d’autres occasions, qui n’avait pourtant jamais été confirmée.

Je n’ai nulle envie de le voir se répandre en excuses, nulle envie de le voir m’implorer ou quoi que ce soit d’autre qu’il soit capable de faire en cet instant. Je n’aime pas voir un homme s’humilier, même si mon opinion à son égard a vertigineusement chuté ces dernières minutes. Certes, il ne m’avait rien promis. Pourtant, une rancœur demeure à l’idée qu’il se soit joué de moi ainsi.

Parfaitement immobile, je me pare de toute la fierté qu’il me reste pour lui faire face. Les larmes se tarissent en une tentative désespérée pour préserver les derniers lambeaux de mon amour propre. Lui crier au visage me permettrait certes de faire sortir toute la tension, mais je ne trouverais en rien cette attitude digne. A la place, la glace de ma colère se matérialise dans mon ton.

« Je te laisse une seule phrase pour me convaincre de t’écouter. »

Mes poings se sont refermés pour tenter d’apaiser la lave qui me consume de l’intérieur. Je regretterais immanquablement tout geste qui lui causerait du tort. Au fond de mon cœur, mon affection demeure malgré les sérieuses atteintes qu’elle a subies en ce jour. Il serait idiot de venger ma propre stupidité sur sa personne.

S’il est venu jusqu’ici, c’est qu’il se sent concerné. Qu’il me le prouve. Qu’il m’en convainque. Dans le cas contraire, je me verrai contrainte à fuir pour quelques temps l’intimité du Domaine afin de travailler sur mes propres ruines.

J’attends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helevorn
Etoile Noire
Etoile Noire
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 35
Date d'inscription : 23/08/2010

Feuille de personnage
Classe: Etoile noire
Elément: Aéride
Level: 105

MessageSujet: Re: Pretexte   Mer 25 Mai 2011 - 13:18

Sa phrase cingle ma fierté.

Elle s'est parée d'un masque glacial, et son ton est une pluie de verre contre moi. Je sens sa langue comme un rasoir.

Mon visage se referme instinctivement.

Nombreuses sont les femmes qui m'ont haïs pour mes infidélités, qui m'ont assénés maints reproches, maintes phrases acides pour m'atteindre, blesser mon cœur, sans jamais réussir à l'érafler à vif comme elle vient de le faire. Je n'arrive pas a l'accepter...La faiblesse dans laquelle elle me jette.

Impérieuse. Elle me toise d'un œil verglacé, que je soutiens pourtant avec aplomb malgré ma faute.

Je ne m'en veux pas au fond d'avoir retrouvé Exoriel, car je ne lui ai jamais rien promis, car elle sait qui je suis. Mes remords prennent racine dans le fait que je ne lui ai rien révélé de son existence dans ma vie. J'aurais dû l'évoquer plus tôt. Peut être dés le départ, en prenant le risque de l'éloigner définitivement. Cela aurait sans doute été mieux pour elle. La voilà victime de ma condition à présent.

J'aimerais pouvoir lui expliquer la compatibilité de nos karmas, chose qui n'existe pas avec Exoriel. J'aimerais lui dire qu'avec du temps et de la patience, elle pourrait atteindre ce qu'Exoriel n'aura jamais. J'aimerais qu'elle comprenne a quel point je ne peux contrôler ce qui m'anime.

Tout ce qui me viens la laissera dans les ténèbres, mon orgueil froissé agrippe dans ma gorge ce qui pourrait la retenir.

"Je ne suis pas un humain Rhapsody." d'un ton neutre.

Je sais que ces mots ne trouverons pas d'écho positif en elle.

"Mon cœur n'est pas malléable comme ceux des mortels. Seul le temps est la clé des promesses."

Un peu plus loin, je sens l'aura d'Exoriel se rapprocher. Elle aurait put fuir, mais elle veille, son regard posé sur moi.

Je suis prêt à partir à mon tour, à m'éloigner du Domaine pour la laisser me détester, se répéter a quel point elle a été naïve de m'accorder sa confiance. Je ne pourrais rien faire contre ça. Elle ne peut demeurer en ma compagnie en cet instant, trop d'émotions se mêlent, trop de sentiments se percutent entre nous.

Mon visage impassible laisse échapper l'ébauche d'une furtive douceur avant de retrouver son masque de marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exoriel
Rose Piquante
Rose Piquante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2011

Feuille de personnage
Classe: Nécromancienne
Elément: Eau
Level: 219

MessageSujet: Re: Pretexte   Mer 25 Mai 2011 - 20:24

Je l'ai regardé tétaniser avec un sourire glacial, écoutant la déception d'une telle découverte. Ses mots qu'elle avait voulu neutre n'étaient que le voile de ressentiment bien plus lourd. Mais pourtant, lorsqu'elle se retourna, prit la fuite, je n'en retira aucun plaisir. Car sans un regard Helevorn partit à sa suite … M'assenant un douloureux coup au creux de ma poitrine.

Je serrais les dents alors que mes doigts s'enfonçaient dans la paume de mes mains, enlaçant violemment les rênes de Kasha. A ce moment là, une fulgurante envie de partir m'étreignit. Le désir de le laisser recoller les morceaux parce que si il l'avait rejoins si promptement, c'était parce qu'il la voulait … Elle. Cette idée me laissait un goût amer en bouche après ce qu'il venait de se passer. Je peux difficilement me faire une raison à cela.

Je finis par desserrer la bride de ma jument et caresser son encolure avant de descendre de son dos. Je la lassais là, avec un regard qui en disait long. Je n'aimais pas la voir librement ici depuis qu'elle s'était échappée la première fois. Et je me glissais dans la forêt, à la suite d'Helevorn. L'idée, seule, de savoir ce qu'ils se disaient, rester en retrait.

Rhapsody, par son manque de contrôle sur son énergie laisser voir beaucoup de choses dans son aura. On pouvait lire ses émotions comme un livre ouvert. Colère, tristesse, déception. Alors qu'Helevorn, son aura n'était que la marque qui le définissait. Rien ne transparaissait. Malgré que ses sentiments m'intéressaient plus que l'évidence de ceux de la nouvelle Étoile.

A présent, j'étais assez proche pour avoir entendu ce qu'il semblait être la dernière phrase qu'il eut prononcé. Sa réflexion m'arrachant un léger soupir d'agacement. Comme si il se croyait à l'abri des sentiments.

Presque à son niveau, ma main se posa dans son dos, lui signifiant ma présence, avant de glisser de manière à l'entourer. Appuyant mon corps contre le sien d'une manière presque possessive, qu'il ne devait sans doute pas connaître. Qui m'étonna même intérieurement.

Mes yeux se posèrent sur le visage de Rhapsody, qui me faisait face, les plongeant dans son regard glacial, avec une pointe d'amusement. Agir ainsi devant elle ne ferait qu'accroitre sa colère. Le tableau que je lui offrais concrétisant partiellement ce dont elle se doutait mais qu'elle n'avait pas encore vu. De mon côté, j'aurai profondément détesté voir cette scène, mais je n'étais pas du genre à ne pas faire ce que je n'aimais pas que l'on me fasse. Un signe de faiblesse.

Et encore … le coup fatal n'était pas encore porté. Plus je la contemplais, avec sa candeur, son inconscience, plus croissait dans mes entrailles un mépris qu'elle n'avait pas mérité. Mais je n'y pouvais rien. C'était bien plus fort que moi. Et je prenais un malin plaisir à lui faire goûter à mon atroce ressentit envers elle.

Je lui adressais un sourire narquois avant de relever la tête en direction d'Helevorn. Noyant mes iris dorés dans le vert précieux des siens. L'idée de l'embrasser me démangeait les lèvres, par provocation, par désirs. Me rapprochant avec nonchalance, je déposais mes lèvres sur les siennes. Cherchant un baiser qu'il ne me rendrait surement pas en sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pretexte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pretexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Salle de réceptions-
Sauter vers: