Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des hauts et débat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Des hauts et débat   Sam 6 Aoû 2011 - 13:18

Ca y est. Nous y sommes. C’est pour aujourd’hui.

Telle fut la première pensée de Suyvel ce matin-là, alors qu’elle se réveillait tout juste. Elle rejeta les couvertures du lit et s’assit sur le bord. Elle prit quelques instants pour émerger complètement, puis se leva et fit quelques pas dans la chambre d’auberge, vêtue d’une simple liquette blanche. Le bruit d’une respiration profonde qui n’était pas la sienne finit de la sortir de sa torpeur de la nuit. Elle se retourna pour considérer le lit et la forme assoupie qui s’y dessinait. Elle avait oublié… Hier soir, elle s’était sentie nerveuse à l’idée de ce qui l’attendait le lendemain. Trop pour dormir correctement. Il lui fallait trouver un exutoire. Et puis elle avait ressenti le besoin d’une compagnie. Ne pas passer cette dernière nuit seule. Elle avait jeté son dévolu sur un guerrier, un humain bien bâti, ce… Norbert. Bon, ce n’était certes pas un esprit très brillant, mais ce n’était pas précisément ce qu’elle lui demandait. Il avait répondu à ses avances avec un intérêt non dissimulé, et c’est ainsi qu’elle avait invité ce No… non, pas Norbert, Herbert… à partager sa nuit. Enfin, la première demi-heure. Si hier au soir, l’idée lui avait paru bonne, elle trouvait plus discutable le plaisir de retrouver… Fulbert ?… ce matin au saut du lit. Elle aurait de fait préféré se trouver seule et laisser son esprit se concentrer sur son duel. Elle tendit la jambe de manière à poser le pied sur la hanche du joyeux ronfleur et le secoua un peu.

« Hé, Machin ! On se réveille !
- Gnnnnfft… Déjà ? Quelle heure est-il ?
- L’heure de se lever et de partir. »


Plantant là le sonneur de cloches, Suyvel tira ses plans pour la matinée. Son premier réflexe fut de commander un bain chaud à l’aubergiste. Ca l’aiderait à se réveiller et elle tenait à être au mieux de sa forme. C’est que l’adversaire qu’elle allait devoir affronter en ce jour n’était pas n’importe qui. Un opposant de première force, en fait. Certes, c’était un mâle – nul n’est parfait ! – mais un de la race des grands. Un Seigneur.

Lorsqu’elle sortit de sa salle de bain, Suyvel trouva Albert, levé et vêtu de son seul pantalon, très occupé à se mirer dans le grand miroir sur pied. À son entrée, il se tourna vers elle. Il était encore là, lui ? Un peu contrariée, elle l’ignora. Ce qui ne semblait pas lui convenir. Il lui décocha un sourire et se lança dans une série de poses avantageuses, mettant en valeur sa masse musculaire.

« Alors, ma belle, qu’est-ce que tu en dis ? Mmh ? Hein ? »

Suyvel tourna la tête dans la direction de sa voix et, le regard dans le vague, marmonna :

« Super, Bébert.
- Hé hé, je sais, bébé, je sais. Alors ? Quelle note ? Sérieusement, combien me donnerais-tu ? »


Suyvel leva un sourcil. Cela l’étonnerait toujours de s’entendre appeler ‘bébé’ par un humain qui ne devait pas avoir le quart de son âge. Les coutumes des humains gardaient un certain mystère à ses yeux. Et elle trouvait ce genre de comportement vaguement infantilisant.

« Trente. »

Surpris, Robert fit une pause dans son spectacle comme pour s’adonner à un rapide calcul mental. Une minute plus tard, un peu perdu, il haussait les sourcils en demandant :

« Trente ? Mais… heu… sur combien ?
- Trente secondes. Je te donne trente secondes pour prendre tes frusques et dégager d’ici. »


Gilbert parut sur le point de protester lorsque Suyvel lui lança un regard sans équivoque. Deux choses lui vinrent à l’esprit : petit a, qu’elle avait l’air mortellement sérieuse et, petit b, qu’elle lui avait précisé hier soir qu’elle était magicienne. Une magicienne qui donnait des signes d’impatience, pour ne pas dire d’exaspération. Aussi jugea-t-il plus prudent d’obtempérer. Il ramassa ses vêtements et fila vers la porte comme s’il tentait de battre le record de l’épreuve du cent-mètres-marche-avec-un-air-de-dignité-offensée.

Après le départ de Macho Man, Suyvel descendit à la taverne dans l’intention d’y prendre un petit déjeuner. Mais lorsque l’aubergiste lui eut apporté un plateau de victuailles diverses, elle hésita. Certes, elle allait avoir besoin de toutes ses forces, tant l’adversaire semblait redoutable. Bien sûr, elle avait intérêt à garnir ses réserves, tellement le combat risquait d’être long et éprouvant. Mais elle se sentait peu d’appétit, l’esprit déjà tourné vers les heures décisives qui s’annonçaient.

L’excès de chère alourdit le corps et engorge l’esprit.

Or son agilité naturelle et sa vivacité d’esprit seraient ses meilleurs atouts dans l’affrontement à venir. Elle choisit donc de se contenter d’un en-cas frugal, composé de lait frais, d’un morceau de pain et de fruits secs. En même temps qu’elle picorait distraitement, Suyvel se prenait à réfléchir à ce qu’il l’attendait. Devait-elle réellement livrer ce combat ? N’était-ce pas trop tôt ? Avait-elle eu raison de provoquer ce duel ? Elle s’était attendue à douter d’elle-même devant l’imminence de la rencontre. Mais elle avait pris les devants hier, en lançant un défi formel. Ainsi, elle ne pouvait plus reculer. Elle avait appelé Thelef, le Sylphe qui avait répondu à sa récente invocation, pour lui confier un message, comme la première fois. Comme il connaissait déjà le destinataire, il le retrouverait aisément.

Le message était le suivant :

Au Roy des Constellations,

Nous n’avons que trop tergiversé.
L’heure est venue. Je te défie.
Demain, je me dresserai devant toi, pour notre inévitable confrontation.
Prépare-toi. Fourbis tes armes car je ne te laisserai nul répit.
Et je ne connais pas la pie-t’y-es. (1)

Puisse la meilleure de nous deux triompher !

Au nom des Gardiens de l’Equilibre,

Suyvel.


Et Thelef était revenu lui confirmer la bonne délivrance du message. Les dés étaient jetés.

Suyvel remonta dans sa chambre se préparer. Elle passa sa tenue de campagne habituelle puis fit le point sur ce qu’elle porterait. Ses potions d’hermésiste… Elle prendrait un lot de potions d’esprit, évidemment, pour focaliser sa volonté et sa concentration. Tout un assortiment de potions de résistance, pour tenir la distance. Et aussi des potions de précision, pour frapper juste et éviter les traits de l’ennemi. Elle logea le tout dans les ceintures et les besaces dont sa tenue était pourvue.

Ayant réglé sa chambre, Suyvel quitta l’auberge en direction du Domaine des Constellations. La marche dans l’air frais du matin lui laisserait le temps de se concentrer. Bien qu’elle eût de la route à parcourir, les toits du Domaine des Constellations se profilèrent bientôt dans les arbres. Elle aperçut les portes du camp. Ouvertes. On attendait son arrivée. Pourtant, elle ne vit personne. Elle leva la tête. D’après la position du soleil dans le ciel, il était l’heure. Alors, se campant sur ses jambes, elle lança d’une voix forte, les poings sur les hanches :

« Ombre ! Où te caches-tu ? Ne me dis pas que tu as peur de moi… ! »

Sa clameur s’éleva dans les airs puis disparut, éteignant du même coup les bruits de la forêt, les chants des oiseaux et autres cris d’animaux.

Un silence de mort s’abattit.


---------------------------------------------------
(1) Suyvel ne connaissant pas la pitié, il n’y a aucune raison qu’elle sache l’écrire correctement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mar 9 Aoû 2011 - 14:55

Je tente de soulever mon bras encore engourdi par la soirée d'hier soir. Non, je n'avais pas passé la soirée à boire mais plutôt à courir. Oui, parfaitement, à courir dans la forêt. Pourquoi me direz-vous? En fait j'avais besoin d'évacuer quelques toxines suite à plusieurs repas trop riches en...Calories? Ou alcool appelez ça comme vous volez le résultat est le même, je devais perdre un peu de graisse.

Donc hier soir j'étais parti courir dans la forêt la nuit, parce que la nuit si je me perds c'est plus acceptable et moins honteux. Surpris par une averse en plein milieu de nulle part je me réfugia dans une grotte ou jadis j'avais chassé un dragon avec Anamaya. J'étais donc sorti du domaine des Étoiles, j'ai finalement retrouvé mon chemin au matin grâce aux petits flots roses accrochés aux arbres par Gorn qui lui, même en plein jour, ne retrouvait jamais son chemin.

J'essaie d'attraper ma tunique mais je suis bloqué, mon bras droit ne peux toucher ma table de nuit, pas plus que le gauche et pour cause, j'ai dormi dans mon tonneau. Ouille, mauvais pour les articulations tout ça d'autant plus que ce n'était pas le jour où il fallait être rouillé. Il était temps. Temps d'en découdre avec elle. Cela faisait trop longtemps que nous nous regardions avec une seule envie, celle d'en finir une fois pour toute.


Il y a quelques jours je recevais ce message de sa part:


Au Roy des Constellations,

Nous n’avons que trop tergiversé.
L’heure est venue. Je te défie.
Demain, je me dresserai devant toi, pour notre inévitable confrontation.
Prépare-toi. Fourbis tes armes car je ne te laisserai nul répit.
Et je ne connais pas la pie-t’y-es. (1)

Puisse la meilleure de nous deux triompher !

Au nom des Gardiens de l’Equilibre,

Suyvel.


Suyvel..Ainsi elle avait enfin décidé de prendre l'initiative. Geste cavalier de ma part que de lui laisser lancer la première pique. Il devait en être ainsi depuis le début. Il me fallait être à la hauteur de l'adversaire qui allait se présenter devant moi. Une magicienne, sûre d'elle et qui n'avait rien à perdre à provoquer en duel le Roy des Étoiles.

Non sans peine je fini par m'extraire de mon tonneau. Un regard dans le miroir de la taverne, je terminais de tasser les quelques mèches rebelles qui ornaient le dessus de mon crâne. Duel oui mais avec une femme, un peu de tenue quand même ! J'enfila ma tunique de combat, celle avec les multiples poches, histoire d'y caser un maximum de potions et ...D'arguments.

Au fond de moi j'espérais qu'elle serait en forme. On avait pas tous les jours la chance d'affronter une magicienne de ce niveau, drow qui plus est. Une dernière vérification du matériel. Du courage pour répondre à ses attaques piquantes, de la confiance pour répliquer à chaque coup porté et le tour serait joué.

Je fini d'empiler les tables dans un coin histoire que la taverne soit rangée pour les Étoiles qui y viendraient dans la matinée. J'ouvre la porte d'un geste brusque, un dernier regard vers la taverne, le dernier peut-être, avant de fermer la porte.

« Ombre ! Où te caches-tu ? Ne me dis pas que tu as peur de moi… ! »


Toujours à l'heure, je n'en attendais pas moins d'elle. Les derniers oiseaux finissaient de prendre leur envol dans le ciel. L'air était frais, la nature endormie. Le silence sera seul juge d'un duel auquel aucun de nous deux ne pouvait échapper.

Je suis là Suyvel, devant toi, montre moi ce que tu sais faire, maintenant !

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mer 10 Aoû 2011 - 18:21

Seule dans l’entrée silencieuse du campement, après que les échos de son défi se furent éteints, Suyvel se demandait si Ombre n’avait pas oublié la date. Ou s’il n’avait pas été appelé par des tâches royales et urgentes. À moins qu’il ne se fût décidé à renoncer au combat, à l’esquiver sans tambour ni trompette ? Si tel était le cas, elle aurait beau jeu de parader devant tous, arguant du fait que même le Roy des Constellations avait préféré jeter l’éponge devant elle. Suyvel esquissa un sourire à cette plaisante idée.

« Je suis là Suyvel, devant toi, montre-moi ce que tu sais faire, maintenant ! »

Le sourire mourut sur ses lèvres. Bien sûr qu’il était là ! Comment aurait-il pu en être autrement ? Ombre se profilait dans la cour, semblant sortir droit de la taverne.

La taverne ? À cette heure ?

Suyvel fronça les sourcils et détailla la mâle prestance du royal rôdeur. Le pas lui sembla assuré quoiqu’un chouïa raide. Elle laissa ses narines s’enquérir des effluves olfactifs de l’arrivant. Prudemment et à bonne distance car elle souhaitait épargner les quelques papilles ayant survécu à leur précédente entrevue. L’investigation lui apprit que le Roy n’avait pas pris de bain ce matin, qu’il avait dû pas mal courir récemment, que son lit devait être composé de lames de bois de chêne (récupérées sur des tonneaux de bière, d’après ce qu’elle en sentait) et qu’il utilisait une lotion coiffante à base de… de… non, ça ne pouvait pas être cela, tout de même ? Sous la surprise, elle écarquilla les yeux.

À base de bave de lapin-limace ?

Le liquide possédait certes des vertus fixantes intéressantes mais de là à s’en tartiner la chevelure… Suyvel ne put retenir une grimace. En même temps, elle songeait que cela expliquait probablement l’étrange coiffure qu’il arborait habituellement.
En revanche, l’examen olfactif se révélait négatif sur un point précis : le coup de l’haleine de dragon lui serait cette fois épargné. Ombre semblait avoir observé une relative sobriété ces dernières heures. Il était suffisamment avisé pour ne pas s’infliger le handicap de l’imbibition avant leur confrontation. Si Suyvel n’avait évidemment pas compté sur un tel manque de lucidité de sa part, le fait de le voir sortir de si bon matin de la taverne avait fait naître en elle un mince espoir, néanmoins vite déçu.

Ombre vint se planter à une dizaine de mètres d’elle. Les deux antagonistes se toisèrent, chacun jaugeant l’autre du regard, en un muet défi.

Le silence se fit lourd.

Ce fut Suyvel qui finalement le rompit. Embrassant d’un regard les alentours immédiats, elle dit, le sourcil levé :

« Voudrais-tu que nous réglions cela ici-même ? »

Un sourire rusé se peignit sur son visage.

« Noooon… tu connais trop bien les lieux. Et nous courrions le risque d’être interrompus par tes chères Etoiles. Je te suggère que nous cherchions un lieu plus neutre, plus… tranquille. Un lieu qui n’avantagera aucun de nous. Sortons du campement. »

Un rire brusque, moqueur.

« À moins que tu ne craignes de m’affronter sans le renfort de tes troupes ? »

Marquer des points, sans attendre. Prendre l’ascendant psychologique sur l’adversaire.
Elle fit demi-tour, l’invitant du regard à la suivre.

« Puisque tu connais les environs comme ta poche, j’imagine que tu n’auras pas de mal à nous dénicher un endroit propice à un affrontement dans les règles ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mer 24 Aoû 2011 - 12:08

Elle était là plantée devant moi. Me fixant droit dans les yeux avec une assurance folle. Elle n'avait pas peur, parfois j'en arrivais à me demander si elle possédait vraiment un courage hors norme ou si elle était simplement...inconsciente?

Quoiqu'il en soit, elle se tenait là, les poings sur les hanches, prête à en découdre. Si je n'avais pas une certaine expérience de ce genre de confrontation je dirais que la jolie drow me rendrais presque inquiet.


Quoiqu'il en soit ce n'était plus le moment de réfléchir. Il était grand temps. On avait assez tergiversé tous les deux même si sa missive m'a quelque peu surpris je dois bien l'avouer. Mais depuis le temps que nous nous connaissions je n'étais plus vraiment surpris. Elle était...Imprévisible. De son départ précipité il y a plusieurs lunes de cela à cette missive, certes attendue mais plutôt directe je savais que ne devrais pas baisser ma garde.


« Voudrais-tu que nous réglions cela ici-même ? »

« Noooon… tu connais trop bien les lieux.
Et nous courrions le risque d’être interrompus par tes chères Étoiles.
Je te suggère que nous cherchions un lieu plus neutre, plus… tranquille.
Un lieu qui n’avantagera aucun de nous. Sortons du campement. »


« À moins que tu ne craignes de m’affronter sans le renfort de tes troupes ? »

Peur? Je crois que tu t'adresses à la mauvaise personne ma chère. C'est toi que je sens plutôt anxieuse, ton rire me semblait un tantinet nerveux. Mais soit, ta requête est acceptée, un endroit neutre sera parfait et puis, le campement me donnerais un avantage c'est vrai et sincèrement je n'en ai nul besoin.

Je la fixait du regard, pour bien lui faire comprendre que son petit jeu impressionnait peut-être les pleutres de son entourage mais n'avait aucune emprise sur moi.

Il y a une rivière en aval de la forêt ainsi qu'une petite clairière, je pense que l'endroit sera parfait pour en découdre. A moins que l'Aeris que tu es ne craigne l'eau?

Une petite pique, pour lancer les choses en douceur.

Je lui fit signe de la main de me suivre et lui tourna le dos. Comportement dangereux? Non, je lui montrais que je ne la craignais pas mais aussi que je lui faisais confiance, sorte de respect entre deux adversaires prêts à entrer dans l'arène.

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Ven 26 Aoû 2011 - 19:45

« … ta requête est acceptée… »

Suyvel s’agaça de cette formulation pompeuse, presque condescendante. Il n’était pas son Roy, ni son supérieur. Et son sang de drow avait tendance à bouillonner dès qu’un mâle faisait mine de vouloir la commander. Puis elle s’avisa d’une possible tentative de déstabilisation de sa part.

L’a-t-il fait exprès ?

Rien dans son attitude ne le laissait penser. Il continuait sa phrase comme s’il n’avait rien dit de particulier. Néanmoins le doute subsistait. Suyvel sourit intérieurement.

Bien joué.

« … le campement me donnerait un avantage, c'est vrai, et sincèrement je n'en ai nul besoin. »

Ces mots et l’assurance d’Ombre disaient assez sa confiance en lui-même et en l’issue de l’affrontement qui se profilait. Rien de surprenant, bien sûr, mais Suyvel songea qu’elle allait devoir frapper plus fort si jamais elle voulait l’amener à douter.

Son adversaire lui proposait de rejoindre une clairière près d’une rivière.

« A moins que l'Aeris que tu es ne craigne l'eau? »

Ombre semblait vouloir également lancer les hostilités avant l’heure. Mais cette pique-là, volontaire et assumée, ne trouva pas sa cible. D’abord, le rôdeur lui-même n’était pas un Aqueux. Ensuite, Suyvel songea qu’Ombre, pour lui lancer ce trait d’esprit, s’était découvert à une riposte. Il venait de s’aventurer sur un terrain glissant. Suyvel s’empara du trait et le lui renvoya.

« Craindre l’eau ? Mmh… à vue de nez, je dirais : moins que toi », fit-elle d’un ton badin, en se tapotant légèrement une narine de l’index.
« Mais peut-être est-ce la vue d’une savonnette qui te fait paniquer… ? »

Ombre finit par lui faire un signe de la main, l’invitant à le suivre, ce qu’elle fit. Lui ouvrait la marche, elle le suivait à quelques pas derrière. Il fallut plusieurs secondes à Suyvel pour réaliser ce qu’Ombre était en train de faire : il lui tournait carrément le dos. La surprise lui tomba dessus comme un sac de sable sur les épaules.

Il est totalement inconscient ou bien il est lassé de la vie ?!

Suyvel n’était pas une combattante, mais comme toutes ses homologues sorcières, elle avait reçu des enseignements dans le maniement des armes à Melee Magthere, l’académie militaire de Menzoberranzan, et aussi des cours particuliers du maître d’armes de la Maison Ayflesh. Ainsi que de bonnes bases dans l’art de la frappe furtive. Ce fut donc avec l’œil averti de l’assassin qu’elle jaugea la situation. Ils s’éloignaient du campement, qui disparaissait dans les frondaisons. Personne ne pouvait plus les voir depuis le Domaine. C’était l’opportunité de terminer l’affrontement avant même qu’il eût commencé. L’occasion paraissait bonne à saisir.

Presque trop belle.

L’idée d’un traquenard traversa l’esprit de Suyvel. Et si Ombre avait calculé ce coup-là pour l’amener à l’attaquer ? Oui, mais cela aurait été courir un bien grand risque. Certes, il ne savait pas de quoi elle était capable, mais tout de même… Avait-il à ce point confiance en ses sens et en ses capacités de défense ? Pensait-il pouvoir parer à toute éventualité, même le dos tourné ? À moins qu’il n’eût pris certaines précautions… Elle était partie du principe qu’il jouerait dans les règles, mais peut-être se faisait-elle des idées sur lui.

Dans le doute, Suyvel utilisa son sens de la magie pour détecter les auras d’êtres vivants dans les parages. Elle ne ressentit aucune présence, hormis quelques animaux. Ombre ne s’était pas encombré d’une possible escorte discrète. Alors, où serait le piège ? Ombre se croyait-il capable de déjouer toute tentative ? Il fallait qu’elle en eût le cœur net.

Suyvel changea de foulée. Elle prenait maintenant garde où elle posait les pieds. Ses pas elfiques étaient légers, ils devinrent inaudibles pour une oreille autre qu’elfique. À tel point qu’Ombre finit par se retourner, se demandant manifestement si elle le suivait toujours. Elle lui adressa un regard mi-étonné, mi-innocent.

Oui ? Qu’y a-t-il ? semblait-elle dire.

Mais intérieurement, elle songeait qu’il n’était pas en mesure d’entendre ses pas. Dès lors, comment pensait-il pouvoir déjouer une attaque en traître ?
Ombre reprit sa marche. Suyvel continua son petit manège, conservant les quelques pas de distance entre eux. Sans tenter de se rapprocher, ni se laisser distancer.
Il fallait qu’elle le berçât dans l’illusion que rien ne semblait devoir se passer.

Ombre se retourna une deuxième fois.
Nouvel échange de regards. Suyvel fronça les sourcils, l’air de dire « quoi encore ? ». Ombre ne répondit rien et regarda devant lui.

Ne pas se précipiter. Attendre le bon moment. Qu’il se persuade qu’il ne se passe rien.

Puis une troisième.
Cette fois, le regard d’Ombre ne fit que passer sur elle, vérifiant sa présence, mais ne s’arrêtant pas, pour revenir au chemin devant lui. Sa vigilance baissait, comme Suyvel l’avait espéré. Le moment était venu. Accélérant très légèrement le pas, elle réduisit progressivement la distance entre eux, jusqu’à se trouver à une enjambée de lui. Ombre ne donnait pas le moindre signe de savoir ce qui se tramait dans son dos. Sans un bruit, Suyvel tira une lame hors de sa large manche.

Un katar. Un des rares souvenirs qu’elle avait pu emporter de Menzoberranzan.


Un poignard conçu pour le style coup-de-poing. Il offrait une excellente prise en main et une puissance de frappe appréciable, même manié par une femme. Ainsi sa lame pouvait atteindre les organes internes alors que les dagues usuelles infligeaient généralement des blessures superficielles.

Suyvel se concentra puis se fendit selon les règles de l’art, en parfait équilibre, dardant sa lame en direction du dos d’Ombre. Un coup calculé pour s’insinuer entre les côtes et atteindre directement la région du cœur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mar 30 Aoû 2011 - 15:35

Le chemin était long et tortueux à travers les broussailles? J'espérais bien la faire déjouer en l'éloignant un maximum du campement où elle commençait aussi à avoir des repères. A l'armée on nous avait appris qu'une proie qui s'éloigne de ses terrains familiers était vulnérable. Suyvel n'était pas un vulgaire lapin j'en avais bien conscience, mais faire un long chemin allez peut-être la faire descendre en pression et moi je savais exactement combien de temps il nous fallait, je pouvais ainsi aisément me préparer.

Mon pas était alerte, celui de Suyvel...aussi. Je lançais de temps à autre un regard, histoire d'être sûr de ne pas perdre mon "lapin". Suyvel me lançait des regards...elle aussi.

Il m'arrivait de ne plus l'entendre, mais je ne m'inquiétais pas pour autant, la forêt des Étoiles avait des yeux et...mon dos aussi (Et Félicie aussi d'ailleurs mais j'arrête maintenant promis Razz).

On n'entendait pas encore la petite rivière, il restait pas mal de chemin à parcourir, je repoussais les branchages afin de faciliter ma marche, en ne manquant pas de les renvoyer sur Suyvel dans la foulée. La déstabilisation était la clé quand l'ennemi semblait redoutable. La faire douter, un maximum, me vider l'esprit, me concentrer. Je ne me doutais pas qu'il allait venir, à ce moment là...

Le katar et une arme dangereuse....

Ce n'est pas le moment, j'ai d'autres affaires à diligenter, repasse plus tard.

Dans 5 secondes tu me remercieras O Roy.

Tais toi donc !

DERRIERE !

Je fis volte face d'un geste brusque et attrapa le bras de Suyvel tout en la balançant plus en avant sur le chemin... Je ne l'avais pas vu venir celui-là.

Je tenais le katar fermement dans ma main. J'étais comme abasourdi qu'elle ait tenté ce coup là. Le ciel devint gris, le son se coupa subitement, les branchages s'écartèrent comme pour faire place à l'émissaire des Enfers.


Je t'avais prévenu Général, tu avais déjà baissé ta garde sur le Mont Yorega, tu es trop confiant, trop naïf où...serais-tu sensible au charme de cette misérable drow?

Vas t'en, je vais régler ça seul dis-je d'une voix caverneuse.

Il est trop tard, tu es faible et elle va payer pour ta faiblesse O mon Roy.

Un rire se fît entendre dans ma tête, aussi puissant qu'une éruption volcanique, je sentais la terre trembler sous mes pas, elle allait exploser.


Je pris fermement le katar de ma main droite, il faisait nuit noire autour de moi, plus de vie si ce n'est Suyvel encore allongée à 1 mètre de moi. Les yeux rougis de sang et de haine je m'approcha d'elle, il était revenu, il avait repris le contrôle. La marionnette Ombre était de retour, une marionnette diabolique, un jouet de destruction dans les mains du Mal en personne. Une machine de guerre au service d'un idéal, de son idéal.

Maintenant, TUE !

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mer 31 Aoû 2011 - 23:08

À plat ventre, très occupée à mesurer la longueur du sentier avec son corps, Suyvel émergeait progressivement d’une demi-inconscience. Lorsqu’elle bougea la tête, une vive douleur acheva de la réveiller. Elle s’était manifestement cognée le front sur une pierre, mais elle n’eut pas le temps de s’en préoccuper.
Derrière elle, une aura d’une puissance formidable s’approchait. Surnaturelle et irrémédiablement maléfique. La magicienne se retourna vivement sur le dos pour en découvrir la source.

Elle ne vit qu’Ombre.

Toutefois, quelque chose dans son allure la fit hésiter.

« Vas-t'en, je vais régler ça seul », dit alors le rôdeur d’une voix étrange.

À qui parlait-il donc ? Un coup d’œil autour d’eux lui confirma qu’ils étaient seuls, mais cette déclaration – ainsi que l’aura qu’elle ressentait toujours plus puissante – lui suggérait clairement le contraire. Puis elle vit ses yeux virer à l’écarlate. Et elle comprit.

Le pacte !

L’histoire d’Ombre lui était revenue en mémoire. Ce ne pouvait être là que la manifestation de l’entité diabolique qui lui avait accordé six vies. Elle assistait à la possession d’Ombre par son maléfique protecteur. Etait-ce elle qui, en l’attaquant, avait éveillé le diable ? Elle n’avait pas imaginé que celui-ci pût intervenir pour sauvegarder son poulain. De telles créatures sont par nature trop malveillantes pour cela. Mais celle-là avait probablement beaucoup misé sur Ombre et veillait sur son placement. Quelle malchance.

Le possédé se mit en mouvement, droit sur elle. Instinctivement, Suyvel essaya de s’en éloigner, en s’appuyant sur ses coudes. Dans sa tête, tous les signaux d’alarme crépitaient en même temps. Elle essayait désespérément de trouver une idée pour se sortir de ce bourbier. L’attaquer ? Puissante comme l’était son aura, ses sorts lui feraient probablement l’effet de piqûres de moustique. L’aveugler ? Jouable mais très incertain. Si l’entité qui lui faisait face disposait, comme elle pouvait le supposer, de connaissances magiques, un simple contre-sort lui permettrait d’ignorer son sortilège. Et elle aurait perdu ce qui s’annonçait comme sa seule chance. Le désarmer ? Même topo. Et même si son sort faisait effet, son adversaire était sans doute capable de la tuer de ses mains nues. Ou bien il pouvait se saisir d’une des armes qu’Ombre portait toujours sur lui. Il ne les avait pas encore dégainées, puisqu’il brandissait son katar. Suyvel se sentit perdue. Et en plus, elle allait mourir tuée par sa propre lame. Quelle dérision.

Mon katar !

Ce fut seulement à ce moment qu’elle prit conscience des implications de ce fait. Son ennemi s’était emparé de son arme. Et il prétendait la tourner contre elle ? Quelle vanité ! Cette folie serait sa perte.
Toujours allongée, la magicienne pointa un doigt vers celui qui la menaçait et clama d’une voix autoritaire :

« Wyvarnya’Slen, aktarië ol shembar ! » (1)

Elle s’était souvenue de la formule. Comme un certain nombre d’armes de son peuple, son katar était le fruit du savoir et des puissants sortilèges des maîtres-forgerons de Menzoberranzan. Les maléfices qui avaient présidé à sa genèse interdisaient notamment son maniement à tout porteur non-autorisé. À condition de prononcer les mots de pouvoir.

Son agresseur, le bras levé pour frapper, hésita un instant, pressentant probablement qu’il avait omis quelque chose. Il était déjà trop tard pour qu’il puisse réagir, même s’il avait compris d’où venait la menace : le corps d’Ombre s’arqua de douleur. Puis il se crispa, parcouru de spasmes violents, incapable d’agir.

Suyvel venait d’activer les deux sortilèges qui avaient été scellés dans le katar, l’un mineur et l’autre majeur. Le premier était Poigne de Foudre. Il occasionnait des dégâts mais assez peu, étant donné son manque de puissance. En revanche, les chocs électriques successifs provoquaient une tétanie complète, qui pouvait s’avérer dangereuse si elle venait à durer. Le second, bien plus puissant, était Flagellation Spirituelle. Il conférait l’impression que votre âme était la proie de milliers de fouets intangibles. Une telle douleur était hautement incapacitante, notamment pour les lanceurs de sorts. Et elle pouvait briser un esprit humain. Bien sûr, les effets des sorts prenaient fin dès que le voleur lâchait l’arme… mais là où sa conception était réellement astucieuse – et pernicieuse – c’était que la paralysie musculaire empêchait souvent la victime d’accomplir un geste, même aussi simple qu’ouvrir la main. Le supplice pouvait donc se prolonger.

Ce qui était présentement le cas. La main d’Ombre était trop crispée sur la poignée du katar pour que son ennemi pût s’en débarrasser. Suyvel opéra une agile roulade arrière et fut sur ses pieds. Elle examina alors la situation plus posément.

Tout d’abord, elle dut reconnaître qu’elle avait gagné du temps, mais pas la bataille. L’entité maléfique était d’une résistance inimaginable, comme elle l’avait craint. Bien que le corps d’Ombre eût dû succomber à un tel traitement, lui parvenait à l’endurer et même à se mouvoir, certes péniblement, mais à se mouvoir tout de même. Il n’était pas neutralisé. Suyvel chercha donc une autre tactique. Révoquer cet esprit malfaisant ? Mais elle ignorait tout de lui. Et puis il n’avait peut-être pas été invoqué. Il avait probablement surgi de son monde pour honorer le pacte conclu par Ombre. Exorciser ce diable ? Cela nécessiterait le recours à la magie divine, réservée aux prêtres ; en tant que magicienne, elle recourait à la magie profane. Néanmoins cette réflexion lui souffla une idée.

Suyvel, levant les mains, incanta un sort particulier : Paix de l’Unique. C’était une utilisation originale d’un sort qui n’était pas conçu pour ce propos. Il était censé lever les malédictions et autres afflictions magiques dont souffrait la cible. Mais ce sort était le seul connu de Suyvel qui fit appel à la puissance divine de l’Unique. Bien que ce fût un sort de magicien, il pouvait donc servir son dessein : chasser l’intrus surnaturel. Evidemment, si son adversaire balayait ce sort d’un revers de manche, cela ne la mènerait nulle part.

Toutefois, cela ne se produisit pas. Trop parasité par les sorts du katar, l’entité diabolique ne lança aucun contre-sort. En revanche, elle déploya des trésors de puissance magique pour tenir le sort à distance. Cela effraya un peu Suyvel. Ne ferait-elle pas mieux de fuir tant qu’elle le pouvait encore ?

Fuir ? Et qu’est-ce qui te fait croire qu’il te laissera aller bien loin ?

Elle secoua la tête comme pour en chasser cette idée. Qu’elle le voulût ou non, elle se trouvait engagée dans un combat à mort, au moins en ce qui la concernait. Quant à son adversaire… le chasser allait être épique, le tuer était tout bonnement illusoire pour les moyens de la magicienne.

Suyvel lança un sort d’amplification, destiné à renforcer Paix de l’Unique. Il lui sembla que son ennemi faisait de même, à sa manière. Un équilibre se créa : le sort se heurtait à une barrière magique mais il était toujours actif et ne se dispersait pas. La magicienne réalisa que son adversaire devait consacrer la plus grande partie de sa puissance à lutter contre les sorts incapacitants, ce qui lui interdisait d’abroger rapidement Paix de l’Unique. Elle avait donc une chance.

Le tout pour le tout !

Puisant largement dans ses réserves d’aura, Suyvel déversa un torrent de magie à travers son sort d’amplification. Elle sentit la puissance couler le long de ses bras, hérisser sa peau. Des taches de lumière étincelèrent de mille couleurs devant ses yeux, brouillant sa vue. Elle approchait de la limite de ce qu’elle pouvait supporter. Elle entendait l’autre gronder comme une meute de chiens enragés. Lui aussi devait donner son maximum.

Néanmoins, la barrière magique commençait à ployer, à s’incurver sous la pression de la sphère argentée née de la Paix de l’Unique. Celle-ci s’approchait de plus en plus de sa cible. L’entité maléfique noya la drow sous une pluie d’invectives, de jurons et de propos orduriers. Loin de la déconcentrer, cela ne fit que renforcer sa détermination… et la certitude qu’elle touchait au but.

Sans prévenir, la barrière céda, laissant Paix de l’Unique baigner le front d’Ombre. Celui-ci ouvrit la bouche d’une façon démesurée. Mais ce fut le diable qui hurla.

D’un long cri de rage et de souffrance.


----------------------------------------------------
(1) Langue de Vouivre, châtie ce voleur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruun

avatar

Nombre de messages : 2
Age : 105
Date d'inscription : 05/09/2011

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Ven 9 Sep 2011 - 14:03

Faire couler le sang, lentement, doucement, se délecter de la vue du nectar rouge s'écrasant sur le sol. Rampant tel un serpent entre les brins d'herbe, fuyant ce corps mourant pour lequel il ne veut plus se battre.

Quel plus beau spectacle pour les yeux que de suivre le mouvement de la lame déchiquetant un par un les derniers membres encore brûlants de sa victime.


Oh délectation. Je vais te faire aimer ça Ombre et tu la regarderas mourir à tes pieds comme un vulgaire animal. Rampant et allant jusqu'à te supplier.


Ah Ah Ah Ah Ah.


Tu sous-estime mes pouvoirs et tes propres capacités. A nous deux le monde sera bientôt notre. Et cette drow n'en fait pas partie.

Meurs !!!!


« Wyvarnya’Slen, aktarië ol shembar ! » (1)

Saleté de magie elfique !!!

Ruun concentra tout son pouvoir pour tenter de maîtriser le corps d'Ombre. Trop tard, la force colossale de Ruun devait se contenter du corps d'Ombre. Pas assez grand ni puissant pour lui permettre de prendre toute sa mesure. Un peu comme un animal gigantesque enfermé dans une cage trop petite.

Avancer, tuer. Je vais me délecter de toi misérable créature. Comment oses-tu seulement pointer ton doigt vers moi. Je te couperai ta langue de vipère et la dégusterai accompagnée de tes entrailles.

Trop occupé par le Katar Ruun ne sentit pas arriver Paix de L'Unique. Malgré une recrudescence de sa puissance Ruun ne put contrer le sort, le corps d'Ombre ne lui offrait pas assez de puissance. Il restait deux solutions, abandonner le corps d'Ombre en puisant ses forces vives pour tuer Suyvel et perdre son "jouet" ou abandonner la partie en laissant son "enveloppe corporelle" entière.


On ne joue pas impunément avec le Mal, jeune drow. Tôt ou tard tu me retrouveras sur ton chemin, et ce jour là ta route s'arrêtera. Pauvre écervelée, engeance de ce Monde, je reviendrais te chercher, ici ou dans mon Royaume, mais je te retrouverais !

Charogne, je me baignerais dans ton saaaannnggggggggggggggg.............


Point de sang, le corps d'Ombre tomba à même le sol, presque démembré, un pantin désarticulé.


Ses yeux étaient comme vides, mais redevenus d'un bleu azur. Il tait parti, il avait perdu, mais il reviendrait. Il ne lâche jamais rien. Comme un loup, il avait senti l'odeur de sa proie, il reviendrait la chercher, dans un mois, un an ou une décennie, quand elle s'y attendra le moins, qu'elle aura baisser sa garde.

Du Sang, des Larmes, des Cris, son retour s'annonçait terrible.

Même parti il était toujours là, présent, même dans le noir il voyait, même en Suyvel il saura trouver la faille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Dim 11 Sep 2011 - 23:41

Malgré sa vue brouillée, Suyvel discerna son sortilège qui imprégnait progressivement Ombre. Celui-ci ne tomba pas : il s’effondra comme une poupée de chiffons. Il ne fut pas seul : les jambes de la drow fléchirent et elle se reçut sur les genoux. La magicienne se sentait mal. L’inconvénient de la magie, c’était qu’il fallait savoir mesurer ses dépenses, sans quoi le contrecoup pouvait être terrible. Suyvel le ressentait dans sa chair, mais elle n’avait pas le temps de se laisser aller. Luttant pour ne pas défaillir, ce fut à quatre pattes qu’elle s’approcha d’Ombre.

Le rôdeur avait laissé échapper le katar dans sa chute et Suyvel l’aperçut. Elle s’en saisit et considéra le corps inerte. Elle ne sentait plus la présence de l’entité maléfique. L’aura gargantuesque s’était évanouie. Ce qui ne signifiait pas qu’elle ne pouvait pas revenir. Pas question de lui en laisser le temps. Suyvel songea que l’inconscience d’Ombre constituait une excellente opportunité de conclure cette lutte rapidement et sans plus de risque. Il suffisait de lui trancher la gorge et tout serait terminé. Ombre reposait sur le ventre, aussi le retourna-t-elle pour découvrir le cou.

Elle eut la surprise de voir que le rôdeur avait les yeux ouverts. Etait-il conscient ? Elle s’avisa que son regard était perdu dans le vague. Ses yeux ne voyaient rien. L’impression qui s’en dégageait était curieuse, mais Ombre était bien évanoui. Suyvel nota que ses yeux étaient redevenus aussi bleus que le ciel de cette belle journée d’été. Confirmant que le diable était bel et bien parti. Pour l’instant.

Et je vais faire en sorte qu’il ne puisse pas revenir. Jamais.

Suyvel leva son katar.

Ce fut alors qu’un souvenir lui revient en mémoire. Dans ses écrits, Ombre avait noté que son protecteur surnaturel lui accordait six vies. Si Suyvel le tuait, qu’adviendrait-il ? Allait-il ressusciter ? Si cela survenait… alors le diable ne serait pas écarté. La menace perdurerait. Suyvel n’aurait rien résolu.

Le katar hésita.

D’un autre côté, si elle ne le tuait pas maintenant, elle restait en péril, exposée à une brusque résurgence du Mal qui possédait Ombre. Et dans son état actuel, Suyvel ne se faisait aucune illusion sur ses capacités à sortir vivante d’une seconde manche contre le démon. Prendre un tel risque serait démentiel. Autant se suicider.

Un instant, le destin d’Ombre balança en équilibre instable sur le fil acéré d’un katar.

Suyvel s’efforça de mettre de l’ordre dans ses idées. Elle pouvait conclure ce combat dans l’instant, mais pas la guerre contre l’entité surnaturelle. Celle-ci survivrait même si Ombre ne ressuscitait pas. Et elle serait surprise qu’elle ne cherche pas quelque vengeance à l’encontre de celle qui lui avait tenu tête. Elle avait intérêt à se préparer en vue d’une future revanche. Si elle épargnait Ombre, peut-être pourrait-il l’éclairer sur ce redoutable ennemi. Orienter ses recherches à venir. L’aider. Et la faire bénéficier des moyens dont disposait le Roy des Constellations. En outre, elle pressentait qu’Ombre serait de son côté. Il était peu probable qu’il appréciât cette situation dans laquelle il se retrouvait le jouet privé de volonté d’une entité maléfique.
Et puis Suyvel se sentait responsable de ce qui venait de se passer. C’était très certainement elle qui, par son attaque, avait déclenché la venue de l’être surnaturel. De fait, elle était au courant de leur pacte mais n’en avait pas tenu compte, alors qu’elle ignorait son contenu exact. Une erreur grave.
Enfin, de sa première entrevue avec Ombre, la drow avait gardé un ressenti étrange, qu'elle ne parvenait pas à identifier clairement. Alors qu'elle regardait ses yeux perdus dans l'azur, cette impression étrange revenait la hanter. Si elle le tuait maintenant... elle ne pourrait jamais tirer cela au clair.

Le katar s’abaissa.

Suyvel le fit disparaître dans sa manche, d’où il n’aurait probablement pas dû sortir. Puis elle reporta son attention sur Ombre. Celui-ci ne bougeait pas. Allait-il rester longtemps inconscient ? Elle l’ignorait. Ce fut alors que ses yeux se posèrent sur sa main droite.

Grande Eolia, sa main… !

Les chairs des doigts et de la paume en étaient noircies, brûlées, calcinées. Par endroit, on apercevait même les os des phalanges. C’était la main qui, de longues minutes durant, avait serré le katar et donc subi les dégâts engendrés par les chocs électriques. Elle était désormais mutilée et ne pourrait retrouver un usage normal. L’être surnaturel qui avait habité le corps d’Ombre avait supporté ce supplice, sans considération aucune pour les conséquences sur son hôte. Suyvel examina les blessures. Etant donné leur nature, elles ne pourraient jamais être guéries par l’administration de potions de soins, aussi puissantes soient-elles. Si elle désirait épargner au rôdeur de rester handicapé à vie, il allait lui falloir recourir à la magie curative.

Suyvel grimaça. Dans son état de fatigue, c’était précisément ce qu’elle aurait voulu éviter. Elle concentra rapidement ce qu’il lui restait d’aura, pour une rapide évaluation de ses ressources restantes. C’était peu… mais cela devrait néanmoins suffire. Se traînant sur la droite du corps inerte, elle prit la main d’Ombre entre les siennes et entonna la litanie de guérison. Le peu de puissance qu’elle parvenait à drainer vers son sort lui fit craindre que celui-ci échouât. Elle s’acharna à solliciter ses forces vacillantes et scella toute la magie qu’elle put dans la main ravagée, maintenant baignée du halo blanc de son sort. Lorsqu’il mourut, elle enleva une main… et vit que celle d’Ombre avait repris un aspect normal et sain. Elle soupira. Le sort semblait avoir fait effet. Il était temps.

Prise de vertiges, la magicienne faillit tomber sur le dos mais se rattrapa d’une main. Elle décida de s’asseoir par prudence. Elle se serait bien allongée mais Ombre semblait toujours inconscient, elle devrait donc rester vigilante. Elle avait néanmoins un besoin urgent de récupérer ses forces. Alors, de son sac à dos, elle extrait un étui capitonné qu’elle ouvrit. Plusieurs œufs de couleur émeraude se trouvaient à l’intérieur.

Suyvel en prit un et, le portant à sa bouche, en goba le contenu. Elle ignora le dégoût qu’elle ressentit instantanément et se força à l’avaler. Un œuf de gluant des marais… Entre cela et la salive de plantovore, elle n’aurait su dire ce qu’elle trouvait le plus infect. Les deux avaient pourtant des vertus intéressantes pour ceux qui pratiquaient la magie. Ils contribuaient à restaurer l’aura rapidement. Suyvel en sentait déjà les effets. Néanmoins, par prudence, elle s’adossa à un tronc d’arbre tombé, attendant que son énergie revînt et qu’Ombre daignât en faire de même…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Lun 24 Oct 2011 - 18:38

Du brouillard, encore et toujours du brouillard. C'est comme si je n'en sortirais jamais. J'avais beau avancer tout droit pour ne pas me perdre et ainsi éviter de tourner en rond j'avais la fâcheuse impression de ne pas bouger d'un pouce.

De plus, je marchais bizarrement, comme sonné et je n'y voyais pas à un mètre.


Fichu brouillard !!

Je décida de m'asseoir, de reprendre quelques forces avant de continuer. Il faisait froid, je m'amusa à faire de la fumée avec ma bouche, occupation quelconque pour une situation peu banale. J'avais l'impression de ne pas avancer mais en même temps la sensation de voler. Serais-je...mort?

Non, j'avais 6 vies il me l'avait bien dis et après tout ce que j'avais fait je doute que j'atterrirai au paradis. Et ici c'est trop blanc pour être l'Enfer. Le Purgatoire?


Je balaya ces idées d'un revers de manche. Il n'en était rien. Je devais continuer à marcher. Je finirai bien par arriver quelque part...ou par rencontrer quelqu'un.

Une lumière blanche flottait à quelques mètres de moi. La rattraper? Bah, je n'avais plus que ça à faire. J'entama une course effrénée contre une sorte de luciole dopée à la vitamine C qui gagnait 5 mètres quand je lui en reprenait 1 !


Je repris mon souffle. Quand j'étais immobile elle l'était également...mais quel était donc ce jeu débile ! Je recula...elle en fit de même. D'un bond je me jeta sur la lumière et atterrit dans notre forêt. La tête un peu en vrac, le corps avec, il me fallut quelques minutes pour reprendre mes esprits.


Suyvel, Ruun...Ah oui, l'attaque de Suyvel et puis après...plus rien. Un regard aux alentours, Suyvel était adossée à un vieux tronc d'arbre couché par quelque tempête. Elle semblait éprouvée et n'avait pas remarqué mon réveil. Mais...Elle avait essayé de me tuer? Je devrais peut-être ne faire autant...

Un instant de réflexion, faire vite, elle allait se rendre compte que je ne dormais plus. Et puis...Si c'était elle qui m'avait ramené ici, je devais en avoir le cœur net avant de prendre une décision aussi grave. Suyvel, une luciole dopée...après tout, je n'étais plus à ça près !

Je me leva d'un bond pour lui faire face.

Eh bien, on roupille?

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mer 26 Oct 2011 - 21:40

Suyvel ne se sentait pas au mieux.

Certes, l’œuf de gluant des marais produisait son effet habituel, à savoir que l’aura de la magicienne se reconstituait à une vitesse accélérée… mais également un autre. Elle avait l’habitude de la nausée accompagnant l’ingestion de ce truc, mais là c’était plutôt une gêne gastrique. Elle songea que cet œuf devait dater de son avant-dernière chasse au gluant, et qu’il n’était donc plus très frais.

Pour autant, elle ne voulait pas laisser le malaise prendre le dessus et l’obliger à régurgiter l’œuf. Pas question. L’œuf de gluant, déjà à manger, ce n’était pas fameux mais alors, à vomir, c’était… dantesque. Elle avait donné de sa personne pour le savoir.

Elle se concentra donc sur son environnement, ignorant son malaise jusqu’à ce que la digestion fasse son œuvre et que le malaise passe. Elle observa la dense végétation avoisinante, guettant toute intrusion éventuelle, ce qui fit qu’elle ne remarqua pas les légers mouvements d’Ombre. Aussi, lorsque le rôdeur bondit sur ses pieds en lançant un « alors, on roupille ? » retentissant, Suyvel fut réellement surprise. À tel point qu’elle fut debout en un sursaut, comme si elle avait été assise sur un ressort. Et, un bras tendu devant elle en direction d’Ombre, elle entamait déjà une incantation. Celui-ci, sentant le danger, se prépara à se défendre, si possible à éviter l’attaque… mais celle-ci ne vint jamais.

Suyvel venait en fait de recourir à son sortilège défensif favori, l’aveuglement. Il n’y avait pas moyen d’esquiver ce type de sort. Des éclairs lumineux passèrent devant les yeux d’Ombre, réduisant son champ visuel à moins d’un mètre. Il perdit la magicienne de vue. Tout en luttant pour recouvrer un semblant de perception visuelle, il s’exclama :

« Mais pourquoi tu –

Questionnement interrompu par l’irruption d’une frappe céleste, sort offensif cette fois. Suyvel semblait décidée à tirer profit de la cécité temporaire de son adversaire. Rien de bien redoutable pour Ombre, mais le sort lui avait fait mal tout de même.

« Non, ne fais paaaaaaaah –

Une tirade qui se transforma en exclamation de douleur lorsqu’un souffle de magie blanche le frappa au ventre, le propulsant en arrière et le malmenant cette fois plus sérieusement. Ombre résista comme il put, terminant un genou à terre pour éviter d’être balayé par l’attaque.

« Hé, mais tu es dingue ! Arrête çaaaaaaaaah –

Nouveau cri dû cette fois à l’arrivée d’une boule de feu grésillante qu’Ombre ne put esquiver. Les flammes l’entourèrent avec violence mais il eut la présence d’esprit de se rouler au sol. À moins que ce ne fût simplement le choc… Toujours est-il que la terre gorgée d’eau du marais eut vite raison du feu qui attaquait déjà ses vêtements.

Suyvel venait d’enchaîner trois attaques lorsque le ton de la voix d’Ombre la fit hésiter. Elle s’apprêtait à lancer une nouvelle boule de feu qui déjà se formait au creux de sa main, mais l’exclamation du rôdeur lui fit suspendre son incantation. Elle perdit sa concentration et la boule de feu vacilla puis s’éteignit. La magicienne regarda le rôdeur avec plus d’attention.

« Ombre ? C’est bien toi ? »

Réalisant que la question semblait farfelue, elle ajouta :

« Je veux dire… tu es redevenu toi-même ? »

Ombre se relevait lentement. Il leva la tête et il lança un regard manifestement contrarié à Suyvel. Celle-ci aperçut alors ses yeux, toujours bleus, attestant de son identité actuelle.

« Je croyais… J’avais pensé que… Enfin, comme ton protecteur surnaturel m’avait attaquée, j’avais peur que… Mais bon je vois bien que non. Heu… Hé bien je suis bien contente que tu ailles mieux… »

Ombre, le teint charbonneux et le cheveu en bataille, tentait d’essuyer sa tenue noircie et maculée de boue. Geste dérisoire qui ne risquait pas d’améliorer beaucoup les choses. La dernière phrase de la magicienne lui fit lancer un regard noir à Suyvel.

« Ah oui, c’est-à-dire que comme ton protecteur n’est pas précisément un marrant, j’ai sorti toute la panoplie de sorts que je connais… mais bon, j’ai peut-être eu la main un peu lourde… et puis en fait ce n’était pas nécessaire, bien sûr… Heu… Et sinon, ça va… ? »

Les sourcils d’Ombre se froncèrent encore davantage. Si toutefois c’était humainement possible.
L'Elfe noire affichait un air contrit.

« Ombre ? »

Suyvel lui adressa un sourire gêné.
Toujours muet, le rôdeur le lui rendit. Un sourire carnassier, pour sa part.

« Heu… Ombre… ? » hésita Suyvel.


Trente secondes plus tard.

Bien plus loin sur le sentier.

On entendait des bruits de pas rapides qui se rapprochaient. Le son d’une cavalcade, en fait, qui provenait de derrière un mur de végétation. Un buisson sembla s’ouvrir en deux, littéralement exploser, pour laisser le passage à une Suyvel aux abois, courant comme une dératée, talonnée par un Ombre furibard.

« Mais enfin, puisque je te dis que je croyais que c’était ton démon qui revenait ! Ce n’était pas toi que j’attaquais ! » protesta la magicienne haletante.

Ombre ne l’entendait manifestement pas de cette oreille, continuant la poursuite, bras tendus devant lui, les doigts pareils à des serres. Il devait avoir très envie de les refermer sur le cou de Suyvel.

« Puisque je te dis que c’est une méprise ! Une épouvantable méprise ! »

Suyvel avait certes l’avantage d’être une Elfe noire, donc plus rapide qu’un humain, mais elle ne semblait pas distancer Ombre pour autant. Elle augmenta encore le rythme de la poursuite. Tous deux passèrent en trombe au beau milieu d’une horde de Tortogriffes assoupies qui, le temps de se réveiller, réalisèrent qu’elles n’avaient déjà plus personne à dévorer.

« Arrête, c’est ridicule ! Et si je te soigne, hein ? Tu te calmeras, si je te soigne ? » proposa Suyvel sans ralentir.

Elle se méfiait, ayant entendu parler des capacités des rôdeurs en matière de déplacement rapide. Et ils avaient l’habitude des courses en pleine nature. Alors elle accéléra encore. Car elle sentait bien que si elle se laissait rejoindre, elle allait passer un trèèèèèèèès mauvais quart d’heure…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Ven 4 Nov 2011 - 15:43

Mes jambes moulinaient à la vitesse du son. Je ne voyais plus les arbres défiler tellement je courrais vite.

Maudite drow, viens ici, au pied, tout de suite !!!

Elle courrait vite la bougre, bien trop vite. Réfléchir, user de stratagème, telle était la solution. Imaginer un piège, quelque chose dont elle ne réchappera pas. Mais oui, c'est ça.
Je bifurque soudainement à droite, Suyvel me perds de vue. J'avais prévu de prendre directement par les broussailles quitte à esquinter ma tenue déjà ternie par les combats précédents.


Le carrefour était en vue, et Suyvel pas encore. Héhéhé il était temps. Je m'emparai d'une corde qui trainait par là (oui les cordes trainent dans notre forêt Razz). Je l'accrocha à l'arbre d'en face, je la posa au sol et j'attendis qu'elle passe. L'objectif : la faire chuter via un bon petit coup de la corde à linge.


Suyvel arriva soulevant un nuage de fumée digne des plus grands westerns. Et hop, je tendis ma corde...qui n'en était pas une....une saloperie d'élastique, Suyvel repartit dans le sens inverse en marche arrière, toujours accompagnée de son nuage de poussière. Nous l'appellerons DustCloud parce que nuage de poussière c'est long et c'est chiant à écrire !

Et moi me direz-vous? Ben c'est là tout le problème, l'élastique sous la pression céda et je récupéra la moitié directement dans le visage. Plein de petites étoiles s'allumèrent tout autour de ma tête.


Han, des petites n'étoiles....gaaaahhhhhhhh
Geuhhhhhh
Drôôôleeeeee

Je tentais de les attraper, en vain. Suyvel était repartie dans l'autre sens, je devais faire vite. Je partis à toute vitesse vers le petit ravin où elle ne manquerai pas d'arriver, probablement en marche arrière d'ailleurs.


Ni une ni deux j'arrivai avant elle (elle a dû s'arrêter en chemin c'pour ça Razz). J'enlevai le petit pont de singe qui permettait de passer à sec et espérait que DustCloud l'empêcherai de voir le subterfuge.

Peine perdue, c'est un vrai TGV qui passa le ravin sans encombre, toujours en marche arrière. Le temps de me gratter la tête je reculai de 100 bons mètres et je m'élançai à l'assaut du ravin.


Arrivé au milieu de ce dernier je pris conscience que sous moi, se trouvait 10 mètres de vide et une petite rivière. Je pris aussi conscience que je ne passerai pas, moi ! J'avançai d'un pas, je tentai de toucher le vide afin de me rendre compte qu'il était bien vide. Eh bien, oui, il était vide. S'ensuivit une chute vertigineuse dans la rivière.


Le temps de sortir de l'eau et de secouer mon petit corps musclé je sentis la chance tourner. En effet, Suyvel s'était assise au bord de l'eau pour se désaltérer. DustCloud l'attendait sur le bord de la route. C'était le moment, la surprendre...en douceur !!

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Mer 9 Nov 2011 - 0:23

Alors que la poursuite continuait à un train d’enfer, et qu’Ombre ne semblait toujours pas décidé à la laisser filer, Suyvel eut une idée.

« Thelef ! Viens à moi, je t’appelle ! »

Et le Sylphe se manifesta effectivement, volant aux côtés de Suyvel.

« As-tu besoin de mes services, fidèle de la Dame de l’Air ? Serais-tu en difficulté ? » s’enquit fort poliment l’élémental d’air.

« Non, je cours juste pour le plaisir ! » grogna Suyvel, excédée par la question. Ca ne se voyait pas assez qu’elle était dans la mouise ?

« Evidemment que j’ai besoin d’aide ! Tu crois que je t’ai appelé pour prendre le thé ? Il faut que je sème l’humain qui me poursuit… Peux-tu soulever la poussière pour l’aveugler, ou au moins masquer ma fuite ?
- Ca me semble faisable, oui. Je vais m’y employer. »

De fait, Thelef produisit un véritable écran de poussière, qui eut tôt fait de soustraire Suyvel à la vue d’Ombre. Mais ce voile lui cacha également le fait que son poursuivant obliquait pour emprunter un chemin peu orthodoxe.

Ce qui lui valut, un peu plus loin, une désagréable surprise. Une corde se tendit brusquement devant elle. Ouvrant des yeux horrifiés, Suyvel vit qu’elle allait l’accrocher. Trop tard pour l’éviter. Dans un dernier réflexe, la magicienne tenta un sortilège d’altération de l’espace, avec l’espoir qu’il lui permettrait d’éviter une chute maintenant imminente. Trop tard. Elle venait d’entrer en contact avec la liane. Toutefois, ce ne fut pas la fin.

Le sort qu’elle incantait relevait de la magie du Chaos, et Suyvel concentrait donc des énergies chaotiques dans son aura, qui elle aussi entrait en contact avec la liane. Or de telles auras sont dangereuses, car le propre du Chaos est de transmuter, voire de corrompre, tout ce qu’il rencontre. La liane en fit l’expérience. Sa structure se modifia, acquérant des propriétés remarquablement élastiques, tant et si bien qu’au lieu de stopper net la Drow dans sa course folle, elle se déforma, se tendit… et finit par la catapulter dans l’autre sens.

Ce qui aurait tout aussi bien pu mettre fin à la poursuite. Mais du coup, Suyvel avait eu le temps de lancer son sort, dont les effets étaient simples : en l’occurrence, il inversait l’espace sur une dimension, juste autour de la magicienne. Autrement dit, lorsqu’elle avançait, elle reculait, et vice-versa.

Bien qu’elle continuât de courir en avant, elle reculait… tout aussi vite, ce qui pour le spectateur non averti semblait relever de l’impossible. Seul souci : Thelef continuait de soulever la poussière derrière elle, alors qu’elle reculait. Le temps qu’elle expliquât au Sylphe qu’il fallait qu’il soulève la poussière devant elle et non plus derrière, elle avait dévié de sa route et se trouva un peu perdue. Il lui fallut un petit moment – toujours à fond de train – pour arriver en vue du petit ravin qu’elle reconnut. Elle n’avait plus qu’à franchir le pont de cordes et à le larguer une fois le ravin franchi, et Ombre serait hors course.

Le pont !!!

Il avait disparu.

Et Suyvel se précipitait à toute vitesse vers le gouffre. Impossible de s’arrêter avant désormais.

« Thelef ! Donne-moi des ailes !!! » cria Suyvel en désespoir de cause.

Un Sylphe pouvait certes utiliser la puissance du vent pour faire voler un objet ou une personne, mais il y avait un poids à ne pas dépasser. Suyvel appartenant aux races elfiques, elle était certes légère, mais pas encore assez pour la puissance très limitée de Thelef. Pourtant, celui-ci n’hésita pas. Devant le danger encouru par son invocatrice, il rassembla ses forces et produisit un souffle d’air puissant qui, sans véritablement la faire voler, lui donna l’impulsion nécessaire pour franchir le ravin d’un bond.

Un saut de dix mètres !

Et bien sûr, toujours en marche arrière.

Décidément, la magie avait du bon. Après avoir franchi l’obstacle, Suyvel réalisa qu’elle était maintenant hors de danger. Ombre devait l’attendre de l’autre côté du ravin… et puisqu’il n’y avait plus de pont, il ne pourrait plus la rejoindre. Alors elle mit fin à sa course sauvage. Ainsi qu’au sort d’altération. Elle remercia chaudement un Thelef lui aussi exténué par l’effort qu’il venait de produire et réalisa qu’elle avait très envie de se rafraîchir. Or une rivière coulait au milieu du ravin. Avisant un chemin qui permettait de descendre au fond de celui-ci, elle se remit en route, en marchant, cette fois.

Arrivée près de l’onde claire, elle s’accroupit et s’en aspergea le visage avec délice. Puis elle songea qu’un bain de pieds serait le bienvenu. S’asseyant sur la rive, elle se déchaussa et plongea ses pieds dans l’eau vive avec un soupir de contentement. Elle aurait presque pu voir la vapeur produite par l’immersion de ses petons surmenés.

Et Ombre ?

Elle se demandait ce que le rôdeur pouvait bien faire. Et où il pouvait bien être maintenant. Peut-être pas très loin ? À tout hasard, Suyvel se concentra pour utiliser sa perception des auras. Et effectivement, elle localisa celle d’Ombre.

À deux mètres derrière elle.

Se retournant dans un cri à demi-étouffé, elle brandit une de ses bottes de façon menaçante dans la direction du rôdeur.

« Je te préviens ! N’avance pas ! Ou bien je… je… »

Prenant conscience du ridicule de sa situation, Suyvel reposa son arme de fortune. Et ce fut d’un ton las qu’elle déclara :

« Oh, et puis… fais ce que bon te semblera… De toute façon, mes pieds refusent de reprendre notre course échevelée. »

Elle eut un sourire forcé.

« Chaussures neuves » expliqua-t-elle laconiquement.

Tout en se demandant quelles intentions nourrissait maintenant Ombre à son égard…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Jeu 8 Déc 2011 - 10:23

« Je te préviens ! N’avance pas ! Ou bien je… je… »

Ou sinon quoi? Tu vas me lancer une botte magique à la tête?

Suyvel sa botte serrée dans sa main droite me faisait face. Et moi, la bouche ouverte et la bave pendante j'en faisais de même, sans la botte.
Cette situation devenait...ridicule. Courir comme cela a travers forêts et plaines était très fatiguant. Il était peut-être temps de mettre un terme à cette mascarade? Probablement.

« Chaussures neuves »

Un sourire se dessina sur mon visage, où comment briser la glace ou plutôt la forme de petite haine qui s'était immiscée entre nous depuis quelques heures. Les femmes, toujours à acheter des chaussures et autres accessoires qu'elles utiliseront deux fois l'an. Et encore. Puis si l'accessoire en question ne convient pas on se plaint, on gémit et on maudit, non pas l'accessoire, mais la personne qui vous accompagne. Ben oui il faut bien s'acharner sur quelqu'un.

Et maintenant elle va me dire quoi? Qu'elle a chopé des ampoules aux pieds et qu'il va falloir la porter jusqu'au campement? Ah les femmes, elles me perdront probablement, un jour...

Et alors, je dois te porter jusqu'au campement, toi, une drow?


Petite pique en direction de Suyvel histoire de la titiller un peu, après tout je lui épargnais déjà ma colère d'avoir voulu froidement m'assassiner, je pouvais bien l'allumer un peu.

Tu avais pris la bonne taille au moins? Il t'en faudra des nouvelles maintenant, j'espère que ton courtisan a de l'argent...


Et une deuxième. C'est elle qui allait bientôt me courir après à ce rythme là. Je souriais intérieurement sentant Suyvel monter en pression. Le vent se faisait froid et j'étais trempé, aussi j'avais une forte envie de regagner le campement, avec ou sans Suyvel mais bizarrement l'envie de lui tourner le dos m'étais passée.

Bon on fait quoi? On va s'asseoir autour d'un verre ou tu préfères continuer à bayer aux corneilles?

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Sam 10 Déc 2011 - 18:24

Suyvel guettait avec une certaine appréhension la réaction d’Ombre. Finalement, un sourire prit naissance sur ses lèvres. Il se déridait un peu. La magicienne s’en sentit soulagée.

Pas longtemps.

Lorsqu’Ombre ouvrit la bouche, ce fut pour la railler.

« Et alors, je dois te porter jusqu'au campement, toi, une drow? »

Suyvel en resta interdite. Ce qui n’empêcha pas Ombre d’enchaîner les rosseries.

« Tu avais pris la bonne taille au moins? Il t'en faudra des nouvelles maintenant, j'espère que ton courtisan a de l'argent... »

La bonne taille ? Pour des chaussures faites sur mesure, c’était le minimum.

Des nouvelles ? Aucun risque que celles-ci soient déjà abîmées. C’était du costaud, de l’excellente qualité, du cousu-main par le maître-tisserand du Souffle d’Eolia. Elles étaient encore raides – le seul défaut du neuf – mais lorsqu’elles se seraient faites, elle ne doutait pas de pouvoir avaler les lieues sans fatiguer ni ralentir. L’affront fait à Siiix la fit sourciller.

Son courtisan ? Suggérait-il qu’elle était une femme entretenue ? L’indignation allait la submerger lorsqu’elle réalisa son petit manège. C’était probablement ce qu’il espérait. Sa colère naissante descendit d’un cran et ce fut d’une voix innocente qu’elle répondit :

« Hé bien à vrai dire, j’ignore le montant de sa fortune personnelle… C’est vrai qu’il ne paie pas de mine. Il porte des vêtements communs. Il n’apprécie guère le luxe et le faste. Il a des goûts très simples. Mais il n’en est pas moins le chef d’une grande faction… »

Elle observa le silence quelques instants, le temps qu’il fasse le parallèle. Lorsqu’une lueur de compréhension s’alluma dans son regard, elle changea de sujet.

« En tout cas, vu comment tu me courais après, je suis sûre que tu n’as subi aucune blessure sérieuse. Tant mieux. Je m’en serais voulue dans le cas contraire. »

À ces mots, Ombre lui décocha un drôle de regard, qui l’intrigua.

« Quoi ? Je t’ai déjà expliqué. Je croyais avoir affaire à ton protecteur… »

Une phrase qui sembla tomber à plat. Suyvel déchiffra enfin l’expression de son interlocuteur. De la méfiance.

« Hé ! Je t’assure que je n’ai jamais voulu te frapper, toi ! »

Le regard de reproche qu’Ombre lui adressa la plongea dans la confusion. Elle s’obligea à reconsidérer les évènements récents… et elle comprit.

« Oh… tu penses à mon attaque en traître ? »

Quelque chose dans les yeux d’Ombre lui dit qu’elle avait vu juste. Elle sourit.

« Tu as cru que je voulais réellement te tuer ? »

Le ton léger contrastait avec la gravité de la question. Ombre sembla quelque peu déstabilisé.

« Telle n’était pas mon intention… Tu m’agaçais à me tourner le dos comme si je n’étais pas une menace. Bon, tu avais raison, je n’en étais pas une, mais cela aurait bien pu être… Je voulais voir si cette assurance affichée était fondée sur quelque réelle capacité à se défendre d’attaques dans le dos, ou bien si elle n’était que folie et inconscience. »
« Tu ne risquais absolument rien. Je n’aurais pas porté le coup que tu as si bien détourné. Tout au plus t’aurais-je piqué la peau du dos. De toute façon, même en imaginant que je t’aie accidentellement blessé, je te rappelle que je suis guérisseuse… »
« En outre, je voulais t’enseigner une leçon capitale : n’offre jamais ton dos à une Drow, elle le poignardera sans hésiter si elle a une raison de le faire. De ce point de vue, je ne suis pas très représentative de ceux de ma race… mais crois-moi sur parole, mes semblables cultivent une mentalité d’assassins sans scrupules. Cela m’étonne d’ailleurs que tu ne sois pas plus au fait de ce genre de choses… je veux dire, pour quelqu’un qui compte un Elfe noir parmi ses proches. »


Suyvel lança à Ombre un regard sans équivoque.

« Faire confiance aux autres n’est pas une faiblesse, mais confiance mal placée est source de danger. Tu es Roy, tu as donc des ennemis… et certains pourraient facilement soudoyer un de tes proches, ou s’offrir les services d’un assassin. Un Drow, par exemple. N’aie jamais totalement confiance en un représentant de mon peuple. Pour ton propre bien. »

Elle eut un sourire désabusé.

« Mais il est vrai qu’avec la protection surnaturelle dont tu disposes, tu ne crains sans doute pas grand chose… Ton ami démoniaque veille jalousement sur toi, dirait-on. T’attaquer comme je l’ai fait était stupide… et dangereux. Moi qui ai lu tes écrits, j’aurais dû me souvenir de ton pacte. »

Ce souvenir fit naturellement ressurgir le sujet qui la préoccupait depuis la bataille contre le démon.

« Te rappelles-tu ce qui s’est passé durant ce combat ? »
« Avant que je parvienne à le repousser, ton protecteur m’a clairement dit qu’il me retrouverait et qu’il se vengerait de moi. À ton avis, était-ce la menace sans conséquence d’un mauvais perdant… ou alors une promesse qu’il entend bien respecter ? »


Elle dévisageait Ombre, en frissonnant à l’idée d’un éventuel retour de… l’autre. Ombre sembla frissonner également. Ce fut seulement alors que Suyvel réalisa que le rôdeur était trempé comme une soupe. Il avait dû aller faire un tour dans la rivière. Et l’air était frais.

Comme une confirmation, il lui dit :

« Bon, on fait quoi? On va s'asseoir autour d'un verre ou tu préfères continuer à bayer aux corneilles?
- Si tu as froid, je peux arranger cela. »

Une rapide incantation… et un tourbillon d’air chaud enveloppa Ombre des pieds à la tête, le secouant en tous sens, pour le laisser finalement le cheveu hirsute… mais réchauffé et les vêtements secs.

« L’avantage d’être une aéromancienne » déclara Suyvel.

« Et si tu as encore besoin de te réchauffer, je peux te proposer ceci. »

Elle lui tendit une outre de peau. Ombre sembla la considérer avec prudence. Suyvel sourit.

« Je vois que la leçon a porté. Très bien, je vais te tranquilliser. »

Elle déboucha la gourde et appuya dessus. Une giclée de liquide incolore en jaillit. Elle s’en envoya deux rasades, qu’elle déglutit rapidement. Puis elle ferma les yeux très fort, tout en découvrant les dents en une grimace crispée… Quelques larmes coururent sur ses joues. Lorsqu’elle put de nouveau ouvrir les yeux, ce fut pour voir Ombre qui la regardait d’un air à moitié affolé.

« Mais il y a quoi là-dedans ?!
- Noix, pommes de terre… et d’autres ingrédients qui fermentent bien. J’en tire un alcool très fort, qui me sert à nettoyer mes fioles et mes cornues. Ca tue tous les germes, je te le garantis. Bon, d’habitude, je ne le consomme pas, mais là je n’ai que cela sous la main… »

Elle tendait de nouveau l’outre au rôdeur alarmé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8476
Age : 33
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Lun 16 Jan 2012 - 13:10

Nous étions là, à palabrer sur des
sujets aussi futiles que sa taille de chaussure, la matière de ses
bottes ou le nom de son courtisan.



Je ne pût m’empêcher un haut le
cœur à la description de ce dernier. Ne dis t-on pas qui aime bien
châtie bien ? Je devais lui faire un drôle d’effet. La
conversation déviait tantôt sur Ruun, mon entité maléfique,
tantôt sur sa tentative d’assassinat Royal. Suyvel avait beau être
une drow elle n’en restait pas moins une femme, bavarde !



Les vêtements trempés je commençais
doucement à grelotter. Suyvel a dû se rendre compte que mes dents
claquetaient quelque peu. J’aurais mieux fait de ne rien montrer.
Un tourbillon d’air chaud m’enveloppa. Encore un attentat Royal ?
Que nenni, c’était le sèche-cheveux personnel de Suyvel. J’en
descendis au bout de quelques secondes, les cheveux dans tous les
sens. Le temps de rentrer mon haut dans mon pantalon et de recaler
mes sous-vêtements et elle me tendit une gourde.



Je la regarda elle, puis la gourde,
elle, puis la gourde, attendant qu’elle se serve en premier. Ma
classe de Gentleman m’obligeait à laisser les femmes se servir en
premier….enfin sur le coup cela m’arrangeait bien, je gardais un
souvenir assez amère de ma dernière rencontre avec une mixture
drow.



Elle descendit quelques lampées puis
me la tendit à nouveau. Ce geste me rassura je la saisit et
descendit 3 ou 4 gorgées. Le temps de sentir la chaleur m’envahir
et je me dis que je passerais bien une petite commande à Suyvel,
pour ma réserve personnelle et pour nettoyer mon Chu Ko Nu.



Excellent ma chère, du tout bon. Un
brin râpeux mais pas désagréable, un arrière petit goût
d’oléagineux, assez subtil pour un détergent.



Je lui rendis sa gourde un grand
sourire aux lèvres. L’alcool restait toujours de loin mon meilleur
ami surtout quand on ne savait plus trop à qui se fier. Suyvel me
l’avait bien rappelé même si c’est elle qui aurait pu y laisser
des plumes, beaucoup de plumes !



Bon en route ? Pour débattre ce
n’est plus le temps ni l’heure mais pour boire un verre et se
restaurer il est toujours temps. Tu te souviens dans la taverne
l’autre jour, je t’avais dit que je t’inviterais également ?
Alors voilà, c’est fait, tu es mon hôte, allons nous faire péter
la panse avec les délicieux mets de Calyso et remercions les Étoiles
des bienfaits qu’elles nous procurent !



Je pris la peine de faire passer la
drow devant moi, non pas par galanterie, ni pour pouvoir admirer sa
silhouette mais juste....par méfiance. Les jolies roses ont toujours
des épines, j'allais éviter de lui donner l'envie de me le rappeler
si rapidement.

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Des hauts et débat   Sam 21 Jan 2012 - 19:08

HRP

Petit problème arithmétique:
pour Ombre, sèche-cheveux de Suyvel + gnôle indicible = ?

La réponse en images:



Je trouvais que cette BD illustrait bien la fin de cette histoire. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des hauts et débat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des hauts et débat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Massacre de Hauts Elfes
» Scoop 4 (Hauts Elfes)
» Roster Hauts-Elfes
» Horde de gnoblars vs Hauts elfes (1000 pts)
» Vente Armée Hauts Elfes / Skavens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Salle de réceptions-
Sauter vers: