Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au sommet de la falaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 32
Date d'inscription : 16/12/2011

MessageSujet: Au sommet de la falaise   Sam 14 Jan 2012 - 23:08


Ici, le silence est d’or, la vue plongeante sur l’immense rivière bordant avec appétit sur l’océan, les échos du vent … Si proche de Etoiles …

Et le brouillard …

Avance avec prudence, si tu ne veux pas que ton pied déraille et t’emmène malgré toi dans une chute mémorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Ven 27 Jan 2012 - 19:29

Suyvel tombait toujours.

Ses sens désormais éteints ne lui apportaient plus guère que cette sensation. L’étincelle de vie qui restait en elle menaçait à tout instant de s’éteindre et la nuit éternelle lui tendait les bras. Un abysse de ténèbres vers lequel elle plongeait, auquel il serait si facile de s’abandonner, qu’elle appelait de ses vœux, même.

Elle avait perdu. Elle était vaincue. Pour ainsi dire déjà morte.

Non !

Un reste de volonté opiniâtre en elle n’acceptait pas cette issue. Au prix d’un énorme effort, elle ouvrit les yeux et parvint enfin à discerner son environnement, finalement pas si vide que cela… Elle repéra le sol sous elle. Plus exactement, elle le voyait se précipiter vers elle à une allure folle. Son sens de l’autoconservation fit le reste.

« Thelef ! Ralentis ma chute ! »

La magicienne n’était pas sûre que le sylphe puisse la sauver. Elle ne savait même pas s’il était encore à ses côtés. Mais elle n’avait ni le temps ni les moyens de tenter autre chose. Sa confiance fut néanmoins payée de retour : Thelef, tournoyant sur lui-même au niveau du sol, produisit un coussin d’air qui amortit considérablement la prise de contact de la drow avec le plancher des vaches, sans toutefois l’absorber complètement. Suyvel lâcha un oumpf ! étouffé puis resta allongée, inerte, grimaçante de douleur.

Durant de longues minutes.

Elle se demandait si elle allait mourir mais, le temps passant, et pas la douleur, elle en conclut qu’elle jouissait encore d’un petit sursis. Au prix d’un laborieux et douloureux effort, elle parvint à attraper son sac et à y piocher une flasque de salive de plantovor. Le goût en était toujours aussi abominable mais, sur l’instant, elle l’accueillit presque avec joie. Atroce, mais porteur de tous les espoirs. Le goût de la vie, en somme.

L’épais liquide à la sapidité douteuse produisant ses effets, elle sentit ses forces revenir et son corps se régénérer, suffisamment pour qu’elle décide de se relever en position assise. En grognant, car de multiples douleurs s’élevèrent de concert un peu partout dans son dos. Elle aurait manifestement quelque peu l’utilité de ses compétences de guérisseuse pour elle-même. Pour cela, il lui fallait déjà finir de régénérer son mana, aussi ressortit-elle son étui à œufs de gluant pour en avaler un autre. Lorsqu’elle sentit son aura reconstituée, elle usa de ses sorts de soins sur sa personne. En peu de temps, elle fut alors totalement sur pied et se releva complètement, se demandant où elle pouvait bien se trouver.

Suyvel n’était plus dans le campement des Constellations, c’était une évidence. L’endroit était plutôt sauvage et montagneux et surtout, réalisa-t-elle brusquement, il n’y avait pas de brume ici. En faisant quelques pas, elle arriva au bord d’un promontoire et profita du point de vue pour tenter de se repérer. Ce qui s’avéra assez aisé.

Car, plus bas, se trouvait le Domaine des Constellations, toujours envahi par le brouillard. À son corps défendant, l’Aéride avait manifestement gagné en altitude !

Et maintenant ?

Devait-elle y retourner ? Cela semblait logique et en même temps… l’idée de se trouver de nouveau confrontée à la chose qui rôdait dans les brumes la fit frissonner.

Un frisson né de la façon dont elle avait été vaincue, et laissée pour morte. Et son ennemi ? Etait-il mort ? Elle l’avait certes frappé de sa dague empoisonnée, mais elle en doutait fort. S’il s’agissait bien d’un démon le poison n’aurait probablement aucun effet sur lui. L’avait-elle seulement blessé ? Elle ne pouvait en être sûre. Ses sens défaillants n’avaient pas pu le lui confirmer. Mais ce qui la hantait, c’était la facilité avec laquelle son ennemi l’avait terrassée. Presque avec désinvolture, comme si elle avait été quantité négligeable. Avec mépris. Une pensée qui engendra de la colère en elle.

Elle n’accepterait pas cela. Jamais.

Mais comment obtenir réparation, surtout d’un adversaire aussi dangereux ? Suyvel songea que de l’aide serait la bienvenue. Avisant le fait qu’elle se trouvait en hauteur, elle se dit que l’endroit était propice à une action de grâce. Elle était encore en vie et Eolia n’y était probablement pas étrangère. Et l’aide de sa bienveillante déesse ne serait pas de trop si elle de retrouvait de nouveau face à face avec son ennemi. Elle récita donc une prière à la Dame de l’Air, puis lui ouvrit son cœur et ses désirs.

« Accorde-moi la réalisation de mon souhait. Vengeance ! Je demande vengeance ! Permets-moi de laver l’affront subi. Soutiens mon bras et je répandrai le sang de mon ennemi. Je lui enseignerai la peur de tes disciples, ô Grande Déesse. Sur mon sang, j’en fais le serment ! »

D’un geste, Suyvel s’entailla la main gauche et laissa son liquide vital s’écouler lentement, alors que les gouttes s’écrasaient sur les pierres, qui virèrent progressivement à l’écarlate. Les elfes noires étaient promptes à la colère et à la vengeance. Face à l’humiliation subie, beaucoup auraient entamé une vendetta permanente, et l’Aéride ne faisait pas exception. Elle irait au bout, même si cela devait lui coûter la vie. Nebel venait de se faire une ennemie jurée.

Dès lors, sa destination devenait une évidence : elle devait retourner au domaine. Y retourner, peut-être, mais s’y précipiter sans préparation relevait du suicide, au vu des capacités homicides de son ennemi. Elle prit donc le temps d’analyser le peu qu’elle en avait vu : ses deux capacités offensives et sa méthode d’approche.

L’inspiration lui vint.

Pour commencer, elle lança deux sortilèges destinés à renforcer ses défenses. Si jamais l’autre revenait à la charge, il en subirait des conséquences désagréables. Suyvel sourit à cette idée, en savourant les bénéfices possibles par anticipation.

Ensuite elle retira les bijoux dont elle s’était parée pour la réception, et qui n’avaient d’autre utilité que leur côté esthétique, et les rangea. Ouvrant un coffret, elle en sortit une nouvelle parure – deux anneaux, un bracelet, un collier, deux boucles d’oreille et un diadème – qu’elle mit sur elle. Elle entama alors un rituel magique, entrant en méditation profonde.

Un moment plus tard, elle considéra le résultat avec satisfaction. Elle se sentait maintenant préparée à une nouvelle confrontation… du moins, presque. Car il restait une aptitude de son ennemi contre laquelle elle ne voyait pas de parade dans son arsenal de sorts. Et elle ne pouvait ignorer cette menace.

Alors qu’elle déambulait sur les sentiers de montagne, son regard fut attiré par une petite fleur aux couleurs vives. Un déclic se produisit dans son esprit. Suyvel lisait beaucoup, souvent, et toutes sortes d’ouvrages, sur énormément de sujets. Ses préférés restaient la magie, l’herboristerie et l’hermésisme. Et un souvenir de ces lectures venait de refaire surface dans son tête. Elle examina les fleurs. C’était bien la plante à laquelle elle avait pensé. Elle se mit à fureter dans les environs, et repéra assez vite d’autres plantes dont elle aurait l’utilité. En fait, elle avait à disposition tout ce dont elle avait besoin pour réaliser son idée. La drow sortit sa serpe et se lança dans une récolte enthousiaste. Puis, lorsqu’elle eut rassemblé les composants nécessaires, elle s’assit sur un rocher, sortit un bol d’herboriste, y plaça les plantes fraîches et lança un sort de séchage accéléré. En temps normal, elle aurait laissé faire le temps, mais là il y avait urgence. Puis elle se saisit de son pilon et commença à broyer méthodiquement les plantes devenues cassantes. Pour finir, elle mélangea les différentes essences végétales, et y rajouta un peu d’eau, puisée dans un ruisseau. Le produit de son travail fut réparti dans plusieurs fioles de fin cristal, et le reliquat versé directement sur ses vêtements.

Suyvel sourit finement en songeant qu’à leur prochaine entrevue, son ennemi allait avoir une mauvaise surprise…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LUMI
Etoile de la Folie
Etoile de la Folie
avatar

Nombre de messages : 930
Age : 105
Localisation : A côté de Shiver
Date d'inscription : 24/06/2011

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 40 Ca change tout le temps

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Dim 29 Jan 2012 - 10:13

Je mourrais lentement, mes poumons ne s'emplissait plus d'air mais d'une matière envahissante. Une partie de moi voulait se battre, l'autre avait abandonné la bataille avant même que celle-ci ait commencé.

Je m'abandonnait à la mort pour la seconde fois dans ma vie. Je me retrouvais dans... dans l'océan! Je me voyais à présent en apnée dans les profondeurs abyssales de l'océan. Il faisait noir et froid, je coulais à pique profond encore plus profond. Je m'enfonçait et à mesure mes poumons se remplissaient d'eau.

Au fond des étincelles. Des bribes de mes vies m'apparaissaient. Il était donc temps de faire les comptes? Nebel ne voulait pas que ma mort mais aussi que je parte avec des regrets. Mes choix passés m'avaient fait devenir ce que je suis aujourd'hui grâce à un nécromant de mon élément.

Je me voyais dans mon autre vie au delà de ce sabbat providentiel qui m'avait amené à être une Etoile. Je me voyais plus forte, plus puissante, presque intouchable, in tuable. J'avais tourné le dos à la magie noire et devant moi se présentait ce qu'aurait pu être ma vie si je n'avais jamais regretté d'avoir fait tant de mal! Plus jeune, plus forte... indestructible!

Je descendait encore dans les tréfonds le peu d'air restant dans mes poumons me laissa pourtant voir autre chose. Posicillion, mon dieu actuel avait décidé de me montrer mon futur telle que j'étais actuellement!

Contrairement à ce que je serais si j'avais continué dans ma voie, j'étais entourée d'amis et d'un Amour pur. Je tendais les bras vers l'image de cet homme! Un dernier réflexe de mon orteil touchant le fond sablonneux et instable de cet océan. Je ne restais, à cet instant, pas spectatrice de ma mort mais actrice de ma vie!

Je tendais toujours le bras vers l'image d'Ombre comme pour l'attraper par le bras et le remonter avec moi! Les algues me bloquaient mais je remontais avec l'envie de vivre...

Un souffle profond, un râle, je respirait à plein poumon et mes yeux s'ouvraient à la lumière... j'enserrait dans ma main ce sue je croyais être le bras de mon bien aimé. J'entendais des rires à présent!


Argghhhhh *le souffle qui me ramenait à la vie* Qui est là? qui se moque?

Je regardait maintenant autour de moi essayant de m’asseoir. Tout ceci n'était qu'une illusion! Jamais je n'avais été dans de l'eau. Je n'étais même pas mouillée. Mais qu'était donc tout cela? Où étais-je?

Mon souffle avait été coupé pendant un long moment, et je me retrouvait proche d'un buisson cachée aux yeux de tous! Je regardait l'horizon de ma hauteur. L'endroit semblait désert. J'entendais le bruit des vagues et au loin une voix. Ou était-ce encore le fruit de mon imagination? Je devais reprendre un peu de force avant d'essayer de me rendre compte un peu mieux de la situation.

Une chose était sûre, je n'étais ni dans mon lit chez les TDC à faire un cauchemar, ni sur le domaine des Constellations. J'étais désarmée, non chaussée, dans un endroit inconnu, je ne donnais pas cher de ma vie.

Mon poing était toujours fermement serré comme lors de mon hallucination. C'est avec beaucoup de mal tant mes muscles étaient endoloris que je réussi à desserrer peu à peu, un à un, mes doigts.

De là tomba... un bijou? Je ramassait de mon autre main pour observer de plus prêt. C'était une jolie chaînette très fine, en argent sans le moindre doute! La seule chose manquante était le fermoir du bijou.

L'avais-je arraché au cou de quelqu'un? Comment cela était-il en ma possession? Ma folie douce que tout le monde me connaissait s'était-elle transformée en folie grave?

J'essayais à présent de me lever discrètement pour me rendre compte maintenant ou j'étais. A quelques mètres de moi, un trou, que dis-je une falaise sans fond. Si j'avais roulé pendant mon délire juste un peu je serais bel et bien morte de noyade.

De l'autre côté, un endroit totalement inconnu. Je ne remarquais rien ni personne de suspect!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Lun 30 Jan 2012 - 20:15

Suyvel achevait sa préparation hermésique lorsqu’un bruit attira son attention. Un bruit sourd, comme la chute de quelque chose. Immédiatement, elle se leva, en alerte, tâchant de trouver la source de ce son.

Mais elle ne vit rien.

L’endroit semblait toujours aussi désert. Paradoxalement, cette solitude, qui paraissait gage de sécurité, la rendit nerveuse. Et si c’était son ennemi qui l’avait suivie… ? Cette éventualité la poussa à la prudence. Ramassant prestement ses affaires, elle décida de trouver une cachette afin de ne pas rester exposée, au vu et au su de n’importe qui. Elle alla s’abriter derrière un amoncellement de rocs, de branchages et de fougères. Là, elle estima être convenablement dissimulée au regard d’importuns. Elle en profita donc pour reprendre son observation, en vain. Toujours rien qui pût lui indiquer d’où venait ce bruit, ni ce qui l’avait causé.

« Thelef.
- Je suis là et je t’écoute.
- As-tu entendu ce bruit ?
- Certes, le vent a porté ce son à mes sens aériens.
- Sais-tu d’où il venait ? Ce qui l’a causé ?
- De son origine, j’ignore tout, mais il venait du bord de la falaise, du bosquet situé à côté pour être plus précis.
- Hmm… Puisque tu es invisible – au moins pour la plupart des observateurs potentiels – j’ai bien envie de te demander d’aller repérer les lieux pour moi. Mais je ne veux pas te mettre en danger inutilement. Si jamais il s’agissait de la chose qui rôde dans la brume, elle est sans doute capable de te voir, et alors…
- Je doute fort qu’il s’agisse de cette entité. Les vents ne m’apportent aucune trace d’air vicié comme dans le campement.
- Bon, alors vas-y. »


Le Sylphe prit son vol vers le bosquet incriminé, en fit le tour puis s’y engouffra, y disparaissant. De longs instants de doute s’écoulèrent pour Suyvel, qui n’aurait pas été aussi affirmative que Thelef concernant l’absence de son ennemi… Elle ne voulait pas mettre un enfant d’Eolia en péril. C’était elle qui l’avait appelé, elle s’en sentait responsable et n’aimerait pas qu’un jour sa Déesse vînt lui demander des comptes pour la légèreté avec laquelle elle avait envoyé Thelef au devant d’une mort certaine…

Ses craintes et ses doutes s’envolèrent avec le retour du sylphe, manifestement indemne.

« Alors ? questionna Suyvel avec impatience.
- Je crois avoir trouvé celui qui a causé ce bruit. Enfin, je devrais dire : celle qui l’a causé. Une jeune humaine. Une magicienne, au vu de son aura. Et elle paraissait inconsciente, mais en vie.
- Une magicienne ? »
s’étonna Suyvel.

Elle venait précisément d’en quitter une. La coïncidence semblait un peu forte. Il s’agissait très probablement de la même, que son ennemi avait également projeté jusqu’ici, comme elle-même. L’idée de retrouver une alliée – aussi éphémère cette alliance dût-elle être – la réconforta et elle se leva d’un bloc pour sortir de sa cachette, dans l’intention de courir vers le bosquet.

Ce fut à ce moment qu’un événement imprévu survint.

Dans le bosquet, au-dessus d’un buisson, se dressait maintenant la silhouette d’une humaine. Et Suyvel sut d’un coup d’œil que quelque chose clochait. Ce n’était pas Selene.

Aussitôt, elle fit demi-tour et replongea derrière l’abri de rochers, pour éviter d’être repérée. Lorsqu’elle eut repris son souffle et remis de l’ordre dans les battements désordonnés de son cœur, elle risqua un nouveau coup d’œil par dessus les fougères. Non, décidément, ce n’était pas la Terrane, elle en était sûre. Pas la même silhouette, ni la même allure… et pourtant, celle-ci ne lui semblait pas inconnue.

Brusquement, elle crut l’identifier. Elle la connaissait. Assez peu, mais elle l’avait déjà croisée. Au dernier anniversaire du Roy des Constellations, notamment… c’était cette magicienne qui lui avait fait parvenir l’invitation et qui l’avait accueillie sur place. Une Etoile. Rien d’étonnant à cela ; il était même curieux qu’elle n’en ait pas croisé une plus tôt, dans le campement.

Une ex-Etoile.

Cette pensée lui traversa l’esprit. Elle avait récemment ouï dire que l’Aqueuse avait rejoint la faction de Tapate.

Bon, Etoile ou Fnous, peu importait à Suyvel au fond. La jeune femme n’était pas une ennemie et c’était cela qui comptait. C’était même certainement une alliée. La drow sortit donc tranquillement de sa cachette et s’avança vers le bord de la falaise, que la magicienne semblait fixer.

Lorsqu’elle fut à distance convenable, elle la héla (1), autant pour s’assurer définitivement de son identité que pour éviter de la surprendre et de l’effrayer.

« Lumi ? »

_________________________________________________
(1) Elle la héla ? Tiens, ça me fait penser à quelque chose…

Ella, elle l'a
Ce je n'sais quoi
Que d'autres n'ont pas
Qui nous met dans un drôle d'état
Ella, elle l'a
Ella, elle l'a

Ou-ou ou-ou ou-ou ou
Elle a, ou-ou ou-ou ou-ou ou, cette drôle de voix
Elle a, ou-ou ou-ou ou-ou ou, cette drôle de joie
Ce don du ciel qui la rend belle

Ella, elle l'a
Ella, elle l'a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LUMI
Etoile de la Folie
Etoile de la Folie
avatar

Nombre de messages : 930
Age : 105
Localisation : A côté de Shiver
Date d'inscription : 24/06/2011

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 40 Ca change tout le temps

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Ven 3 Fév 2012 - 3:15

A présent debout il me semblait percevoir une présence mais j'avais beau regarder je ne voyais rien. Toujours cette chose qui s'était emparé de moi dans la brume? C'était étrange et des tas de questions se bousculaient dans ma tête, notamment ce que je faisais ici et comment j'y avais atterri.
J'étais dans mes pensées et j'essayais d'avancer mais mes jambes n'obéissaient pas encore totalement à mon cerveau. Le manque d'oxygène avait-il endommagé mes fonctions moteurs?

Enfin la machine obéissait à l'esprit, je ne fis qu'un pas et pus contempler une silhouette avançant vers moi. J'étais sans arme et pas au mieux de ma forme! L'être s'approchait de moi, plus proche, encore plus proche.

Je distinguais à présent totalement cette personne. Une drow, ça ne pouvait être que Suyvel. Elle ne la connaissait pas particulièrement mais avait déjà eu l'occasion de la croiser et d'entendre ses exploits en tant qu'hermesiste de talent. Je ne connaissais pas particulièrement bien le monde elfique, mais dans mes souvenirs de la fête au camp des Constellations,j' avais vu la demoiselle au sein des invités. Avait-elle elle aussi été envoyée ici ou était-ce sa magie qui les avait emmenés ici?

Soudain je lui parlais. Elle ne me semblait pas agressive ce qui me rassura. Peut-être aurait-elle une explication !


- Oui c'est bien moi! vous êtes Suyvel n'est-ce pas?

J'avançais pour faire face maintenant à la magicienne. Elle n'avait pas cet air sûr d'elle qu'elle lui avait toujours connu lors de leurs rencontres furtives. Il fallait que toutes les deux on sorte de là mais la seule façon qui me paraissait possible pour le moment c'était sauter, mais cela nous mènerait à une mort certaine.

- Savez-vous ce que nous faisons ici? Et comment on fait pour partir?

J'allais encore sembler ridicule avec pour seule arme cette chaîne que je lassais couler dans une main puis dans l'autre bien que je ne savais pas d'où elle sortait. Cela me déstressait légèrement même si en règle général ça énervait les personnes alentour comme le clic d'un stylo incessant.
Ma cheville me faisait toujours souffrir mais s'il fallait courir je le ferais même s'il fallait se la casser définitivement!


- Vous êtes blessée?

Je souriais malgré mes doutes et mes peurs. Une seule conviction actuellement il faudrait essayer de d'apprivoiser l'une l'autre pour s'en sortir. Mais est-ce qu'un Drow pourrait donner sa confiance à un humain ne serait-ce que quelques heures ou quelques jours pour survivre? A moins que sa puissance seule lui permettait de se sauver d'ici seule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Sam 4 Fév 2012 - 19:52

« Oui, c'est bien moi! Vous êtes Suyvel, n'est-ce pas?
- Exact. »

La drow sourit. Non seulement elle ne s’était pas trompée mais Lumi se souvenait d’elle également. Il était vrai que ceux de sa race n’étaient pas légion sur ces terres…

« Savez-vous ce que nous faisons ici? Et comment on fait pour partir? »

Suyvel déchanta légèrement. Elle avait espéré que l’Aqueuse lui en apprendrait davantage sur leur situation, mais sa première question laissait entendre qu’elle en savait encore moins qu’elle, ce qui relevait de l’exploit !

« Ce que nous faisons ici… ? Alors ça, je n’en sais fichtre rien. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je suis arrivée au Domaine des Constellations pour le découvrir noyé dans la brume, que j’y ai croisé une autre magicienne – Selene, j’imagine que vous la connaissez – et que j’y ai été attaquée par une entité indéfinie, probablement un démon, et certainement le responsable de cette maudite purée de pois. Cette saleté a apparemment la faculté de bloquer le flux universel de magie, car je n’ai pu y faire appel pour lancer un sort contre elle. Puis elle a usé d’un drain de vitalité pour me soutirer mes forces, avant de m’amener ici par je ne sais quel procédé… téléportation, peut-être. Et vous, que vous est-il arrivé ? Savez-vous quelque chose au sujet de cet ennemi ? »
« Pour ce qui est de l’endroit dans lequel nous nous trouvons actuellement… tout ce que je peux dire, c’est que nous ne sommes pas très loin du Domaine. On l’aperçoit, bien plus bas, toujours dans la brume. Quant à partir d’ici… se jeter dans la mer ne me paraissant pas une option viable, je suppose qu’il ne nous reste plus qu’à chercher un chemin dans l’autre sens, et essayer de redescendre. Si possible, en direction du campement… mais je connais bien mal la région. Et vous, sauriez-vous nous guider ? »


Suyvel espérait que Lumi, en tant qu’ancienne Etoile, avait davantage arpenté les terres avoisinant le Domaine des Constellations qu’elle-même. Dans leur situation actuelle, un bon guide serait le bienvenu.

« Vous êtes blessée? »

Suyvel eut un sourire crispé.

« Pas vraiment… mon ennemi ne m’a pas frappée, cependant j’ai bien cru qu’il allait me voler toute mon essence vitale, ça oui. Mes seules blessures sont dues à ma chute en ce lieu mais j’y ai déjà remédié, merci. »

Un cliquetis récurrent finit par attirer l’attention de Suyvel sur les mains de Lumi. Elle remarqua la chaîne et une pensée se fit jour dans son esprit.

Pas d’arme ? D’orbe magique ? De grimoire ? De bourdon de mage ?

Prise de doute, elle détailla la tenue de son interlocutrice. Pas de sac à dos non plus, même pas de chausses. Niveau équipement, l’Aqueuse semblait voyager léger…

« Auriez-vous perdu votre équipement ? Et votre arme ? »

Une magicienne sans son arme n’était en général guère en position de se battre, ni même de se défendre.
Suyvel fit quelques pas en s’éloignant du bord de la falaise.

« Venez, essayons de nous repérer et de trouver une piste… »

L’Aqueuse hésita brièvement puis lui emboîta le pas. Néanmoins, Suyvel crut apercevoir quelque chose dans l’allure de Lumi qui lui fit froncer le sourcil. Une vague hésitation, comme une claudication… Elle se retourna vers elle.

« Ca ne va pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LUMI
Etoile de la Folie
Etoile de la Folie
avatar

Nombre de messages : 930
Age : 105
Localisation : A côté de Shiver
Date d'inscription : 24/06/2011

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 40 Ca change tout le temps

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Dim 5 Fév 2012 - 5:23

J'écoutais avec attention le récit de la Drow. Elle non plus n'avait vraisemblablement d'explication rationnelle à leur arrivée sur cette falaise. Cela n'augurait rien de bien mais il fallait trouver une sortie, s'échapper, retrouver la civilisation... la vie.

A part ma douleur à la cheville, il me semblait retrouver mes forces, mon esprits. Mes idées se remettaient en place dans mon cerveau. A mon tour j'allais lui expliquer comment j'étais arrivée ici.

Elles avaient été envoyées ici par la même entité ou au moins une d'une force équivalente, cela ne faisait pas le moindre doute.


- Je suis arrivée ici tout comme vous en partant du domaine. J'ai été enlevée pour la période de Noël par Shorion afin d'illuminer leur sapin. Je suis arrivée bien tard à la fête et je suis restée à l'écart un long moment avant d'être rejointe par Tnerual et Calyso...

Je racontais avec détails ce qui s'était passé comme pour me convaincre, comme pour remettre en place dans ma tête tout ce qui s'était passé sans rien oublier. Peut-être que le moindre détail avait son importance et que quelque-chose aiderait sa compagne d'infortune à comprendre, puisque pour le moment tout lui semblait incompréhensible.

- ... l’épais brouillard s'est installé de façon brutale et j'ai perdu de vue mes amis. Je ne voyais ni n'entendais plus rien, seul Glaçon ...

Je me demandais si le chien qu'elle tenait fermement au moment de son "départ" du camp avait été aussi été propulsé jusqu'ici ou s'il était resté en bas dans la brume étouffante.

- ... le chien de notre Roy me guida à travers le camp, il était mes yeux puisque je ne voyais absolument rien et que je suis venue à la fête sans arme. Mes "kidnappeurs" ont gardé mon grimoire comme preuve de ma bonne foi pour mon retour. Mais pour moi cela ne posait de problème puisque j'ai toujours été en paix et protégée sur les terres étoilées.

Pourquoi avais-je voulu partir si précipitamment, le manque de quelque-chose ou de quelqu'un? Une force surnaturelle m'aurait poussé à venir ainsi? Rien n'était clair mais je poursuivais mon récit.

- Moi aussi j'ai croisé une magicienne. C'était ma soeur d'arme Citron et subitement je me suis sentie partir, comme étouffée. Dans ma tête sonnaient des paroles , des menaces. J'ai eu comme l'impression de me noyer, que je mourrais peu à peu sous l'eau, tombant plus bas, toujours plus bas. Une vision de mon bien aimé, et je me suis réveillée ici avec ceci.


Je montrais le bijou que je tripotais entre mes doigts depuis mon retour à la vie.

- Je ne sais pas à qui cela appartient mais je l'ai depuis mon retour du royaume des songes hmm des cauchemars plutôt.

Je racontais mon histoire et rien ne paraissait cohérent et pourtant c'est bien ce qui s'était passé, j'en étais certaine. Tout en m'expliquant, j observait plus attentivement les alentours. Cet endroit ne m'était pas totalement inconnu mais le souvenir de ce lieu était enfoui au plus profond de moi. De mon ancienne vie peut-être? J'avais beaucoup parcouru les terres des constellations et ce qui l'entourait de prêt ou de moins prêt et je ne me souvenais absolument pas d'une telle falaise proche du campement.

- Je ne sais pas plus que vous qui est cet ennemi mais c'est une "chose" qui connait mon passé, mon histoire, mes doutes... Sa puissance sur moi me semble résider dans mes craintes...

Je baissais le visage au sol tentant de ne pas tomber dans le mélodrame et en cherchant au plus loin, au plus profond de mes souvenirs pourquoi ce lieu me parlait même si rien n'était clair. Rien ne lui revenait clairement.

- Je n'ai rien perdu en cours de route, je suis telle que je suis partie c'est à dire en robe et pieds nus, et oui je sais ce n'était pas fort malin de ma part! Je partais pour une fête pas pour un combat... bref

Je suivait Suyvel sans rechigner. Je n'avais aucune solution, pas de plan, pas d'arme, pas d'idée. La seule certitude c'est qu'il fallait partir. Je boitais toujours. Ma chute m'avait fait plus de mal que ce que j'avais imaginé.

- Je me suis tordu la cheville au campement mais ne vous inquiétez pas cela ne ma'arrêtera pas!

Une idée me traversa l'esprit. De la magie ancestrale sans avoir besoin de force surnaturelle ni de capacité extraordinaire et de faible propagation de force. Personne ne pourrait remarquer que la magie était utilisée sauf à quelques mètres. Mais il me faudrait quelque chose pour fabriquer un pendule avec la chaînette.

- Connaissez-vous la radiesthésie? Pourriez vous me prêter l'une de vos bague afin que nous créions un pendule pour qu'il nous guide? Ou alors nous pouvons attendre la nuit que les étoiles me guident...

Je stoppais net mes paroles. Le tatouage sur mon avant bras qui avait presque totalement disparu depuis quelques temps se mit à luire d'une couleur qu'il n'avait encore jamais prit. Une couleur argentée me picotait, puis il passa à une couleur orange et commençait à me geler puis un rouge sang qui me brûlait. Je me mordait les lèvres pour ne pas crier tant c'était douloureux. Ce tatouage me liait à une personne et deux entités. Mon instinct me disait que c'était précisément l'une d'elle!

Je m'écroulais sur le sol à genou en susurrant


- Ombre! ...

La douleur cessa aussi brusquement qu'elle était venue. Je me relevais d'un bon tendant la main vers l'aéride attendant le bijou sans rien demander de plus. On s'en prenait à son Roy maintenant elle le savait, elle en était sûre. Il était grand temps de se mettre en route mais vers où?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Mar 14 Fév 2012 - 20:12

C’était maintenant au tour de Lumi de narrer ce qui lui était arrivé avant d’échouer ici sur la falaise et Suyvel guettait tout élément qui lui aurait permis d’apprendre quoi que ce soit d’utile sur leur ennemi ou sur la façon de se sortir de là. Malheureusement, Lumi ne semblait rien savoir de l’entité brumeuse… jusqu’au moment où elle émit une hypothèse.

« Sa puissance sur moi me semble résider dans mes craintes... »

Suyvel fronça les sourcils et s’abîma dans une profonde réflexion. Une créature qui semblait avoir un pouvoir sur l’esprit, qui infiltrait les rêves de Lumi… et qui, face à la drow, avait fait preuve de terrifiantes capacités meurtrières. Difficile pour elle de concevoir ennemi plus effrayant que celui qui pouvait soumettre le flux universel de mana, lui retirant du coup tous ses pouvoirs de magicienne, et qui pouvait la tuer simplement en aspirant ses forces vitales.
Lorsqu’elle fut au bout de cette constatation, elle reprit la parole.

« Il est bien possible que vous ayez levé un coin du voile sur notre ennemi. Un démon de la peur. Une entité onirique issue de nos cauchemars… cela semble cohérent avec ce que vous dites et ce que j’ai pu ressentir face à lui. Et s’il s’agit bien de cela… alors nous pouvons nous attendre à vivre encore des moments désagréables. »

Rien n’était plus pénible à affronter qu’un adversaire capable de matérialiser vos craintes les plus profondes. Pour le vaincre, il fallait d’abord faire face à ses peurs intimes… et si Suyvel s’estimait elle-même courageuse, elle savait que sa vaillance avait ses limites. Elle n’ignorait pas la peur. Sans doute, le moment venu, trouverait-elle les ressources nécessaires pour la dépasser dans la colère et la volonté de se venger que lui inspirait son ennemi. Mais rien n’était sûr… Au moins cette entité n’aurait-elle pas l’avantage de la surprise. Les terreurs étaient bien pires lorsque vous y étiez confronté sans y être préparé mentalement.

« Le fait que vous ayez rapporté un objet matériel de ce que vous a semblé un songe me paraît confirmer ce postulat. Un être capable de faire prendre vie à nos peurs, de les rendre réelles – dans une certaine mesure, sans doute. Et je parierais fort que, si nous venions à mourir dans l’un de ces cauchemars, la vie nous serait effectivement ôtée… Nous devrions nous préparer à faire face à de nouvelles fantasmagories. »

Suyvel eut une légère grimace de contrariété en entendant Lumi dire que son grimoire était resté dans la coquille des Fnous. Non seulement elle était désarmée, mais quand bien même la drow lui prêterait son orbe – une supposition des plus saugrenues ! – elle n’en aurait pas l’usage. Toutes les deux n’utilisaient la magie de la même façon.

Quelle poisse.

Alors que Suyvel s’enquérait de la santé de l’Aqueuse, celle-ci lui fit une réponse qui l’arrêta net et la fit se retourner vers sa consœur, l’air effaré.

« Je me suis tordu la cheville au campement mais ne vous inquiétez pas cela ne m'arrêtera pas!
- Vous voudriez continuer alors que vous êtes désarmée et blessée ? Vous plaisantez ?! Asseyez-vous et montrez-moi ça. »


Une réplique assénée sur un ton qui n’admettait pas la contradiction.

Suyvel s’agenouilla et s’assit sur ses talons. Lumi sembla hésiter, puis finit par s’asseoir sans mot dire, comprenant que l’Aéride refuserait carrément de poursuivre dans ces conditions, et lui tendit sa jambe à la peau d’albâtre. La drow commença par la poser sur ses cuisses puis procéda à un rapide examen. Ses doigts agiles effleurèrent le galbe du mollet et descendirent vers la fine cheville, cherchant les zones lésées. Lorsqu’elle eut circonscrit les dommages subis, elle referma doucement ses mains sur l’articulation maltraitée et entama la litanie de guérison. La régénération fit son œuvre et la douleur céda la place au bien-être qui naissait de ce sortilège de soin, laissant Lumi soulagée et détendue.

Celle-ci se leva et fit prudemment quelques pas pour tester la solidité retrouvée de sa cheville. Elle en parut satisfaite. Elle avait manifestement profité de ce temps mort pour cogiter car elle émit une idée. La radiesthésie. Suyvel n’y entendait pas grand chose, elle aurait été bien incapable d’émettre une opinion valable sur la question.

En guise d’alternative, l’Aqueuse voulut proposer d’attendre la nuit, elle ne put poursuivre son propos. Un tatouage que l’Aéride n’avait pas remarqué jusque là s’était mis à luire sur l’avant-bras de Lumi. Il passa par différentes teintes et finit par devenir réellement rayonnant d’énergie. Un étrange spectacle qui fascina Suyvel, le temps qu’elle se rendît compte que l’humaine en souffrait manifestement. Et de plus en plus. Elle finit par tomber à genoux, avant de lâcher un nom qui ajouta encore à l’inquiétude de la drow.

« Ombre… ! »

Et puis tout cessa, encore plus soudainement que cela avait commencé. Perplexe autant que soucieuse, Suyvel allait questionner Lumi sur la signification de tout ceci lorsque celle-ci se releva d’un bond et tendit la main vers elle. Un geste explicite, impérieux, plein d’une urgence nouvelle. Machinalement, l’Aéride se saisit de l’anneau qu’elle portait à la main gauche et allait l’ôter lorsqu’elle hésita. Finalement, elle le laissa en place et ouvrit son sac, en retirant l’étui où elle avait rangé sa précédente parure. Elle en sortit un anneau qu’elle tendit à l’Aqueuse, se demandant ce qu’elle pouvait raisonnablement espérer de l’idée de Lumi…

« Que se passe-t-il ? Et pourquoi avez-vous prononcé le nom d’Ombre ? »

Des questions posées sur un ton pressant, accompagnées d’un regard qui ne l’était pas moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LUMI
Etoile de la Folie
Etoile de la Folie
avatar

Nombre de messages : 930
Age : 105
Localisation : A côté de Shiver
Date d'inscription : 24/06/2011

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 40 Ca change tout le temps

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Lun 12 Mar 2012 - 16:10

Le temps pressait, plus les deux magiciennes resteraient ici plus les gens présent souffriraient des mêmes peurs et mêmes maux qu'elles, j'en avais la certitudes. Après les soins prodigués par la Drow, soins qu'elle prodiguait à merveille d'ailleurs, j'écoutais ses questions tout en attendant le bijou que je lui avait demandé en prêt.

La douleur de ma cheville totalement envolée, ma perception magique était plus nette. Les auras, les émanations magiques m'apparaissaient plus limpides que jamais. J'étais handicapée sans mon grimoire pour les formules les plus ardues mais je pouvais utiliser la magie de base.

Les parures de l'aéride dégageaient une puissance magique, chez moi, ces forces se présentaient à mes yeux par des halos lumineux et colorés. Ma douleur m'empêchait de voir, pas le mal physique, le mal qui m'avait rongé, la peur qui m'avait envahie. L'anneau que Suyvel allait ôter de son doigt à la main gauche recelait un puissance forte et sombre. Mais elle fouilla dans ses bien personnels pour me sortir une autre bague, très jolie mais qui ne semblait pas comme les autres. Un bijou banal.

Lorsque j'eux le bijou dans la paume de la main, je daignais enfin répondre à ma compagne d'infortune. Je posais mon regard sur mon avant bras dont le tatouage restait là comme une marque indélébile d'une histoire pas encore achevée. Un destin qui semblait tracé à même ma peau et celle de celui qui avait vécu l'aventure avec moi.

Il était presque plus facile pour moi de parler de cette histoire aujourd'hui. Tout ce qui se passait actuellement semblait aussi fou que ce que je m’apprêtais à dire.


- Ombre et moi... sommes unis par une force invisible. Nos passés, notre présent et nos destins semblent liés l'un à l'autre. Nous avons tous deux été marqués après une bataille contre des entités aussi puissantes que la brumeuse qui nous emprisonne à l'air libre.

C'est comme si un bout de mon Roy était en moi ou un bout de moi en lui. Lorsque quelque chose lui arrive je le ressens au fond de mes tripes. S'il lui arrive quelque chose je mourrais avec lui, enfin je le ressens ainsi. Il est ma force et ma faiblesse...


Je me tus un moment en enfilant l'anneau dans la chaînette.

- Cela ne vous appartiens pas n'est-ce pas?

Je regardais cette bague qui dégageait non pas de la magie mais qui transpirait l'amour d'un homme pour une femme, si je ne me trompais pas. Je me fourvoyais peut-être après tout!

Je laissais mon poignet lâche en maintenant deux doigts sur la chaine sans fermoir. Je fermais les yeux pour me concentrer. Le pendule improvisé se balança distinctement dans une direction, à l'opposé d'où nous nous trouvions.

Je marchais vers cet endroit suivie de la magicienne qui avait l'air perplexe. Nous arrivions à un endroit encore plus haut que de l'autre côté, en regardant sous nous, une brume... le brouillard englobait ce qu'il y avait plus bas. Mais que ce cachait-il sous le manteau assassin?


- Il faut descendre, vous avez une idée de comment faire? Quelles sont vos plus grandes craintes? Je sais que nous ne nous connaissons pas mais si nous devons tenter de combattre l'entité, il va falloir nous livrer l'une à l'autre pour pouvoir nous sortir des mauvais pas qui nous attendent en combattant de front.

L'idée semblait farfelue mais les gens pensaient en général que j'étais folle donc cela ne me posait pas de problème. La Drow aurait peut-être une meilleure idée pour nous tirer de là. Mais j'vais l'intime conviction que je ne me trompais pas! c'était bien ici qu'il fallait essayer de descendre!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Mer 14 Mar 2012 - 21:22

Suyvel écouta avec attention Lumi évoquer un lien indéfini qui existerait entre Ombre et l’Aqueuse. Se demandant au passage si cela pouvait avoir un rapport avec les évènements présents. Et ce qui avait bien pu arriver au Roy des Constellations, car Lumi n’émit aucun verdict, ni même une simple hypothèse sur le sujet.
En revanche, l’Aéride eut une intuition du genre de lien qui pouvait les réunir. Cela tenait à presque rien – une impression fugitive, le choix de ses mots, quelque chose dans son regard et dans sa voix. Et au souvenir que Lumi avait parlé de son bien-aimé, sans toutefois le nommer. L’elfe noire se demandait si elle ne venait pas de combler ce manque.

Dans le même temps, la magicienne enfilait l’anneau prêté sur la chaînette et adressa à Suyvel une question inattendue.

« Cela ne vous appartient pas, n'est-ce pas? »

La drow la dévisagea sans comprendre. Que voulait-elle donc dire ? Suyvel avait acheté ce bijou – toute la parure dont il faisait partie, en fait – à un joaillier de Melrath Zorac, car elle avait trouvé qu’elle s’accordait bien à sa nouvelle tenue. C’était ce qu’elle allait lui répondre lorsqu’une idée lui traversa l’esprit. L’occasion semblait propice pour en apprendre un peu plus. Souriant intérieurement, elle décida de prêcher le faux pour savoir le vrai.
Prenant un air quelque peu nostalgique, elle lâcha dans un léger soupir :

« Non… enfin, si, mais… c’est-à-dire qu’il s’agit un cadeau. Je l’ai reçu il y a peu, juste après la réception pour l’anniversaire de votre Roy. Un présent d’Ombre, après notre… »

Suyvel laissa à dessein la phrase en suspens. La façon dont Lumi interpréterait ce non-dit serait certainement révélatrice. L’elfe noire parut s’enfoncer dans une douce rêverie. Mais derrière cette façade trompeuse, des sens affûtés épiaient la moindre réaction de Lumi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LUMI
Etoile de la Folie
Etoile de la Folie
avatar

Nombre de messages : 930
Age : 105
Localisation : A côté de Shiver
Date d'inscription : 24/06/2011

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 40 Ca change tout le temps

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Mer 14 Mar 2012 - 23:59

Je dus tendre l'oreille pour entendre la phrase que Suyvel me donna en réponse au sujet de sa bague. Cette phrase me fit sourire presque rire même au vue de l'improbabilité non pas qu'Ombre ait pu lui offrir une bague mais par rapport aux circonstances que la magicienne décrivait.

Je ne m'étais jamais rendue compte que je pouvais si bien connaitre Mon Roy avant cet instant. Je le savais charmeur, ce charme n'avait pas été inconnu à notre rapprochement du début d'ailleurs. Ombre aimait les femmes, les séduire, les faire rire, j'en avais bien conscience et notre couple n'y changerait rien. Certains me voient moi aussi comme une charmeuse, une mangeuse d'hommes et pourtant...

Je me demandais si vraiment il pourrait séduire une Drow, s'il en aurait envie, mais je n'avais pas la réponse à cette question et cela m'importait peu.

La chose la plus invraisemblable dans cette phrase c'était le moment où l'Aéride prétendait qu'ils auraient pu faire quelque chose ensemble. Je me mis à rire sans m'en rendre compte.

J'avais moi-même organisé la fête d'anniversaire du bel arbalétrier et je connaissais exactement la quantité d'alcool présente à cette soirée. Je savais que la première femme d'Ombre, à qui il serait sans doute fidèle toute sa vie, était la bouteille. Ce soir là sans le moindre doute il avait terminé endormi sous une table à cuver ou au minimum passé un temps indéfini à retrouvé la porte de sortie de la taverne des Contellations.

Amusée je lui répondis souriante :


- Après votre ... ? Vous n'osez pas terminer votre phrase? Je vois qu'il a bon goût pour choisir un bijou, il faudra que je le lui rappelle! Vous voulez savoir si Ombre et moi sommes en couple la réponse est oui, vous voulez savoir si je l'aime la réponse est encore oui.

Mes joues rosirent, ces mots, ce "je t'aime", j'avais eu tant de mal à le lui dire. Pourtant au delà de ce que je ressentais pour lui un lien plus fort nous unissait encore indéfini.


- La plus belle chose qu'il m'ait offert n'est pas un bijou mais sa complicité, sa tendresse, sa présence et son attention. Je crois que son amour pour moi est sincère! Et ma plus grande crainte à l'heure actuelle est de le perdre.

Ma plus grande peur dont pouvait se servir notre ennemi actuel c'était bien Ombre. Je n'avais pas peur de mourir, j'avais déjà tenté de mettre fin à mes jours une fois. Je n'avais pas peur de perdre mes pouvoirs, je les avais déjà perdus aux aussi. Mais perdre celui qui savait me faire sourire, celui qui me donnait l'envie de me lever le matin, celui qui m'aimait tel que j'étais avec toute la folie et l'insouciance que je représente était ma pire crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Dim 18 Mar 2012 - 17:43

Zut ! Gaulée…

Suyvel avait espéré une réaction de l’humaine sous le coup de l’émotion, il n’en fut rien. Fine mouche, Lumi éventa l’imposture d’emblée. Soit l’elfe noire avait surestimé ses talents de comédienne, soit elle ne connaissait pas suffisamment Ombre pour faire illusion… ce qui n’était manifestement pas le cas de l’Aqueuse.
Néanmoins, Lumi, qui semblait avoir deviné jusqu’aux intentions de l’Aéride, répondit de façon spontanée et complète à la question que Suyvel n’avait pas voulu formuler. Et le rose qui lui montait aux joues attestait de la réalité de ses sentiments.

Ainsi donc, Ombre serait en couple…

Un fait qu’elle ignorait. Elle tenta de se représenter Ombre menant une vie rangée auprès d’une femme, à la mode des humains. Connaissant la vie de bamboche du royal rôdeur, l’image lui semblait vaguement… décalée. Improbable. Elle lui tira même un léger sourire.

« Maintenant que vous le dites, je me rappelle clairement avoir acheté cette parure moi-même, pour accompagner la tenue que je porte. »

Lumi enchaîna sur ce que l’homme lui apportait. Elle semblait réellement décidée à ouvrir son cœur. À une quasi-inconnue, de surcroît. Cette confession amena Suyvel à réfléchir sur la nature de sa relation avec le Roy des Constellations. Elle l’appréciait, c’était évident… mais pourquoi ? Après tout, c’était un humain parmi tant d’autres ! Et un mâle, qui plus est. Même si l’elfe noire avait mis de côté la discrimination sexiste prônée par le culte de Lloth, elle avait encore un peu de mal à accorder – de façon instinctive – aux hommes la même considération qu’aux femmes. D’où venait cette entente inattendue avec le rôdeur ?

« Ombre ne m’a pas acheté cette parure, c’est évident… Toutefois, il m’a offert bien plus : sa confiance. »

Pour une drow qui avait longtemps vécu en solitaire, voire en proscrite, être acceptée d’emblée avait été un grand chamboulement personnel.

« À l’époque, j’avais même trouvé cette confiance donnée un peu à la légère… je le lui ai d’ailleurs clairement fait comprendre ! »

Son sourire s’estompa en repensant au jour où elle avait voulu avertir Ombre sur le danger d’une telle attitude. Un avertissement qui lui avait valu une entrevue privée avec le protecteur surnaturel du rôdeur. Le genre de tête-à-tête dont on se passait sans problème. De tous les souvenirs qu’elle avait en compagnie d’Ombre, ce n’était pas le plus agréable. Quoi qu’il en fût, elle devait bien reconnaître que l’homme avait su franchir les barrières qu’elle avait érigées dans sa solitude. En outre, sa confiance n’avait pas été mal placée. Il paraissait assez bon juge en matière de caractères et d’individus.

Lumi conclut en évoquant sa crainte de perdre l’être aimé, ce qui ramena Suyvel à la question que l’Aqueuse avait soulevé précédemment : quelles étaient ses peurs intimes. Pouvait-elle se livrer à elle comme elle venait de le faire… Pour une elfe noire, confesser ses peurs, c’était admettre des faiblesses. Dans la société drow, une telle conduite relevait du suicide pur et simple. Mais ici, loin des siens, tout était différent. L’Aéride se décida malgré sa réticence naturelle à tenter l’expérience.

« Hé bien… je dirais, au vu de ma première rencontre avec notre ennemi, que je crains de devoir faire face à un adversaire contre lequel ma magie et mes capacités se retrouvent inopérants. Le genre d’être contre lequel on ne peut pas grand-chose… »

Lorsque Suyvel regarda Lumi, elle vit que celle-ci lui lançait un regard en biais, semblant lui reprocher quelque chose. L’elfe noire haussa un sourcil et repensa à ce qu’elle venait de dire.

Moui… pas très intime, comme peur. Tout être sensé craint d’avoir affaire à plus fort que lui.

Elle réalisa qu’elle résistait inconsciemment. Elle allait avoir du mal à se livrer, si elle ne se décidait pas à plonger plus profondément dans son cœur. Elle soupira et ferma les yeux. Nouvelle tentative. Sa main se crispa sur sa robe.

« Je crains… que mes semblables me retrouvent un jour. S’ils remettent la main sur moi, mon sort est réglé d’avance… »

Mieux. Cela sonnait juste à son esprit. Une inquiétude lointaine qui s’était assoupie au fil des décennies loin de Menzoberranzan mais qui ne l’avait jamais vraiment quittée. Encouragée par ce premier succès, elle continua sur sa lancée. Ses paupières tremblotaient.

« Je crains que ma famille n’ait pas oublié ma désertion, qu’elle ne me le pardonne jamais, et qu’elle se donne les moyens de me la faire payer. »

Le pardon n’était pas dans la nature drow. Quant aux moyens… rien que ceux que sa mère, en tant que sorcière et haute prêtresse de Lloth, était en mesure d’user si elle en décidait ainsi… elle préférait tout bonnement ne pas y penser. Sans quoi, depuis sa fuite, elle aurait connu une existence réduite à une éternelle terreur du lendemain.
C’était dur de sortir cela. Horriblement dur. Mais elle se sentait un peu mieux après y être parvenu. Alors elle choisit d’aller au bout. Sa mâchoire se serra sous la tension des muscles de ses joues.

« Et surtout, je crains… d’être dévorée par le mal endémique qui ronge le cœur de mes semblables. De ne pas être capable de m’affranchir de la malédiction de mon peuple. Et finalement, en dépit de mes efforts, de ne pas valoir mieux que ceux que j’ai fuis. »

Comme émergeant d’un songe étrange, elle finit par rouvrir des yeux ronds d’étonnement.

Tout cela !

Elle gardait ces peurs en elle depuis longtemps, sans jamais les formuler. C’était la première fois… qu’elle était honnête envers elle-même, pour commencer. Et qu’elle les affrontait au lieu de se voiler la face… Un affrontement qu’elle avait toujours remis à plus tard. Elle l’avait finalement livré, et avec succès. Une victoire sur elle-même, bien que le constat ne soit guère rassurant.

« Je ne sais pas si notre ennemi sera en mesure d’utiliser ce genre de craintes contre moi, mais… rien que de les avoir nommées, j’ai l’impression… de moins appréhender cela. C’est curieux. Cela vous fait cela, aussi ? »

Puis Suyvel songea de nouveau à ce que Lumi venait de lui dévoiler de ses peurs.

« Je pense à une chose… Même si notre ennemi n’est pas en mesure d’utiliser nos peurs pour créer des fantasmagories contre nous, il pourrait fort bien retourner vos sentiments pour Ombre contre vous. Je veux dire, imaginez qu’il prenne la vie d’Ombre en otage ? Qu’il vous demande de mettre fin à vos jours pour le laisser vivre ? Ou bien de tuer d’autres Etoiles ? Que feriez-vous ? »

Le dilemme était terrible, mais il lui sembla que Lumi aurait tout intérêt à s’y préparer. Avec toute l’insensibilité de sa race, Suyvel poussa la jeune femme dans ses derniers retranchements.

« Jusqu’où êtes-vous prête à aller pour vaincre notre ennemi ? Si vous êtes confrontée au choix entre abattre cette entité et sauver la vie d’Ombre, trouverez-vous le courage d’aller au bout ? Sacrifieriez-vous votre amour pour nous donner la victoire ? »

Pour Suyvel, la question ne se posait même pas. L’elfe noire était bien trop résolue pour laisser des considérations comme la vie de tierces personnes, fussent-elles des amis, interférer avec ses objectifs. Elle avait juré devant Eolia de prendre vengeance, elle irait au bout de son serment, quoi qu’il puisse en coûter, à elle-même ou aux autres.

Mais Lumi ? En serait-elle capable ? Dans le cas contraire, quelle aide Suyvel pouvait-elle réellement espérer de la part de l’Aqueuse ? Sans parler du fait qu’elle risquait d’être retournée contre l’Aéride…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tnerual
Allergique au voodoo
Allergique au voodoo
avatar

Nombre de messages : 3640
Age : 38
Localisation : lille
Date d'inscription : 08/01/2007

Feuille de personnage
Classe: nécromant
Elément: terre
Level: 339

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Dim 8 Avr 2012 - 16:39

Tnerual se réveilla, il était dans la forêt, il essayait de se souvenir, il s'était passé quelque chose d'important avant qu'il ne s'endorme mais ses souvenirs étaient vagues... Il crut entendre la voix de Lumi au loin, Lumi... impossible elle avait été transformée en branche... Caly aussi d'ailleurs peu de temps après... Puis quelque chose d'abord agréable lui avait provoqué une vive douleur puis plus rien... Décidant qu'il était surement en train de rêver, il se retourna et se rendormit attendant le vrai réveil avec des idées plus claires, se bouchant tout de même les oreilles car les voix féminines qu'il entendait l'empêcher de trouver le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 32
Date d'inscription : 16/12/2011

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Ven 26 Oct 2012 - 1:44

Au sommet de la falaise, l’obscurité encore arrive à gagner du terrain, il fait déjà sombre, les étoiles, lentement se voilent. Ce n’est pas le Brouillard qui fait que … c’est juste une étrange masse noire qui se fond avec l’horizon …

Quelque chose se passe, le rideau obscur, s’étends, s’étends, puis tel un linceul il enveloppe Lumi et Tnerual. Connectés dans un autre monde, ils ne sont que pantin inarticulé. Leurs yeux voient, mais ils ne peuvent effectuer le moindre mouvement. Cette chose serait-elle en train d’essayer de posséder ce que Lumi à de si précieux … De prendre ce corps inerte pour lui faire faire ce que bon lui semble ? Il faut récupérer son bien avant que tout disparaisse. Tu n’as pas la force de lutter contre ce qui se joue devant tes yeux, aussi, il ne reste que la fuite, et probablement essayer de trouver un endroit ou te cacher le temps que ça disparaisse. Ils ont disparus ....

Il te touche et tu failliras ….

Prends garde Suyvel, car l’infâme masse noire s’avance vers toi, tu as pourtant bien la certitude que ce n’est pas tout à fait lier à l’entité qui joue avec les Etoiles. Qui donc, peut dans un claquement de doigt, faire basculer un coin du monde en trou noir se mouvant ?

Un Présage ?

Le bruit d’un corbeau te parvient ! Il passe et trépasse. Sous tes yeux s’efface. Il n’aurait pas dû tenter de traverser la forme qui ne semble ne plus vouloir s’arrêter. …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Mer 31 Oct 2012 - 20:10

Suyvel fixait Lumi, qui semblait perdue dans une difficile introspection – la drow n’avait pas pris de gants avec elle pour la mettre devant un dilemme impossible – lorsqu’un phénomène curieux finit par attirer son attention.

Au-dessus du sommet de la falaise s’était formée une masse informe de ténèbres, dont les contours ondulaient et paraissaient s’étendre. Suyvel resta sans réaction un petit moment, ne ressentant pas de menace immédiate et cherchant à comprendre ce que ses yeux voyaient.

Qu’est-ce donc ?

Elle avait lu des descriptions de manifestations démoniaques susceptibles de ressembler à ce genre de phénomène, mais vu sa taille, elle préférait écarter l’option. Seul un démon majeur de grande puissance pourrait prendre une forme si gigantesque. L’autre possibilité qui lui venait à l’esprit était l’hypothèse d’un sortilège ou d’un pouvoir surnaturel particulier, capable de commander à la nuit. Devait-elle tenter de le contrer ? C’était une idée, mais… si elle se trompait, quelles seraient les conséquences pour elle ?

A force de tergiverser, ce ne fut que lorsque de fins volutes d’une noirceur translucide et éthérée commencèrent à s’enrouler autour de Lumi que l’Aéride réalisa qu’il s’agissait probablement d’une attaque.

« Lumi, attention ! Ecartez-vous ! »

Mais ce cri n’engendra aucune réaction chez l’Aqueuse. Elle resta parfaitement immobile. Suyvel en fut déroutée.

Instinctivement, elle tendit la main pour saisir Lumi au poignet et la dégager de cette étreinte spectrale. Dans son geste, ses doigts passèrent bien près des filaments de ténèbres et aussitôt, en un réflexe d’auto-préservation, retira vivement sa main dans une grimace éloquente. Elle ignorait la nature de cette… chose, mais elle se demandait ce qui pouvait bien lui infliger une sensation si

épouvantable

désagréable sans même qu’elle l’ait touchée. Décidant qu’elle n’était pas curieuse à ce point-là, elle se garda bien de renouveler l’expérience. En revanche, elle se trouvait devant un dilemme : devait-elle tenter de libérer Lumi de cette chose, en risquant de se retrouver piégée à son tour ? Ou bien valait-il mieux l’abandonner à son sort, quitte à se priver de son soutien ?

Ses précédentes interrogations restées sans réponses lui revinrent à l’esprit. Lumi n’était ni équipée, ni prête à faire face à leur ennemi qui pouvait fort bien manipuler l’Aqueuse via ses sentiments pour Ombre. De plus, Suyvel avait prononcé un vœu devant Eolia, elle ne pouvait prendre le risque de ne pas le tenir. Dès lors, le choix fut aisé.

La drow tourna les talons.

Ce fut alors qu’elle s’en souvint.

Ma bague !

Elle l’avait prêtée à Lumi pour sa tentative de radiesthésie et celle-ci pendait à la chaînette que l’Aqueuse tenait toujours dans une main. Suyvel revint promptement vers elle mais déjà les ténèbres menaçaient d’engloutir Lumi. Pas le temps de faire dans le détail. La drow eut un geste vif, défiant presque le regard, pour lancer la main vers l’objet qui lui appartenait, s’en saisir et l’arracher de la main de Lumi en une fraction de seconde. Tout en évitant soigneusement le contact avec la chose. La chaînette et l’anneau avaient changé de mains.

Cela fait, restait une ultime interrogation… sur le sort de Lumi.

Dois-je la tuer ?

Si c’était pour lui éviter une lente agonie – ou un destin pire que la mort – la question valait sans doute d’être posée. Si rien ne pouvait plus sauver l’Aqueuse de l’étreinte de noirceur, elle aurait peut-être elle-même supplié qu’on l’achevât… si elle avait encore été en mesure de prononcer une parole. Mais là, on aurait dit une statue vivante.

Suyvel n’eut pas le temps de se décider. La masse spectrale projeta de nouveaux filaments vers elle en un geste de capture. La drow recula précipitamment et détala sans demander son reste.

Seulement il restait un problème : elle était au sommet de la falaise. Elle ne pouvait aller bien loin. Tout ce qui s’offrait à elle, qu’elle aille d’un côté ou d’un autre, c’était le vide. Elle jeta un coup d’œil par dessus son épaule pour apprécier la situation. La vague de ténèbres enflait toujours et allait bientôt engloutir le plateau rocheux sur lequel la drow se trouvait.

Quelle chienlit !

En équilibre instable au bord du gouffre pour éviter le contact avec les filaments de noirceur, Suyvel cherchait désespérément une solution, une échappatoire. Elle avisa un autre plateau rocheux, plus bas… bien plus bas. Entre cinquante et cent mètres de dénivelé à pic. Elle n’avait guère envie de s’y écraser… mais le sort qui serait le sien si elle restait ici plus longtemps ne serait sans doute pas plus enviable. Les doigts de ténèbres allaient se saisir d’elle.

Alors elle sauta.

Après tout, ce ne serait jamais que sa seconde chute potentiellement mortelle de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   Ven 7 Déc 2012 - 0:53

Et Suyvel tomba.

L’air lui sifflait aux oreilles et lui faisait plisser les yeux alors qu’elle prenait de la vitesse dans sa chute. Derrière elle, elle crut percevoir quelque chose… comme un gémissement lent et profond. Une plainte basse. Suyvel eut l’intuition de la nature de cette manifestation à peine audible.

L’expression du prédateur frustré par sa proie qui lui échappe.

Rien n’était moins sûr mais la chose avait manifestement tenté de la

dévorer

happer dans sa masse de ténèbres. Son interprétation était donc plausible. Elle avait néanmoins des préoccupations plus immédiates que les cris de la chose. A commencer par le sol rocheux dont elle se rapprochait très vite. Beaucoup trop vite.

Contrairement à sa première chute après sa confrontation avec le démon, Suyvel était cette fois en pleine possession de ses moyens. Mais elle n’avait que quelques instants pour réagir.

Pas le temps de cogiter !

La première idée qui lui viendrait à l’esprit serait la bonne, car elle n’aurait pas plus de temps pour se creuser les méninges. Et le souvenir d’un sortilège qui lui avait été enseigné sur Aéris émergea de ses souvenirs. Elle ne s’en était jamais servie : elle n’avait pas trouvé d’application pratique à ce sort. Toutefois, dans sa situation très particulière, il lui sembla qu’il pourrait lui être utile, voire salvateur – elle l’espérait infiniment, du moins.

Comme elle ne l’avait pas prononcée depuis longtemps, Suyvel craignit un instant d’avoir oublié la formule. Mais l’imminence de la mort était un puissant stimulus cérébral. Les mots lui vinrent seuls aux lèvres et, alors qu’elle en était à la moitié de sa chute, elle lança Colonne d’Air, droit sous elle, au niveau du sol, à l’endroit où elle allait s’écraser.

Aussitôt, un puissant souffle d’air chaud vint à sa rencontre. Le choc faillit la déconcentrer, ce qui aurait été fatal : il lui fallait impérativement maintenir ce sort le temps qu’elle atterrisse. Tels étaient les effets de Colonne d’Air : il produisait des courants d’air chaud, donc ascendants, sur un faible périmètre – deux ou trois mètres, pas plus. En revanche, le souffle pouvait s’élever assez haut, sur des dizaines de mètres, d’où le nom de colonne d’air.

Suyvel espérait que ce phénomène aérien viendrait freiner sa chute. Si ce fut effectivement le cas, il y avait néanmoins un hic, et un gros : sa vitesse restait bien trop élevée pour se poser sans dommages. Il lui fallait intensifier ses efforts si elle voulait s’en sortir. Alors elle déversa tout le mana qu’elle pouvait dans son sort, l’amplifiant sans retenue. C’était dangereux : le vent ascendant devint fort et la secoua durement. En outre, il y avait la possibilité qu’elle perde la maîtrise de son sort et que le phonème devienne… autre chose.

Une tornade, par exemple.

Elle n’avait pas besoin de ce genre de pensée funeste dans sa situation et la chassa de son esprit, accentuant la maîtrise de son sort avec sa volonté de vivre. Suyvel adopta une posture à l’horizontale, celle qui lui assurerait la plus grande prise au vent, donc la meilleure efficacité pour son sort. Sa robe se gonflait comme la voile d’un navire pris dans la tourmente, pendant que sa cape claquait derrière elle. La magicienne était presque aveuglée par le vent mais il lui sembla discerner le sol tout proche. Alors elle se redressa d’un coup de reins, pour atterrir sur ses pieds.

Choc.

Pas si brutal que prévu. Suyvel se retrouva accroupie sur ses talons, les mains au sol pour préserver son équilibre. Elle s’attendait à une douleur liée à une entorse ou une fracture quelconque, mais elle ne semblait pas devoir venir. L’Aéride se releva précautionneusement. Rien de plus ne se produisit. Une joie sauvage s’empara de la drow. L’air nocturne s’emplit d’un cri, suivi d’une louange à Eolia.

Elle s’en était tirée. Et indemne, de surcroît.

Finalement, ce sort n’était pas si inutile qu’il lui avait semblé jusqu’à présent. Elle se rappellerait de cet usage certes peu orthodoxe, mais ô combien précieux.

Elle s’était néanmoins fait une belle peur. D’abord, sa confrontation avec le démon, et maintenant, cette chose noire et informe… Décidément, les soirées des Constellations étaient toujours un succès. Suyvel se promit que, lorsque tout ceci serait fini, elle irait trouver Ombre pour lui en toucher un mot… et lui tataner l’arrière-train à coup de botte jusque ce que l’oignon lui pèle.

Faisant lentement quelques pas, elle regarda autour d’elle où elle se trouvait à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au sommet de la falaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au sommet de la falaise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au sommet de la falaise
» Au sommet du Mont Gagazet...
» Chicago Bulls : De retour au sommet ?
» Sommet Europe-Afrique Lisbonne Décembre 2007
» Ville 13: Falaise Dure du Cyclope [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Salle de réceptions :: Réception de Noël-
Sauter vers: