Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Secrets pro-fessionnels - Acte 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Lun 16 Jan 2012 - 21:53

HRP
Pour le début de la présente histoire, c'est ici:
http://constellation.winnerbb.net/t1770-secrets-pro-fessionnels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 0:01

Sans réagir, Suyvel regarda Citron qui se rajustait précipitamment et se relevait pour sortir du buisson. Elle se remit debout pour la voir courir vers le campement, manifestement affolée. La jeune femme avait laissé à ses actes le soin de répondre à la question de la Drow. Citron n’avait pas dit un mot. Sans doute trop gênée par cette situation… un peu particulière, il est vrai.

Et maintenant ? Alors que Citron s’éloignait rapidement, Suyvel examina les options qui s’offraient à elle. Rattraper la jeune femme ? Cela ne l’avancerait probablement à rien. Citron avait fui dans la bibliothèque, elle venait de récidiver… il était fort probable qu’elle recommencerait encore. La suivre pour essayer de lui parler dès qu’elle serait calmée, et à l’abri des regards ? Citron avait d’abord refusé de lui parler, et maintenant elle avait fui sans un mot. Ce n’était pas encourageant pour la suite. Non, la seule chose sensée à faire désormais, c’était de lui laisser un peu de temps pour respirer, se calmer vraiment… et plus tard seulement essayer de la revoir.

De toute manière, Suyvel avait eu d’autres objectifs en venant ici aujourd’hui, et ce n’étaient pas les occupations qui allaient lui manquer. Elle allait pouvoir se concentrer sur ses lectures. D’un pas décidé, elle rentra de nouveau dans la bibliothèque, où elle se dirigea vers la table sur laquelle sa sélection d’ouvrages l’attendait. Un rapide coup d’œil à la pile…

Voyons… Par lequel vais-je commencer ?

Alors qu’elle en était à contempler les volumes, son regard se perdit sur l’un, ouvert à même la table. Celui que Citron était en train de lire avant son arrivée… Et elle semblait avoir prévu de la lecture pour un moment, elle aussi. Plusieurs autres livres étaient entassés dans un coin.

Tiens tiens… à quoi s’intéresse-t-elle donc ?

Sa curiosité s’éveillant à cette question, elle considéra l’idée de prendre connaissance des ouvrages empruntés par Citron. Un geste indiscret, indélicat peut-être… mais après tout ces livres appartenaient à la bibliothèque et étaient en libre consultation. Rien de secret. À peine l’Elfe noire s’était-elle accordé cette indulgence qu’elle parcourait déjà les différents tomes. Il y avait là, pêle-mêle, des recueils sur la géographie, l’histoire, la flore, la faune, le folklore, les légendes, que ce soit de Melrath Zorac ou d’IssCaNak… Des lectures certes instructives mais rien qui tenta la Drow dans l’instant. Et puis, farfouillant dans les derniers livres de la pile, elle en découvrit deux d’un genre bien distinct des autres.

Sa bouche s’ouvrit d’elle-même, sous la surprise. Une expression d’étonnement qui fit vite place à un sourire franchement amusé.

Voyez-vous cela !

Voilà qui changeait bien des choses. À commencer par ses plans immédiats. L’envie de taquiner Citron fit son retour en fanfare dans l’esprit de Suyvel. L’occasion était trop belle. Pendant cinq secondes, sa raison combattit son envie, puis déposa les armes sans conditions. La Drow sortit de la bibliothèque, les deux livres sous le bras, et se mit en devoir de retrouver Citron. Son souci était qu’elle ignorait où résidait la magicienne. Elle était probablement rentrée chez elle, mais où se trouvait ce ‘chez elle’ ?

Heureusement, le Domaine des Constellations n’était pas désert. Suyvel héla et interrogea les Etoiles qu’elle rencontra, leur demandant où se tenait le logis de l’Aqueuse. La seconde personne put lui répondre et lui indiqua le bâtiment où trouver les quartiers de Citron. (1)

L’Elfe noire entra et vint s’arrêter devant la porte désignée. Elle prit quelques instants pour écouter. Il lui sembla entendre de légers bruits. L’Aqueuse était bien chez elle. Elle heurta légèrement l’huis de son doigt replié.

« Citron ? C’est Suyvel. »

Pas de réponse.

« Citron, je voudrais juste te parler, ce ne sera pas long, promis… »

Toujours rien.

« Tant pis. Je venais te rapporter tes livres, mais puisque tu n’es pas là… Ce n’est pas grave, je vais attendre ton retour. Je n’avais rien de bien urgent à faire, et puis j’ai de la lecture pour patienter. »

Suyvel souriait largement lorsqu’elle ouvrit le premier des deux livres. Elle éleva encore un peu la voix, pour être sûre que les voisins de Citron puissent pleinement profiter de la lecture – si toutefois ils étaient chez eux.

« Voyons donc les passionnantes lectures de Damoiselle Citron… Tiens, je vais commencer par ce livre. Allons-y… Plaisirs interdits : tous les secrets enfin révélés… »

____________________________________________________
(1) Aha, vous ne l’aviez pas vu venir, ce gag-là, hein ? ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:00

La magicienne était rentrée chez elle. Etant sûre de ne pas se faire suivre par l’Elfe noire. Elle s’enferma alors dans sa résidence (1) pour être vraiment tranquille. L’aqueuse s’installa sur son lit et reprit sa besogne là où elle l’avait laissé dans le buisson. Elle en finit rapidement, car elle était toujours émoustillée en rentrant au campement. Elle resta alors sur le lit à contempler le plafond, et maudire se qu’elle venait de faire…

Perdue dans ses pensées, Citron ne réagit pas tout de suite lorsqu’on frappa à sa porte. Quand elle le remarqua, la magicienne reconnu la voix de la personne qui voulait la voir… Et cela ne l’enchantait guère.

Elle ne répondit pas à la demande de Suyvel. L’aqueuse avait suffisamment souffert pour aujourd’hui, elle voulait rester seule. Mais la suite des évènements allaient changer ses plans…


Tant pis. Je venais te rapporter tes livres, mais puisque tu n’es pas là… Ce n’est pas grave, je vais attendre ton retour. Je n’avais rien de bien urgent à faire, et puis j’ai de la lecture pour patienter.

Quand Citron entendit cela, elle commença à se poser des questions… Et c’est là qu’elle se rendit compte de son erreur monumentale. En quittant la bibliothèque précipitamment, l’aqueuse avait oublié de ranger les livres…

Suyvel n’avait quand même pas fait ça ? Les craintes de la magicienne étaient de plus en plus fondées. Et elle s’en rendit compte quand l’Aéride reprit la parole…


Voyons donc les passionnantes lectures de Damoiselle Citron… Tiens, je vais commencer par ce livre. Allons-y…Plaisirs interdits : tous les secrets enfin révélés…

Ce que craignait le plus Citron venait de se réaliser. L’Elfe noire était passé entre temps à la bibliothèque… et s’était permise de voir les livres qu’elle voulait emprunter. L’aqueuse ne pouvait se permettre de laisser Suyvel continuer à lire, surtout qu’elle savait qu’il y avait du monde dans les chambres voisines… Si l’Aéride passait à l’autre livre, s’en était finit de la magicienne. Elle prit une décision qu’elle allait regretter, mais les circonstances lui empêchait toute retraite.

Elle courut vers la porte après s'être habillé correctement, et la déverrouilla. L'aqueuse se précipita vers Suyvel, la forçant à rentrer dans ses appartements avec les livres. Paniquée, elle regarda aux alentours et voyait déjà quelques portes entrouvertes… Sa crédibilité venait de prendre une sacrée claque. Elle referma la porte à double tours et se tourna furieuse vers l’Aéride…


Rends-moi ces livres tout de suite, tu ne sais pas ce dont je suis capable…

Citron voulait sauver son honneur, et elle ferait tout pour récupérer son dû. Même s’il fallait blesser l’Elfe noire pour ça…

___________________________________________________

(1) J’allais quand même pas utiliser le terme de quartier et puis quoi encore :p. Suyvel, t’abuses xD
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:02

Suyvel n’avait pas plus tôt fini de lire le titre de l’ouvrage que le bruit d’un verrou que l’on tire lui annonça le succès de sa petite manœuvre. La porte s’ouvrit à la volée, laissant le passage à une Citron affolée qui la fit aussitôt entrer manu militari – dire qu’elle fut propulsée à l’intérieur de la chambre serait déjà plus proche de la réalité ! – et lorsqu’elle se retourna, ce fut pour voir la jeune femme jeter des regards angoissés dans le couloir, puis fermer rapidement la porte.

Seulement alors, les deux femmes se retrouvèrent face-à-face.

Suyvel leva nonchalamment un des deux livres devant elle, souriant d’un air entendu.

« Pourquoi vouloir se documenter là-dessus ? C’est vraiment n’importe quoi ! » déclara-t-elle dans un éclat de rire.

Renvoyant à l’Aqueuse les propos qu’elle avait tenus dans la bibliothèque.

« Rends-moi ces livres tout de suite, tu ne sais pas ce dont je suis capable… »

Citron était maintenant furieuse mais Suyvel s’amusait trop – juste un peu trop – pour le prendre en considération. Pour elle, le jeu continuait.

« Tu veux ces livres ? Vraiment ? Je ne sais pas trop… Tu n’as pas l’air d’y tenir tant que cela. Et si tu me prouvais que tu y tiens réellement… ? »

À peine avait-elle fini sa phrase que Citron se jetait sur elle pour tenter de lui arracher les volumes compromettants. La vivacité de sa race permit à Suyvel d’esquiver la charge. S’ensuivit un jeu puéril dans lequel la Drow narguait la jeune femme en lui agitant les bouquins sous le nez pendant que celle-ci essayait de les attraper. Elle lui fit parcourir la pièce en tous sens. Citron réalisa ensuite que seule la tactique lui permettrait d’arriver à quelque chose et finit par acculer l’Elfe noire dans un coin de la chambre. (1) Alors, elle se jeta sur elle.

Un corps à corps confus débuta, Suyvel tentant de garder les livres hors de portée de son adversaire, Citron l’empoignant de toutes les façons pour lui faire lâcher son butin. Mais cette proximité porta aux narines de la Drow des effluves odorants qu’elle avait déjà discernés en entrant, sans réellement les identifier. En cet instant, c’était bien plus net. Le parfum suave de la chair portée à l’extase.

En une manœuvre de la dernière chance, Suyvel lança les livres au-dessus de Citron et, profitant de ce qu’elle la lâchait pour lever les bras vers son bien, hélas hors de sa portée, elle se dégagea et rattrapa les deux volumes au vol.

Alors que Citron faisait volte-face, prête à bondir sur sa proie, celle-ci lui fit face en disant simplement :

« Félicitations… »

Une déclaration ambiguë, que l’Aqueuse sembla avoir du mal à interpréter. Suyvel sourit.

« Je constate que ma petite intervention dans le buisson ne t’a pas empêchée d’aller au bout de tes désirs… Bravo. J’en connais beaucoup que cela aurait trop perturbé pour aller plus loin. Tu as de la suite dans les idées. »
« Tu m’as dit que je ne savais pas de quoi tu étais capable. C’est vrai, mais je commence à le deviner… »


Elle regardait Citron d’un regard pétillant, avec pour la première fois un véritable respect au fond des yeux. La jeune femme le vit-elle ? Elle rougit violemment, puis fit un pas vers Suyvel.

« C’est bon, arrête. »
« Ne t’inquiète pas, je vais te les rendre, tes livres… Je suis venue pour cela. En échange, je voudrais juste une chose… »


La jeune femme regarda la Drow d’un air méfiant.

« … une réponse à une question. Mais attention : je te demande la vérité, pleine et entière. Voici la question. À la bibliothèque, tu as refusé de parler de ce sujet (Suyvel brandissait un des livres devant elle) alors que c’est moi qui l’avais abordé. Tu l’as même dénigré. Et pourtant il t’intéresse manifestement. Alors pourquoi cette fuite ? »

L’Aéride guettait la moindre des réactions de l’Aqueuse, y cherchant trace soit d’une réelle sincérité, soit d’un mensonge à venir…

____________________________________________________
(1) N’y voyez bien sûr aucune allusion sexuelle. Aucune. Jamais.
Ce n’est pas le genre de la maison… ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:04

L’Aéride s’amusait un peu trop au goût de Citron… Visiblement, elle ne comprenait pas ce qu’elle entendait par « Tu ne sais pas ce dont je suis capable ». La magicienne allait vite le lui montrer. Elle se jeta sur l’Elfe Noire, tentant de lui prendre au passage les livres. Mais elle esquiva. Suyvel narguait de plus en plus l’aqueuse en lui mettant les livres sous le nez sans qu’elle puisse les atteindre pour autant.

Le manège dura un temps. Jusqu’à ce que Citron reprenne le dessus. Elle avait pensé lancer un sort d’eau sur l’Aéride mais s’était ravisée au dernier moment, ne voulant pas abimer les précieux ouvrages qui n’auraient pas résistés à un tel traitement.

Il fallait trouver autre chose… Si la force ne marchait pas, elle devrait utiliser sa tête. Après quelques minutes de réflexions, la magicienne réussit à coincer Suyvel dans un coin de la pièce. Elle était piégée. Citron lui sauta alors dessus, l’Aéride ne pouvant rien faire. L’aqueuse était au-dessus d’elle, s’agrippant un peu n’importe où à son corps, notamment à sa poitrine, afin d’avoir un soutien quelconque pour atteindre son précieux bien (1). Elle n’arriva pourtant pas à prendre les livres de la main de l’Elfe Noire.

Suyvel jeta les livres en l’air. Dans un geste désespéré et qui fut une énorme erreur, Citron leva les bras pour vouloir les récupérer. L’Aéride en profita pour se dégager et à nouveau les prendre. La magicienne n’avait pas dit son dernier mot et allait le prouver. L’Elfe Noire posa alors une question avant de décider de finalement lui rendre ce qui lui était dû.


… une réponse à une question. Mais attention : je te demande la vérité, pleine et entière. Voici la question. À la bibliothèque, tu as refusé de parler de ce sujet (Suyvel brandissait un des livres devant elle) alors que c’est moi qui l’avais abordé. Tu l’as même dénigré. Et pourtant il t’intéresse manifestement. Alors pourquoi cette fuite ?

Citron lui répondit furieusement :

A ton avis ? Tu crois peut-être que j’allais accueillir tes propos avec joie et confirmer tes dires ?! Et puis quoi encore ! Il y avait pas mal de monde à la bibliothèque ! Et puis grâce à toi, les Etoiles des environs savent désormais ce que je lis… Je t’en remercie fortement ! Si ça ne fait pas le tour du campement en peu de temps ça sera un miracle ! Mais bien évidemment tu t’enfiches. Tu ne penses qu’à jouer, et à ta petite personne ! Tu peux blesser les gens tu n’y penses même pas !

La magicienne était folle de rage… et elle allait le montrer sur le champ. Tout en discutant, elle avait préparé un sort de lévitation pour récupérer les livres (2). Ne faisant pas confiance à l’Aéride. Elle y avait pensé peu de temps avant que Suyvel ne pose la question. Son cerveau était en alerte constante. L’aqueuse lança le sort et put les récupérer, à la grande surprise de l’Elfe Noire. Les ouvrages « volèrent » alors jusque dans les bras de Citron, échappant à la prise de l’Aéride.

Mais la magicienne n’en avait pas encore terminé. Avant que Suyvel ne s’en rende compte, Citron lui avait déjà lancé des liens aqueux, l’immobilisant sur place. Elle ne pouvait plus rien faire. Les livres sous un bras, l’autre main légèrement entrouverte contrôlant les liens d’eau. Citron était maintenant maître de la situation.


Maintenant c’est toi qui va répondre à mes questions. Pourquoi tu t’acharnes autant sur moi ?! Ca ne t’as pas suffit l’épisode du buisson ? Tu aimes tant que ça faire du mal aux gens ?

Suyvel eu un rictus d’amusement, répondre n’étant pas une obligation de son point de vue.

Alors c’est comme ça ? Je vais te montrer que quand je suis énervée il ne faut vraiment pas jouer avec moi !

L’aqueuse referma légèrement sa main entrouverte… ce qui eut pour effet de resserrer les liens d’eau entourant l’Aéride. Celle-ci grimaça légèrement, mais sourit à nouveau. Ce moquant de Citron.

Réponds-moi ! Ou tu n’en sortira pas indemne !

La magicienne perdait peut à peu le contrôle d’elle-même et resserra d’avantage les liens pour faire passer le message à Suyvel. Qu’allait faire l’Elfe Noire pour échapper à l’emprise de Citron ?
________________________________________________________________________

(1) Ca vous rappelle quelque chose ? Bizarrement moi rien xD. Mon précieuuuuxxx :p.
(2) Toute ressemblance avec un ouvrage très célèbre est purement fortuite xD.
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:07

La réponse de Citron ne fut que reproches et colère. Suyvel haussa un sourcil. Certes, elle l’avait bien titillée, mais sans plus de son point de vue. Tout ceci n’avait été que jeu, et voilà que Citron prenait la chose terriblement au sérieux, comme un véritable drame. Ce n’était pas la réaction qu’elle avait attendue.

Désenchantement.

Tout à cette pensée, la Drow ne vit pas la magicienne lancer un sort. Elle ne put qu’en constater les effets lorsque les livres s’arrachèrent à ses doigts pour filer droit dans ceux de l’Aqueuse. Suyvel lui avait pourtant dit qu’elle venait les lui rendre… Manifestement, Citron doutait de sa parole, ce qui était blessant.

Désappointement.

Sans temps mort, Citron enchaîna un second sortilège, immobilisant l’Elfe noire comme si elle avait été une menace pour la jeune femme. Voilà qu’elle la traitait comme une ennemie, ce qui était navrant. Suyvel mesura à quel point la colère aveuglait son interlocutrice. À quel point Citron n’avait pas su deviner les intentions de son invitée.

Déception.

« Maintenant c’est toi qui va répondre à mes questions. Pourquoi tu t’acharnes autant sur moi ?! Ca ne t’a pas suffi l’épisode du buisson ? Tu aimes tant que ça faire du mal aux gens ? »

Du mal ?

Si quelqu’un s’y connaissait dans l’art de faire le mal, c’était bien une Elfe noire. Dans les circonstances présentes, que Citron l’accuse d’avoir voulu lui nuire lui semblait totalement déplacé, voire du plus haut comique. Suyvel songea à ce que Citron aurait pu subir de la part d’un membre de sa race, moins bien intentionné qu’elle. Sombre pensée. Suyvel en eut un rictus. Citron s’impatientait.

« Alors c’est comme ça ? Je vais te montrer que, quand je suis énervée, il ne faut vraiment pas jouer avec moi ! »

La magicienne resserra son étreinte magique, faisant grimacer Suyvel. Celle-ci se força néanmoins à ne pas réagir, et sourit même à Citron, dans l’espoir qu’elle recouvre un peu de son calme. Peine perdue. L’Aqueuse semblait de plus en plus furieuse.

« Réponds-moi ! Ou tu n’en sortira pas indemne ! »

Des menaces sur son intégrité physique, maintenant. D’un instant à l’autre, Citron risquait de franchir le point de non-retour. Suyvel devait maintenant agir, mais en quel sens ? Se battre ou discuter ? Elle ne pouvait plus laisser la situation dégénérer davantage. Réprimant le grondement de son sang qui se révoltait devant un tel traitement – et exigeait des représailles – la Drow choisit la conciliation.

« Ooooh, Citron… » lâcha-t-elle dans un profond soupir.

« Tu te méprends totalement sur mes intentions. Etant donné la réputation de mes semblables, je ne t’en tiens pas rigueur, mais j’espérais tout de même mieux. Crois-tu vraiment que, si j’avais voulu te nuire, je serais venue au Domaine des Constellations pour cela ? En violant les accords entre nos factions ? En bafouant l’hospitalité d’Ombre, qui m’a chaleureusement accueillie ? Tu ne peux pas penser sérieusement ce que tu dis… »

À ces mots, Citron sembla réfléchir.

« Tout ce que tu me reproches part d’une différence de point de vue… et de culture. Pour toi, Humaine, ce que j’ai pu dire ou faire te semble grave. Pour moi, Drow, ce n’étaient là que propos légers et jeux sans conséquence. Je t’ai traitée comme je l’aurais fait pour n’importe quelle sœur de race. Rien de plus, rien de moins. Là d’où je viens, une telle attitude est jugée amicale. »
« Mes petits jeux n’avaient d’autre objectif que d’apprendre à mieux te connaître, à découvrir ta vraie personnalité… à savoir quelle genre de femme tu es, quelle est ta relation au plaisir. Vois-tu, depuis que je fréquente les royaumes des humains, j’ai pu constater, non sans déplaisir, à quel point le modèle patriarcal est étouffant pour les femmes. Elle sont maintenues dans l’ignorance la plus crasse, élevées pour devenir des pondeuses et traitées guère mieux que des animaux, ou des meubles, par les hommes. En tant que magicienne, tu es bien plus instruite que la majorité des humaines, et j’ai pensé que tu en aurais tiré une plus grande liberté d’esprit. En fait, je pressentais un fort potentiel en toi. »


Une déclaration que Suyvel assortit d’un regard très direct, pour que Citron n’ait aucun doute sur sa franchise.

« Mais je crois que je me suis bercée d’illusions… À la bibliothèque, à peine ai-je abordé le sujet du plaisir que tu as fui. Lors de l’épisode du buisson, tu n’as exprimé que de la gêne, voire de la honte… et tu as de nouveau fui. Il a fallu que je vienne te provoquer ici, en te coupant toute retraite possible, pour qu’enfin tu te décides à faire face. Et maintenant, tu me reproches d’avoir fait profiter ton entourage de tes lectures… Est-ce là l’attitude d’une femme qui assume ses désirs et ses envies ? Non, bien sûr que non. Une femme libre aurait vu cela comme une simple peccadille, et s’en serait même amusée. »

Le ton de Suyvel se faisait plus amer, son visage plus sombre.

« Non, tes maîtres peuvent être fiers d’eux, ils ont bien œuvré sur toi… Tu n’es que pudeur et tabous. Dommage, Citron, dommage… Le plaisir est une petite fleur fragile qui ne peut s’épanouir que dans la plus grande liberté. Vous avez même un dicton qui le dit, non ? Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir… Regarde-nous, Citron. Regarde-moi. C’est moi qui suis entravée par tes liens aqueux et pourtant je suis bien plus libre que toi… »

Du menton, elle désignait ses membres toujours immobilisés par le sortilège de Citron.

« À toi de voir. Le chemin de la liberté n’est pas le plus facile… Si tu le suis, tu peux t’attendre à prendre des coups, à souffrir souvent. Certains hommes ne te pardonneront pas de te rebeller contre leur ordre établi. Ils verront en toi leur égale, voire leur rivale. Ils te craindront. D’autres te respecteront. Même les femmes, pour la plupart, ne seront pas tendres avec toi. Elles répandront les pires horreurs sur ton compte, elles traîneront ton nom dans la boue… mais elles envieront ta liberté. Elles jalouseront ton courage, qui leur aura fait défaut tout au long de leur misérable existence. Mais celles qui ont pris en main les rênes de leur vie t’accueilleront parmi elles. »

Suyvel se décida à finir de vider son sac. À ce point de la conversation, autant tout dire. Elle prit une bonne aspiration et se lança.

« Vois-tu, lorsque j’ai compris que tu étais allée au bout de ton désir, malgré l’épisode du buisson, je me suis dit que j’avais eu une bonne intuition à ton sujet, que tu présentais un fort potentiel. Et, malgré tes paroles et ton attitude, je continue de croire en toi, Citron. Si tu décides de prendre la même voie que moi, je pourrai t’y aider, faire un bout de chemin avec toi… mais la décision doit venir de toi et de toi seule. »

La Drow fixait Citron d’un regard inquisiteur. Elle était décidée à confronter la jeune femme à elle-même, à ses rêves, ses ambitions, ses désirs… sans possibilité de fuite, cette fois. Elle enfonça le clou.

« Interroge-toi, Citron. Demande-toi quelle femme tu es. Quelle femme tu veux devenir. La bonne épouse, telle qu’elle est décrite par les hommes de ta race ? Celle qui est soumise corps et âme à son mari, que dis-je, son maître ? Celle qui se tait, porte les enfants de son mari, et se contente de prendre son plaisir de temps à autre quand son maître lui en donne, par accident ? Ou bien une maîtresse femme, celle qui prend ses désirs en main ? Celle qui décide du qui et du quand ? Celle qui exige sa part de plaisir ? Celle qui s’affranchit du carcan des règles imposées par votre société patriarcale ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:08

Ooooh, Citron… , fit Suyvel en soupirant

Tu te méprends totalement sur mes intentions. Etant donné la réputation de mes semblables, je ne t’en tiens pas rigueur, mais j’espérais tout de même mieux. Crois-tu vraiment que, si j’avais voulu te nuire, je serais venue au Domaine des Constellations pour cela ? En violant les accords entre nos factions ? En bafouant l’hospitalité d’Ombre, qui m’a chaleureusement accueillie ? Tu ne peux pas penser sérieusement ce que tu dis…

Il y avait de quoi réfléchir là-dessus, pourtant la magicienne n’en démordait pas, elle allait faire passer un sale quart d’heure à cette petite peste d’Aéride…
L’Elfe noire reprit alors son discours qui devenait cinglant. L’aqueuse ne voulait pas l’écouter, et faisait seulement mine de… Elle ne faisait qu’entendre les grandes lignes. Elle avait envie d’en finir avec elle. Pourtant, à ses dires, Citron fut quelque peu choquée.


*Ces jeux sont amicaux dans sa race ?! Ils sont vraiment bizarre alors… Depuis quand embêter quelqu’un à ce point est un jeu ? Il faudrait qu’elle se documente un peu plus sur les coutumes des humains… Elle verrait que nous sommes bien différent…*

Non, tes maîtres peuvent être fiers d’eux, ils ont bien œuvré sur toi… Tu n’es que pudeur et tabous. Dommage, Citron, dommage… Le plaisir est une petite fleur fragile qui ne peut s’épanouir que dans la plus grande liberté. Vous avez même un dicton qui le dit, non ? Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir… Regarde-nous, Citron. Regarde-moi. C’est moi qui suis entravée par tes liens aqueux et pourtant je suis bien plus libre que toi…

La Drow poursuivait son discours qui commençait sérieusement à énerver la magicienne… La colère qui était un tant soit peu retomber était entrain de remonter à une vitesse folle. La suite des propos de l’Aéride n’allait pas arranger les choses…

Interroge-toi, Citron. Demande-toi quelle femme tu es. Quelle femme tu veux devenir. La bonne épouse, telle qu’elle est décrite par les hommes de ta race ? Celle qui est soumise corps et âme à son mari, que dis-je, son maître ? Celle qui se tait, porte les enfants de son mari, et se contente de prendre son plaisir de temps à autre quand son maître lui en donne, par accident ? Ou bien une maîtresse femme, celle qui prend ses désirs en main ? Celle qui décide du qui et du quand ? Celle qui exige sa part de plaisir ? Celle qui s’affranchit du carcan des règles imposées par votre société patriarcale ?

Qu’est-ce que cette misérable Elfe noire pouvait bien en savoir ?! Elle voulait lui apprendre comment vivre ? Elle, l’Aéride d’une autre race ?! Citron riait nerveusement. Tremblant de plus en plus de rage, à deux doigts de faire tomber au sol les livres qu’elle avait tellement eu de mal à récupérer. Sa poigne qui maîtrisait les liens restait cependant ferme, mais pour combien de temps ?

Suyvel avait poussé la discussion un peu trop loin, et elle allait s’en rendre compte très vite


Tu n’aurais jamais du dire ça, t’es finis…

Citron, blessée au plus profond d’elle-même, déposa du mieux qu’elle put les livres à terre, gardant toujours le contrôle des liens. Son autre main était désormais libre. L’Aéride allait déguster…
L’aqueuse, malgré sa rage intense qui la faisait trembler, prépara dans sa main droite une boule de mana puissante… qu’elle enflamma.

La magicienne n’avait visiblement plus conscience de ce qu’elle faisait. Suyvel n’aurait jamais dû remettre ses désirs en question. Citron voulait être corps et âme à celui qu’elle aimait, elle ne se souciait pas du reste. Vivre pleinement une vie paisible dans une famille épanouie était son vœu le plus cher. Elle n’avait que faire du libertinage. De son point de vue, la sexualité passait après les sentiments…

Citron s’apprêtait à lancer la boule de mana enflammée sur la Drow. Mais un évènement inattendu allait tout faire basculer. La magicienne, qui d’habitude surveiller son niveau de mana, par la colère, n’avait pas remarqué qu’elle puisait déjà dans ses réserves. L’attaque qu’elle préparait en consommait beaucoup… Et l’issue qui se profilait à l’horizon était inévitable.

L’aqueuse crut qu’elle n’allait pas s’en sortir. Sa vision se brouillait, elle ne pouvait plus contrôler les liens maintenant fermement l’Aéride sous son emprise. La boule de mana disparu, se consumant sur place… Citron commençait à vaciller.


Qu’est-ce que…

Elle vit Suyvel s’approcher, mais ne voulait pas de son aide. Elle lui cria dessus…

Reste où tu es ou tu es une Elfe morte !

Ironie du sort, celle qui en était le plus proche s’avérait être la magicienne… Elle fracassa un vase en voulant se tenir à une armoire, puis s’effondra à terre, inconsciente… Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’en utilisant tout son mana, elle laissait à l’Aéride le spectacle de voir sa forme originelle, n’ayant plus de réserve pour maintenir le sort de rajeunissement opérationnel.

Le yukata qu’elle portait auparavant était bien trop petit, son décolleté faisant entrevoir une poitrine aux formes généreuses. Citron était étendue sur le sol, entièrement à la merci de Suyvel qui était maintenant libre… Allait-elle se venger ?
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:08

« Tu n’aurais jamais dû dire ça, t’es finie… »

Suyvel vit Citron poser les livres pour incanter un nouveau sort, tout en maintenant le premier. La jeune femme avait de la ressource. Une sphère d’énergie apparut dans sa main.

Un sort offensif ?!

À la vue des traits de l’Aqueuse, déformés par la colère, Suyvel comprit qu’elle ne plaisantait pas. Cette fois, elle allait vraiment franchir la limite… La Drow en resta incrédule. Elle ne s’attendait pas à voir sa vie menacée. Pas ici. Pas par une personne qui était censée être une alliée, de par les pactes en vigueur entre leurs factions. Mais la menace était tangible, et Suyvel réagit instinctivement, entamant elle-même une invocation pour se sortir de ce guêpier.

Brusquement, Citron montra des signes alarmants de fatigue. Les liens qui enserraient l’Elfe noire se firent plus lâches… puis se désagrégèrent dans le néant. La boule de feu grésilla, vacilla et s’éteignit. Suyvel hésita sur la marche à suivre… Devait-elle ignorer cette faiblesse et en profiter pour s’assurer un avantage décisif ? Ou bien fallait-il d’abord se préoccuper de cet événement imprévu et quelque peu inquiétant ?

Elle avait trop hésité et son invocation était interrompue, elle allait devoir la reprendre depuis le début… ou opter pour un autre sort. Ce fut alors qu’elle eut l’idée de sonder l’aura de Citron. Au début, elle crut qu’elle n’y parvenait pas… puis elle comprit.

La petite idiote ! L’inconsciente !

L’Aqueuse venait de dilapider toutes ses réserves de mana. Une erreur dramatique, aux conséquences potentiellement fatales. À ce stade, tout pouvait arriver.

Tout et n’importe quoi.

Tous les magiciens connaissaient cette règle d’or : ne jamais tarir entièrement son aura. Car les gens de magie étaient imprégnés du flux universel de mana. Ils s’en nourrissaient, en faisaient partie intégrante… Mais lorsque qu’ils consumaient leur aura jusqu’à l’extinction, ils créaient un trou, un vide dans le Flux. Et la nature avait horreur du vide. Elle comblait cela comme elle le pouvait… et s’agissant de mana, les effets en étaient imprévisibles, mais potentiellement catastrophiques. (1)

Pour commencer, Citron pouvait en mourir. Le plus horrible de la situation, c’était que les autres hypothèses pouvaient se révéler bien pires. Une anomalie risquait de se constituer dans le Flux, qui absorberait tout sur son passage. La Drow y compris. La chambre. Le bâtiment. Ou tout le Domaine des Constellations. Ou bien une fissure pouvait se créer entre ce monde et d’autres plans d’existence. Et Suyvel n’avait aucune envie d’en rencontrer les habitants…

Elle ne pouvait se permettre le luxe d’une hésitation, ou il serait probablement trop tard pour le regretter. Suyvel lança un sortilège de transfert d’aura. L’idée était de transfuser une partie de son mana directement dans l’aura presque éteinte, avant qu’elle ne s’effondre en un cataclysme imprévisible. En même temps, elle devait garder un contrôle très strict sur ce drain… Pas question de transférer à Citron l’intégralité de son aura, ou elle n’aurait fait qu’inverser le problème. Le risque pouvait également être de lui accorder un débit trop élevé, auquel cas Citron verrait croître ses forces et serait en mesure de reprendre l’offensive… et Suyvel préférait éviter cela.

Elle créa donc un flux minime vers l’Aqueuse, juste de quoi éviter l’épuisement complet de ses réserves de mana. Citron comprit-elle ce qu’elle était en train de faire ? Voulut-elle prévenir Suyvel de la menace qui la guettait ? Ou se méprit-elle une fois de plus sur les intentions de la Drow ? Toujours est-il qu’elle lui cria :

« Reste où tu es ou tu es une Elfe morte ! »

Suyvel, très concentrée sur son sort, ignora purement l’injonction. Elle entendit juste le fracas d’un vase qui se brisait au sol, avant de voir Citron choir au sol. Dès qu’elle fut sûre d’avoir rééquilibré l’aura de l’Aqueuse – et évité le pire – elle se précipita sur la jeune femme et, s’emparant d’une petite fiole de mana qu’elle gardait à la ceinture, elle lui en versa le contenu entre les lèvres. Le peu de puissance magique qu’elle lui rendrait devait suffire à stabiliser l’aura de Citron pour de bon. Cela fait, elle s’enquit de ses signes vitaux. Pouls rapide mais régulier. Souffle faible, mais rien d’alarmant. Citron était dans les pommes, mais elle était hors de danger.

Ce fut seulement alors qu’elle réalisa que quelque chose avait changé. Et pas qu’un peu.

Suyvel ne reconnaissait plus la personne qu’elle tenait dans ses bras, ce qui lui fit un choc.

Citron était une jeune femme, juste sortie de l’adolescence. Celle qui reposait devant elle avait tout de la femme épanouie, dans la force de l’âge chez les humains. En témoignait le yukata, manifestement trop étroit pour elle. Suyvel se redressa vivement.

Par Eolia, que se passe-t-il ici ?!

Puis elle réexamina la belle endormie. Indéniablement, elle ressemblait à Citron ; à tout le moins, elle présentait un air de famille. Mais ce n’était plus elle.

Qui est-ce ?

Une personne qui aurait pris les traits de Citron ? Mais qui ? Pourquoi ? Dans quel but ?
Une impression corroborée par le fait qu’elle avait voulu l’attaquer… La vraie Citron n’aurait certainement jamais agi de la sorte. Suyvel resta indécise quelques instants… puis choisit d’agir en fonction des priorités évidentes.

Elle transporta l’inconnue sur le lit, puis sortit un solide cordage de son sac et entreprit d’en entourer le lit et la belle dans le même temps. Son saucissonnage terminé, Suyvel s’assura de la solidité de l’ensemble et réfléchit à la suite.

Bien évidemment, elle avait envie de l’interroger. Cette situation imprévue et inédite posait beaucoup de questions et, une fois sa curiosité éveillée, il lui fallait des réponses. Mais la belle endormie ne serait pas loquace… Devait-elle attendre qu’elle se réveille ? Cela pouvait prendre des heures. Suyvel n’aurait jamais la patience d’attendre. Non, décidément, elle allait devoir lui administrer un remontant plus conséquent que la petite potion déjà vidée. Fouillant dans son sac, elle en sortit un élixir de mana. Ca l’ennuyait tout de même de devoir en sacrifier un, surtout pour celle qui avait voulu l’agresser…

Une idée lui traversa l’esprit.

Elle chercha de nouveau dans ses affaires, et en tira cette fois une flasque de salive de Plantovor. Voilà qui produirait les mêmes effets, et même soignerait d’éventuelles lésions… tout en procurant une petite revanche à la Drow. Pour en avoir déjà consommé, elle savait à quel point cela était innommable.

Suyvel souleva la tête de Citron, la bascula en arrière et lui enfonça la flasque dans la bouche, autant qu’elle put, pour interdire à la jeune femme la possibilité de recracher la potion. Le liquide épais et poisseux commença à descendre dans sa gorge.

« À ta santé, Citron… ou qui que tu sois » fit Suyvel dans un sourire moqueur.

_________________________________________________________________
(1) Le problème, avec un Trou du Flux, c’est qu’il peut péter à tout moment.
(Bon, alors celle-là, c’est faaaaiiiit…) XD
* la raye de sa liste de blagues pourries *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:09

La magicienne était dans un sale état… Elle eut une drôle de sensation… Citron cru rêver pendant un instant. Mais la situation était bien réelle… Son âme s’était dédoublée de son corps, elle avait une vue sur l’ensemble de la pièce… Quand elle y réfléchit plus posément, l’aqueuse savait que sa situation était critique. Elle avait déjà entendu de rares cas similaires au sien. Mais peu de gens s’en remettaient par la suite…

Le spectacle qu’elle vit fut pour le moins étonnant. La Drow regardait si tout allait bien chez la magicienne, consultant son pouls. Mais la suite lui plut moins… En effet, elle constata avec horreur que son sort de rajeunissement n’était plus maintenu comme sa réserve de mana était entièrement épuisée… D’ailleurs elle se demandait bien comment la catastrophe que tous les magiciens redoutaient n’était pas arrivée…

Se concentrant à nouveau sur la scène, elle remarqua que Suyvel avait constaté le changement… Et l’Elfe Noire prit des mesures pour le moins drastiques… Une fois le corps de Citron déposé sur son lit, Suyvel l’attacha fermement pour qu’elle ne puisse pas s’échapper. En y réfléchissant, elle ne l’avait jamais vu sous cette forme. Croyait-elle qu’une autre personne se tenait devant elle ?


*Pourquoi je sens que les choses ne vont pas aller en s’améliorant ?!*

L’aqueuse était perplexe. Ses craintes furent confirmer quand elle remarqua que la Drow était trop impatiente pour attendre le réveil de la jeune femme. Suyvel voulait au départ lui donnait un élixir de mana… Mais elle voulut apparemment se venger puisqu’elle rangea l’élixir pour en sortir une flasque qu’elle ne connaissait que trop bien… et qu’elle avait en horreur. La salive de Plantovor était immonde à avaler, mais avait des propriétés curatives puissantes.

*Suyvel… Tu vas un peu loin là…*

Pour que Citron soit forcée de boire tout le contenu, l’Elfe noire lui avait enfoncé le goulot dans la bouche de manière à ce qu’elle ne puisse pas refuser d’avaler la salive… En y repensant, celle qui était allée le plus loin des deux était la magicienne…

*Je me demande encore maintenant comment j’ai pu vouloir lui balancer une boule de feu dans l’enceinte des Etoiles… Heureusement que j’étais à court de mana, sinon je ne donne pas cher de ma peau…*

A ses dernières pensées, l’aqueuse sentit que son corps la rappelait. Apparemment son niveau en mana était juste suffisant pour la rendre consciente, mais pas assez pour remettre en place le sort…

*Bon, ben je crois que je vais y retourner…*

Lorsque Citron ouvrit les yeux, elle avait en face d’elle la Drow, qui visiblement attendait des réponses. La magicienne avait toujours le goulot dans la bouche et le goût immonde de la salive lui restait encore sur la langue…

Mmm… Enl-mmm

Suyvel comprit qu’elle devait retirer la flasque de la bouche de Citron si elle voulait obtenir des informations. Elle s’exécuta. L’aqueuse pu respirer plus librement et allait pouvoir s’expliquer… même si elle ne le voulait pas…

T’as pas été tendre avec moi dis-donc… T’aurais pu éviter de me mettre le goulot de force dans la bouche quand même… Merci quand même… et pour la fiole de mana aussi…

Suyvel écarquilla les yeux… Comment pouvait-elle savoir ses évènements alors qu’elle était inconsciente ?
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:10

Alors que la flasque de salive se vidait progressivement, la belle endormie se mit à tousser. Elle reprenait conscience. De fait, elle ne tarda pas à ouvrir les yeux, et à vouloir s’exprimer, même si elle n’émit que quelques syllabes étouffées. La fiole désormais vide fut retirée de sa bouche, ce dont elle profita sans attendre pour s’exprimer plus distinctement.

« Merci quand même… et pour la fiole de mana aussi… »

Suyvel ne put cacher sa surprise à cette dernière phrase.

La fiole de mana ? Mais comment sait-elle que… ?

Elle secoua la tête, chassant cette pensée sans grand intérêt immédiat. D’autres questions bien plus importantes attendaient et réclamaient – à juste titre – d’êtres traitées avec tout l’empressement qu’elles méritaient.

Elle nota le ton nettement plus aimable de la jeune femme – aimable voire familier – ce qui était plutôt bon signe. La colère était passée. Ou alors c’était la magie de la corde, que Suyvel avait maintes fois constatée par le passé : lorsque l’on se retrouvait ligoté, on réalisait très vite qu’il allait falloir faire montre d’un tantinet de courtoisie si on voulait éviter certains désagréments.

Quoi qu’il en fût réellement, Suyvel ne l’entendait pas de cette oreille. La froideur et la méfiance percèrent dans sa voix lorsqu’elle répondit :

« On se connaît ? Je ne me rappelle pas que nous ayons été présentées. »

Un silence, puis :

« Qui es-tu ? »
« Et inutile de prétendre être Citron. Au cas où tu ne l’aurais pas encore remarqué, ton sort a cessé de faire effet… L’inconvénient de ne pas savoir gérer ses forces. »


Une petite pique, adressée d’un ton cassant.

« Belle imposture, au passage. Bon, je ne connais pas très bien Citron, mais je n’ai pas douté un instant que c’était elle que j’avais face à moi… du moins, jusque ce que tu commettes l’erreur de la boule de feu. Ca, c’était révélateur. Citron n’aurait aucune raison d’agir de la sorte. Mais un imposteur, lui, évidemment… »
« Un sort de métamorphose véritable, n’est-ce pas ? Une simple illusion n’aurait pas joué sur moi, étant donné mon sang. J’ai vu juste ? »


Curiosité professionnelle de magicienne plus que question capitale dans la situation présente, mais Suyvel n’avait pas s’empêcher de la formuler.

« Et puis qu’on en parle : qu’est-il advenu de la véritable Citron ? »

Troisième question, celle-là avec un gros enjeu. Apprendre où était détenue Citron… si toutefois elle était captive. Suyvel redoutait que la réponse soit ‘dans un monde meilleur’.
Lorsque l’on prenait l’identité de quelqu’un, il fallait bien évidemment empêcher cette personne de reparaître tant que durait l’imposture. La tenir prisonnière était une solution, si on était sûr de pouvoir éviter une évasion ou une libération. L’autre solution – plus simple, plus directe, plus efficace, dans la mesure où on n’avait plus besoin de ladite personne – était de s’en débarrasser purement et simplement.
C’était donc avec appréhension que Suyvel posait la question.

« Et pour finir, tu vas me dire à quoi tout cela rime. Je veux connaître la raison de cette mascarade. Tes objectifs. Sans rien oublier. »

Les raisons de tout ceci pouvaient être multiples.

Espionnage. Vol. Assassinat.

Mais Suyvel pressentait un vilain complot contre les Constellations, ou peut-être une Etoile en particulier. Pourquoi pas une tentative d’attenter aux jours du Roy ? La Drow considéra l’hypothèse. Cela sonnait assez juste à ses oreilles. Si cela s’avérait… elle tiendrait l’opportunité de s’attirer les bonnes grâces d’Ombre, en démasquant celle qui avait voulu le tuer. Elle lui offrirait sa tête.

Au bout d’une pique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:10

La magicienne comprit vite la situation dans laquelle elle se trouvait… Et cela l’amusait quelque peu. La Drow n’avait pas gardé l’hypothèse que la véritable Citron était sous ses yeux… L’Aéride s’était imaginée toutes sortes de possibilités aussi farfelues les unes que les autres. Pourtant elle aurait dû savoir que le sort de rajeunissement existait bel et bien… Et que l’aqueuse en était la spécialiste. Mais ça, elle ne le savait pas encore…

C’est sur un ton froid que Suyvel avait posé ses questions. Visiblement Citron aurait du mal à la convaincre… ou peut-être pourrait-elle en tirer partie pour s’amuser à son tour ? L’idée était tentante. La Drow qui se voulait en position de force ne l’était en réalité pas, et trahissait son inquiétude face à la situation actuelle…

La première erreur de l’Aéride avait été de ne pas lancer un sort d’envoutement sur les cordes. L’aqueuse pouvait se libérer quand bon lui semblait. Il suffisait qu’elle imbibe d’eau ce qui la maintenait attaché fermement au lit, puis de la glacer jusqu’à ce que les cordes cassent. Si jamais la situation devenait trop périlleuse, Citron réagirait…

Pour le moment, la magicienne avait opté pour le choix du divertissement. Et l’Elfe noire allait être servie. L’aqueuse avait toutes les cartes en main et dirigeait tout. Citron commença à répondre aux questions de Suyvel, mais pas de la manière dont elle s’y attendait…


Moi ? Je suis un petit agrume qui a voulu faire sa vie dans ce campement afin de changer mes mauvaises habitudes et sortir de la routine…

La magicienne répondait de manière désinvolte face à une Drow dont les nerfs étaient plus que mis à rude épreuves…

Le sort utilisé ? Mmmmh…. Pourquoi je devrais te le dire d’abord ? Secret de famille !

Elle lui tira la langue, ce qui eut le don d’agacer sévèrement l’Aéride…

La véritable Citron ? Une plantureuse femme comme moi ne peut-être qu’elle, voyons !

D’un sourire malicieux l’aqueuse avait répondu de manière trop détendue. Suyvel ne put se contenir et déjà se jetait sur Citron, lui mettant une dague sous la gorge. La magicienne qui se doutait que son plan allait marcher, avait déjà préparé la riposte…

Comme prévu, elle cassa les cordes qui l’attachaient au lit, et avant que la Drow ne le remarque, l’aqueuse avait inversé les rôles. A présent, c’était Citron qui se tenait sur l’Aéride. Elle lui retira la dague de la main et la lança à l’autre bout de la pièce… Visiblement Suyvel ne savait que faire…

Pour autant, le petit jeu que voulait mettre en place la magicienne ne faisait que commencer. Elle se leva et laissa libre court à Suyvel de faire se qu’elle voulait… Du moins, les apparences le montraient de ce point de vue. Citron ne l’entendait pas de cette oreille… Si la Drow pouvait détecter un sort, elle effectuerait une pression psychologique…

Une fois son petit manège réalisé, l’aqueuse de dirigea vers la penderie, toujours sous l’œil méfiant de l’Aéride… Sans plus de formalité, elle se changea sous les yeux de Suyvel, sans que cela ne la gène pour autant. Cette situation l’amusait même. Entièrement nue sous les yeux de l’Elfe noire, la magicienne prenait un malin plaisir à la provoquer. Elle se tourna volontairement de face vers la Drow pour qu’elle puisse examiner le corps de Citron sous toutes les coutures.

Puis, comme si son plaisir devenait lassant, la magicienne se vêtit d’un yukata rouge et noir sous lequel elle portait un autre vêtement violet… Elle se remonta les cheveux qu’elle orna de multiples pinces. Une fois sa besogne terminée, Citron ferma la penderie et se retourna vers Suyvel…


Qui penses-tu que je suis réellement ? Franchement…

L’aqueuse regardait la Drow droit dans les yeux, comme pour chercher d’avance la réponse. Mystérieuse pendant toute la durée de l’interrogatoire, la magicienne voulait savoir ce qui se cachait véritablement derrière les questions de l’Aéride, comme pour mieux cerner le personnage afin de mieux jouer avec…mais Citron devait se rendre à l’évidence que le jeu avait suffisamment duré. Elle s’installa sur la chaise de son bureau et reprit la parole.

Depuis le début je n’ai pas cherché une seule fois à démentir le fait que j’étais Citron, et pourtant tu restes obstinée sur le fait que je serais un imposteur ? Quelle preuve avances-tu pour faire de telles hypothèses ?!

La magicienne fit une pause puis continua…

Ha la la… Tu dois te demander comment je peux être Citron ? Certes je n’ai pas la même physiologie qu’avant, mais je suis bel et bien la magicienne aqueuse anciennement du Souffle. Et sache que ceci est ma véritable apparence… Celle que tout le monde peut voir n’est que le fruit d’un sort de rajeunissement dont je suis experte. Venant de toi, je pensais que tu t’en douterais ne serait-ce qu’un minimum…

A la mine interloquée de Suyvel, Citron eut vite la réponse…

Apparemment non… Toujours est-il que garder ma forme rajeunit est une protection. Quiconque connait ma véritable identité doit être tué sur le champ. Telles sont les règles appliquées. Mais vu que tu es une magicienne également, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de te dire que si je te laisse en vie, il faudra que tu tiennes cela secret…

Maintenant que Citron avait révélé sa véritable identité à la Drow, comment allait-elle réagir face à cette déclaration ?
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:11

Suyvel n’était pas une novice en matière d’interrogatoire. Elle avait déjà eu affaire à des prisonniers peu causants, voire franchement récalcitrants… mais jamais désinvoltes dans leur attitude et leurs réponses comme l’était présentement la belle ficelée. Était-elle totalement inconsciente ? On aurait dit que cela n’était qu’un jeu pour elle.

Lourde erreur.

Suyvel était maintenant très sérieuse. Elle voulait des réponses et envisageait de se donner les moyens de les obtenir, lorsqu’une ultime boutade de l’humaine vint mettre à mal le calme déjà bien écorné de la Drow. En un geste de colère, elle brandit une lame sous son nez, afin qu’elle réalise mieux la situation.

Sauf qu’apparemment c’était Suyvel qui n’avait pas tout compris à ladite situation. Avant d’en avoir eu le loisir, elle se retrouva sous la jeune femme, désormais libérée de ses cordages, puis maîtrisée et désarmée avec efficacité.

Décidément, rien dans cet interrogatoire ne se déroulait comme prévu.

Alors que Suyvel cherchait un moyen de se sortir de cette délicate posture, l’humaine la relâcha tout bonnement, et se releva pour s’éloigner vers la penderie. Sans aucune précaution, sans un mot. Une telle assurance était stupéfiante, et ce fut ce qui retint Suyvel de la terrasser dans l’instant. Elle n’était pourtant pas au bout de ses surprises.

Car voilà que maintenant la jeune femme entreprenait de quitter le yukata bien trop étroit pour elle. Elle se dévêtit entièrement, apparaissant dans le plus simple appareil, avec un grand naturel. Elle en rajoutait même, s’exhibant sans complexe devant une Suyvel médusée.

Puis, jugeant probablement que ce petit manège avait assez duré, elle s’habilla d’un vêtement de même style, mais dans des tonalités très différentes, et d’une coupe bien plus adaptée à sa silhouette. Elle vint alors s’asseoir sur une chaise et prit la parole, sur un ton nettement plus sérieux.

« Depuis le début je n’ai pas cherché une seule fois à démentir le fait que j’étais Citron, et pourtant tu restes obstinée sur le fait que je serais un imposteur ? Quelle preuve avances-tu pour faire de telles hypothèses ?! »

Une déclaration qui força Suyvel à considérer ce qu’elle avait réellement. La jeune femme avait usé d’un sort quelconque pour changer d’apparence, c’était avéré… mais était-elle un imposteur pour autant ? Cela lui avait semblé logique. Presque accablant. De fortes présomptions, sans aucun doute. Des preuves, non. Un point pour l’humaine.

« Et sache que ceci est ma véritable apparence… Celle que tout le monde peut voir n’est que le fruit d’un sort de rajeunissement dont je suis experte. »

Un sort de jouvence ?

Suyvel n’avait jamais ouï parler d’un tel sortilège. Si on le lui avait demandé, elle aurait pu affirmer que cela n’existait pas. En même temps, étant donné la longévité de sa race, elle ne s’était jamais intéressée à la question… cela viendrait peut-être un jour.

Disons dans quelques siècles.

Alors ce n’était pas un sort de métamorphose ? Suyvel détailla l’humaine des pieds à la tête. Effectivement, elle ressemblait à Citron. Une version plus âgée que celle que la Drow connaissait. Un imposteur aurait eu toutes les chances de ne pas présenter une telle similitude, une fois le masque tombé. Donc son histoire de rajeunissement était vraisemblable.

« Toujours est-il que garder ma forme rajeunie est une protection. Quiconque connaît ma véritable identité doit être tué sur-le-champ. »

Une protection ?

Un secret ?

Une sentence de mort ?

Suyvel dressa instantanément l’oreille. Ces mots fleuraient bon le mystère. Et pour la grande curieuse qu’elle était, il n’y avait rien de plus exaltant qu’un mystère à éclaircir. Surtout un mystère mortel. Le danger et l’interdit ne faisaient que rajouter à son excitation. Si jamais Citron avait pensé la décourager de la sorte, elle s’était grandement fourvoyée. Suyvel adorait les secrets. Chaque fois qu’elle mettait la main sur un, elle le disséquait avec méthode jusqu’à ce qu’elle soit sûre d’avoir tout découvert jusqu’au dernier petit détail. Garder un secret, ça, elle savait faire. Lui résister, non. Impossible.

L’Elfe noire avait l’agréable sensation que, pour elle, Noël tombait en avance cette année… elle avait dû être bien sage. En revanche, même en y réfléchissant, elle était incapable de se rappeler quand. Néanmoins, elle ne se priverait pas de déballer son cadeau.

Ce fut donc avec enthousiasme qu’elle répondit :

« Compte sur moi pour garder le secret de ta protection… »

Puis elle ajouta, d’un ton innocent :

« Une protection contre quoi, ou contre qui ? »

Pour autant, Suyvel n’oubliait pas qu’elle devait s’assurer de l’identité de la personne qui lui faisait face. Car si elle n’avait pas la preuve d’une imposture, l’humaine ne lui en avait donné aucune de sa bonne foi non plus. Avisant ce qu’elle portait autour du cou, Suyvel remarqua :

« Tiens, je vois que tu portes toujours le pendentif de prière que t’avait offert Eudes, même si tu n’es plus au Souffle maintenant… »

De fait, c’était Mythras qui le lui avait offert. À l’époque où elle était au Souffle d’Eolia, Citron avait fait cette confidence à Suyvel. Celle-ci avait bien entendu changé le nom du généreux donateur à dessein. Un petit piège que la véritable Citron éventerait à coup sûr.

Par contre, si elle n’était pas celle qu’elle prétendait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:11

L’aqueuse voyait bien le piège que lui tendait la Drow. Elle ne lui faisait visiblement toujours pas confiance… C’est avec une pointe d’irritation dans la voix que la magicienne lui répondit.

Je te remercie de me faire confiance… Poser un piège aussi stupide. Tu sais très bien que c’est Mythras qui me l’a donné en échange de quelques pièces… C’est un bien précieux que je ne risque pas de jeter sans raison…

Citron était déçue de l’attitude de Suyvel, pensant qu’une fois son identité révélée, elle lui ferait un peu plus confiance… Apparemment l’Elfe noire avait eu encore des doutes. La magicienne n’avait même pas envie de répondre à l’Aéride qui voulait savoir pourquoi elle devait se cacher sous pareil sort… Pourtant, si Citron continuait sur ce chemin, elle savait que la situation ne ferait que tourner en rond… ce qui n’aboutirait à rien. C’est dans un énorme soupir que l’aqueuse reprit la parole.

Tu ne mériterais même pas que je te réponde… Reste assise, cela va prendre du temps pour tout expliquer.

La magicienne avait fait le choix de raconter toute l’histoire qui tournait autour de ce sort, y compris jusqu’à ses origines. Mais la Drow allait devoir être patiente. Les évènements à relater étaient longs, et la nuit commençait déjà à faire son apparition sur le campement…

Cela remonte déjà plusieurs dizaines d’années. Du temps de mes parents… et avant même. Ma mère était originaire de la terre de Feu, Ignis. Quant à mon père, il était d’Aqua. Etrange association n’est-ce pas ?

N’attendant aucune réponse de la part de Suyvel, Citron continua son récit…

Pourtant ils ne se sont jamais vraiment crié dessus… Mon père arrivait par je ne sais quelle façon à calmer le tempérament explosif de ma mère. Des caractères foncièrement différents dont il en résultait étrangement une belle harmonie… Ils vivaient paisiblement à Melrath Zorac, et au bout de deux ans passés ensemble, ils décidèrent de se marier et d’avoir un enfant.

Neuf mois plus tard, je naissais… C’est à ce moment que les choses prirent une tournure totalement inattendue.


La magicienne fit une pause, buvant un peu de lait qu’elle gardait dans son sac. Elle posa la bouteille sur le bureau et reprit là où elle s’était arrêtée.

Mon père était au courant pour les devoirs que ma mère devait accomplir. Normalement, ils n’auraient jamais dû se marier et que de leur amour naisse une petite fille. Ma mère était prêtresse dans un temple renommé dédié à Vulfume… Sa famille étant fortement liée à cet endroit… Aucune fille ne pouvait échapper à son devoir. Et comme pour éviter toute dérive, les plus Anciens de cet élément leur avaient appris à maîtriser le sort de rajeunissement afin de ne pas vivre une vie de couple. Seule une femme était autorisée à se marier et avoir des enfants, la chef du clan et responsable du temple…

Les évènements qui allaient suivre ne seraient que plus sombres… Mes parents durent s’enfuir dans les montagnes pour échapper aux Anciens qui étaient redoutables. Là-bas, ils m’élevèrent avec tout l’amour qu’ils pouvaient donner… Pendant dix-huit ans, ils réussirent à échapper au passé… Jusqu’à ce qu’arrive mon anniversaire. Les anciens avaient maudit ma mère qui refusait de continuer de servir pareil cause et donner naissance à un enfant. Si l’aînée des enfants ne comparaissait pas devant les Anciens du temple avant son vingtième anniversaire, la colère de Vulfume s’abattrait sur elle, la réduisant en cendre…

J’allais devoir exercer le même devoir que ma mère… et pourtant, elle refusait que j’aille droit vers la mort. Ils savaient tout deux que de m’envoyer là-bas était pure folie. Hélas, déroger à la règle était encore pire. La dernière fois que je vis ma mère était avant de commencer mon périple qui allait décider de ma destinée. Elle avait tenté de cacher ses larmes, et m’avait souri en guise d’encouragements. Mon père tenta tant bien que mal de contenir sa colère face à un système qui lui répugnait… et me dit au revoir en me serrant dans ses bras…


Citron refit une pause et reprit du lait… Parler de ses souvenirs douloureux étaient difficile…

Trois ans plus tard, après avoir fuit en secret ce culte maléfique lorsque la malédiction fut levée, mes origines paternelles avait pris le dessus sur celles de ma mère. L’élément aqueux avait été mon choix. Voulant en faire part le plus rapidement possible à mes parents, je leur écrivis une missive ainsi que pour leur demander de leur nouvelles, chose que je n’avais pas pu faire jusque là… J’étais de retour dans ma ville…

Pourtant, je n’eus aucune réponse… Au bout de quelques mois, je décidais de rejoindre le lieu de vie de notre famille avant que je ne parte. J’avais 21ans… Quelle ne fût pas ma surprise que ce lieu paisible et chaleureux était en ruine… où mes parents avaient-ils bien pu aller ? Le passé les avait-il rattrapés ? Les Anciens seraient-ils au courant pour le choix que j’avais fait ?

Plein de questions se bousculaient dans ma tête… Je commençais alors à faire des recherches, et ce, pendant plus de deux ans… sans rien trouver. Jusqu'au jour où j’appris qu’ils avaient été faits prisonnier par les Anciens… et envoyés sur le champ de bataille lors de l’invasion des Orcs… Ils n’avaient pas survécu.
Un mélange de rage et de désespoir s’était emparé de moi à l’annonce de cette nouvelle. Ils avaient osé ?! De rage je décidais que j’allais me venger. Il fallait les infiltrer, et ce, pour mieux les détruire… Malgré les recommandations que m’avait faites ma mère, je décidais de me mettre en route vers le temple. Annonçant que je voulais réaliser mon devoir et que j’avais choisi Vulfume, et non Poscillon…

Ils furent méfiants au début, ayant fait mon devoir jusqu’à mes vingt ans là-bas… Mais après plusieurs mises à l’épreuve, ils décidèrent de m’accueillir en ce lieu néfaste. Jubilant intérieurement, ma vengeance allait pouvoir se mettre en place… Depuis ce jour, je ne cesse de trouver un moyen afin de détruire l’organisation de l’intérieur. Mais ce n’est pas chose facile… Il faut également que j’évite d’éveiller les soupçons en restant trop longtemps sous ma forme originelle…

Je t’ai raconté un pan de ma vie, j’espère que tu me croiras…


Après ces dernières paroles, Citron, la mine sombre, se tut.
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:12

Comme Suyvel l’avait pensé, la jeune femme ne tomba pas dans le panneau. Elle rectifia immédiatement les dires de la Drow, qui s’en sentit rassérénée. Au moins un point sur lequel elle était fixée : elle parlait bien à Citron.

Laquelle parut contrariée de ce petit test. Néanmoins, elle fit un effort visible pour lui parler et lui expliquer le pourquoi de la situation. Suyvel se doutait bien que la raison n’en pouvait pas être simple… on ne se transformait pas physiquement de la sorte pour des broutilles.

Faisant silence, elle laissa Citron lui dérouler le fil de l’existence de ses parents et d’elle-même. À la mine tourmentée de l’Aqueuse, elle sut immédiatement qu’elle ne devait pas s’attendre à une paisible histoire d’amour, comme le début aurait pu le lui faire penser. Ce qu’elle allait apprendre serait fatalement entaché de souffrance.

Voyant la difficulté que la jeune femme éprouvait à évoquer ces souvenirs douloureux, Suyvel ne l’interrompit à aucun moment, se gardant de poser la moindre question, même si ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Elle se contenta d’écouter avec attention le récit qui ne manqua pas de tourner au tragique comme elle le pressentait.

Son service forcé auprès du Temple de Vulfume.

Sa fuite et son allégeance à Posicillon.

La mort de ses parents, ou plutôt leur condamnation par les Anciens.

Et les projets cachés de Citron… la vengeance qu’elle ourdissait contre ce Temple.

La raison de sa métamorphose physique, de son rajeunissement subi et non choisi.

Lorsque la jeune femme eut enfin terminé son récit, elle resta silencieuse un long moment, la tête basse, la mine marquée à la fois par la colère et la souffrance. Et ce fut ainsi que Suyvel se retrouva dans une situation très délicate pour elle.

Si, à force de vivre parmi les humains, elle avait appris à reconnaître assez bien leurs sentiments, elle-même ne les ressentait guère. Tout ce qui ressemblait à de la pitié, de l’altruisme et de la compassion était étranger à ceux de sa race. De telles choses n’étaient aux yeux des Drows que signes évidents de faiblesse honteuse, et devaient donc être bannies. Si Suyvel ne partageait pas réellement ce code de valeurs, elle n’en avait pas moins été imprégnée durant toute son enfance.

Son problème était relativement simple mais épineux : elle ne savait comment se comporter dans des moments comme celui-là.

La question lancinante qui s’élevait dans sa tête était la suivante : que ferait une humaine dans une telle situation ? Elle fouillait désespérément dans ses souvenirs, à la recherche d’un évènement comparable, où elle aurait pu observer les réactions d’humains… Et une image lui revint à l’esprit.

Suyvel se leva lentement et vint s’accroupir juste à côté de Citron.

Puis, doucement, gauchement, elle posa sa main sur la sienne. Comme la jeune femme ne lui paraissait pas éberluée par son attitude, elle s’enhardit en pensant que ses actes semblaient convenir aux circonstances. Alors elle prit la main de Citron entre les siennes et la massa délicatement. Elle ne voyait pas bien en quoi cela pouvait soulager les humains, mais elle avait noté que cela semblait fonctionner, au moins un peu.

Après quoi elle se risqua à rompre le silence.

« Bien sûr que je te crois. »

D’abord parce qu’elle voulait l’apaiser un peu, et ensuite parce que c’était la pure vérité. La souffrance de Citron, tout au long du récit, avait été trop évidente, trop profonde pour que tout ceci n’ait été que comédie et mensonges.

« Ce qui est arrivé à tes parents est terrible… Je ne sais pas si ce que je vais te dire pourra te consoler un peu, ça va peut-être même te paraître horrible, mais il y a sans doute pire. »
« Tu as connu tes parents. Tu les aimais et ils t’aimaient. Tu as eu une enfance manifestement heureuse. C’est bien plus que certains n’auront jamais... »


Suyvel hésita. À ce stade, elle ne pourrait pas se contenter d’évoquer des généralités si elle voulait détourner Citron des pensées qui la tourmentaient. Elle allait devoir elle-même exposer des éléments de sa vie, et elle n’en avait pas envie. Mais l’Aqueuse avait trouvé le courage de raconter tout cela… elle ne pouvait pas faire moins. Elle serra les dents puis dit très vite :

« Je n’ai pas connu les miens. »

Une pause, puis :

« Ils sont morts au cours d’une lutte entre deux maisons nobles de Menzoberranzan. J’avais à peine deux ans. Je n’ai aucun souvenir d’eux. »
« Quant à ceux qui m’ont recueillie après… ils n’avaient de parents que le nom. Ils ne se préoccupaient de moi que pour me donner des corvées. Je ne crois pas qu’ils m’aient jamais aimée… Si je suis ici aujourd’hui, c’est que je les ai fuis… eux et tous leurs semblables. Ils sont probablement encore en vie, et je n’en ai cure. Même si j’apprenais qu’ils avaient été assassinés, je ne lèverais sans doute pas le petit doigt pour les venger. »


Lorsque Citron releva la tête pour la regarder, Suyvel se dit que la diversion semblait fonctionner. Elle eut alors envie d’en savoir plus sur ses projets concernant le fameux Temple de Vulfume. Elle s’apprêtait à l’interroger lorsqu’elle fut saisie d’un pressentiment funeste.

Toute vengeance a son prix… le sait-elle ? Est-elle prête à le payer ?

Considérant la jeune femme en silence, elle se décida finalement à la questionner.

« Crois bien que je comprends tout à fait tes désirs de vengeance envers ceux qui t’ont enlevé tes parents. Ce n’est certainement pas moi qui me permettrais de te juger sur un tel projet. Permets-moi tout de même un simple avertissement, dont tu feras ce que tu voudras… »
« Je sais où la colère et la haine peuvent nous mener. À quel point elles peuvent nous changer, nous détourner de ce que nous sommes. Les Elfes noirs, autrefois, étaient une race elfique parmi d’autres, qui vivaient à la surface, dans la lumière. Mais pour des raisons de pouvoir et de vengeance, mes ancêtres ont sombré dans les ténèbres et le mal les plus profonds. Ils ne parlent que de vengeance contre les Elfes de la surface, car la haine leur dévore le cœur. »
« À combattre ceux que l’on considère comme des monstres, on court le risque d’en devenir un soi-même. Même si nos intentions sont parfaitement justifiables. Alors prends garde à toi… ce chemin que tu as choisi pourrait t’entraîner bien plus loin que tu ne le souhaites. Tu pourrais t’y perdre définitivement… »
« Si jamais tu as un doute à ce sujet, écoute une autre voix que celle de ta colère. Prends d’autres conseils. Pense à ce que t’ont enseigné tes parents, par exemple. »


Une maladresse évidente. Suyvel venait de mentionner le sujet de la douleur de Citron mais, à cause de son manque d'empathie, elle ne s’en rendit pas compte. Pire, elle s’y enfonça.

« Si tes parents te voyaient aujourd’hui, s’ils étaient au courant de tes projets, que diraient-ils ? »
« T’encourageraient-ils dans cette voie ? Seraient-ils fiers que tu cherches à les venger ? »
« Ou bien tenteraient-ils de t’en dissuader ? Auraient-ils peur que tu te perdes ? Que ton cœur s’assèche et se vide de l’amour qu’ils t’ont donné ? »


De la part de Suyvel, c’était une vraie question. Elle ne préjugeait nullement de la réponse. Elle entendait juste apprendre si Citron était suffisamment résolue – et endurcie – pour mener cette vendetta personnelle. Elle ne vit donc que bien trop tard qu’elle venait de toucher le point sensible, en plein cœur.

Lorsque les larmes de Citron dévalèrent ses joues.

La jeune femme se recroquevilla sur elle-même, secouée par les sanglots. Puis, de façon inattendue, elle se pencha vers Suyvel… et sa tête vint se poser sur son épaule. L’Elfe noire en fut totalement déboussolée. Et là, qu’était-elle censée faire ? Elle n’en savait rien. Strictement rien. Personne ne s’était jamais réfugié dans ses bras pour y pleurer. Personne n’aurait attendu d’une Drow le moindre réconfort.

Instant de panique.

La seule situation un tant soit peu comparable qui lui revint en mémoire était une jeune mère humaine qui consolait sa fille. Pas vraiment adapté mais elle ne se rappelait de rien de plus pertinent. Elle choisit de faire avec.

Sa main droite vint se poser sur le dos de Citron, pendant que la gauche se dirigeait vers sa nuque. Puis elle se mit à la bercer très lentement. Sa main lui caressait doucement les cheveux. Le plus gênant, comme les larmes de Citron continuaient de couler – en un torrent tumultueux de sanglots amers – elle ignorait si elle s’y prenait convenablement.

Mais elle s’y employait de son mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Sam 21 Jan 2012 - 15:35

L’aqueuse venait de finir la bouteille de lait en fin de récit. Conter ce genre d’histoire funeste et qui plus est, réelle, n’était pas dans ses habitudes… Elle se retint de pleurer, mais eut du mal. A sa grande surprise, la Drow parla un peu de sa vie également, jugeant probablement qu’elle ne pouvait ne rien dire après un récit de cette ampleur… Pourtant, les choses allaient vite tourner au vinaigre quand l’Aéride décida de questionner Citron…

...Si jamais tu as un doute à ce sujet, écoute une autre voix que celle de ta colère. Prends d’autres conseils. Pense à ce que t’ont enseigné tes parents, par exemple.

Bizarrement, la magicienne, ne faisait pas plus attention que cela aux premières paroles de Suyvel. Mais la dernière phrase ne put l’empêcher de briser un peu plus le peu d’émotion qu’elle arrivait encore à contenir en elle depuis le début. Quand la Drow l’assaillit de questions, ce fut le trop-plein. Un mélange de colère et de tristesse s’emparait profondément de l’aqueuse. Elle aurait voulu insulter l’Aéride face à elle, sachant ce qu’elle venait de dire…

A sa grande surprise, ses émotions se traduisirent par des larmes sur les joues… La tristesse étant plus grande que la colère. Tout ce que Citron avait pu endurer jusqu’à présent, elle ne l’avait jamais raconté. Elle avait toujours opéré de cette façon… jusqu’à aujourd’hui. La Drow était la première personne à être au courant. La magicienne ne sut pas tout de suite pourquoi elle lui en avait parlé d’ailleurs, elle n’avait pas été obligée de tout lui raconter, et aurait pu lui dire les grandes lignes seulement pour satisfaire sa curiosité. Une souffrance inutile aurait pu être épargnée de la sorte.

Pourtant Citron en avait décidé autrement, et elle avait du mal à le comprendre. Les évènements sombres du passé, si elle avait pu tout oublier, recommencer à zéro, elle l’aurait fait. L’aqueuse aurait tellement voulu que ses parents puissent voir où elle en était actuellement… A cette pensée, le peu de larmes qui coulaient se transformèrent en sanglots. Et avant que la magicienne ne le remarque, elle s’était déjà précipitée dans les bras de la seule personne présente dans la pièce. Pourquoi elle ? Citron ne le savait pas… Probablement cherchait-elle un réconfort qu’elle n’avait pas eu depuis bien longtemps. Utopie sans nul doute.

Etonnamment, comme si Suyvel avait pu lire dans les pensées de l’aqueuse, elle la serra contre elle, lui caressant les cheveux tout en essayant de la calmer. Cela eut pour effet de lui rappeler un souvenir bien enfoui dans sa mémoire… quand elle n’était encore qu’une petite fille et qu’elle avait du mal à s’endormir les longues soirées d’hiver. Sa mère la prenait alors dans ses bras, lui caressant les cheveux pour la réconforter, lui disant que le lendemain matin une bonne tasse de lait chaud l’attendrait si elle promettait de rejoindre Morphée sans être effrayée. Et chaque matin elle lui disait alors qu’elle avait été courageuse et lui servait un grand bol de lait chaud avec des biscuits maison.


Maman… Tu me feras un bol de lait chaud demain matin si je dors paisiblement, n’est-ce pas ?

Citron avait alors tourné la tête vers Suyvel, la prenant pour sa mère, de la manière dont elle s’occupait d’elle. Sombrait-elle dans une sorte de folie passagère ? L’aqueuse ne se voyait plus dans la chambre au campement des Etoiles, mais au chalet des Cimes, lors de ses 5 ans… Son regard paraissait vide, le choc venait d’être trop violent, la magicienne ne se souvenait plus de rien, elle était redevenue une petite fille…
Revenir en haut Aller en bas
Suyvel
Drow à deux vents!
Drow à deux vents!
avatar

Nombre de messages : 243
Age : 47
Date d'inscription : 19/03/2011

Feuille de personnage
Classe: J'ai quitté l'école depuis longtemps...
Elément: Air mon cher Watson!
Level: ça veut dire niveau en anglais

MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   Dim 22 Jan 2012 - 1:12

« Maman… Tu me feras un bol de lait chaud demain matin si je dors paisiblement, n’est-ce pas ? »

La phrase de Citron surprit Suyvel, qui se figea. Elle se demanda un instant s’il y avait quelqu’un d’autre dans la pièce mais elle savait que non, tout comme la mère de Citron n’était plus de ce monde. Sans lâcher la jeune femme, elle prit néanmoins un peu de recul afin de voir son visage. Lorsqu’elle croisa son regard absent, cela lui causa un choc. Ainsi que le fait que c’était elle que Citron semblait regarder… Alors c’était bien à elle qu’elle s’était adressée ?

La suite allait confirmer ses craintes. L’Aqueuse vint se blottir contre elle et se pelotonna dans ses bras. Sidérée, Suyvel la laissa faire sans vraiment comprendre. Si c’était une plaisanterie, cela ne la faisait pas rire. Mais les yeux de Citron, perdus dans le vague, lui murmuraient que non. Alors quoi ? Quelqu’un aurait-il lancé un sort sur Citron ? Non, elle était là depuis un moment, elle tenait l’humaine contre elle en plus… elle aurait forcément ressenti quelque chose. Ce fut alors qu’un souvenir de l’académie de magie d’Aéris refit surface. Une réminiscence de ses cours de magicienne, et plus particulièrement d’apprentie guérisseuse.

Si les magiciens étaient formés avant tout à soigner les plaies du corps, ils l’étaient également à panser celles de l’esprit. Un volet de leur compétences qui était bien moins sollicité au quotidien, certes, mais qui leur était néanmoins inculqué. Et ce n’était pas la matière la plus simple du programme, loin de là… Diagnostiquer correctement les chocs mentaux et leurs causes était déjà délicat, les guérir l’était encore davantage. Suyvel, à l’époque, en avait retiré une meilleure connaissance de l’esprit humain et de son fonctionnement, de ses faiblesses… de ses différences avec l’esprit elfe, aussi. Par exemple, la psyché des humains était sujette à de fortes variations liées notamment à leur émotivité naturelle et leur mental en était d’autant fragilisé. L’intellect humain n’appréhendait pas les choses de la même façon que celui des elfes, non plus. Et enfin il fallait prendre en compte l’affinité avec la magie, bien supérieure chez les races elfiques. Tout cela n’avait rien de simple, mais au moins ces cours avaient-ils aidé Suyvel à mieux comprendre les humains.

Etant donné les circonstances et les symptômes de Citron, Suyvel soupçonna un trauma psychique. La tuile. Un sacré pépin, même. (1)

Bon, il faut que j’en aie le cœur net…

La drow voulut naturellement procéder à une investigation magique de l’esprit de la jeune femme. Seulement Citron était plutôt agitée, trop pour que l’Aéride pût accomplir sa tâche. Suyvel lui demanda alors de se tenir tranquille, mais de la part d’une enfant de cinq ans, cela relevait de la chimère ! Elle finit par tenter de la maîtriser, mais cela ne fit qu’empirer les choses. Et il fallait ajouter à ce souci le fait que la gamine avait un corps d’adulte, avec la force physique en rapport… et manifestement elle ne la connaissait pas ! Après que Suyvel eût essuyé quelques baffes involontaires et un ou deux coups de coude, elle comprit, petit a, qu’elle était nulle comme mère, surtout avec les enfants humains et, petit b, qu’elle ne pourrait jamais arriver à réaliser son diagnostic dans ces conditions.

Lorsque la tête de Citron rencontra son nez, elle se dit qu’elle aurait même drôlement intérêt à revoir sa copie.

Elle lança alors un sort d’illusion en espérant distraire ce petit diable. Un petit sort très basique, sans envergure. Elle n’y croyait pas trop. Un sort aussi simple que celui-ci serait à coup sûr déjoué par n’importe quelle magicienne un peu compétente. Il suffirait à Citron de fermer son esprit pour s’en protéger et le sort ne produirait aucun effet. Seulement, ce n’était plus une magicienne qu’elle tenait dans ses bras, mais une enfant de cinq ans… Au lieu de chercher à se protéger, elle fixa du regard la féerie lumineuse qui naissait devant elle. Des points de lumière, aux couleurs chatoyantes et variées, qui naissaient et voletaient sous ses yeux d’enfant émerveillée. Ravie, subjuguée, elle se calma enfin et s’installa tranquillement dans les bras de la drow.

Suyvel commença par lui caresser les cheveux, puis lorsqu’elle fut sûre que l’enfant était complètement absorbée par la vision, elle immobilisa sa main au sommet de son crâne avant de prononcer une brève incantation. Un sort d’intrusion psychique, utile pour explorer l’esprit dont on voulait faire le diagnostic. Cela prit du temps à Suyvel mais heureusement Citron était trop fascinée pour bouger et interrompre sa tentative. C’était long car la conscience de l’Aqueuse était incohérente, comme chamboulée, et la drow avait du mal à s’y retrouver. De plus, elle repéra les traces résiduelles d’un sort manifestement très souvent utilisé et qui avait des répercussions sur le mental de l’humaine… peut-être le fameux sort de jouvence dont elle était contrainte d’user ? Toujours était-il qu’elle se trouvait en face d’un esprit qui avait fortement régressé, jusqu’à la petite enfance. Un esprit qui avait occulté tout ce qui avait pu lui arriver depuis. Avec tout ce qu’elle avait enduré, le mental de Citron avait certainement fini par s’affaiblir, et les vives émotions du jour avaient achevé le travail de sape. Sous la conjonction de ces divers facteurs, son esprit s’était brisé. Et – ce qui était le plus inquiétant – elle ne voyait pas trace de la personnalité adulte de Citron.

Comment vais-je bien pouvoir la soigner… ?

C’était la question qui tournait dans sa tête alors que Suyvel mettait fin à son investigation psychique. Si elle ne trouvait pas la Citron adulte, comment la faire ressurgir ? D’après ce qu’elle avait appris durant sa formation, sa personnalité adulte devait toujours exister. Mais elle semblait s’être volatilisée. Comment était-ce possible ?

Le sort !!!

L’idée lui était venue d’un coup, comme une évidence. Le sort de jouvence… elle avait remarqué qu’il avait un impact sur la personnalité de Citron. Du coup, il pouvait être responsable de sa présente disparition. Si c’était bien cela, alors Suyvel ne retrouverait pas la Citron adulte quelque part dans sa tête… mais sur le plan astral. Probablement, du moins.

Dans les arts occultes, l’esprit est également dénommé corps astral… car il provient du plan astral, un univers purement spirituel où aucun être de chair et de sang n’a sa place. En revanche, un esprit désincarné pouvait aisément y subsister. La magie pouvait altérer les barrières entre les mondes, notamment le plan matériel – le monde physique que chacun connaît – et le plan astral. C’était là que la magicienne espérait retrouver Citron.

Suyvel se concentra pour réaliser une projection astrale. Elle ne l’avait pas effectuée depuis un certain temps, mais son dédoublement s’opéra presque naturellement, sans grand effort. Son moi physique restait sur le plan matériel, à veiller Citron, pendant que son moi astral s’élevait et franchissait les barrières entre les mondes, jusqu’aux limbes. Les deux avaient leur autonomie propre. L’avantage des invocatrices bien formées.

S’agissant d’un monde purement spirituel, décrire le plan astral constituait un défi permanent aux mots. Y circuler était comme marcher non pas sous la voûte céleste… mais dedans. De la lumière, des sons, des odeurs, des voix – rien que de l’intangible. Des formes évoquant des nuages de gaz, des étoiles, des nébuleuses, des galaxies… le tout empreint d’une certaine beauté mais vaguement inquiétant pour qui découvrait ce monde si particulier.

Une fois arrivée à destination, la forme astrale de Suyvel se mit en quête de retrouver Citron, si elle était bien là. Un travail de recherche qui aurait pu être difficile et extrêmement long, si la magicienne ne connaissait pas l’aura de l’Aqueuse. Elle usa de sa capacité à détecter la magie et, très vite, elle crut ressentir celle qu’elle cherchait. Dès lors, elle put s’orienter sans problème, et arriva très vite devant un esprit humain.

Une jeune femme. Une magicienne de surcroît. Citron.

Elle était là, sous une forme évanescente, dont seuls les contours et les traits apparaissaient en lignes faiblement lumineuses. Inerte. Impassible. Mais c’était elle, il n’y avait pas de doute. Suyvel établit le contact psychique pour communiquer avec l’esprit.

« Citron ? »
« Citron ! C’est moi, c’est Suyvel. Je t’ai retrouvée. Apparemment, ton sort de jouvence a fini par avoir des effets imprévus sur ton esprit. Il faut que tu reviennes sur le plan matériel. Viens, je vais te guider. »


Citron ne bougea pas. Elle ne réagit même pas.

« Citron ? Il faut partir d’ici !
- Partir… ? »

Enfin une réponse. Suyvel se détendit. Elle avait craint un instant que la communication ne fonctionne pas entre elles.

« Oui, Citron. Viens, on rentre.
- Mais je suis rentrée. C’est ici qu’est ma place. »

Interloquée, la drow resta à contempler le néant que Citron lui désignait. Que voulait-elle dire ? Prise d’un soudain soupçon, Suyvel intensifia sa communication avec l’esprit de l’Aqueuse, de manière à ce qu’elle puisse voir ce qu’elle percevait.

Et elle découvrit des murs. Une pièce dans une maison, un chalet, lui sembla-t-il. Et elles n’étaient pas seules. Deux autres personnes se tenaient là. L’une était assise à une table, tout comme Citron, pendant que l’autre préparait… des crêpes. Suyvel en resta médusée. Puis elle remarqua une ressemblance assez frappante entre ces deux inconnus et l’Aqueuse. Prise d’un horrible pressentiment, elle voulut presser l’esprit de la jeune femme.

« Citron ! Il ne faut pas rester ici. Tu vois tes parents, n’est-ce pas ? Mais ils sont morts… Ils ne sont pas là !
- C’est fini, je les ai retrouvés. Tout va bien maintenant. Et plus jamais je ne les quitterai. Je vais enfin être heureuse. Dis, tu veux une crêpe ? Maman les réussit si bien, il faut que tu les goûtes… »

À la limite de la panique, Suyvel considérait avec impuissance le piège dans lequel était tombé Citron. Un piège qu’elle s’était tendu à elle-même. Citron avait longtemps souffert de la perte de ses parents, trop longtemps. Alors son esprit avait finalement abdiqué. Renoncé à se battre. Fui toute cette souffrance. Et il avait recréé un environnement propice pour se protéger. Un petit monde clos, étriqué, surgi de son passé, dans lequel il ne pouvait plus rien lui arriver de fâcheux. Ici, sur le monde astral, les illusions pouvaient prendre une certaine réalité, ce qui rendait ce piège encore plus pernicieux. L’esprit humain avait cette faculté étonnante de créer des barreaux derrière lesquels s’enfermer.
Le pire est que Suyvel n’avait aucun moyen de forcer Citron à quitter ce monde si elle ne le désirait pas.

Par tous les démons, je ne peux tout de même pas l’abandonner dans ce mirage ! Dans cette folie !

Il lui fallait trouver quelque chose, oui, un levier qui lui permettrait de mouvoir Citron. Une motivation qui la forcerait à se bouger, à partir d’ici. À abandonner cet état d’aliénation mentale.

« Citron, ce ne sont pas tes parents ! Regarde-les, ils ont la trentaine, et toi tu as vingt-cinq ans ! Ce sont juste des souvenirs, Citron, rien d’autre. Tes parents ne sont pas là. Il faudrait –

Elle s’interrompit lorsqu’une intuition lui traversa l’esprit. Sans prendre le temps d’y réfléchir, elle tenta cette ultime chance… une proposition qui l’engageait bien plus qu’elle ne l’aurait souhaité. Mais elle était trop désespérée pour y prêter attention sur le coup.

« Dis-moi, Citron, voudrais-tu revoir tes parents ? Je veux dire, tes vrais parents ? Je peux t’y aider… mais pour cela, il faut que tu viennes avec moi. »

_____________________________
(1) Et un pépin pour Citron, un ! ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Secrets pro-fessionnels - Acte 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Secrets pro-fessionnels - Acte 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secrets pro-fessionnels - Acte 2
» Demande d'un acte de décès
» [Film] STAR WARS: Secrets of the Rebellion.
» Contre acte
» Les niveaux secrets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Salle de réceptions-
Sauter vers: