Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 frenchouf à un trou noir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
frenchouf
Illuminé des Etoiles
Illuminé des Etoiles
avatar

Nombre de messages : 1220
Age : 35
Localisation : au sud d'une capitale
Date d'inscription : 18/10/2012

Feuille de personnage
Classe: troufion de bas étage
Elément: verdâtre
Level: 86

MessageSujet: frenchouf à un trou noir...   Ven 11 Jan 2013 - 21:32

Bon, il va bien falloir que je vous expose mon problème.

J'ai commencer par atterrir dans un désert emplis de robots qui m'ont envoyé baladé vers un fermier fumiste qui ne pensait qu'à me présenter sa femme. Jusque la tout ce passais bien; ce bougre de fermier fermais les volets sur les coups de vingt heures et sa dame me fournissais avec des herbes, soit disant médicinales, qui me faisait me coucher qu'au petit matin. La ou le bas blesse, c'est qu'après m'être ragaillardi par une nuit sans sommeil, je me décidais à improviser une petite balade les pieds dans un sable ni chaud ni froid. Tout ceci, seulement pour me retrouver nez à nez avec un vieux poivrot avachi au sol qui me demanda de façon inextricable une demande fortuite:
-mon gars, il va te falloir me filer une rasée de cactées édulcorés!
-Ah ça! Rien de compliqué, répondis-je. Mais il faut savoir pourquoi je te la devrais?
-un vieux pendentif reflétant un "W" ça te dis?
-"élémentaire mon cher Watson" dis-je de façon aussi sobre qu'un aveugle qui broie du noir. Je te le prend mais laisse moi le temps d'organiser la macération des ingrédients chère à ta mixture.

Bon, après avoir passé plus de temps à essayer d'enlever le poil que j'avais dans la main plutôt que de m’accommoder à éviter chaque épine de chaque cactus pour récolter deux gouttes d'eau, je revint vers l'autre avec une fioline de flotte de couleur somme toute assez verdâtre.

-voilà pour toi vieux soûlot! à ton bon coeur!
-ah enfin et du non-pétillant qui plus est! tu veux que je te dise, quand un breuvage est plat, c'est beau.
-quel humour...dis-je d'un air plus que blasé, en pensant qu'il va quand même bien falloir que je trace ma route, moi.
-tiens, prends donc ce qui t'es dû, tu l'as amplement mérité! et à la revoyure!
-Sans doute, répondis-je en attrapant au vol un morceau de bois accroché à une cordelette de lin. A une prochaine.

Un pendentif en forme de W mon oeil, ce qu'il m'as donné ressemble plus à un M qu'à autre chose. Mais bon, on ne va pas chipoter pour si peu, surtout que le bonhomme avait la tête à l'envers.
Puis, au gré de ma balade, et alors que la nuit tombais, je me retrouvais nez à nez avec l'entrée d'une grotte éclairée par je ne sais quel procédé lumineux mais en tout les cas très limité, car la faible lueur qu'il dégageait me donnais l'idée d'allumer une torche. Une fois passé moult tentatives à gratter des allumettes, la lumière fut! et là, comme si je n'en avais pas déjà vu des mille et des cent, je me retrouve face à une vieille sorcière et à un magicien obèse.
je vous épargne la rencontre avec la grincheuse devant sa marmite, c'est l'histoire du serpent qui se mange la queue. et dire qu'elle ne m'a prévenu qu'après de quoi sa popotte était faite!

-Argh...

On en arrive à l'autre ventru, qui tentais par tous les moyens de ranimer un feu quasi à l'agonie, il faut dire. en me voyant arrivé avec ma torche toute flamboyante, ses yeux se ravivèrent d'un trait.

-Salutation jeune homme! me dit-il d'une voix somme toute normal. Si tu acceptes de me donner ce que tu as dans la main, je te propose en échange un voyage vers la destination de ton choix.

"La, je ne comprend plus rien, je suis face un vieux fou qui s'improvise employé d'une agence de voyage contre une flamme qui s'évanouie à petit feu." Sans m'enflammer, j'acceptais sa proposition et lui tendis d'une seule traite mon bâton rougissant.

-je ne te parle pas de ça! hurlât-il. ce qu'il me faut, c'est le morceau de bois en forme de W que tu as dans ton autre patte.

-ah! ça! tiens, je te le donne avec plaisir, dis-je d'un air réfractaire. (personne ne voit que c'est un M? Ils sont quand même mal lunés dans ce coin...)

-Merci mon brave, me dit-il en jetant le M, ou plutôt le W, dans le feu ce qui eut pour conséquence de raviver un tantinet soit peu les quelques braises qui gambadaient au milieu d'une rosace de cailloux.

-Mais c'est tout à ton honneur, puis-avoir un de tes fascicules que je puisse choir mon prochain voyage, me lançais-je?

-Bien entendu, suis moi donc dans les bas-fonds mystiques de cette grotte anamorphique.

La, il commençait sévèrement à m'exaspérer! mais à quoi bon. Arrivés ne sais-je combien de mètres plus bas, il me présentas quatre parchemins avec autant de destinations. Perplexe, j'approfondissais un peu plus mes recherches sur l'étendue de ces caractères écrits en pattes d'oies hermaphrodites:
"Ignis", on laisse tomber. il fait déjà assez chaud ici pour que je me retrouve au fin fond d'un cratère. C'est sur que je ne brûle pas d'impatience d'y aller.
"Aqua", des palmiers, la plage, pourquoi pas! Mais manger de la pouiscaille tous les jours, c'est pas ma tasse de thé. bref, c'est un projet qui tombe à l'eau.
"Aeris", je sais pas trop. si je dis coucou, on risque de me voler dans les plumes. en plus de cela, je suis déjà assez tête en l'air.
Je me décidais donc d'opter pour les forêts resplendissantes de "Terra". D'un coté, ombragées s'il fait trop chaud, de l'autre emplies de brindilles pour le feu lorsque la brise commence à souffler sur cette plaine de verdure comblée de fruits des bois et regorgeant d'une faune à faire pâlir les meilleurs cuisiniers de gibiers de cette plaine désertique. Enfin, entre les potions de la sorcières, la liqueur de l'autre tâche, ce fermier qui c'est rien faire pousser et des robots dont je doute qu'ils aient une once d'estomac, je doute que quelqu'un ici ait une seule fois pensé à compenser la panse de chacun de manière honnête.
Après m'être égaré dans mes rêves une dizaine de secondes je me retournais vers ce cher magicien et lui adressais ces quelques vers:

-Terra, ça me branche.

Sans dire mot, il me désignait une énorme pierre de jade en me souhaitant de revenir le plus vite possible avec quelques fagots de bois pour son feu. Je m'approchais de la caillasse verdoyante, la torche tombais de ma main, j'étais au milieu des bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frenchouf
Illuminé des Etoiles
Illuminé des Etoiles
avatar

Nombre de messages : 1220
Age : 35
Localisation : au sud d'une capitale
Date d'inscription : 18/10/2012

Feuille de personnage
Classe: troufion de bas étage
Elément: verdâtre
Level: 86

MessageSujet: Re: frenchouf à un trou noir...   Dim 13 Jan 2013 - 22:06

-Alors c'est ça Terra!? j'ai du me faire avoir par le prospectus, moi!

Et moi qui ne comprenais pas pourquoi ce magicien à la limite de l'amateurisme m'avais refourgué une vielle armure, un casque ainsi qu'une tunique verdâtre sponsorisée par une tribu sectaire nommé les "Saint-T". Mais à force d'avancer, les pieds dans une boue visqueuse, voila que je ne sais quelles bestioles me balançaient des bouts de branches et tout autres choses qui leurs tombaient sous la patte. La, toute l'utilité du matériel acquis me faisait comprendre qu'il fallait que je quitte le plus vite possible de ce trou à rat pour retrouver mon petit désert confortable.
J'arrivais finalement dans une vieille bourgade qui n'avait rien envier au chemin que je viens d'arpenter. Je m'étonnais du nombre de personnes qui pouvaient habiter ici, en pensant qu'elles devaient avoir une dégénération du cervelet. Heureusement, après avoir dépensé tous les sous que je possédais à blâmer mon triste sort devant une aubergiste taillée comme une planche de bois et aussi bavarde qu'un pot de rillettes dont on aurait enlevé de manière ingrate tout le saindoux; je me décidais à parler avec les autochtones.

L'erreur que j'avais faite. Alors qu'une petite mamie me demanda d'aller voir son frère à la maison de retraite pour qu'il me fasse une liste de course aussi inutile que courte qu'elle allait servir à nourrir sa frangine; Une petite minette aguicheuse s'extasia lorsque j'écrasait du bout du pied des scarabées dénudés de leur carapaces et m'envoya balader, au premier rictus vicelard de ma part, vers sa cadette (je suis sur qu'il sont tous frère et soeur dans cette contrée) qui se fit une joie toute belliqueuse de me montrer comment une ménagère peut éradiquer une nuée de moustiques avec une simple tapette; me sentant vexé, je pris la poudre d'escampette pour fournir un vieux cocaïnomane tout tremblotant avec la spécialité de la droguerie du coin; un petit roublard m'envoya au charbon pour aller mettre en place une flopée de pièges que je refermais aussitôt sur mes membres devenus presque que tous disloqués; je me décidais à prendre une chambrée.

Après quelques jours à me remettre de mes balafres devant la remplaçante de l'aubergiste, qui étais également plate comme une planche et qui ressemblais comme deux gouttes d'eau au frère du banquier avec qui j'ai du expliquer le pourquoi du comment de la profondeur de mon porte-monnaie, un jeune moustachu me pris à partis.

-J'ai entendu ta complainte pour retrouver ton petit morceau de désert. et je sais exactement se que tu dois faire pour ça.
-A la bonne heure! dis-je en pensant sérieusement qu'il devait s'agir du père des deux soeurs entomophobes.
-Mais pour cela, il va falloir que tu tues le loup au fin fond de la forêt. Après cela je te dirais ou se trouve l'entrée du désert.
-Ca me vas dis-je d'un air sur-blasé. On est parti pour jouer au petit chaperon rouge...
-Pourquoi rouge? me demanda t-il d'un air hagard. Tu es daltonien?
-C'est ça. Répondis-je avant de le quitter vert de rage.

Sur le coup, je risquais de voir rouge.
Me voici donc devant le canidé pris dans un des pièges dans lequel j'avais décidé de ne pas m'aventurer. je m'empressais de mettre un terme à l'agonie de cette pauvre bête qui devait être coincée la depuis un bail et m'empressais de ramener sa dépèce devant l'autre bonhomme. Sur le chemin, je dû tailler des bûches afin de faire un feu pour le neveu d'un des frères du mari de la remplaçante de l'aubergiste; peu être son fils d'ailleurs, il faudrait que je lui pose la question.
Je ramenais la bête devant les yeux écarquillés de mon commandeur qui m'offrit avec grâce et volupté le chemin qui mènera à mon petit coin de paradis.

-Va voir le maire du village, c'est lui qui à la clé me dit-il normalement.

Après lui avoir mis une rouste et lui chouravant son pendentif, je m'empressais de partir à l'assaut de la mairie. Celle-ci fermant ses portes à seize heures, il me fallu malheureusement attendre le lendemain pour entrer. Le maire m'offris un champs d'honneur digne d'une poule dans un monde de renards. Soit, il me montra l'emplacement du tronc d'arbre par lequel je devait entrer pour ensuite longer un tunnel qui m'amènerait directement à ma plaine désertique! "Kiar Mar" m'a t-il dit que ce reg s'appelait.

je m'y aventurais toutes joies contenues pour sentir le sable chauds sous mes pattes boueuses. au bout d'un interminable voyage d'une étroitesse plus que discutable je voyais enfin la fin de la pénombre par un simple rai de lumière traversant une écorce écorchée. Je passais ma première jambe quand mon pied toucha le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8389
Age : 32
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: frenchouf à un trou noir...   Lun 14 Jan 2013 - 14:53

La nuit était claire et froide sur le campement. Les quelques lampées de cognac que je venais de m'envoyer (une centaine environ) tentaient désespérément de me réchauffer.

La lune me gratifiait de son plus beau sourire tant le ciel était clair. Je sortais de ma poche un vieux thermomètre fabrication maison qui contenait un gramme de mercure pour 50cl de Berger (Blanc le Berger). -8 !!! -8 et je traîne sur mon arbre alors que la chambre royale, coquette et douillette me tendait les bras à quelques mètres de là.

Boarf, à quoi bon pensais-je...Il a dit qu'il passerait et je pense qu'il viendra puis je suis bien sur mon arbre je suis un rôdeur après tout...Bon un Roy avant tout maintenant mais bon, autant m'habituer tout de suite aux arbres, il suffit de voir comment a fini l'ancien Roy...

J'agitais les jambes perché sur ma branche afin de tenter de me réchauffer. Je guettais l'entrée, le guerrier avait dit qu'il viendrait, restait à savoir quand, j'aurais dû lui passer une boussole....

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frenchouf
Illuminé des Etoiles
Illuminé des Etoiles
avatar

Nombre de messages : 1220
Age : 35
Localisation : au sud d'une capitale
Date d'inscription : 18/10/2012

Feuille de personnage
Classe: troufion de bas étage
Elément: verdâtre
Level: 86

MessageSujet: Re: frenchouf à un trou noir...   Lun 21 Jan 2013 - 19:16

Bon, là c’en est trop! j'ai bien l'impression qu'il y a un maximum de foutage de trombine dans cette bourgade pourrie. Ce qui me fait penser que j'aurais deux mots à dire au maire si j'arrive à sortir d'ici.

C'est vrai que j'ai omis de vous dire que je suis tombé sur une boisée encore pire que la bourgade de laquelle je venais de quitter.
En pensant atterrir sur ma chère et tendre terre de sable, me voici au milieu d'un charabia de végétation remplis de nains masqués se battant entre eux pour les yeux doux d'une princesse qui a elle même préféré m'échanger son anneau royale contre une épée afin de faire cesser tout ce chahut lilliputien.
enfin, princesse, c'est vite dit. elle avait tout en commun avec les autochtones indigènes locaux, excepté qu'elle était de taille somme toute normale. et encore.

Las de tout ce tintouin, je m’éclipsais ni vu ni connu, en chouravant au passage un petit bout de liane enroulé sur lui même sur un mini-cadavre que la belle avait laissé derrière elle, pour continuer mon petite bonhomme de chemin vers les lumières peu reluisantes d'une auberge aussi chatoyante que l'orifice de l'arbre par lequel j'ai du passer pour arriver ici.

-C'est complet. revenez demain.

Bon, la je vais vraiment sortir de mes gonds. et moi qui croyais avoir vu le pire sur Terra en terme de population dégénérative.

-Comment ça complet? dis-je d'un air meurtri. Il n'y a personne par ici à ce que mes yeux dise.

-On t'as pas dit mon gars, c'est le jour des luttes arc-en-ciel! me répondit-elle en se gaussant, d'Ignis à Aqua, en passant par Terra et Aéris, tout le monde vient s'affronter dans notre contrée. Et eux on été assez intelligent pour réserver.

-C'est ça, c'est ça, marmonnais-je. Je m'en vais trouver un autre coin pour la nuit.

-Tu l'as dis mon gars! Regarde le nom de l'auberge en sortant!

"Il doit bien y avoir un coin peinard quelque part d'autre" pensais-je en quittant piteusement l'auberge à la belle étoile.
Finalement, la nuit tombée, alors que je venais de finir de ramasser quelques brindilles pour allumer un feu en sachant pertinemment que je ne possédais pas d'allumettes, un diablotin et un vampire vinrent me saluer à tour de rôle pour m'expliquer qu'en échange de menus services, il m'indiqueront le chemin le plus court vers deux silex de tailles concordantes avec le talus de bois qui frigorisait devant moi.
Le Dracula de bas étage me demandais de lui trouver un brin de sang qui ne se trouve que sur des squelettes enterrés depuis des décennies autour d'un arbre dont le lutin diabolique voulait que je mette la tête dans l'encornure de ses écorces.
"A la bonne heure" dis-je. je prenais le risque d'enfourner un pygmée nain dans le tronc d'arbre afin d'en extraire un nid de ronces qui me permettais ainsi de lui usurper quelques gouttes sanguines. Il est vrai que je n'avais vraiment pas envie de creuser à cette heure-ci.
Revenant vers les deux larrons aussi désinvolte l'un que l'autre, j'apportais une fioline de liquide pourpre à l'un; qui m'indiquait dès lors le chemin vers une païenne à peine avérée; et à l'autre une torgnole qui lui faisait me dire qu'il fallait que j'aille voir au même endroit de ce que m'avait indiqué le premier mais pour y discutayer avec la soeur de ladite semi-ensorceleuse polythéiste.

Après de brefs adieux, j'arrivais devant un cabanon, ma fois, assez ragoutant pour me retrouver devant les deux consoeurs qui en avaient une troisième.

-Bonsoir mesdames, dis-je, je suis à la recherche de deux silex dont on m'a dit que vous étiez en possession.

-Sans doutes, me lancèrent-elles d'une traite dans un ton philharmonique plus que bien rodé.

-On te les donnes volontiers, commençait la première mais il vas falloir que tu potasses un peu en échange.

-En effet, embraya la deuxième, demain on a besoin de quelqu'un pour battre à un QCM la grosse tête du village.

-On te donne les pierres,terminait la troisième, mais il te faudra apprendre à la lettre ce livre sur Melthar Zorac. Les questions porterons dessus.

-Pas de soucis, je suis votre homme! criais-je, en pensant que lire ce bout de parchemin qu'elles me tendais ne me prendrait pas plus longtemps le temps qu'il me faut pour revenir à mon petit tas de fagots.

-C'est parfait! me disent-elles conjointement, toujours sur un même ton uniforme. A demain, dès l'aube dans ce cas.

-A demain mesdames, leur retournais-je d'un air satisfait.

Mal m'en à pris, le parchemin qu'elles me tendaient n'était autre que le sommaire de l'énorme pavé que je me trimbalais, avec déconvenance, sous le bras. Tout en ruminant en mon for intérieur, je parvenais à octroyer à mes deux cailloux une étincelle qui allais finalement ne rien produire puisque c'est à ce moment qu'un individu avec une chemise jaune marquée d'un "submarine" dans la partie dorsale enflammais mon tas de bois avec sa torche avant de repartir en me saluant de façon virevolte.
Devant ce feu éclatant, qui, je penses, ferait mourir de jalousie tout habitant d'Ignis, je commençais ma lecture fastidieuse de Zalther Marec, ou un truc du genre. Et la ou le bas blesse, c'est que cette région est passionnante, toute ensablée fut-elle! Mais, vu la fatigue passagère arrivant, un éclair presque génital m'arrivait. je jetais les quelques lianes restantes au fond de ma poche pour rassasier les braises et faisait fondre ensuite l'anneau duement refourguer pour me scarifier le bras d'antisèches de ce fardeau de livre.

Le lendemain venu, je battais à plat de couture ce besogneux de grosse tête du village devant une kyrielle de gens qui me déifiait pour finalement m'offrir un billet pour la destination de mes rêves! j'explosais de plaisir avant d'indiquer fièrement ma prochaine destination.

-Un aller pour Terra!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frenchouf
Illuminé des Etoiles
Illuminé des Etoiles
avatar

Nombre de messages : 1220
Age : 35
Localisation : au sud d'une capitale
Date d'inscription : 18/10/2012

Feuille de personnage
Classe: troufion de bas étage
Elément: verdâtre
Level: 86

MessageSujet: Re: frenchouf à un trou noir...   Lun 21 Jan 2013 - 19:18

De retour sur cette moisissure verdâtre que l'on nomme Terra, je me précipitais illico vers ce cher monsieur le maire, histoire de lui tirer les oreilles et de m'indiquer prestement le chemin le plus court vers Talzac Meror, ce qu'il m'indiquait fièrement en me tendant un laissé-passer à présenter à un garde quelconque devant une porte de prison quelconque. Je lui soutirais le contenu de son coffre au passage que je considérais comme une juste compensation.
La porte une fois franchie, je dû me coltiner un véritable périple digne des meilleurs épopées inscrites sur mon avant-bras.

-Enfin! dis-je, d'un ton monocorde.

Je me retrouvais enfin dans le plus paradisiaque des endroits infernaux. Je me mis à vagabonder de façon aléatoire à travers chaque grain de sable en me gouleyant d'eau de cactées qui, malgré sa couleur orangée, rassasierais les palais les plus délabrés et en pensant, à juste titre, qu'il devait normalement y avoir, d'après les mots extirper de la bouche du maire de Terra, une cité par delà ces zones désertiques.
Mais à quoi bon, il faisait une température adéquate pour entremettre un roupillon digne des meilleurs méritants au titre de fainéant exténué. Je me mettais à m'effondrer convenablement entre deux mottes de sable ingénieusement créées pour permettre une position éventaillée des doigts de pieds quand soudain:

-hé! jeune guerrier! Comment allez-vous?

-Erghhh... dis-je de manière extrêmement lucide. T'es qui toi?

-Désolé de te désorienter de tes tâches quotidiennes fastidieuses, je m'appelle Malicius.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: frenchouf à un trou noir...   

Revenir en haut Aller en bas
 
frenchouf à un trou noir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le trou noir de l'enfer
» Simulation Trou noir ! [11/09 -> 18/09]
» Consoles de salon : le trou noir depuis 2006
» Un trou noir dans Super Smash Bros Melee
» THE BLACK HOLE / Le trou noir (MEGO) 1980

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs :: Postuler au clan :: Postuler à TDE-
Sauter vers: