Constellations - TdE


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 suivre la voix sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: suivre la voix sombre   Sam 27 Sep 2014 - 23:32

Marcher à travers une forêt aussi dense n'est pas de tout repos, mes membres fourbus par la fatigue me l'ont longtemps fait savoir. Je me suis donc coupé de toutes sensations, et ma conscience est entièrement focalisée sur ma marche. Je suis le discret chemin que l'on m'a indiqué. ça semblait facile dans ses dires, mais la réalité était tout autre. Les bruits de la faune et de la flore ne m'atteignent plus depuis quelques jours. Pas plus que les branches qui fouettent mon visage ou les moustiques qui ont pris le parti de festoyer à mes dépends.

Marcher, mettre un pied devant l'autre, faire que chaque pas me rapproche de mon objectif. Car il me veut là-bas, elle a un rôle a jouer.

Enfin, je sens cette aura de magie surnaturelle. Sans nul doute j'approche de sa demeure. Je m'arrête le temps de faire le nécessaire pour masquer ma présence. Je ne pourrais pas m'attarder, il finiront par me sentir, mais cela devrait me laisser le temps de jeter un œil.

-Elle est charmante, t'aurais t'elle fait tourner la tête?
-Elle est gentille... ça m'étonne autant que toi. Mais tu sais très bien que ce n'est pas pour la bagatelle que je vais la bas.
-Oui mais tu ne dirais pas non
-Pervers.... Il me veut la bas
-Et pourquoi te veut-il là-bas ?
-Je ne sais pas, mais je le découvrirais. J'espère bien y découvrir quelques choses.
-Pauvre fou, tu lui as prêté l'oreille et voit ou cela ta mené... Ou cela m'a mené.
-A 6 pieds sous terre... Et je ne considère pas ça comme une erreur compte tenu des progrès que j'ai réalisé.
-Progrès ??? Tu m'en diras temps...
-J'en sais plus que tu n'as jamais su vieux singe. Et je suis plus près du but que tu ne l’as jamais été.
-Humm si tu l'atteins, qui veut aller loin ménage sa ...
-Tais-toi maintenant, je n'ai pas besoin de tes leçons de morale...
-Alors occupes toi de ce fauve
-Quel fa...

Brusque retour à la réalité, ma vision se brouille. Douleurs... Chacun de mes muscles demandent à s'arrêter. Douleurs dans le poignet gauche. Ma tête est assaillie par le tumulte de la forêt, par des odeurs puissantes. Ma vision se rétablie juste à temps pour voir un fauve gigantesque qui me regarde en grognant. La bête est en train de manger. J'ai dut entrer dans son territoire pendant que l'animal dévorait une proie....

Je réalise soudain que c'est ma main que le fauve est en train de manger, et que je suis la proie. Vu la taille de la bête l'encas ne lui suffira pas. Je n'avais vraiment pas besoin de ce contre temps. Une légère méditation appuyé d'un mantra pyrique soigneusement choisit me permet de stopper l'hémorragie et de faire taire la douleur.

Le fauve semble me jauger, j'attends. J'attends qu'il se décide de passer à l'attaque en espérant qu'il fasse vite, j'ai hâtes d'atteindre ma destination. Malheureusement la fatigue et la douleur vont me contraindre à prendre du repos. Misère si prêt de l'arrivé…

Le fauve, après avoir englouti ma main pendant ce qui m'a semblé être une éternité passée à l'observer gouter ma chair, se décide enfin à fondre sur le reste de son festin. Un sourire fend mon visage, lorsque d'un simple mot franchissant mes lèvres, le prédateur devient proie…

Le fauve atterrit à quelques centimètres de moi, terrassé.
-La mort est un spectacle si instructif.
-Un spectacle morbide et inconvenant tu veux dire.
-Tu es bien placé pour savoir de quoi je parle.
-Oui ta trahison m'a laissé une plaie béante dans le cœur mon enfant.
-De suite les grands mots. Tu es bien placé désormais pour juger que l'élève a dépassé le maître.
-Que tu crois, j'ai encore bien des choses à t'apprendre.
-si j'avais connu le prix, crois bien que j'aurais fait différemment...



Ma dague transperce le cuir épais du fauve et sa lame effilée ouvre son abdomen. L'aruspice est un art aussi précis et délicat qu'instructif. Ma main gauche me fait défaut, mais ce problème est déjà en train de se résoudre de lui-même dans une douleur sourde.
Les entrailles de la bête, une fois étalées au sol, exhalent une odeur douce et apaisante. Mon visage habituellement impassible et mon flegme sont soudain mis à rude épreuve par ce que je lis...
Je vais avoir de la visite, avec tout ce boucan, je dois rebrousser chemin. Certains suivront ma piste. Elle saura ou me trouver. Je dois me rendre chez les elfes...

Un bref coup dans l'estomac et les sucs gastrique de la bête auront tôt fait d'effacer les informations. Bien que rare soient ceux capables de lire entre les lignes, on est jamais trop prudent. Alors que le contenu de son estomac se repend au sol, j'observe mon gant gauche dévaler la pente des entrailles. Je ramasse ce dernier et le nettoie, le débarrassant des restes de chaires et d'os brisés qu'il contient. Bien qu'il soit désormais troué et que le cuir ai été consciencieusement mâché, il me sera bientôt de nouveau utile.

Je sors une plume turquoise et une clef en bois à la penne torsadée. Je prélève un copieux morceau sur le fauve et nourrit mon corps de chair fraiche afin d'accélérer ma guérison. Le gout de la viande crut est infecte mais nécessaire si je veux atteindre son refuge dans les meilleures conditions. Je fais passer le gout du sang à l'aide de quelques délicieuses graines extirpées d’une bourse. Je range la plume et la clef et rebrousse chemin après avoir jeté un œil a sa demeure. J'espère que les elfes me laisseront passer jusqu'au refuge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8331
Age : 32
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Mer 1 Oct 2014 - 10:16

[HRP] Attends-tu quelqu'un en particulier ou pouvons nous participer librement à ton RP? [/HRP]

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Mer 1 Oct 2014 - 20:42

(HRP : le RP s'adresse en partie a quelqu'un, mais il est ouvert à tous bien évidemment ^^ J'attends pas de réponse en particulier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
Sa Majesté Etoilée
avatar

Nombre de messages : 8331
Age : 32
Localisation : Au pays de la Mirabelle....hips!!
Date d'inscription : 08/05/2006

Feuille de personnage
Classe: Oui je l'ai
Elément: Terre
Level: 400

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Ven 3 Oct 2014 - 22:07

[HRP] Et qui se fait autant désirer? Smile [/HRP]

********************************************************************

Roy des Constellations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Sam 4 Oct 2014 - 10:50

[HRP] quelque chose me dit que la réponse a cette question ne va pas se faire attendre longtemp Smile [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calyso
Infirmière coquine
Infirmière coquine
avatar

Nombre de messages : 4330
Age : 29
Date d'inscription : 13/02/2008

Feuille de personnage
Classe: prêtresse
Elément: aqueuse
Level: 240

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Dim 5 Oct 2014 - 10:36

Réveillée de bonne heure ce jour là, je faisais l'inventaire de mes fioles sur les étagères de ma chambre, ainsi que des diverses plantes et autres ressources pour les fabriquer ou ayant une utilité quelconque, notant mes stocks sur un morceau de parchemin à l'aide d'une plume de foulet bleu enchantée. Soupirant devant le peu de réserve qu'il me restait, je décidais d'aller faire aussi un tour dans la cuisine pour un état des lieux avant de partir en quête de ce qui nous manquait. La mauvaise saison n'allait pas tarder, mieux valait prévoir.

Sortant de ma chambre je marchais jusqu'à la taverne sous les pépiements des oiseaux. Je ne croisa personnes ni a l'extérieur, ni à l'intérieur. Les étoiles dormaient encore où profitaient de la fraîcheur de la matinée pour vaquer à leurs occupations. Commençant par préparer le repas du matin pour ceux qui ne tarderaient pas à arriver, je repris ensuite ma plume et ma feuille avant d'ouvrir et de compter tout ce qu'il y avait dans chaque coffre, chaque sac, chaque étagère.

Consultant ma liste en sortant de la cuisine, je constatais qu'il me manquait pas mal de chose pour attaquer l'hiver :

Tne devrait me ramener la viande des bêtes qu'il aura tanné, mais il faut que je trouve un mineur pour qu'il se charge des pierres semi-précieuse et aussi un peu de sel gemme pour la cuisine, peut être que Tchae ou Malicius pourront s'en occuper...

Cela me fit penser à un autre mineur que je n'avais pas vu depuis longtemps, et mon regard s'attrista un instant alors que je sortais du bâtiment. Je ne pris pas garde au silence soudain qui avait enveloppé la forêt et sorti du campement. Certaines plantes étaient trouvables dans les bois protecteurs du  clan, ou  seulement de nuit. Décidant de commencer par les plus éloignées je pris le chemin menant hors du couvert des arbres.

A mi-chemin entre notre camp et la sortie de notre domaine, je tombais sur Vader agenouillé prés du cadavre d'un fauve :

Bonjour Vader, C'est toi qui tué cet animal ? Tu souhaites que Tnerual t'en fasse une couverture ?
Au vu de l'état de la bête, la seule chose qui en serait utile serait des mocassins. Mais je l'apporterais quand même à Tne. Et pour répondre à ta question, non ce n'est pas moi qui l'ai tué mais j'aimerais bien savoir qui.
C'est peut être une autre constellation, mais il aurait pu la ramener au camp, là c'est du gâchis.
Ouvrir les entrailles, les répandre partout, et ne prélever que deux trois morceaux de viande. A sa place je te l'aurais ramené pour le cuisiner comme il faut.
C'est étrange en effet. Tu penses qu'il pourrait s'agir de quelqu'un d'extérieur à notre faction ?
Si c'est le cas, pour déjouer l'enchantement de la forêt, soit il est très doué, soit il a une affaire à régler avec nous
Dans ce cas, il devrait revenir. Je te laisse prévenir notre roy et ramener la bête en cuisine. Anthony devrait trouver une façon de l’accommoder. Je dois aller chercher quelques herbes pour ma part. Mais si je trouve l'intrus en chemin, je le questionnerais
Ok je le rapporte en cuisine, mais pour le roy j'espère qu'il n'est pas perdu au fond d'un de ses tonneaux. Par contre pour l'intrus, frappe d'abord, questionne ensuite. On ne s'introduit pas sur le territoire d'autrui en catimini si on à pas de mauvaises intentions : on passe par la grande porte.
Tu sais bien que ce n'est pas dans ma nature 


Je lui souris avant de reprendre la route.
Je ne croisai personne durant tout le trajet mais ne m'en inquiétai pas. Les constellations seraient averties et vigilantes, et dans notre foret nous ne craignons pas grand chose. Je prendrais tout de même des  nouvelles en rentrant.

La route ne fut guère longue pour atteindre la fôret d'Irlicia. Ayant un droit de passage pour emprunter les tunnels nains, je me retrouvais vite au nord du campement orc. Débouchant de la montagne, je repris ma route à l'ombre des arbres, longeant le bois centenaire jusqu'à trouver l'entrée du territoire elfique.

Passant devant la sentinelle, je l'a saluai d'un signe de la tête et d'un sourire puis me dirigeais vers l'endroit où poussaient les astrium. J'étais agenouillée dans l'herbe, cueillant les fleurs  pour récolter les délicates pétales roses dans une boite, quand l'un des gardes elfes vint me retrouver pour m'informer qu'une personne s'était présentée un peu plus tôt, disant qu'elle était à la recherche de notre clairière et qu'il leur avait présenté le symbole. Ils l'avaient donc escorté jusque là bas et c'étaient empressé de m'envoyer un message par le biais de mon familier, message que je n'avais apparemment pas reçu, ainsi qu'a ma consœur.. Le garde se retira après m'avoir salué en s'inclinant. Je le remerciai et le saluai de la même façon, avant de ranger mes affaires. Il n'y avait qu'une seule personne qui pouvait y être. La clairière n'était pas loin, je me mis donc en route, me disant que je finirais ma récolte demain.

L'endroit était calme lorsque j'arrivai. L'oiseau bleu qui me servait de messager longue distance se posa sur mon épaule pépillant gaiement. Je lui mis une petite pichenette, lui faisant comprendre que je n'étais pas contente qu'il ne vienne pas de suite m'apporter le message qu'il avait accroché à la patte. La petite bête se tut immédiatement, penaude. Observant les alentours, je remarquais que la porte de l'arbre du milieu était grande ouverte et m'y dirigeais.

Sur le pas de la porte, je trouvais le jeune nécromancien assis à l'une des tables

Bonjour Dryas et bienvenue en ce lieu. J'ai l'impression que tu n'as eu pas trop de mal à le trouver. J'espère que je ne te dérange pas.

********************************************************************



cuisinière et guérisseuse à ses temps perdus.
Si t'es pas sage fais gaffe à la piqure

Amenez moi le pigeon ! s'il a encore une étincelle de vie je pourrais peut être le rafistoler, sinon ben je le ferai pour le soupé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Dim 5 Oct 2014 - 13:11

Le voyage avait été éprouvant pour juste apercevoir de loin sa demeure. La curiosité finirait par avoir raison de moi. Leurs protections magiques et la ruse que j'avais eu a déployer pour rester discret m'avait coûté une vilaine blessure. Cependant j'étais certain de ne pas les avoir alerté.

-On que l'on aille mon petit, on laisse des traces.
-Encore cette vielle théorie sur les briques...
-Elle a fait ses preuves pourtant
-Possible mais il me suffira d'y retourner plus tard. Je connais le chemin et la prochaine fois je resterais sur mes gardes.
-Tu es un fou... ça ne t'apportera que des problèmes.
-La ferme... Je ferais comme bon me semble.

Je repassais par notre fort, entrant discrètement pour ne pas alerter mes condisciples. Je prenais le chemin des sous-terrains, qui mène à mon antre. Je prélevais quelques affaires dont j'aurais besoin arrivé à destination. Une paire de gants non troués, mon nécessaire de grimage, quelques potions et de quoi manger dignement. Le goût de la viande du fauve me soulevait encore l’estomac. Je mange rarement de la viande, en fait je me force à en manger quand cela devient une nécessité. Je jette un regard dégoûté sur mon dernier ouvrage et prend le chemin de la sortie, ordonnant à deux esclaves qui tentaient d'éviter de croiser mon chemin de débarrasser le confessionnal. Leur regard ou se mélange dégoût et peur me chagrine.

-Tu as un de ces charismes...
-La ferme... ça n'a rien a voir avec le charisme
-Au moins tu es réaliste
-Tu sais très bien que je n’éprouve aucun plaisir a faire ça. C'est une nécessité
-Avec toi tout les moyens sont bon... Et la morale..
-La morale...

Je souris faisant taire sa voix. J'arpente le long chemin qui mène vers la forêt d'Irlicia. Je m'arrête un instant au abord du village elfique et jette un œil à la chose translucide et marbré de rouge qui a repoussée à la place de mon moignon. J'enfile ma paire de gant pour masquer ma main, tout en prenant garde de ne pas perturber le processus de repousse. Je passe a proximité du village et m'enfonce dans la forêt restant sur nos gardes. Cependant alors que je passe au pied d'un grand arbre, une voix m'interpelle depuis la cime.

-Qui va la?
Je lèves les yeux voyant un elfe descendant avec l'agilité d'un chat malgré son arc.
-Simplement un voyageur en quête de tranquillité.
-J'ai toujours pas compris pourquoi tu voulais aller la bas
-J'ai pas envie d'expliquer aux autres ce qui m'est arrivé...
-Ha ! oui c'est vrai que tu préfères poser les questions.
-T'es vraiment un vieux con.
-Tu me blesses
-Si seulement ça pouvait être vrai....
Je reviens à mon interlocuteur... qui me regarde surpris et en colère.
-C'est sure que je suis plus vieux que toi l'humain, mais de la à m'injurier... Je vous laisse 30 secondes pour me donner une raison de ne pas vous planter une flèche dans le cœur....
-Excusez moi, je suis fatigué et je m'adressais a moi même, Il ne fallait pas le prendre pour vous.

Ce disant je sort la plume turquoise et la clef en bois.

-Je ne sais pas si ces objets vous parles, mais on m'a dit qu'on me conduirait dans une retraite des plus calme.

L'elfe se détend un peu.

-Ouais vous avez de la chance, suivez moi...
-Encore désolé, je ne voulais pas vous manquer de respect, je suis exténué et j'ai tendance a causer tout seul.
-Faudrait voir a faire attention, un jour vous aurez des problèmes.
-ça je te le dis tout le temps
-mais vas tu te taire.
L'elfe se retourne le sourcil levé... Je lui sourit l'air embarrassé
-Vous pouvez continuer, ça ne s'adressait pas a vous...
-Je vois...

L'elfe continue à me faire l'apologie de leur magnifique forêt, que j'écoute d'un oreille, me concentrant pour faire taire l'autre, tout en relançant l'elfe pour qu'il n'ait pas l'impression de faire un monologue inutile.

-Vous voilà arrivé.
Il se décale et je découvres une clairière au centre de laquelle trône un puits en pierres blanches. Derrière celui ci s'alignent Trois arbres abritant de vastes logis de style elfique. L'un d'entre eux semble habité, car une douce lumière filtre à travers les fenêtres. Je me retourne pour remercier mon guide, mais celui ci a disparus. Je hausse les épaules et lance un merci dans le vide à son attention. Pas de réponse. Je me dirige vers le logis habité et toc à la porte. Pas de réponse non plus... On m'a promit un lieu calme, on ne m'a pas menti. Je sors la clef et tente d'ouvrir la porte, je m'aperçois alors que la porte est déjà ouverte. Je remise la clef et la plume dans ma poche et entre. L’intérieur semble plus vaste que ce à quoi je m'attendais. Je découvres une taverne qui n'a pas à rougir de celle des sœurs jumelles. Je dépose mes affaires sur une des tables rondes, admirant le travail de menuiserie du buffet et du bar. La curiosité me pousse à explorer les lieux, mais la prudence me dit de m'occuper de chose plus pressente. Je prend place à une table éloignée de la porte et des fenêtres, déballant mon nécessaire de maquillage. Après avoir ôté mon gant, j'observe la main qui repousse et le fin réseau de capillaire sanguin qui a repoussé dans une espèce de matrice translucide qui n'a de main que la forme. Les muscles et les os commencent déjà à se reformer, bien qu'on en distingue qu'un spectre ou une ombre. Je commence a maquiller ma main pour lui donner l'aspect d'une peau normale. J'y pose ensuite de faux ongles. Je me suis toujours demandé pourquoi la peau et les ongles étaient les dernières choses a repousser dans un tel cas. Il aurait été plus pratique que ce soit l'inverse et je n'aurais pas eu a utiliser de tels subterfuges. Après un minutieux travail, j'observe mon ouvrage avec satisfaction. Plus qu'a attendre que ça sèche avant de renfiler le gant. Une inspection minutieuse ne tromperait personne. Mais qui viendrait expertiser mon travail dans un tel lieux et d'ici quelques jours je n'aurais plus besoin de subterfuge.

-Bonjour Dryas et bienvenue en cet endroit. J'ai l'impression que tu n'as eu pas trop de mal à le trouver.

Je manque m'étouffer de surprise et referme prestement mon nécessaire avant de me retourner.

-Bonjour Calyso... Effectivement j'ai trouvé assez facilement. Quel bon vent t’amènes?

Je me lèves, terminant de fermer ma sacoche et d'y fourrer ce qui traînait sur la table. Puis saisissant mon gant je me dirige vers elle pour la saluer.

-Je viens juste d'arriver, et j'allais visiter. Mais maintenant que tu es la, peut être voudrais tu me faire faire le tour du propriétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Ven 10 Oct 2014 - 20:07

J'étais non loin quand on m'a averti que j'avais un visiteur, je ne te dérange pas au moins ?

Calyso sourit à Dryas qui ne peut s'empêcher de lui rendre la pareil tout en terminant d'enfiler ses gants avec un luxe de précautions.

C'est ton ami l'elfe qui t'as prévenu ? Je ne suis pas certain de lui avoir fait bonne impression.
Oui, on a des voisins prévenants. Ne t'inquiète pas pour eux, il faut beaucoup pour destabiliser un elfe

Dryas se dirige vers le bar pour observer de plus prêt son achalandage.

J'espère je ne voudrais pas avoir vexé le voisinage. A quoi devait servir la clef au fait ?

Calyso passe derrière le bar jetant un bref coup d’œil à l'antique clef en bois Que Dryas vient de sortir de sa besace.

A ouvrir cet endroit s'il avait été fermé. je ne pense pas que tu aurais apprécié dormir dans l'herbe. je te sers quelque chose à boire ?
Quelque chose de pas trop fort. Non il aurait été dommage de ne pas profiter de l'endroit. C'est abandonné ? Je n'ai vu personne et pourtant il y-avait de la lumière.

Calyso sert une bière fraîche au Nécromant dans un choppe qu'il attrape de sa main valide. Le regardant faire, elle se verse un thé froid. Et ils sirotent leurs breuvages tout en discutant autour du bar.

Nous ne sommes que deux a venir ici, de temps en temps. La lumière vient de la magie du lieu mais je ne pensais pas qu'elle était encore si active
Tes autres amis n’apprécie pas les lieux calmes ?
ils préfèrent plutôt l'animation, ils s'ennuieraient ici. Cet endroit est un lieu de repos et de méditation
Je vois... Je n'ai pas eu le temps de faire le tour du propriétaire, je suis étonné que tu ais fait tout ce chemin pour m’accueillir. Je suis impressionné par ton sens de l'hospitalité.
J'étais juste a coté à récolter des atriums. je vais te faire visiter. comme tu peux le voir, ici c'est la taverne : tu pourras venir y manger et t'y désaltérer.
J'ai des goûts particuliers en matière de repas... Mais qui fait le ravitaillement ? Les elfes du village voisin ?
ne t'inquiètes pas, je suis sure que tu trouveras ce que tu aimes dans le garde manger. j'ai cru me souvenir que tu aimes les graines, n'est ce pas ?
Oui en effet, il y'en a ? Ce n'est pourtant pas un met courant.

Dryas voyant que Calyso élude certaines questions, ne s'en formalise pas et continue de parler faisant mine de ne pas y avoir prêté attention.! Il saura bien trouvé la réponse à cette question lui même.

Qui a conçut cet endroit ?
Je ne sais pas vraiment. nous avons trouvé l'endroit tel quel
Ben Voyons, Trois habitats Elfe bourrés de magie et laissé à l'abandon.
Vraiment ? C'est bizarre, ça...
Dans dix minutes elle va t'avouer qu'il y'a eu un massacre et que les anciens habitants ont tous été tués.
Je me demande si cela ne cache pas quelque chose..
Si ça se trouve c'est elle qui a empoisonné les anciens propriétaire. Reste sur tes gardes.
.Non tu vois le mal partout....

Dryas gêné sourit à Calyso qui le regarde depuis un moment d'un air bienveillant.

Pardon...
En tout cas je t'aurais prévenu
Je ne suis pas le seul à me poser des questions.
tu n'as rien a craindre. cet endroit est juste une zone magique de non agression. un lieu de quiétude. il n'y a aucun danger. je vais te montrer les autres endroits, si ça peut te rassurer

Calyso finit son verre et se lève, tandis que Dryas abandonne sa choppe sur le comptoir, se disant qu'il le récupérera plus tard.

Oui je suis curieux de voir ça... Je te suis... C'est moi ou c'est plus grand à l’intérieur ?
Non c'est plus grand à l’intérieur, on a utilisé un sort. je vais te montrer l'étage.
Très utile comme sortilège... Il y-a quoi la haut ?

Calyso prend l'escalier suivit de prêt par Dryas. Arrivé en haut elle s'écarte du palier pour le laisser découvrir l'étage par lui même.

De quoi se reposer
Il y-a de quoi loger du monde. C'est original comme mise en place, mais ça ne laisse pas beaucoup d'intimité... Le gens qui vivait la avait fait vœux de chasteté ?
Personne n'a vécut ici avant nous. Nous avons aménagé cette endroit ainsi pour plus de convivialité. après pour plus d'intimité on peut toujours trouver des endroits

Calyso ouvre une porte conduisant à une petite pièce d'eau des plus fonctionnelle.

ici tu pourras faire ta toilette
Et tu as vécu ici combien de temps ? Cela devait être avant que je ne soit débarqué sur ces terres j'imagine.
Ce sera parfait. mais je ne resterais pas longtemps a chaque fois.
j'ai dû resté ici environ une année, je n'ai pas vraiment fait attention au temps. reste autant de temps que tu le souhaite. viens je vais te montrer l'extérieur

Calyso et Dryas regagnent le rez de chaussée. Calyso se dirige vers la porte donnant sur l’extérieur. Dryas fait un petit croché par le bar ou il reprend une gorgée de bière avant de la rejoindre à l'exterieur.

Et les 2 autres logis ? Ils sont habités ?
oui, l'un est le mien, l'autre celui de ma consœur. d’ailleurs si tu croise un petit lapin blanc,évite de le cuisiner, c'est le familier d'anamaya
Difficile de reconnaître un lapin blanc d'un autre... Mais il n'a rien a craindre de moi en cuisine. L'une de ces maisons est donc la tienne ? Je pensais que tu vivais avec tes confrères constellation ?
disons que c'est une retraite où je viens de temps en temps. mais il est vrai que je suis plus souvent dans le campement des étoiles : il ne faut pas les laisser seuls trop longtemps
Tu dis souvent ça... Ils sont si terrible que ça ?
et comment s'appelle ta voisine au fait ? Si je la croise elle ne sera pas étonné de me croiser ici ?
ils sont turbulent *pense a la dernière fois où elle les as trouvé en train de cuver sous les tables de la taverne* ma consœur s'appelle Anamaya, c'est une prêtresse aeride des cosntellation aussi. ne t'inquiète pas, elle a dû aussi être prévenue
je vais dormir ici cette nuit, si tu as besoin de qoi que ce soit, n'hésite pas a venir toquer à ma porte

Dryas répond au sourire de Calyso, détendu par le calme du lieu. Il jette un regard interrogateur vers les maisons qui se dressent derrière la Soigneuse.

C'est laquelle la tienne ? Je vais faire un brin de toilette, terminer ma bière et prendre un peu de repos. La journée n'a pas été de tout repos.
c'est celle a ta gauche. fais comme chez toi. je vais en profiter pour aller voir le jardin

Dryas prend le chemin de la taverne et s'arrête un moment sur le seuil, se retournant vers Calyso. La soigneuse qui avait prit le chemin du jardin pour s'occuper de ses plantes s'arrête également en souriant.

Si tu as besoin, tu sais ou me trouver. Bonne nuit Calyso et merci pour ton hospitalité.
Bonne nuit dryas

Dryas entre dans la taverne et termine sa boisson avant de ramasser ses affaires et monter à l’étage, ou il va faire quelques ablutions avant de reprendre le maquillage de sa main. Après quelques heures passé a déambuler et faire l'inventaire du garde manger, il finit par choisir un lit et s'y coucher se demandant comment on éteint la lumière. La réponse ne tarde pas a arriver, et alors qu'il est allongé sur le lit a contempler la forêt, la lumière s'éteint d'elle même comme si la maison avait lut dans ses pensée. Il sourit et s'endort dans la sérénité, les sortilèges du lieu ayant coupé la chique à l'autre. Calyso regagne son arbre maison après s'être occupée de son jardin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginji99
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 21
Date d'inscription : 17/07/2014

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 185

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Lun 3 Nov 2014 - 20:02

- Aurai-je pris du plaisir ?... Non non non ! Ce n’était pas moi ! Tu le sais Ginji, tu le sais !

Ginji venait de s’esquiver discrètement de la forteresse des Constellations de l’Aube, son baluchon sur le dos.

- Quand tu es comme ça, tu ne contrôle rien, ce n’est pas toi… Tu n’as pas pris de plaisir à tuer Anamaya tu le sais, ce n’est pas ce que tu voulais !

Pourtant au moment où, enfin, elle avait pu blesser considérablement la jeune maman, elle avait bel bien senti un frisson d’excitation lui parcourir la colonne vertébrale.

- Je me suis laissé emporter… Ce n’était pas moi… Mes cheveux, mes cheveux avaient repris cette sale couleur, ce n’était pas moi…

Marchant de plus en plus vite comme pour fuir ce souvenir, l’aquamancienne ne faisait même plus attention aux bruits des branches mortes sous ses pieds. Si les autres avaient repéré sa fuite, il était inutile de se faire discret, mais ne ressentant aucune présence aux alentours, Ginji jugea que désormais, les Etoiles ne remarqueraient son départ qu’à leur réveil.

- Mais pourquoi veux-je fuir après tout ? Anamaya m’a pardonné, nous nous sommes expliquées…

« Oui mais me suis-je pardonné à moi-même ? » pensa Ginji en ralentissant le pas, essoufflée.

- Je ne suis pas digne de rester parmi eux… « Une Etoile jamais ne meurt de la main d’une autre Etoile », j’ai brisé cette règle, je ne peux plus les regarder dans les yeux.  J’ai beau essayer, je me revois toujours, dirigeant ces plantes vers Ana…

La dernière fois que cette technique avait été utilisée, c’était après la mort de sa mère, elle avait vengé son meurtre, et voilà que de nouveau Ginji perdait le contrôle mais cette fois à l’encontre d’une jeune maman. Cette ironie du sort ne cessait de la hanter, elle avait failli faire un nouvel orphelin.
Et ce sentiment… ce sentiment de jouissance qu’elle avait cru ressentir en abattant les défenses de son aînée. Elle ne voulait y croire.

- Je dois quitter la faction, je ne peux rester…

S’enfonçant de plus en plus dans la forêt, Ginji ne voulait pas voir les Constellations qui brillaient de plus en plus derrière elle.
Elles lui murmuraient pourtant à l’oreille de faire demi-tour, que sa place est et avait toujours été dans ce campement auquel elle tournait le dos, mais la magicienne faisait fi de ses appels et continuait d’avancer à l’aveugle, la mort dans l’âme.
Au bout d’une heure environ, elle s’arrêta au milieu d’une clairière, observant les alentours.

- Pourquoi n’ai-je pas tout simplement pris le chemin en direction de Melrath Zorac ? Pourquoi suis-je partie à l’opposé des chemins que je pratique habituellement ?

S’arrêtant quelques instants elle reprit en éclatant de rire :

- Peut-être ai-je besoin de me perdre pour me retrouver ? Quelle ironie du sort tiens, en plus d’être perdue émotionnellement me voilà perdue physiquement !

Pourquoi riait-elle ? Pour oublier ce qu’elle était en train de faire peut-être, pour oublier qu’elle était en train de quitter sa faction.
Si d’habitude elle aurait profité de cette pause pour admirer les étoiles et déchiffrer leur message, cette fois Ginji gardait les yeux obstinément bas, ne voulant pas faire face au jugement des cieux.
Ne sachant où aller, elle choisit une direction au hasard et le rythme de ses pas ramenèrent à ses oreilles le fantôme de sa culpabilité.
Baissant doucement la tête, la jeune fille se mit à pleurer silencieusement, accablée par ses actions, ses ressentis et son infini solitude.
Pourquoi n’était-elle pas aller voir Kalharaan ? Ce dernier était pourtant devenu son fiancé depuis peu. Peut-être avait-elle besoin de régler cela seule, peut-être ne pouvait-elle tout simplement pas lui parler de tout ça. Elle avait toujours été solitaire et ce trait de caractère dû à son passé refaisait actuellement surface.
Reniflant bruyamment elle ne pris pas garde à l’elfe qui se dressait devant elle dans toute sa grandeur. Le heurtant de plein fouet, elle se retrouva vite une flèche sur la jugulaire.
Levant vers l’homme des yeux enflés, Ginji ne prit même pas la peine de sortir son grimoire ou d’invoquer l’eau alentour. Si elle pouvait mourir ici, ça résoudrait bien des problèmes.
Mais ce n’était pas de l’avis de l’archer qui, après avoir inspecté l’aquamancienne de haut en bas, s’écarta en lui désignant une direction du bout de menton.
Ne comprenant rien à la situation, la magicienne avança dans la direction indiquée, tel un zombie, sans grande réactivité.
« Peut-être m’a-t-il indiqué la direction d’un ravin ou je vais pouvoir me jeter » pensa-t-elle, amusée de cette blague de mauvais goût.
Mais la jeune fille déboucha en fait sur une clairière. Bien qu’il fasse nuit, elle pouvait distinguer un puit de pierre blanche et trois grand arbre qui, si on regardait attentivement était en fait des sortes de maisons.

- Des maisons elfiques ? Cet archer m’aurait-il invité chez lui ? s’étonna Ginji en essuyant les restes de larmes sur ses joues.

La clairière semblait bien entretenue et une aura apaisante s’en dégageait. Deux des trois maisons-arbres étaient éclairées et, ne voyant rien d’autre à faire, la magicienne s’avança doucement, attentive aux moindres mouvements alentours.

********************************************************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalharaan
Expert
Expert
avatar

Nombre de messages : 131
Age : 28
Date d'inscription : 24/07/2013

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Ven 7 Nov 2014 - 19:24

Un lezard d'ombre et de tenebre, la suivait. Ragnarök avait eu l'ordre de suivre Ginji. Depuis que son maitre avait trouver sa voie en arpentant le chemin sombre sans avoir perdu son ame pour cela, celui ci avait gagne un etrange pouvoir, notamment envers cette jeune femme.
Leurs ames etaient liés, et leurs coeurs s'embrasaient quand il se retrouvaient. Ils etaient tous les deux vagabon a l'ame solitaire, mais il s'aimait tout autant, il avait ainsi tout les deux cette passion pour la liberte, et le desir de se retrouver ensemble.

Le Maitre avait sentis le doute dans le coeur juste de sa compagne, et m'avait ordonne de la surveiller afin qu'il ne lui arrive rien.

Il y avait un lien telepathique entre moi et mon maitre, et je lui transmis tout ce que faisait cette creature humaine, tachant de ne pas me faire reperer.

Quand elle fut interpelle par l'archer et emmene, Kalharaan, s'etait mis en branle, il ne voulait pas la perdre, et voulait tout faire pour la ramener dans sa vrai famille, celle des etoiles, tout comme elle etait venue le chercher quand il avait fui la faction.

Il m'ordonna alors d'aller porter un message a Ginji, m'apporchant d'elle, je grimpais sur ses vetements et arriver a son coeur, je laissais echapper le cri du Maitre, un cri du coeur, un cri de l'espoir, un sentiment d'amour et de reconfort, puis je retournais me cacher dans les ombres pour l'observer a nouveau.

Tel etait la volonte du Maitre, tel etait son amour pour sa dame. J'etais Ragnarök son messager tenebreux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calyso
Infirmière coquine
Infirmière coquine
avatar

Nombre de messages : 4330
Age : 29
Date d'inscription : 13/02/2008

Feuille de personnage
Classe: prêtresse
Elément: aqueuse
Level: 240

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Dim 9 Nov 2014 - 13:57

Installée à la fenêtre de ma chambre, je contemplais les étoiles. Une autre journée s'est écoulée depuis l'arrivée du nécromancien, après une nuit calme et paisible. Elle avait été agréable et riche en découverte. J'en avais beaucoup appris sur lui et me demandais si sa capacité de régénération était propre à lui-même ou si la plupart des nécromants savaient le faire. Souriante, je repassais en détail les événements qui s'étaient écoulés depuis ce matin.

************************************************************

M'étant levée de bonne heure, j'étais allée préparer le petit déjeuner et avait à peine enfournée le pain que mon invité descendait :

Bonjour Calyso... Tu as bien dormis ?
C'est moi qui devrait te poser cette question. je t'ai réveillé ?
Non j'étais réveillé depuis un moment, je profitais su paysage depuis le fond de mon lit. Difficile de garder la notion du temps ici.
C'est l'un des effets désirés. Que veux tu manger ? du pain et de la confiture ? ou des graines ?
Si tu as du pain au sésame grillé et nature et un peu d'eau ça m'ira très bien. Je ne suis pas un invité très difficile. Et toi tu as bien dormi ?
Je dors toujours bien quand je viens ici

Tout en continuant de discuter avec lui, je lui préparais une tisane de ma composition et la lui servi sur le comptoir avec un panier de petits pains encore chauds et une grande carafe d'eau fraiche, puis je me préparais une tasse de lait  et des tartines de confitures et viens m'installer sur la chaise voisine à la sienne

Merci, je n'ai pas l'habitude de déjeuner de façon aussi agréable.
Et comment son tes petits déjeuners d'habitude ?
En général je ne prend pas de petit déjeuner, Je ne mange que le soir après mon travail... parfois je mange un peu a l'ombre des ruines quand j'ai besoin d'une pause.
Tu devrais manger plus, sinon tu vas finir par tomber malade ou t'affaiblir. après si tu n'y arrive pas, ne te force pas non plus. tu peux prendre les pains pour le restant de la journée
Est ce que tu t’inquiète pour moi ? tu sais je manges rarement autant dans une journée. Sauf quand je suis blessé ou malade. Quand je mange peu, c'est que je suis en bonne santé.
C'est mon rôle de m’inquiéter pour les autres.

Tout en finissant mon repas, je lui demandais de manière anodine s'il avait tenté de rendre une petite visite à notre faction. Sa réaction ne se fit pas attendre, avalant difficilement sa gorgée de tisane :

Humm oui je suis passé, mais je ne suis pas resté longtemps, la forêt est bien protégé et je ne voulais pas alerté tes amis. Je n’étais ni invité ni attendu. J'ai rebrousser chemin sans trop m'approcher pour éviter de déranger.

La foret est protégée certes, mais si tu n'as pas de mauvaises intentions, tu peux atteindre notre campement. tu ne serais pas le premier à venir à l'improviste. Tu n'aurais pas croisé un petit chat en chemin ?
Un chat ? non je crois pas. Juste un fauve affamé. A moins qu'il ait été une partie de votre dispositif de protection.
Non, il n'en faisait pas parti. Il ne t'as pas blessé au moins ?
Ca n'a que peut d'importance selon moi... Il est vrai que j’oublie que tu es une soigneuse.
La vie est importante. Après tant que tu récupères, c'est le principal.

N'insistant pas plus, notant tout de même le fait qu'il s'était frotté la main lorsque je lui avais parlé d'une possible blessure, je le questionnais sur ce qu'il comptait faire aujourd’hui et finis par lui proposer de m'accompagner jusqu'au abords du village elfique à ma cueillette de pétales de fleurs. Durant le trajet, je lui expliquais comment récolter les plantes sans les abimer. Puis arrivés au bosquet je lui montrais le geste avant de regarder comment il s'y prenait. Je compris vite qu'il avait un problème avec sa main, même s'il cherchait à n'en rien laisser paraître :

Souhaites tu que je te soigne ?
Non ça ira, c'est pas la première fois... ça guérira tout seul.
Je n'insiste pas, si tu m'assures que ce n'est pas grave
C'est douloureux mais ça se remet a chaque fois. Pour un autre ce serait une catastrophe j'imagine.
Et c'est sensé me rassurer ? Souhaite tu quelques chose qui calme la douleur au moins ? En tout cas quoi que ce soit, je te conseille de ménager ta main
Non je te remercie, les calmants ne font que masquer la douleur et embrouiller l'esprit, je dois garder ce dernier claire, pour que ma main termine sa guérison. Si j'avais le malheur, d'avoir l'esprit qui divague, je risquerais d'arriver a compter jusqu’à onze avec mes doigts.
C'est vrai que cela ne serait pas pratique, il te faudrait changer tous tes gants. J'admire ton sang froid pour faire face à la douleur aussi longtemps sans rien laisser paraitre
La douleur est mon domaine tu sais, et ça m'est tombé dessus comme ça...

Ses tremblements incontrôlables n’échappèrent pas à mes sens aiguisés d'elfe. Le nécromancien se tourna vers un plant, masquant sa main à ma vue et commença à retirer son gant pour observer sa main. Le gant gluant de sang glissa facilement mais non sans douleur, révélant une main dépourvue de derme, le réseau sanguin et les muscles ayant finit de repousser, les nerfs terminant eux aussi leur repousse, avec la douleur infernale... Il laissa sa main prendre l'air quelques instants, retardant le moment ou il devrait la enfiler à nouveau sa protection.Pendant ce temps là,  je sortis une sorte de petite bassine et y posai la paume de la main en son centre ; le récipient se remplissant d'eau.

Çà purifiera et rafraichira ta main
Ça t’écœure pas ?
Tu sais en tant que guérisseuse, j'en ai vu bien d'autres et des pires parfois. je pourrais te faire un pansement, ça protégera ta main du gant
Humm... pourquoi ne pas essayer après tout, d'habitude, je laisses la plaie a l'air et j'attends que ça cicatrise tout seul. Vas y doucement, je ne pense pas que les os est finit de se solidifier.

Je m'assis en face de lui, le récipient entre nous. Rangeant les pétales dans ma sacoche, j'en tirais un rouleau de bandelettes que je défis sur ma jupe tout en l'humidifiant légèrement par magie. Je pris ensuite délicatement sa main blessée et commençai à enrouler les bandelettes par les doigts en prenant milles précautions, prenant garde de ne pas trop serrer. Nous prîmes ensuite le chemin du retour et passâmes le reste de la journée à conditionner les pétales fraichement cueillis.

************************************************************

J'étais contente qu'il se soit un peu plus ouvert à moi. J'en vins même à imaginer Tnerual se soigner de la même manière, lui qui avait l'air d'adorer se faire torturer par les filles. Je souris à cette pensée. La nuit était belle et j'avais envie de profiter un peu avant de m'endormir. Dryas ne dormant pas encore, la lumière à l'étage de l'arbre voisin en attestant, j'ouvris la fenêtre pour m'asseoir sur son rebord et sorti ma flute, inspirée par les étoiles et la lune brillant d'une lueur un peu bleuté. Je ne jouai qu'une dizaine de notes avant de m'arrêter. Quelqu'un avait traversé la frontière de la clairière et se dirigeait par ici. J'observais la silhouette se rapprocher. Nullement inquiète, je descendis au rez de chaussé et sorti pour accueillir le visiteur. Je reconnu presque aussitôt la jeune femme, un peu étonnée de la retrouver ici. M'avançant à sa rencontre je l'accueilli avec chaleur :

Bienvenue dans ce sanctuaire, Ginji.

********************************************************************



cuisinière et guérisseuse à ses temps perdus.
Si t'es pas sage fais gaffe à la piqure

Amenez moi le pigeon ! s'il a encore une étincelle de vie je pourrais peut être le rafistoler, sinon ben je le ferai pour le soupé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginji99
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 21
Date d'inscription : 17/07/2014

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 185

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Dim 9 Nov 2014 - 18:40

Je fis quelques pas dans l’herbe humide et la fraîcheur de la nuit apporta à mes narines une douce odeur florale.

- Mais quel est donc cet endroit ?...

Surprise je fis un petit bond en arrière en apercevant un lézard  agripper de ses petites pates ma tunique pour remonter vers ma poitrine.
D’une couleur étrange, l’animal irréel semblait à la fois sombre et incandescent, telle une braise presque éteinte sur laquelle on soufflerait. Arrivée à la hauteur de mon cœur, je sentis une douce chaleur pénétrer en moi et la voix de Kalharaan résonna dans tout mon être.
Il avait donc remarqué mon départ et voulait me rappeler ma véritable place, près des Etoiles.
Le messager se retira rapidement et je souris devant la bienveillance de mon aimé.

- Merci Kalh, mais je dois régler ça avec moi-même avant d’envisager quoique ce soit pour l’avenir.

Fermant les yeux, j’écoutais le bruit du vent dans les arbres, me remémorant pour la énième fois l’incident avec Anamaya. Une larme coula sur ma joue et je me souvins d’une phrase lu sur un des nombreux parchemins empilés dans la bibliothèque d’Aqua.

- « Te ipsum vincere », il faut te vaincre toi-même. Oui, c’est ça… Le problème vient de moi, je dois me vaincre moi-même je dois… Je dois disparaître.

Quelques larmes supplémentaires coulèrent sur mes joues et, résignée, je tombais à genoux prête à utiliser cette technique habituellement défendue. D’un geste de doigt, j’enchantais l’eau présente dans le sol et la dirigea vers les racines alentours. Trois grandes tiges émergèrent de la terre et plongèrent vers moi. C’est alors qu’à moins d’un mètre de leur cible, les plantes disparurent d’un coup, éclatant en milles petites poussières dorées. J’ouvris les yeux, stupéfaite devant le spectacle.
La poudre d’or, portée par le vent, se perdait peu à peu dans les cieux et une douce mélodie vint soudain accompagnée leur envole.

- De la flûte ? Mais que se passe-t-il ici ? Pourquoi ne puis-je mourir en paix, ne l’ai-je pas mérité ?!
Non... Non en fait je n’ai peut-être pas mérité de mourir en paix, peut-être Posicillion veux-t-il me punir pour m’être écarté de la voix qu’il m’avait indiqué, je devrai vivre avec ce poids sur ma conscience.


Me relevant, j’aperçus alors au loin une silhouette s’avancer vers moi. Le joueur de flûte ? Ou plutôt la joueuse, car je reconnu assez vite cette allure svelte qui déambulait habituellement dans la cuisine de la taverne au campement.
Tout se passa alors très vite dans ma tête, l’elfe, la clairière, l’impossibilité de lancer des sorts offensifs, la présence de Calyso, serait-il possible que… Mais oui, ça devait être ça, je devais me trouver dans cette fameuse clairière où Calyso et Anamaya avaient autrefois installé leur faction, La Voie de Yératel je crois. Cet endroit qui guidait les âmes perdues, où, soit disant, il était bon de venir se ressourcer.
Mais comment diable avais-je pu atterrir ici ?! Levant légèrement les yeux vers les constellations que je regardais pour la première fois depuis mon départ de la forteresse, je soupirai, résignée.

- J’aurai dû me douter que même si je ne vous regardais pas, vos rayons me guideraient sans même que je ne m’en aperçoive.

Calyso était maintenant assez proche pour distinguer mon visage, d’un geste rapide j’essuyais les dernières larmes sur mes joues en espérant qu’elle ne les remarque pas.

- Bienvenue dans ce sanctuaire, Ginji, me dit-elle d'une voix chaleureuse.

********************************************************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Dim 9 Nov 2014 - 20:21

-Du mal à t'endormir ? Sûrement le poids de la culpabilité...
-Non c'est à cause de cette foutu lumière.
-A d'autres, tu as comme moi parfaitement compris comment elle fonctionnait.
-T'as autant besoin de sommeil que moi. Alors cesse de me torturer.
-C'est un comble... Tu fais dans l'humour maintenant. Décidément elle...
-Reste a ta place, Ou bien je devrais en arriver a prendre des mesures désagréable pour nous deux.
-Comme tu veux mais je n'en pense pas moins.

La lumière restait allumé dans la pièce, et je regardais les étoiles par la petite fenêtre percée dans l’écorce de l'arbre. Les constructeurs avaient pris soins de ne pas blessé l'arbre, alors qu'il aurait été si simple de taillé brutalement dedans. Ceux qui vivaient là avaient un profond respect pour la vie sous toute ses formes. J'aurais aimé les rencontrer même si je ne partage pas leurs convictions. Les gens se plaisent dans un optimiste aveugle sur l'avenir de ce monde. Je n'arrivais pas à avoir la même vision qu'eux.

-.... Clairière

Observer les étoiles avait l'avantage de faire taire l'autre, ou en tout cas de l'assourdir. Il était épuisant de s'entendre faire la morale a longueur de journée. Même si il avait ses raisons pour ça et quelles étaient légitimes.

- Clair... Bon Sang

Sang? Mais de quoi parlait il? Était il arrivé un malheur? Je me relevai soudainement sur mon lit, regardant par réflexe par la fenêtre. Évidement je n'avais pas choisit de me placer du coté de la clairière. J'enfilais mes vêtements prestement, accordant de nouveau mon attention au vieux.

-Que se passe t'il pour que tu interrompt mes pensées ainsi?

-Excusez moi mon prince d'interrompre la futilité de vos contemplations nocturnes.
-Cesse donc tes simagrées vieux singes. Et Dit moi ce qui se passe.
-Je disais juste que quelqu'un était là. N'as tu pas entendu la flûte cesser de jouer ?
-Elle jouait de la flûte? Je l'aurais sans doute entendu si tu ne m’assommais pas de billevesées incessantes.

Je me levais et me dirigeais vers la fenêtre opposée regardant discrètement afin de me faire une idée de la situation. Je me rassurais assez vite en voyant la décontraction de Calyso.

-Elles ont l'air de se connaître...
-Tu crois que c'est la fameuse Anamaya ?
-Y'a des chances oui. Si j'en crois Calyso peu de gens connaissent cet endroit.
-En tout cas elle est jolie aussi.
-Mais t'es vraiment un vieux pervers.
-Ne mais...

Dryas sourit, semblant avoir trouvé une faille chez l'autre. Il termine de s'habiller et descend discrètement à la taverne, allant s’asseoir à une table, face à la porte. La position lui permettant de voir et d'entendre sans être vu par la visiteuse nocturne, à moins qu'elle ne s'approche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calyso
Infirmière coquine
Infirmière coquine
avatar

Nombre de messages : 4330
Age : 29
Date d'inscription : 13/02/2008

Feuille de personnage
Classe: prêtresse
Elément: aqueuse
Level: 240

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Mar 11 Nov 2014 - 12:17

La jeune femme n'avait pas l'air dans son assiette. Ses yeux rouges en attestaient : elle avait pleuré. Comme la plupart des nouveaux visiteurs, elle semblait aussi un peu déboussolée. Je lui pris doucement la main pour la rassurer faisant comme si je n'avais pas remarqué sa tentative de me dissimuler ses larmes :

Rassures toi, tu ne crains rien ici. Mais dis moi, tu sembles perdue, Ginji. Que dirais tu d'une bonne boisson et de quelque chose à grignoter. Je peux aussi te proposer un lit pour passer la nuit ici. Tu m'as l'air épuisée.

Joignant le geste à la parole, je l'entrainais doucement vers la taverne, attentive à la moindre de ses réactions, ne souhaitant pas la brusquer. A elle ensuite de décider si elle voulait se confier à moi et quand. Pour l'heure, le mieux était qu'elle passe la nuit ici. J’espérais juste que cela ne dérangerait pas Dryas que nous ayons un peu de compagnie.

Remarquant une autre présence, plus petite, à la lisière de ma perception, j'ajoutais  en lui souriant :

Tu peux aussi dire à ta créature de nous accompagner. Je suis sure que nous trouverons quelque chose pour elle

********************************************************************



cuisinière et guérisseuse à ses temps perdus.
Si t'es pas sage fais gaffe à la piqure

Amenez moi le pigeon ! s'il a encore une étincelle de vie je pourrais peut être le rafistoler, sinon ben je le ferai pour le soupé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginji99
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 21
Date d'inscription : 17/07/2014

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 185

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Mar 11 Nov 2014 - 23:33

Calyso s’adressa à moi avec douceur, avait-elle vu mes larmes ? Je l’ignorais, en tout cas elle avait eu la décence de ne pas relever mes yeux surement rougis.
Ma petite créature ? Elle doit parler de ce lézard des ombres ayant transmis le message de Kalh. Les elfes ont vraiment des sens redoutables… Aucun doute que l’animal me suivait depuis le campement et pourtant sa présence m’était restée inconnue jusqu’à ce qu’il se dévoile. Il n’avait pas fallu deux minutes à la demi-elfe pour le repérer.

- Merci Caly… Je voudrai bien un chocolat chaud, je marche depuis longtemps et.. et ça me fera surement du bien, commençais-je timidement, pour le lézard, je n’ai aucune emprise sur lui, il ne m’appartient pas, mais je pense qu’il va nous suivre qu’on le veuille ou non.

Je voyais mal Kalharaan rappeler sa créature magique alors que je me trouvais dans un lieu inconnu. Quoique, la présence de Calyso le rassurerait peut-être.
Kalh… serrant dans ma poche le pendentif qu’il m’avait offert pour sa demande de fiançailles, je me mis à penser à lui.
Je l’aimais, mais peu de personne pourraient comprendre notre amour. Nous étions deux loups solitaires, nous le savions, notre liberté et notre isolement faisait partis de nous et nous en avions besoin. Néanmoins, lorsque nous étions ensemble, notre bonheur était bien réel. Peut-être que notre solitude nous rapprochait…
Il m’avait envoyé son lézard, il avait senti, tout comme j’avais senti pour lui, le trouble de mon esprit, mes doutes envers les étoiles.
Il voulait que je revienne, il me rappelait vers ma véritable famille d’après lui. Et les étoiles en pensaient autant.
Je voyais leur éclat, de plus en plus fort en direction de notre campement, je sentais leurs rayons aigus me bruler la peau, comme pour me ramener à la réalité, j’entendais leurs murmures me reprocher mes doutes et mon départ.
Je pensais devenir folle devant tant de signaux à la fois, la brulure, l’éclat, les murmures, tout s’enchaînait et la clairière semblait tourner autour de moi.
Je m’arrêtais de marcher à quelques pas de la maison où nous nous dirigions, incapable de poser un pied devant l’autre, totalement déboussolée.
Je vis Calyso se retourner vers moi, je crois, je ne sais plus. Les murmures devenaient des bourdonnements, l’éclat devenait aveuglant, la brulure devenait insupportable. Les arbres, les cieux et tout le décor alentours tournaient autour de moi et incapable d’en supporter d’avantage je m’écroulais à genoux en hurlant, les mains sur les oreilles.

- Taisez-vous ! Taisez-vous ! Arrêtez !!

Je les entendais, j’entendais le cri d’Anamaya lorsque je l’avais achevé, j’entendais l’appel de Kalh qui me voulait parmi les Constellations, j’entendais les cieux qui me reprochaient de douter des étoiles, qui me reprochaient mon départ. Toutes ces voix, tous ces murmures assourdissants se confondaient en un brouhaha difforme.
A terre, je sanglotais, recroquevillée sur moi-même, complétement coupée du monde.
Pourquoi ? Depuis toujours, depuis toute petite j’avais suivis les étoiles. Après la mort de ma mère j’avais errée en partant dans leur direction, je les suivais aveuglement, j’écoutais leurs conseils, leurs prédictions, parfois je comprenais leurs messages trop tard, mais pourquoi ?

- Pourquoi ?!

Etais-ce mon Destin ? Tout est-il déjà tracé par avance ?

- Ne suis-je que votre pantin ?! Répondez-moi satanées étoiles ! Vous ne parlez que quand ça vous arrange ! Si je ne suis que le pion des cieux, alors dites-moi pourquoi j’ai attaqué Ana ?! Si je ne suis que la marionnette d’une étoile malsaine, expliquez-moi pourquoi naturellement je vous suis depuis si longtemps ! Pourquoi devrai-je suivre votre lumière ? Pourquoi ?!
Pourquoi devrai-je retourner chez les Constellations ? Parce que vous me l’indiquez ? Parce que là est ma place ? Parce que c’est mon destin ? Qui décide de tout ça ?! Pourquoi devrais-je faire ce que vous me dites ?! Et si je décrétais ne pas croire au Destin ? La sagesse et la volonté existent pour surmonter le destin ! On obtient nos lendemains de nos propres mains, par nos propres forces et notre propre volonté !
Alors… Jusqu’ici, n’ai-je été que le jouet des cieux ? Ou alors ai-je décidé de ma vie par moi-même ? Ai-je vraiment une existence propre ?!...


Ravagée, j’hurlais vers les étoiles sans faire attention à Calyso, avant de finalement me remettre à pleurer de plus belle. Pleurais-je de rage ? parce que j’étais perdue ? ou alors pour évacuer toute ma culpabilité ? Je n’en savais rien.

********************************************************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Jeu 13 Nov 2014 - 19:55

*Dryas ne perd pas une miette de la scène, essayant de comprendre ce qui se passe, et comme a son habitude lorsqu'il est seul, ne se prive pas pour parler seul, semblant commenter ce qui se passe sur le perron de la taverne.*

-Un havre de paix, tu t'es encore fais avoir jeune sot, j'ai plutôt l'impression que tu viens de nous fourrer dans un asile.
-Cesse donc de penser a ta petite personne, tu vois bien qu'elle semble malheureuse.
-Tout ça parce que ton amie la soigneuse lui a proposer une boisson chaude ?
-décidément depuis que tu es dénué de sens, tu sembles également dénué d'esprit.
-Je ne te permet pas...
-Je me permet ce que je veux, je suis vivant moi.
-C'est petit, tu devrais avoir honte, mais puisque tu te crois si intelligent, je t'écoutes.
-Elle connait Calyso, c'est donc soit une patiente, soit une amie. Je pencherais pour la seconde solution, ce lieu ne serait plus un havre de paix si tout les patients de la région décidait de venir consulter ici.
-Mouais tu m'apprends rien. Pourquoi est elle malheureuse.
-C'est évident, que ce n'est pas une question de chocolat, elle vient d'ailleurs de répondre a ta question. D'abord ce n'est pas Anamaya, et ensuite il semble qu'elle ait agressé cette derniere qui est une amie de Calyso... DOnc j'en deduis que c'était aussi son ami. Je suis assez bien placé pour savoir le poids qu'elle a sur les épaules.
-tu me réchauffes le cœur par tes paroles.
-Profite, ça ne durera pas.
-Bref, cela semble l'avoir fragilisé émotionnellement, puisqu'elle croit parler a des bestioles et à des étoiles.
-Oui on en revient a ma conclusion.... Asile
-Pffff, elle est juste déprimée, elle devrait essayer un truc plus fort que le chocolat...
-La tu m’étonnes, si l'alcool était une solution, tu serais ivrogne depuis longtemps.
-Tu marques un point.
-Cependant je remarque une aura intéressante autour de la demoiselle. Il va falloir creuser.
-C'est comme ça que t'appelle ça.
-pitié c'est pas du tout a ça que je pensais.
-Je disais juste...
-tu ferais mieux de te taire, je voudrais en entendre plus avant qu'elles ne s’aperçoivent de ma présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calyso
Infirmière coquine
Infirmière coquine
avatar

Nombre de messages : 4330
Age : 29
Date d'inscription : 13/02/2008

Feuille de personnage
Classe: prêtresse
Elément: aqueuse
Level: 240

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Lun 17 Nov 2014 - 12:54

Va pour un chocolat chaud alors

Nous étions au pied des quelques marches qui menaient à l'entrée de l'arbre. Marchant à coté d'elle, j'étais en train de me demander de qu'elle manière j'allais la prévenir pour le nécromancien. Il ne dormait pas et la discussion risquait de l'attirer au rez de chaussé. Comment expliquer à l'aquamancienne qu'une sentinelle de Niue était à quelques pas d'elle mais qu'elle n'avait rien à craindre de lui, alors qu'elle avait été à plusieurs reprises la cible de leurs attaques ?

Je n'eus pas le loisir d'approfondir plus la question : Ginji s'était arrêtée de marcher. Je me tournais vers elle me demandant la cause de cela. Avait elle senti sa présence ? Elle était mage après tout...

Je la vis tituber, avant de tomber à genoux, les mains sur les oreilles. Elle hurlait à quelques présences invisibles de se taire, oubliant totalement que j'étais là. Répétant sans cesse ça litanie entre deux sanglots, jusqu'à ne devenir que des murmures. Alors que je m'étais rapprocher d'elle, elle eu un soudain regain d'énergie. Questionnant les Etoiles sur ce qu'elle avait fait et pourquoi. J'écoutais ses paroles attentivement, comprenant qu'elle parlait de la cause de son égarement. Elle avait plus que tout besoin de faire le point sur elle même, comme autrefois j'ai eu besoin de le faire.

D'un geste de la main j'augmentais la puissance du sort qui entourait ce lieu. Fermant un peu plus hermétiquement la barrière magique, voilant ainsi la voix des étoiles pour qu'elles ne deviennent plus que simples points étincelants dans le ciel nocturne. Simples spectatrices. En faisant cela je leur murmurais une prière de pardon en espérant qu'elles comprenaient que pour l'instant la jeune femme avait surtout besoin d'être seule avec elle même, sans être perturbée par les éventuels signes que les astres pouvaient lui envoyer.

Je m'agenouillais à coté de la magicienne et la pris dans mes bras, la serrant doucement tout en lui murmurant des paroles apaisantes :

Chut... calme toi... Respire à fond... Voila, c'est bien

Ginji sanglotait sur son épaule, les larmes coulants mouillant sa peau. Je lui caressais doucement les cheveux.

Les Etoiles ne pourront pas te répondre ce soir, mais sache que personne n'est leur marionnette, elles te délivrent une prédiction, à toi d'être libre de la décrypter et de l'empêcher si tu le veux. Elles ne sont que conseillères même si parfois elles décident de protéger une personne. C'est toi, en accord avec ton esprit et ton cœur qui décidez de la voie à suivre. Quant à l'Etoile qui ta prise sous son aile, je suis certaine qu'elle n'es pas spécialement mauvaise. Pas plus qu'une autre. Nous avons tous une part d'ombre et de lumière en nous, l'une dominant plus ou moins l'autre, mais nous les avons toutes les deux. Nous ne sommes ni tout blanc, ni tout noir mais plutôt une nuance de gris, et toi, je suis sur que tu es dans les tons gris clairs.

Les sanglots s'étaient espacés, sa respiration moins saccadée. Je lui relevais doucement la tête en glissant la main sous son menton, l'obligeant à me regarder dans les yeux. Souriante j'ajoutais :

Je ne sais pas vraiment ce qui c'est passée avec Anamaya, mais quoi que ce soit, elle t'a pardonné, sinon tu n'aurais pas pu venir jusqu'ici. Et si c'est toi qui n'arrive pas à te pardonner alors entraine toi pour que cela ne se reproduise plus. Ce n'est pas en fuyant ses peurs qu'on surmonte ses faiblesses mais en leur faisant face. Et n'oublie pas que tu n'es pas seule, tu as une famille sur qui t'appuyer et sur qui tu pourras toujours compter quoi que tu fasses.

Je me relevais avant de l'aider à se remettre sur pieds puis la guidait vers la taverne

Allez viens, un bon chocolat chaud et une nuit de repos ne pourrons te faire que du bien

Finissant par apercevoir Dryas attablé, j'ajoutais :

J'ai un autre visiteur, mais sache que tu ne crains rien de ça part. Il n'est pas méchant

Après un bref signe de tête au jeune homme, je fis entrer puis s'installer Ginji au comptoir. Avant de passer derrière celui-ci pour préparer de quoi boire :

Dryas, je te présente Ginji, une consoeur. Ginji, voici Dryas, un ami. Je te sers aussi quelque chose ?

********************************************************************



cuisinière et guérisseuse à ses temps perdus.
Si t'es pas sage fais gaffe à la piqure

Amenez moi le pigeon ! s'il a encore une étincelle de vie je pourrais peut être le rafistoler, sinon ben je le ferai pour le soupé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginji99
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 21
Date d'inscription : 17/07/2014

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 185

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Jeu 20 Nov 2014 - 22:44

Alors que je pleurai de plus belle suite à mon altercation avec les étoiles, leur voix se fit soudainement plus silencieuses, de moins en moins audibles. Avaient-elles fini par comprendre que je ne voulaient plus d'elles ? M'abandonnaient-elles ?... Abandonner ? Mais qu'est ce que je raconte, c'est moi qui les rejette.
Je sentis alors une main se poser sur mon épaule et me ramener à la réalité, avant d'être attirée dans les bras de la prêtresse dont j'avais oublié la présence. Son contacte me fit un bien fou, je n'étais plus seule, je sentais sa chaleur, sa bienveillance et je compris alors qu'elle était la cause du silence des cieux.
Je pleurai et je pleurai encore dans les bras de cette magicienne qui m'avait si souvent aidé. Elle m'avait accueilli lors de mon arrivée sur Melrath Zorac et possédait une grande sagesse, je savais que je pouvais lui faire confiance. Pourtant, j'écoutais ses paroles et je ne savais si je devais y croire. Néanmoins ses dires eurent pour effet de me calmer.
Personne n'est leur marionnette... C'est à nous de décider de les écouter ou non...
Avais-je réellement fais tous les choix de mon passé ? N'avais-je jamais été manipulé ?
Lorsque, suivant les étoiles, j'avais accouru dans l'embuscade des sentinelles après avoir voulu sauver Gamby au campement de Golaris... lorsque, guidée par les constellations, j'avais rejoins Kalharaan alors qu'il détruisait le village de Til'Lunis... lorsque les cieux m'avaient chuchoté le nom de la personne que je devais aller voir pour aboutir dans ma quête concernant l'oeuf de Carinaë... Toutes ces fois... Les étoiles ne m'avaient jamais forcé... Si je les ai suivi.
Je ne peux m'en prendre qu'à moi même, je suis la seule fautive, la seule naïve dans cette histoire ! Quelle imbécile, la seule à blamer ici c'est moi ! Une gamine stupide et naïve voilà ce que je suis !
Mais maintenant que je le sais, maintenant que je le comprends, que dois-je faire... Vais-je continuer à les suivre ? "Ce n'est pas en fuyant ses peurs qu'on surmonte ses faiblesses mais en leur faisant face"... Caly a raison... Je devrai me confronter à elles, me confronter aux constellations, à cette étoile qui m'a prise sous son aile.
Renflant bruyamment je me serrais un peu plus contre la jeune fille a l'aura apaisante avant d'accepter son aide pour me relever.
Un peu étourdie, épuisée par toutes ces émotions, quelques larmes coulaient encore sur mes joues. Lorsque Calyso m'annonça qu'un autre visiteur était présent, je ne prie même pas la peine d'essuyer mes larmes. J'avançai le regard vide sans vraiment savoir, sans vraiment comprendre, sans vraiment exister.
Nous pénétrâmes dans la maison et je fus installée au comptoir. Enfin, lorsque la prêtresse s'adressa au visiteur, je me rendis compte d'une présence derrière moi. Surprise, alors qu'on m'avait pourtant indiqué que nous n'étions pas seules, je me retournais pour voir à qui appartenait cette aura indescriptible dans mon dos. Une aura néfaste assurément, mais pour fréquenter Kalharaan, je sais que cela ne présage pas toujours d'un danger.
Mais lorsque j'aperçus l'insigne des Sentinelles de Niue qu'arborait le jeune homme, j'eu un premier geste défensif, prêt à sortir mon grimoire. Calyso aurait dû me prévenir de ce détail !

- Dryas, je te présente Ginji, une consoeur. Ginji, voici Dryas, un ami. Je te sers aussi quelque chose ?

Un ami ?... Bien, nous allons voir qui est réellement ce jeune homme alors. Et s'il doit nous trahir et nous attaquer en traître et bien qu'il le fasse.
Mon regard s'emplis d'une nouvelle vitalité, un instant j'oubliais tout ce qui m'avait tant bouleversé pour me rappeler tout ces combats contre les sentinelles, toutes ses fois où j'avais défendu ma vie avec fougue, où j'avais faillis parfois, mais c'était dans ces moments-là qu'on se rendait compte que l'on voulait vivre. Lorsque la mort te guette tu comprends soudainement que tu veux vivre, et ce à n'importe quel prix.
La rage, le défis, la curiosité, peut-importe ce qui emplissait mon regard à ce moment là, mais je me tenais droite sur ma chaise et fixait le necromancien dans les yeux avant d'ajouter :

- Bonsoir Dryas, je suis Ginji, mage des Constellations de l'Aube.

********************************************************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Ven 21 Nov 2014 - 0:15

Dryas observe presque silencieusement l'entrée des deux jeunes femmes, la visiteuse semblant éprouvé et ne pas relevé sa présence. Calyso prend place face a lui derrière le comptoir, proposant de préparer des boissons. C'est alors que Ginji puisqu'il semble que c'est son nom prend conscience de sa présence. Elle se retourne les yeux encore rougit par les émotions qui semblent l'accabler, et son regard triste change soudainement, laissant entrevoir les flammes infernales de son âme. Sa main se dirige vers un grimoire, ce geste soudain laisse échapper un soupir à Dryas.

-Encore un assassin
-tsssss
-Mefie toi

Dryas ignore les sermons vide de sens, se concentrant sur le visage de Ginji, tentant d'y lire ses intentions.

- Bonsoir Dryas, je suis Ginji, mage des Constellations de l'Aube.


Elle se présente, avec air de défi dans la voix, Dryas ne peut s’empêcher d'esquisser un sourire. L'a t'il déjà rencontrer, ou bien a t'il exercé ses talents sur l'un de ses proches ? A moins qu'elle n'est des comptes a régler avec les sentinelles, ce qui est plus probable. On parle rarement de lui.

-Bonsoir Ginji, heureux de faire ta connaissance.

Il jette un œil à son blason, puisqu'il faut en passer par les présentations soit.

-Je me nomme effectivement Dryas, suivant de Niue et mestre des confessions des sentinelles.

Dryas jette un oeil à Calyso, posant ses mains ganté en vue de la magicienne comme pour lui dire qu'elle n'a rien a craindre.

-Je veux bien une tisane relaxante Calyso.

-Ginji je suis heureux de faire votre connaissance, vous n'avez rien à craindre de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginji99
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
Grande Ordonnatrice des Récapitulatifs
avatar

Nombre de messages : 1209
Age : 21
Date d'inscription : 17/07/2014

Feuille de personnage
Classe: Magicienne
Elément: Eau
Level: 185

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Ven 9 Jan 2015 - 0:45

Ce qu’il se passa alors dans la tête et le corps de la jeune magicienne fut comme un torrent venu de nulle part.

« Je n'ai rien à craindre de lui ? Mais pour qui se prend-t-il ?! Il pense me faire peur avec son insigne de Sentinelle et ses beaux gants ?! »

La rage bouillonnait de plus en plus dans son estomac, elle sentait la colère prendre peu à peu le dessus, certainement le contrecoup de tous les derniers événements, l'accumulation de stress. Le pauvre Dryas tombait bien mal, le malheureux. Ces paroles qui se voulaient rassurantes avaient déclenchées une exaspération due au surplus d'émotions des jours précédents.

« Ces Sentinelles sont tous les mêmes ! Ils se croient supérieurs et puissants ! Je vengerai tous ces combats perdus face à eux ! Ces adeptes de Niue ne sont pour la plupart que des meurtriers sans scrupules, des gens indignes de confiance, des... Attends... n'ai-je pas moi aussi trahis la confiance d'Anamaya ? »

A cette pensée sa colère redoubla encore plus, était-elle énervée après ce Dryas ou après elle-même, elle ne le savait pas vraiment, mais ses mains se mirent à trembler et elle crut un instant qu’elle allait se saisir de son grimoire, mais en réalité elle savait parfaitement que ce n'était pas ce qui allait se passer.
Cette rage qui l'envahissait peu à peu faisait ressortir le pouvoir qui sommeillait en elle. Elle sentait son sang la brûler et la magie déferler dans ses veines, soudainement, elle fut en contact avec toutes les eaux présentes dans le sol, elle n’avait qu'à faire un geste et elles iraient alimenter les racines des plantes ou les graines oubliés dans les profondeurs de la terre pour faire naître des plantes totalement sous son contrôle.

Dryas regardait étrangement Ginji, sentant la magie aquatique émaner d'elle. Mais dans quel but ? Pourquoi ce changement soudain d'humeur ? Il se tient sur le qui-vive, l'autre hurlant à tue-tête de fuir vite et loin. Il prépara un sort de défense et se dirigea nonchalamment vers le bar pour se servir un verre d'hydromel. Il regarda la magicienne en souriant.

- La magie s'écoule de vous tel un torrent, vous allez vous épuiser, dit-il en reposant la bouteille sur le bar.  Je suis enchanté de faire votre connaissance cependant.

Calyso sentait elle aussi la magie affluer dans sa jeune consœur. L'endroit était protégé, Ginji ne pourrait pas finaliser son attaque, cependant elle préféra quand même agir afin de calmer la jeune femme. Elle posa la main sur le bras de Ginji et lui envoya une puissante vague d'apaisement tout en élevant son aura afin de renvoyer l'eau environnante à son état initial.

L’effet fut immédiat. En voyant Dryas se lever et s'approcher du bar où elle était assise Ginji avait senti tout son corps se contracter, plus le Sentinelle s'approchait, plus sa colère augmentait.
Il s'empara d'une bouteille et renouvela ses paroles amicales à l'encontre de la jeune magicienne. C'était alors que Calyso avait pris le contrôle de la situation, un puissant sentiment d'apaisement avait alors envahi Ginji et sa colère semblait se volatiliser rapidement.
Ne comprenant pas tout ce qui venait de se passer, Ginji ne contrôlait plus rien de ses sentiments, seule une grande fatigue l'habitait désormais.
Mais le jeune homme en face d'elle n'en restait pas moins un Sentinelle et des traces de rancunes due à l'accumulation de ressenti envers cette faction l'empêchait de se montrer spontanément amicale envers lui, et ce, malgré ses paroles.

- Que faites-vous ici, Sentinelle ? Et qui êtes-vous réellement ? Un nom n'est guère représentatif de la personnalité de chacun, vous le savez.

Ses paroles n'étaient pas agressives, mais une certaine froideur en teintait le fond, à moins que ça ne soit de la lassitude.

- Je suis Dryas, mon rôle au sein des sentinelles est des plus discret. Je ne sors pas souvent. Et vu votre humeur, je doute que vous faire part de mes occupations soit une bonne idée. Disons Que je suis une sorte de Répurgateur dilettante. Les sentinelles ne s'occupent guère de moi ni moi d'eux. Je m'occupe par contre de certains de leurs invités, et je suit mon chemin. Les voies de Niue sont souvent solitaires, mais parfois on fait de belle rencontre, ajouta-t-il d'un sourire crispé de celui qui n'a pas l'habitude de sourire en direction de Calyso et Ginji. Qu'ai je bien pu faire pour vous mettre de telle humeur ?

La réponse de Dryas étonna grandement Ginji, elle se sentait de plus en plus apaisée et cette fois ce n'était pas grâce à Calyso.

- Vos activées ont l'air... particulières. Veuillez pardonner mon attitude. Vos gestes et vos paroles ne sont en aucun cas la cause de mon humeur, vous tombiez juste au mauvais moment.

La Ginji habituelle semblait peu à peu reprendre le dessus et sa curiosité pour cet étrange jeune homme était de plus en plus forte
Calyso s’en rendit compte et sourit en voyant la jeune magicienne à nouveau maîtresse d'elle-même.

- C'est moi qui l'ai invité ici, c'est un ami, précisa la maîtresse des lieux.

- Et je dois dire que j'apprécie le calme de l'endroit. Et je suis ravi de rencontrer une amie de Calyso.

- Un sentinelle qui apprécie le calme et la sérénité du lieu, on aura tout vu… murmura Ginji.

Mais ce jeune homme semblait, à ses yeux, de plus en plus intéressant.

- Un ami ? Comment vous-êtes-vous rencontré ? interrogea la jeune fille curieuse.

Comment Calyso, lieutenant des Constellations de l'Aube avait-elle pu sympathiser avec un membre d'une faction ennemie ? Ce jeune homme devait avoir quelque chose de particulier.

Dryas ne mit pas longtemps à comprendre le trouble de la jeune fille et répondit de suite :

- C'est le propre de ceux qui suivent la voie de Niue. La mort c'est le calme, tandis que la vie est le chaos. Mais parfois la vie est calme et la mort tient de l'effervescence.  Mais Je sais que certains dès nôtres sont tumultueux, mais ce n'est pas mon cas.

- Vous êtes bien philosophe monsieur, et il est vrai que certains de vos confrères sont... déplaisants dirons-nous. Mais dites-moi, si la mort est votre quotidien, pourquoi portez-vous donc de si beaux gants ? Avez-vous peur de vous salir les mains avec le sang d'un autre ? Il me semble qu'il est plus pénible de laver des gants tachés de sang que de se rincer les mains.

C'était la première fois que Ginji voyait un Sentinelle porter des gants et ce détail, quoiqu’à priori sans importance l'intriguait. Cependant elle n’eut pas le temps d’en savoir plus.

- Pour répondre à ta question, nous nous sommes rencontrés la première fois, à Melrath. Du temps où les sentinelles étaient moins agressives et où Selene était encore parmi eux. Calyso sourit en repensant à cette époque

Ginji se tourna vers elle en l'entendant évoquer le passé de Selene.

- Selene... Il est vrai que cette magicienne est des plus agréables et pourtant, elle a, elle aussi, été Sentinelle...

Cela prouvait bien qu'on ne pouvait mettre tous les Sentinelles dans le même panier...

- Vous connaissez Selene ? Il est vrai que c'est une personne agréable mais quelque peu tourmentée. Elle n'a pas trouvé sa voie, je crois. Mais qui peut se targuer, d'être sûr d'arpenter le bon chemin et de savoir où il mène ?

- Selene a cheminé quelques temps parmi nous, rappela Calyso tout en préparant une tisane.

- Oui je connais Selene, elle a pris sous son aile un de mes camarades, de plus il nous ait arrivé de parler autour d'une tisane de plantovor assez régulièrement lorsque nous nous retrouvions en auberge.

Ginji médita quelque seconde sur les dernières paroles du nécromant. N'était-elle pas elle-même entrain de douter du chemin qu'elle arpentait actuellement ? Balayant ces pensées de son esprit elle se tourna vers Calyso :

- Pourrais-je avoir un chocolat chaud ? Je peux le faire moi-même si tu m'indique l'emplacement des ingrédients.

Ginji ne comprenait pas ce qui avait pu pousser Selene a quitter les Constellations, mais elle n'osait poser trop de question sur le passé tumultueux de sa faction.
Calyso sourit et prépara une grande tasse de chocolat chaud qu'elle posa devant Ginji après l'avoir chauffé. Était-ce les pouvoirs des elfes qui coulaient en elle, mais la jeune femme semblait lire dans les pensées de son amie.

- Selene à une destinée à suivre et elle n'est pas facile.

Suite à la prononciation de ces quelques mots tout aussi véridiques que mystérieux, un court silence suivit, comme si chacun, plongé dans sa boisson, méditait le destin de Selene.
Dryas se chargea de reprendre la parole.

- Je ne savais pas que Calyso attendait de la visite, autrement je me serais éclipsé. Mais j'avoue que je suis curieux et votre entrée dans cette clairière m'a intrigué. Je sais c'est un vilain défaut mais il m'est souvent utile, précisa-t-il en saisissant la tasse de tisane de ses mains gantés et sirotant le breuvage délaissant le verre d'hydromel

Etonnée, Ginji réfléchit quelques instants avant de répondre :

- Autrement dit vous désirez savoir ce qui a bien pu me mener dans cette clairière ? Je suppose que vous avez assisté à toute la scène n'est-ce pas ? Peut-être, même, avez-vous entendu notre discussion avec Calyso lorsque nous étions dehors ?

Les pouvoirs du jeune homme étant encore inconnus, Ginji voulait savoir ce qu'il avait vu et entendu avant. Inutile de lui cacher ce qu'il avait potentiellement entendu, il fallait qu'elle en ait le cœur net.

- J'entendrais tout ce que vous voudrez bien révéler. Je ne poserais pas les questions que je ne voudrais pas que vous me posiez. Mais oui j'ai entendu une partie de votre conversation et comme je le disais je suis un vilain curieux.

Attrapant sa tasse de chocolat Ginji se tourna vers Calyso comme pour savoir si oui ou non elle devait révéler des informations au nécromancien.
L'elfe lui sourit pour la rassurer, mais ne dit rien. C'était à la jeune femme et à elle seule de choisir si elle voulait ou non se dévoiler au jeune nécromancien.
Les regards des jeunes femmes n’échappèrent pas au regard aiguisé de Dryas. Mais il ne dit rien se concentrant sur sa tisane pour ne rien laisser transparaître.
Soupirant en comprenant que Calyso la laissait seule avec sa conscience, et ce, sûrement pour son bien, Ginji se décida :

- Disons que je suis moi aussi en quête de mon chemin. Les Etoiles m'ont égaré, à moins qu'elles ne m'aient guidé jusqu'à ce point de questionnement, allez savoir.

Ne voulant se perdre dans ses pensées, la jeune magicienne préféra renvoyer la question à Dryas

- Mais et vous, vous avez esquivé ma question sur vos gants. De plus il me semble savoir que les personnes arrivant jusqu'à ce lieu sont généralement à la recherche de quelque chose, si ce n'est pas à la recherche d'elle-même. Que venez-vous faire dans cette clairière ?

Dryas sourit devant la foule de questions de Ginji se disant qu’il avait rencontré quelqu'un d'aussi curieux que lui.

- Je suis venu sur invitation de Calyso pour me reposer et méditer sur le chemin que j'arpente. Je sais où je veux aller, mais je ne suis pas certain de suivre le bon chemin. Pour ce qui est de mes gants, quel est votre question ? interrogea-t-il en lui montrant ses mains gantées dont le gant gauche était bien trop usé pour un droitier.

Méditer sur le chemin qu'il arpente ?.. Peut-être que Calyso lui en dirait un peu plus en privé, elle semble le connaître de longue date.

- Puis-je avoir l'indélicatesse de vous demander où vous voulez aller ? Si vous voulez mon avis, les étoiles sont les mieux placées pour vous guider sur les chemins sinueux de la vie. Enfin, c'est ce que je vous aurais dit il y a quelque temps, je n'en suis plus si sure...

Voulant encore une fois éviter de méditer sur ce sujet Ginji renchérit sur les gants du jeune homme.

- N'est-ce pas étrange qu'un assassin porte ainsi de si beaux gants ? D'ailleurs, il m'a semblé que vous buviez votre tisane avec votre main droite, comment expliquer l'usure de votre gant gauche ?

Cela paraissait peut-être très inquisitoire, voire teinté de méfiance, mais en vérité Ginji voulait seulement ne pas penser aux étoiles.

- Les étoiles ne m'ont jamais parlés. Les esprits oui. Niue aussi d'une certaine façon, tout comme Quen. Mais les étoiles jamais. Je les ai toujours considérés comme un leurre ou une lanterne.. ! expliqua-t-il tout en buvant une tasse de thé, tasse de thé avec laquelle il manqua de s'étrangler devant l'impudente jeune femme. Puis sourit franchement en regardant ses gants.  
Je ne suis pas un assassin... commença-t-il avant de s'arrêter semblant écouter en fermant les yeux. Ouais ouais ça va  la ferme.... Humm désolé... Oui bon je suis sans doute un assassin mais pas de la façon à laquelle vous pensez. Quand à mon gant une créature la mâchouillé.... J'en suis navré ils étaient presque neufs. Mais d'où vous vient ce sens de l'observation si habile et que vous ont dit vos étoiles ?

L'elfe bleue, bien que discrète lors de cette conversation, sourit en buvant son infusion, ces deux-là étaient aussi curieux l'un que l'autre. Peut-être que Dryas aiderait Ginji à faire face à ses problèmes et inversement.
Mais la discussion repris de plus belle.

- Si vous considérez les étoiles comme une lanterne, peut-être pourrez-vous concevoir le fait qu'une lanterne permet de s'orienter dans le noir et la confusion la plus totale.
Pourquoi défendait-elle l'importance des étoiles ? Etait-ce un réflex ? Une habitude ? Le doute l'envahissait à nouveau, il fallait qu'elle se concentre sur les questions de Dryas pour ne pas penser à sa propre situation.
Pas un assassin comme je pense ?

Cette idée fit sourire Ginji,
Très bien, vous m'en direz plus quand vous le souhaiterez.
Pour répondre à votre question sur mon sens de l'observation... Je dirais que mon enfance m'a poussé à développer ce genre de sens. Une gamine ne peut survivre seule dans la rue sans cela.
Quant aux étoiles, je ne sais ce qu'elles disent en ce moment même, peut-être pourraient-elles m'en apprendre plus sur vous, mais je n'ai point envie de leur demander.


La jeune magicienne se tourna vers Calyso et lui sourit, la remerciant de tout son être d'avoir fait taire les voix des constellations dans sa tête.

- La lanterne permet de lever l'obscurantisme et le voile sur ce qu'on ne peut pas voir. Mais sur le chemin tel l'expérience, elle n'éclaire que le chemin déjà parcouru par ceux qui nous précèdent. Je cherche a parcourir un chemin que j'ouvres moi-même.

Dryas regarda à son tour Calyso en souriant.

- Nous sommes de bien piètres invités. Nous accaparons la conversation.

La jeune femme répondit avec bienveillance.

- Il n'y a pas de mal. Cet endroit est libre d'expression pour tous. Dryas, rien ne dit qu'aucune personne n’a pas déjà emprunté ton chemin, même si elle n'est pas arrivée à destination. Et puis le phare dans ta nuit noire a peut-être été disposé par une entité supérieure.
Et puis quel que soit le chemin que l'on arpente et quel que soit la difficulté, il ne faut jamais oublier que l'on est jamais seul : on peut toujours compter sur des proches pour nous porter,
ajouta-t-elle se tournant vers Ginji.

Ses paroles firent mouches chez ses deux invités et Dryas médita les paroles de Calyso en terminant sa tisane.
« Et si elle avait raison, et si il n'était pas le premier à arpenter ce chemin... »  Comment avait il put ne pas y penser avant !

- Nous ne sommes jamais seule... répéta Ginji dans un souffle.

Elle s'était toujours sentit seule et encore plus depuis quelque temps. Aveuglée par son mal-être, elle n'avait pas vu les personnes qui étaient là pour elle.

- Calyso... Je m'étonnerai toujours de tes paroles... Toujours remplies de sagesse.
Merci d'être là...
ajouta-t-elle timidement.

La semi-elfe recouvrit la main de Ginji avec la sienne

- Ca doit venir de mes grandes oreilles, plaisanta-t-elle avant  d’ajouter après un bref silence, Il est tard, je vous propose d'aller dormir. Ginji, j'ai un lit de disponible dans ma maison, si tu le souhaite. Sinon il faudra partager la chambre des invités avec Dryas

A cette proposition Dryas reposa sa tasse :

- Je ne suis pas sûr qu'elle soit prête à partager sa chambre avec une sentinelle, sourit-il, mais je n'y vois pas d'inconvénient.

La jeune aquamancienne sourit devant l'attention de Dryas et répondit sincèrement.

- Je ne pense pas que je craigne quelque chose dans la même chambre que vous, néanmoins, j'aimerai rester près de Calyso pour cette nuit si ça ne dérange pas...

Ginji était épuisée. Vide et en même temps totalement perdu dans ces sentiments, elle sentait que rester près de cette elfe qui lui procurait tant de petites attentions lui ferait le plus grand bien.
Dryas, quant à lui, était soulagé du choix de Ginji. Il aimait sa tranquillité et avait besoin d'être seul pour faire taire les voix. Et l'autre était en transe, il avait bien du mal à l'ignorer.

- Je vous en prie faites donc. Je vais veiller encore un peu pour ma part.

- Si ça me dérangeais je ne te l'aurais pas proposé, répondis Calyso en se levant, fais comme chez toi Dryas. Je te souhaite une bonne nuit et que l'Unique veille sur toi.

Elle accompagna ensuite sa consœur jusqu'à sa propre cabane, après avoir remercié son autre invité d'un sourire, sur le seuil.
Ginji suivit docilement son aînée, il était temps pour elle d'aller se reposer, la journée fut riche en émotion.
Dryas, quant à lui, leur emboîta le pas en reprenant son verre d'hydromel et alla s’asseoir sur la margelle du puits afin d’observer les fameuses étoiles. Il se demandait quels genres de réponses elles pourraient lui donner et si cela pourrait l'aider dans sa quête.

Presque arrivée devant l’arbre de Calyso, la plus jeune des magiciennes pris la parole :

- Encore merci Caly, je ne sais pas ce que j'aurai fait sans ton aide... Dormir me fera le plus grand bien je crois.

- C'est normal voyons. Je t'en prie, entre, elle poussa la porte de l'arbre et laissa le passage libre à la jeune femme

La pièce était parfaitement agencée aux goûts de la semi-elfe. En journée les trois fenêtres découpées à intervalles réguliers devaient permettre une luminosité propice à ses travaux et ses recherches. Près de l’une d’elle, un grand bureau tourné vers l’intérieur de la pièce attendait patiemment qu’une main se saisisse de la magnifique plume bleue pour coucher sur les quelques feuilles de parchemins vierges les pensées de leur propriétaire.
Le mur d’à côté était recouvert jusqu’au plafond d’une gigantesque bibliothèque emplie de grimoire en tout genre. Sur la droite une grande table épousant la forme du mur était recouverte de fioles multicolores, outils de métiers, matériel d’alchimie et plantes fraîchement coupées.
En face enfin se trouvait un lit aux draps blancs en prévision d’éventuels patients.
A gauche de l’entrée, au pied du lit se trouvait une échelle permettant d’accéder au premier étage.
Il ne faisait aucun doute que cette pièce représentait parfaitement l’univers de Calyso.
Cette dernière désigna le lit qui se trouvait là :

- Tu pourras te reposer ici, si cela te convient. Je serais juste à l'étage au cas où tu aurais besoin de quoi que ce soit.

Bien trop fatiguée pour admirer comme il le faudrait l'antre de l'arbre, Ginji remercia une nouvelle fois Calyso et ne se fit pas prier pour se mettre au lit. Elle espérait ne pas être confrontée aux étoiles durant son sommeil.

********************************************************************

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dryas
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 60
Age : 39
Date d'inscription : 22/09/2014

MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   Ven 20 Fév 2015 - 14:51

Dryas se lève bien avant le soleil et après une rapide toilette, dans la minuscule salle de bain, il va se promener dehors aux abords de la forêt. La clairière baigne dans le calme et les derniers rayons lunaires, les premiers rayons du soleil n'allaient pas tarder à venir lécher les pierres blanches de la margelle. Quelque chose vient extirper Ginji de son sommeil. Elle se réveille en sursaut sans pouvoir identifier l'opportune chose qui a mis fin à ses rêves. Jetant un rapide coup d’œil à l'extérieur elle se rendit compte que la nuit était encore reine pour quelques instants. Prenant le temps de faire ce qu'elle n'avait pas fait la veille au soir, elle examina la pièce dans laquelle elle se trouvait à la lueur de la lune.

Ginji pour elle même : Qu'est ce qui a bien pu me réveiller ?... Il n'y a rien, aucun bruit pourtant...

L'évidence la frappa alors. Les étoiles ! Elles se taisent ! Un silence profond imprégnait la salle et son esprit n'était pas envahis par les messages habituels

Ginji pour elle même : Est-ce dû à un sort de Calyso ?


Réfléchissant quelques instant, la jeune fille savait que désormais elle ne pourrait de toutes manières plus se rendormir. Se saisissant uniquement de sa tunique, elle décida de se rendre dehors afin de profiter de l'air frais de la nuit et de réfléchir. La prêtresse dans sa chambre, regardait Ginji sortir alors qu'il faisait encore nuit. Un peu avant c'était son autre visiteur qui voulait faire une balade nocturne. Décidément, il n'y avait que des insomniaques dans cette clairière ! Calyso sourit et descendit. Elle prit son temps pour sortir de sa maisonnette et alla tranquillement puiser de l'eau au puits avant d'aller préparer le petit déjeuner. Dryas s'est enfoncé dans la forêt et découvrant une immense termitière il observe le balais frénétique des termites. Tout en marmonnant à voix basse. La bêtise et la stérilité de leurs actions, lui font pensé aux civilisations humaines par bien des aspects, les sentiments mis à part. Il s'assoit et continue ses observations dans un silence tout relatif.
A : ça te donne des idées ?
Dryas : Comme toutes les civilisations, le plus petit élément agit sans avoir conscience de son environnement et du danger qui plane.
A : Qu'on elle a craindre.
Dryas : Moi, ou quiconque se tenant a ma place, et qui aurait envie de détruire leur monde.
A : C'est une jolie allégorie, mais je ne vois pas a quoi tu fais référence.
Dryas : A rien en particulier, aux dangers qui rodent et dont on a pas conscience.
A : Je vois pas ce qu'on a à craindre.
Dryas : Elles n'ont plus.

Déambulant en lisière de forêt, Ginji observait ces étoiles, habituellement si bruyantes. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas pu les observer en silence... Ce silence a la fois pesant et reposant...
Un bruit d'eau derrière elle la fit sursauter, perdue dans ses pensées elle en avait oublié de se méfier des alentours. Se retournant d'un geste, elle aperçu au loin Calyso qui puisait de l'eau.
C'était l'occasion pour elle de savoir si Calyso était à l'origine de ce silence ou si les étoiles avaient finalement décidé de ne plus lui parler. Dryas est alerté par l'autre, quelqu'un s'est approché durant sa contemplation. Calyso Ginji ? ou un elfe? Il se tait soudainement et se dirige discrètement vers la clairière et découvre Ginji en train d'observer Calyso.

Dryas : Bonjour Ginji. Tu peux aller lui parler elle ne te mangera pas.

Une fois de plus la jeune magicienne sursauta. Ce lieu magique devait produire un effet des plus apaisants sur elle pour qu'elle baisse ainsi sa garde.

Ginji: Bonjour Dryas, je vois que tu ne dors pas non plus. Tu explorais les environs ? * Jetant un petit coup d’œil à Calyso elle rajouta * Il faudrait en effet que je parle à Calyso. La connaissant elle ne va sûrement pas tarder a commencer a préparer le petit déjeuner, allons l'aider.
Dryas: excellente idée
A : Les femmes à la cuisine...
Dryas : Non mais quel vieux macho tu fais
A : ou dans ton lit
Dryas : Y'a que toi que ça intéresse... Pervers.
A : comme si tu étais indifférent...


Ginji ne comptait ni se laisser entretenir par son aînée, ni rester dans cette attitude morose. Elle allait se reprendre et vite. Dryas lui emboîte le pas et tout deux rejoigne Calyso qui est déjà affairée au fourneau .

Calyso: Bonjour. Vous êtes bien matinaux. Bien dormi ?
Ginji: En ce qui me concerne j'ai bien dormi aussi, un peu trop bien même.
Dryas: Oui comme un charme, je te remercie Calyso. Comment pouvons nous t'aider ?
Calyso souriante: Et bien si vous pouviez me dire ce que vous voulez manger, ça m'aiderait.

Ginji apercevant les tasses et bols derrière Calyso, elle s'avance pour mettre la table. Dryas hésitant regarde les filles se démener et ne sait pas trop quoi faire, puis décide de presser quelques fruits

Dryas: Jus de fruits et quelques unes de tes petites friandises.
Ginji: Pour moi ça sera un de tes fameux chocolat chaud, je te fais confiance pour la suite tu sais que je ne suis pas compliquée.
Calyso : Bien sure. je te fais ça de suite.
Ginji sourit avant de continuer, désireuse d'engager la conversation avec cet homme qu'elle connaissait si peu

Ginji : Dis moi Dryas tu comptes rester longtemps dans la région ou fais-tu juste une halte lors d'un quelconque voyage ?

Dryas: Je pense que je suis dans la région pour un certain temps. J'explorais les méandres du temple des sentinelles. Et j'en profites pour explorer les environs. C'est une région bien plus intéressante qu'Ignis.

Calyso souriant à Ginji : Dryas, tu souhaites un chocolat aussi ou une infusion ?
Dryas: humm * réfléchit un instant * Pourquoi pas un chocolat, j'en ai pas bu depuis des lustres.

Calyso fait chauffer du lait pour 3 personnes tandis que les brioches cuisent au four sous bonne garde. Dryas se retourne vers Ginji attendant la prochaine question qui ne tardera pas à venir. La douce odeur des brioches dorant dans le four donnait à la pièce une petite ambiance cosy. Ginji voyant qu'elle ne serait manifestement pas d'une grande utilité pour son hôte, se reconcentra sur Dryas.

Ginji : Alors comme ça tu viens d'Ignis ? En effet le paysage dois te changer par ici ! Mais dis moi.. Peux-tu m'en dire un peu plus sur ce "temple des Sentinelles" ? Après tout chaque faction avait son histoire et même les Sentinelles devaient regorger de secrets intéressants !
Dryas: humm oui c'est un temple très ancien autrefois habité par ceux qu'on a par la suite appelé les gardiens de l’épouvante. Il fut fondé il y'a plus de 120 000 ans par Niue lui même à proximité de la ville d’Ahsgäar, au nord de la Baie Sombre actuelle, enclavée dans les montagnes de Vulfuminius.. Sa présence y est encore très forte.
Calyso: ça à l'air d'un endroit lugubre
Dryas: C'est depuis se temple que Niue prépara sa stratégie qui une fois déroulé conduisit a la disparition de certains primaires et à la chute de la ville d’Ahsgäar. Le temple devient alors le sanctuaire et la quartier général des premières sentinelles qui régnèrent sur la région durant plus de 15 000 années. Les premières sentinelles finirent par s’entre tuer. Niue transforma les survivants les dotant de nouveaux pouvoir. Les gardiens de l'épouvante étaient nées. Les Gardiens exterminèrent pratiquement toutes les races qu’ils rencontraient, les associant sans peine dans leur fanatisme à l’hérésie des Dieux Élémentaires. Ainsi, dura pendant près d’un siècle la Marche Funeste des Gardiens. Elle prit fin lors du siège du temple mené par les dieux élémentaires et Quen. On dit qu'ils ne purent pas détruire tout les gardiens. Le temple ne resta silencieux que le temps de sombrer dans l'oubli. Puis quelques murmures se firent entendre et l’ordre des sentinelles reprit sa place entre ses murs et son héritage.
Ginji: Lugubre, mais intéressant..
Dryas: Oui l'endroit est assez lugubre
A : C'est le moins qu'on puisse dire... Je ne savais pas tout ça...
Dryas: Le temple a plus de 120 000 ans, et pourtant il est toujours debout, regorgeant de secret. Et la présence de Niue y est palpable, angoissante, enivrante... C'est un endroit effroyable et magnifique.
Ginji: Seules les Sentinelles peuvent-y accéder ? Cela serait peut-être une bonne occasion pour moi... Pour trouver l'équilibre il faut parfois aller jusqu'au plus près de forces supérieures, qu'elles soient occultes ou non, ajouta la jeune fille en marmonnant pour elle même.
Dryas: Oui le sanctuaire n'est accessible qu'aux sentinelles. J'ai prêté serment, et même si je pense a quitter leur rang, une partie de mon âme sera toujours attaché a cet endroit.
Calyso: dépose les tasses fumantes devant eux ainsi que des petites brioches toutes rondes et dorées, un bol de graines et diverses confitures Cet endroit doit être très dangereux pour les non initiés
Dryas: A vrai dire, il l'est aussi pour les initiés. Beaucoup n'en sont pas revenu indemne. * se réchauffe les mains autour de la tasse en picorant quelques graines. son regard plongeant dans la boisson de couleur sombre * Oui J'ai rejoins les sentinelles pensant suivre le chemin le plus court vers les réponses que j'attends. Mais Je commence a me dire que le chemin a déjà été arpenté par de nombreux suivant et qu'il est en train de me mener à un cul de sac ou pire une contre vérité.

Ginji écoutait attentivement les paroles mystérieuses de Dryas. Elle ne l'interrogerait pas d'avantage sur la vérité qu'il cherchait à obtenir, mais ce contenterait plutôt d'en savoir plus sur ses projets les plus proches. Mais avant elle se retourna vers Calyso.

Ginji : Ton chocolat sent toujours aussi bon, ça m'ouvre l'appétit ! * avoua-t-elle avec un grand sourire avant de s'adresser au nécromancien * Ainsi tu vas quitter les Sentinelles donc ?

Dryas: Oui j'y pense de plus en plus souvent, surtout maintenant que je peux prendre du recul. Je passais mon temps dans les tréfonds du temple a m'acquitter de ma besogne avec ferveur et compassion. J'y ai appris beaucoup. Mais je dois voir du pays pour avancer. Trouver un autre point de vue, pour mettre les choses et mes possibles découvertes en perspective.
A : Ferveur Oui Compassion.... Oui.... Besogne... c'est léger pour qualifier un massacre.

Ginji sirotant pensivement son chocolat : Oui je comprends.. Trouver un autre point de vue..

Ginji elle même s'efforçait de trouver un nouveau point de vue que celui qu'elle avait toujours suivi
Dryas: oui c'est souvent nécessaire si on ne veut pas se fourvoyer.
Ginji: Calyso, je voulais te demander... Est-ce toi qui à faire taire les étoiles cette nuit et même encore maintenant ? Où ne veulent-elles plus me parler ?

Cette question hantait Ginji depuis que le silence nocturne l'avait brutalement éveillé. Elle devait savoir la vérité.

Calyso sourit à sa jeune consœur : N'est ce pas toi qui voulait un peu de calme pour réfléchir ? Je les ai effectivement rendue muettes mais cela ne fonctionnera qu'ici. Si tu sors de la zone de l'enchantement, elles pourront à nouveau s'adresser à toi
Dryas les regardes intrigués : J'ai toujours pensé que c’était une façon de parler, ce concept d'étoile qui vous parles. Mais j'ai l'impression que c'est plus que ça.
Calyso: Les Etoiles sont les sages, les défunts et les esprits qui nous guident et veillent sur nous. Ils éclairent notre route et nous envoie des messages, pour ceux qui savent les déchiffrer. C'est en tout cas ce que je pense. c'est en tout cas ce que je pense. * regarde Ginji en prononçant cette dernière phrase *
Dryas: Je vois... alors d'une certaine façon je dois entendre certaines étoiles également.. mais sans doute pas comme vous... * baisse le nez sur la coupelle de graine, et boit une gorgée de chocolat *
A : ça me touche que tu me comparre à une étoile... J'en pleurerais presque si tu m'avais laissé les yeux pour pleurer.
Ginji: Pas comme nous ? Je ne suis pas sure que deux personnes étendent les étoiles de la même manières, je penses que c'est propres à chacun. Qu'en penses-tu Caly ? * Une autre question lui mitraillait les entrailles, mais elle ne pouvait se résoudre à la poser. *
Calyso: Il y a une infinité d'étoiles. Alors c'est très probable que nous n'entendions pas tous la voix des mêmes étoiles. Ce qui est sûre c'est qu'il y a toute sorte d'Etoiles, des maléfiques, des neutres, des bienfaisantes, des solitaires...
Calyso coupe une brioche en deux et y étale de la confiture avant de la manger
Dryas: mais ce que tu appelle étoiles sont des ancêtres ou des défunts ? pourquoi vous parlent elles à vous en particulier ?
A : tout le monde n'a pas autant de sang sur les mains que toi.

Il est vrai que Ginji ne s'était jamais vraiment questionné sur la nature même des étoiles, elles les avaient presque toujours entendu et suivie, toujours sous leur influence. Elle fixa donc Calyso tout en mâchant avec délice une de ses brioche.

Calyso: elles sont les deux je pense. je ne me pose pas trop la question. Je pense qu'elle peuvent avoir des natures différentes. Elles nous parlent peut être parce que nous avons su nous ouvrir à elles et les écouter.

Dryas: Je vois... Et tu n'as jamais entendu la voix de quelqu'un que tu connaissais ?
Ginji: La voix de quelqu'un que l'on connais ?...

Les étoiles l'avaient guidé après la mort de sa mère, inconsciemment Ginji les avait suivi mais avec le recul elle avait compris que sans les étoiles elle n'aurait sûrement pas survécu.

Ginji marmonnant : Entendais-je les étoiles avant la mort de maman ?... * Elle n'y avait jamais réfléchie et cette idée l'effrayait au point. *
Ginji : En ce qui me concerne je n'ai jamais reconnu les voix qui s'adressaient à moi. Mais d'un autre côté, j'ai été très jeune séparé de ma famille et les étoiles me parlent principalement durant mon sommeil donc tu sais reconnaître les voix d'un rêve me semble assez compliqué.

Dryas: Je voulais pas te perturber ou te faire douter. Je me pose juste des questions.... Peut être trop en ce moment.
Ginji: Les questions permettent d'avancer et il vaut mieux les poser que les garder pour soit. * se tournant vers calyso * D'ailleurs Calyso.. Penses-tu que les étoiles peuvent... se tromper ? Ou alors l'erreur viendrait uniquement de l'interprétation ?
Calyso: il n'est pas toujours facile de comprendre ce que disent les étoiles. surtout quand elles décident de parler par énigmes. Elles nous donnent une vision sur un possible avenir, mais nous pouvons changer cet avenir par nos actions ou notre volonté et ainsi leurs prédictions peuvent s'avérer fausses
Dryas regarde Calyso, attentif a ses réponses.
Ginji: Nous ne sommes donc pas soumis à leur volonté... Je crois que dans ma colère j'avais oublié qu'elles étaient avant tout là pour nous guider et non nous commander... J'ai besoin de m'entretenir avec elles... Calyso, je pense vous quittez toi et Dryas dès ce soir, pour le reste, tout dépendra de ma confrontation avec... Elles.
Calyso: Tu peux rester ici pour leur parler si tu veux. Je peux lever le sort. Mais si tu veux être seule alors je comprendrais * lui sourit pour la rassurer *
Dryas: Je vais devoir moi même mettre mes affaires en ordre. Méditer encore un peu. Mais si cela ne dérange pas Calyso, je crois que je vais rester ici un long moment.
Calyso: tu peux rester ici autant de temps qu'il te plaira, Dryas.
Ginji: Pour ma part, je penses partir ce soir dans la forêt, ce sera plus approprié pour leur parler. Ensuite est-ce que je reviendrais ici, où même aux campement des Constellations.. Nous verrons..
Dryas: J'aurais eu plaisir a faire ta connaissance, en tout cas.
Ginji: Moi aussi Dryas, ça m'a changé les esprit de dialoguer avec une Sentinelle pour une fois.
Calyso: je ne te retiendrais pas Ginji. si tu veux, je pourrais te guider à un endroit où on les entend bien. Dans tous les cas, tu connais le chemin pour venir ici, tu y sera toujours la bienvenue
Ginji : Merci Calyso mais je pense me laisser guider par elles. Si je veux pouvoir les confronter, autant leur laisser le choix du lieu de rencontre, sourit la jeune fille en terminant sa tasse de chocolat d'une traite.
Dryas: Qu'est ce qui t'as fait changer d'avis ? ou qu'est ce qui te presse ?
Ginji: Disons que.. une confrontation avec les étoiles serait en quelque sorte l'aboutissement d'une remise en cause qui dure depuis trop longtemps maintenant. Il est temps que je sois honnête avec moi même et qu'elles le soient envers moi.

Ginji n'avais pas le courage de les regarder en face, elle ne les comprenait plus, elles la faisaient souffrir et elle voulait qu'elles se taisent. Mais ce n'est pas la solution.

Ginji : Il faut que je comprenne et cela même si ça doit à jamais changé ma vision des choses. Il faut que je les confronte et je ne reculerais pas maintenant.

Dryas: sourit a Ginji Chercher des réponses tout en sachant qu'elles ne nous plairons probablement pas c'est faire preuve d'un esprit courageux. Lorsqu'on obtient une réponse bonne ou mauvaise, notre vision du monde change irrémédiablement. Il faut faire avec.
Calyso: tu ne fuis pas. J'ai confiance en toi comme les autres constellations. Je sais que tu reviendras quand tu auras trouvé ta vérité. Si je n'ai qu'un conseil à te donner c'est d'écouter ton cœur et ta conscience
Ginji: Merci Calyso.. Dryas je ne sais pas si les réponses que je vais obtenir vont me plaire, mais tu m'as au moins permis de changer quelque peu ma vision sur les Sentinelles. Maintenant si vous le permettez, j'ai besoin de réfléchir un peu, je vais aller m'aérer l'esprit. Merci pour ce succulent petit déjeuné Caly ! ajouta-t-elle avant de se lever et de déposer sa tasse sale dans l'évier. Je ferai la vaisselle un peu plus tard si tu me le permet.
Dryas salue Ginji de sa main ganté et continue de siroter son chocolat froid
Calyso: si c'est ce que tu souhaites. bonne promenade

Ginji se saisie de sa cape et sort dans la clairière. Dryas se tourne vers Calyso attendant que Ginji se soit éloignée.

Dryas : Une bien agréable rencontre, je suis vraiment heureux d'être venu
Calyso: Je ne pensais pas avoir autant de visite. Son arrivée m'a surprise. Pendant un instant j'ai eu peur de votre confrontation. Comment va ta main ? sirote son chocolat
Dryas: retire son gant C'est guérit.... mais la peau est encore blanche. Je dois la maquiller... mais avec un peu de soleil on n'y verra bientôt plus aucune trace.
Calyso: oui. laisse la prendre le soleil ça lui fera du bien
Dryas: C'est l'idée, mais je préférais que ton amie ne me pose pas trop de questions a ce sujet. Valait mieux rester discret... Enfin si prendre son petit déjeuner avec des gants est ce qu'on peut qualifier de discret. Elle a du me prendre pour un original. sourit a cette simple idée
Calyso: mieux vaut ça non ? après elle n'a pas du plus s'en formaliser que ça.
Dryas: Oui je pense qu'elle avait d'autre chat a fouetter. J’espère que sa confrontation va lui apporter les réponses qu'elle cherche.
Calyso: je l'espère aussi, mais je suis confiante
Dryas: Tu as prevu quelques choses aujourd'hui ?
Calyso: non pas particulièrement. et toi ?
Dryas: Je comptais me promener un peu en forêt et visiter le village elfe si c'est possible
Calyso: Ils n'aiment pas trop les étrangers mais je dois pouvoir arranger ça. lui sourit
Dryas: Tu me servirais de guide ?
Calyso: oui. si tu le souhaites
Dryas: Ce serait un honneur. se lève pour débarrasser la table
A :Depuis quand tu fais du tourisme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: suivre la voix sombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
suivre la voix sombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» suivre la voix sombre
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» W40K-JDR "La Sombre Hérésie"
» La Garde Sombre
» Probleme avec ma Sega Naomi : affichage trop sombre en 15khz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Constellations - TdE :: Visiteurs-
Sauter vers: